Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france-culture

  • Revue de presse BD (175)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier,2016,revue de presse,festival,angoulême,fauve,caricature,hermann,féministe,machisme,comanche,cow-boy,morris,france-culture,tristan garcia,mythologie,43e fibd,lucky-luke,quiz,stéphane beaujean,denis robert,mohicans,blog,blogueur,frédéric chambe,charlie,philippe val,cabu

    + Tout ce tintouin féministe autour du festival d'Angoulême pour finalement remettre le Grand prix du festival... à Hermann Huppen ("Comanche", "Bernard Prince", "Jérémiah"...), dessinateur à la réputation de vieux bougon réac, dont les BD sont peuplées de femmes sexy à moitié dénudées !

    Le dessin nerveux et vivant de Hermann "sauve" des scénarios plutôt indigents. Les dessinateurs caractériels ont plutôt intérêt à être aussi de bons scénaristes. Un petit bémol tout de même à propos du machisme d'Hermann : son personnage de Comanche est une cow-girl qui mène à la trique une bande de garçons vachers ; en matière de tempérament et d'indépendance, Comanche n'a pas grand-chose à envier aux "femens" russes.

    + Morris, Goscinny, Jijé : les auteurs de l'âge d'or de la BD se moquaient déjà en leur temps des sociologues et philosophes qui glosaient sur la BD. Les vannes ne sont sans doute pas près de se refermer ; ainsi sur "France-Culture", "radio marchand de sable", un certain Tristan Garcia s'efforçait dernièrement (27 janvier) de ne pas donner de réponse aux questions simples suivantes : 1/Pourquoi la BD franco-belge est faite pour les garçons ? Autant se demander pourquoi le foot féminin est peu développé.

    2/et pourquoi la BD franco-belge n'est pas sexuellement explicite ? Réponse : l'aventure est une façon de sublimer la sexualité ; le coït proprement dit ou les attouchements sexuels ne constituent pas un sujet littéraire d'une manière générale (par chance la littérature s'élève un peu au-dessus de la biologie et de la médecine).

    Les héros de la mythologie grecque sont confrontés pour leur part à la sexualité, de façon plus ou moins symbolique. Mais la mythologie ne vise pas (seulement) à divertir les enfants comme "Tintin & Milou" ; de plus, si la mythologie grecque n'évite pas la sexualité, elle la rapproche du néant et de la mort dans diverses fables. Loin d'être un motif d'accomplissement du héros, la sexualité représente souvent un obstacle (Les Sirènes, Circé...), de sorte que la mythologie antique n'est pas un récit d'aventure, comme souvent les BD.

    C'est donc exactement l'inverse de ce que prétend Tristan Garcia qui est vrai : il y a une connotation sexuelle dans "Tintin" et les romans d'aventure en général (rien n'est plus connoté sexuellement que la littérature puritaine) ; c'est ce qui fait de la BD belge une sous-littérature le plus souvent. L'indigence des scénarios de Hermann évoquée plus haut vient justement de ce que leur connotation sexuelle est un peu trop évidente.

    + Le 43e FIBD consacre une expo. à "L'Art de Morris", à l'occasion des 70 ans de Lucky-Luke ; Zébra vous propose de réviser votre Morris à l'aide d'un petit quiz ; l'hebdo gratuit publicitaire "A Nous Paris" a interviewé Stéphane Beaujean, commissaire de l'expo. ; extraits : "Nous le savons aujourd'hui, la reconnaissance artistique passe par la reconnaissance des musées et du marché de l'art qui vous donne une cote et confirme votre valeur" [?] ; "Nous avons pu obtenir les planches en noir et blanc, mais beaucoup d'autres, en couleurs, sont restées hors de notre portée. Un mystère entoure encore son oeuvre." "(...) Autant dire que je craignais un refus. Mais sa veuve et ses nièces ont accepté de faire une entorse aux volontés de Morris pour monter l'expo. Elles ont compris que l'époque avait changé, que les réticences de Morris venaient d'un autre temps [moins mercantile ?]"

    + Consécutivement à la lecture du bouquin consacré par Denis Robert à "Charlie-Hebdo", "Mohicans", un blogueur (Frédéric Chambe) a rédigé un billet intitulé : "Mon adieu à Charlie" ; l'inflexion éditoriale de "Charlie-Hebdo" sous la direction de Philippe Val est intéressante à noter, car elle explique en partie pourquoi "Charlie-Hebdo" est devenu un symbole national, alors qu'il fut conçu à l'origine comme un symbole ANTInational.

    En revanche il est injuste d'attaquer Cabu et Val sur le point de l'argent et des bénéfices engrangés par "Charlie-Hebdo". Tandis que la presse et les journalistes sont "arrosés" par les industriels et les partis politiques à qui ils servent de porte-voix, Cabu et Val étaient de rares exemples de journalistes indépendants. Peut-on reprocher à Cabu, qui a commencé de travailler tôt, et n'a jamais cessé de travailler d'arrache-pied, d'avoir accumulé un pécule ? De même la fidélité de Cabu à P. Val n'a rien d'une mystérieuse naïveté. Il faut pour faire vivre une petite entreprise de presse indépendante des qualités que Cabu n'avait pas, et il était reconnaissant à P. Val de jouer ce rôle de gérant.

  • Revue de presse BD (142)

     Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,2015,mook,frédéric potet,aaarg!,la revue dessinée,mon lapin,nyctalope,alimentation générale,france-culture,podcast,vinyle,33 tours,claude aziza,nicolas rouvière,goscinny,astérix,patrick chappatte,reporter,new york times,tribunal des flagrants délires,cabu,philippe val,charles trenet,gaston lagaffe,cinéma,concours lépine,michel houellebecq,mathurin soldat,méheut,maadiar,saga,historique,

    Revue "Nyctalope #8", fondée par un trio d'élèves des Arts déco. de Strasbourg. Disponible en librairie.

    Dans "Le Monde" du 20 mars, F. Potet fait un état des lieux de la presse BD. Après avoir recensé les diverses nouveautés : "Aaaarg !", "La Revue dessinée", "Papier", "Mon Lapin", "Alimentation générale", Franky", "Nicole", et quelques autres, il note la désertion des kiosques au profit de l'étal des librairies. Ces nouvelles revues, sans publicités, sont presque toutes des "mooks", à mi-chemin entre magazine et livre/book. Il reste que la situation de ces revues est précaire puisque "La Revue dessinée" est la seule à équilibrer ses comptes (4000 abonnés), tandis que "Mon Lapin", "Papier", etc., sont distribuées et imprimées à perte par des éditeurs comme Delcourt ("Papier") ou L'Association ("Mon Lapin"). Quelques détails à propos de "Aaaarg !" : "(...) revendique 5000 lecteurs par numéro alors qu'il lui en faudrait au moins 1000 de plus pour ne pas mettre en péril ses trois salaires à plein temps. L'année 2014 s'étant soldée par par un déficit de 25.000 euros, décision a été prise de diminuer de 20 euros le prix d'achat d'une planche, jusque-là fixé entre 100 et 150 euros selon qu'elle soit en noir et blanc ou en couleurs. La soixantaine d'auteurs qui travaillent régulièrement pour "Aaarg !" ont tous indiqué, à une exception près, qu'ils poursuivraient leur collaboration."

    Lire la suite

  • Revue de presse BD (84)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,84,hebdomadaire,dieudonné,quenelle,manuel valls,caran d'ache,maadiar,blogueur,dreyfus,scandale,lerapideduweb,prix,angoulême,festival,alan moore,michel-edouard leclerc,capucin,métal hurlant,à suivre,revue,alchimiste,capucin,landerneau,expo,déluge,bretagne,fnac,dédicace,jeune talent

    + Le comique Dieudonné et le ministre Manuel Valls ont concocté, entre le sapin et la bûche, un hénaurme scandale franco-français. En effet, on ne sait pas forcément à l'étranger ce qu'est une "quenelle", et la traduction ne doit pas être facile pour les journalistes. Je n'ai pas aperçu pour l'instant de dessin humoristique qui traite de l'affaire des quenelles avec autant de talent que Caran d'Ache traita de l'affaire Dreyfus dans son fameux dessin (Surtout ne parlons pas de l'affaire Dreyfus/Ils en ont parlé) ; il faut dire que la haine nuit à l'humour, et qu'il y a beaucoup trop de dessinateurs "engagés".

    J'ai tout de même bien ri en lisant cette planche du blogueur Maadiar, qui raconte que sa copine lui défend de parler de Dieudonné ; or, non seulement il en parle, mais il dessine sa copine de façon assez peu flatteuse. Bien sûr la vie ne serait pas la même si on obéissait toujours à notre mère ou à notre femme.

    + L'émission radio "Mauvais genres" sur France-Culture (François Angelier) recevait le 4 janvier dernier Emmanuel Pollaud-Dulian en compagnie de son éditeur Jean-Louis Gauthey (Cornélius) pour évoquer l'artiste désenchanté Gus Bofa.

    + Les paris sont ouverts chez Lerapideduweb sur celui des nominés au festival d'Angoulême qui se verra remettre le Grand prix cette année. Lerapide, lui, mise tout sur Alan Moore.

    + Michel-Edouard Leclerc organise à Landerneau une expo. sur les revues "Métal Hurlant" et "A Suivre" qui firent fureur (surtout la première) dans les années 70. L'expo. est installée dans l'ancien couvent des capucins (moines à capuches) de cette petite ville bretonne. Certains trouveront le rapprochement étonnant entre "Métal hurlant" et les moines capucins ; cependant les moines furent parfois, au moyen-âge, de savants alchimistes, férus d'expériences "interdites" (c'est un moine anglais qui réinventa la poudre à canon). Les amateurs de BD rockn'roll doivent donc dépêcher d'aller voir l'expo., avant que la Bretagne ne soit engloutie sous les eaux du déluge.

    + La Fnac décerne chaque année un prix en BD ; nous avons dit dans Zébra le peu de bien que nous pensons de la plupart des six finalistes (sans savoir qu'ils seraient finalistes) ; ce n'est pas pour les dénigrer de nouveau que je mets le sujet sur le tapis, mais parce que la récompense m'a surpris : il s'agit en effet d'une "mise en avant commerciale de l'ouvrage" et d'une... tournée de dédicaces dans le réseau des Fnac de France... Les pauvres types doivent croiser les doigts pour ne pas être élus.

    + Nous en parlions la semaine dernière, et il encore temps de voter pour votre blog-bd préféré parmi la sélection du jury d'Angoulême, concourant au prix Jeune talent. Il vous reste sept jours.

    + Le dessin de la semaine est signé Helkarava ; il s'agit d'une illustration pour les "Aventures du romancier atonal" que l'auteur publie sur son blog pour la faire connaître plus largement.

     

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,84,hebdomadaire,dieudonné,quenelle,manuel valls,caran d'ache,maadiar,caricature,blogueur,dreyfus,scandale,lerapideduweb,prix,angoulême,festival,alan moore,michel-edouard leclerc,capucin,métal hurlant,à suivre,revue,alchimiste,landerneau,expo,déluge,bretagne,fnac,dédicace,jeune talent,illustration,helkarava,romancier atonal,dessin


  • Revue de presse BD (58)

     

     

     

    + Le programme complet de la 69e biennale du fanzine naturiste de Bruxelles, qui démarre dès vendredi soir (Zébra tiendra stand les samedi 22 et dimanche 23).

    + Du côté de Bruxelles aussi cet après-midi, le tampographe Sardon propose un assortiment choisi d'injures typiquement bruxelloises, plus épicées que des pralines belges. Si je me fais traiter là-bas de "franskillon" par un "belgicain", je pourrai répondre du tac-au-tac : - Dégagiss, espèce de schieven arkitek !

    Le dessinateur iranien Maya Neyestani, imitateur de feu Claude Serre, est réfugié politique en France; un de ses dessins interprété à "contresens", écrit le blogueur François Forcadell, a déclenché des émeutes dans son pays et entraîné son arrestation. En même temps on voit mal comment un amateur d'art absurde tel que Maya Neyestani pourrait être interprété autrement qu'à contresens ?

    + "France-Culture" s'est récemment efforcé de proposer un portrait radiophonique contrasté (1 h) de Walter Elias Disney (1901-1966), pilier de la culture américaine ; l'art de Walt Disney a d'ailleurs utilement été qualifié par un critique anglais de "seul art spécifiquement américain" ; il faut préciser d'ailleurs que c'est le "story telling", c'est-à-dire la manière de raconter les histoires qui est typiquement étatsunienne, et non les histoires elles-mêmes, empruntées par Disney à la littérature européenne, sans autre critère de choix que l'instinct. Mon principal grief vis-à-vis de Walt Disney est la présentation puérile d'oeuvres qui ne s'adressent pas spécialement aux enfants, mais dépassent la loi du genre consumériste totalitaire. La dictature molle de la consommation exige en effet de maintenir le plus possible l'individu au niveau infantile ou identitaire, avec le risque de dérapage sadique que cela comporte, et qui sont la rançon de cette méthode de maintien de l'ordre.

    Bien qu'un peu fade, cette biographie-express ne comporte pas moins des passages intéressants, comme le développement autour de la cité idéale d'Epcot, rêvée par Walt Disney. Le millénarisme politique n'est pas une idée neuve, loin s'en faut, puisque certains théologiens du moyen-âge en conçurent plusieurs formules avant-gardistes ; on peut se demander si la cité du Vatican elle-même ne repose pas sur une spéculation juridique similaire à celle du Epcot de Walt Disney. Mais les parcs d'attraction modernes sont plus révélateurs de l'aspiration au totalitarisme, c'est-à-dire de son aspect délicieusement régressif et religieux, habilement exploité par la publicité.

    L'un des intervenants fustige la médiocrité de l'oeuvre de Walt Disney, intervenant condamné probablement lors d'une émission sur "France-culture" à suggérer qu'il peut en être autrement de la culture. Guy Debord rappela de façon plus pertinente que la fonction même de la culture exige qu'elle soit médiocre ; sa fonction, c'est-à-dire son rôle de ciment social, distinct du progrès artistique ou scientifique, exigeant au contraire de lutter contre l'inconscient collectif, les préjugés sociaux et le rêve.

    La culture est nécessairement élitiste et religieuse, physique à son apogée, et macabre en fin de cycle -en réalité parfaitement statique, procurant l'illusion du mouvement comme le dessin-animé, la culture ne peut que péricliter. Le stade du rêve ou de l'onirisme se situe déjà par-delà la ruine, comme l'indiquent les aspects virtuel et spéculatif de la culture contemporaine, qui dépasse rarement le niveau de la pure rhétorique ou du "story telling". Les actionnaires du parc d'attraction ont sans doute décrété trop tôt la "fin de l'histoire" ; ou trop tard, car c'est une détermination essentielle de la culture occidentale, depuis le début, d'essayer de refermer la porte étroite de l'histoire.

    + A propos d'absurdité et de Roland Topor, la chaîne "Arte" rediffuse "Téléchat", qu'il est possible de visionner en streaming sur le site de la chaîne. "Téléchat" se moque subtilement du JT et du devoir d'information, à travers les personnages de Groucha et Lola. Si la série était remise au goût du jour, Lola pourrait être une dinde et avoir une aventure avec un homme politique. L'idée originale était aussi de donner la parole aux légumes, aux fruits et divers objets, ce qui rappelle les conférences de Bergson sur la conscience des végétaux. Plus récemment, le CERN a investi des dizaines de milliards d'euros dans la recherche de l'hypothétique "Boson de Higgs", frère siamois du "Gluon de Topor", et une question vient forcément à l'esprit : - si le monde est absurde, est-il nécessaire pour en rendre compte que la science le soit aussi ?

    + Le site d'actu belge "Actuabd" fait de la pub pour la prochaine comic con' de Paris-Villepinte. On ne peut que déplorer l'assimilation systématique de la culture pop(ulaire) à la culture commerciale. Ce n'est pas le peuple qui réclame "du pain et des jeux" ou "du foot et du cinoche", mais les élites qui entretiennent ainsi le populisme.

    + La restructuration du fanzine Zébra m'accapare au point que j'ai dû ranger quelques projets dans les tiroirs provisoirement, dont l'interview du dessinateur satirique Fanch, militant marxiste contre le droit de propriété intellectuelle, dans la lignée de Banksy. Une caricature de Fanch ar Ruz pour faire patienter :

     

    webzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,revue de presse,58,hebdomadaire,biennale,bruxelles,programme,stand,maya neyestani,iran,claude serre,françois forcadell,roland topor,arte,groucha,lola,streaming,boson de higgs,cern,gluon,devoir d'information,bergson,téléchat,actuabd,comic con,villepinte,culture populaire,fanch ar ruz,satirique