Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualité

  • Revue de presse BD (353)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,dilem,charlie-hebdo,inna schevchenko,féministe,canard enchaîné,chappatte,albert uderzo,potion magique,planche,satirique

    Caricature de Dilem dans "Charlie-Hebdo".

    + En matière de confinement et de surveillance policière, "Charlie-Hebdo" avait quelques années d'avance sur la plupart des Français !

    Ses dessinateurs et caricaturistes ont le bon goût (républicain) d'épargner à la police et à l'armée leurs sarcasmes en ces temps troublés où la discipline peut sauver des vies.

    Dans les colonnes de cet hebdo (25 mars), Inna Schevchenko, écrit, dans un article intitulé : "Epidémie de totalitarisme" : "(...) Si, après l'épidémie de coronavirus, ces mesures d'urgences sont normalisées et non levées, rester chez soi pourrait alors devenir pour beaucoup de gens un moyen de se prémunir non seulement du virus, mais aussi de la répression."

    On comprend en lisant le corps de l'article que la militante féministe parle de la Russie de Poutine et de la Chine, non de la France d'Emmanuel Macron, pays de la liberté d'expression garantie par la constitution. Ouf, on l'a échappé belle !

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,dilem,charlie-hebdo,inna schevchenko,féministe,canard enchaîné,chappatte,albert uderzo,potion magique,planche,satirique

    Caricature de Chappatte dans "Le Canard enchaîné".

    + "Le Canard enchaîné" quant à lui continue de paraître mais à dû réduire sa pagination, "la faute au virus". Ceux qui croyaient l'imprudence politique la principale cause de ce gigantesque bazar sont ainsi détrompés.

    "Le Canard" se fait un devoir de traquer les "fake news" qui infestent les réseaux sociaux, comme l'annonce du déploiement de l'armée dans Paris pour botter les fesses des Parisiens récalcitrants à penser que les solutions du gouvernement sont les meilleures pour lutter contre la connerie.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,dilem,charlie-hebdo,inna schevchenko,féministe,canard enchaîné,chappatte,albert uderzo,potion magique,planche,satirique,christophe blain,hommage,naumasq

    Hommage par C. Blain à A. Uderzo.

    + Albert Uderzo est mort avant-hier dans son sommeil à 92 ans et repose désormais après une vie de labeur entre quatre planches, ce qui pour un dessinateur de BD n'est guère dépaysant.

    Il emporte malheureusement avec lui dans la tombe le secret de la potion magique qui lui procura une capacité de travail et une immunité "hors normes".

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,dilem,charlie-hebdo,inna schevchenko,féministe,canard enchaîné,chappatte,albert uderzo,potion magique,planche,satirique,christophe blain,hommage,naumasq,coronavirus

    Caricature par Naumasq.

    + Certain humoriste (cf. ci-dessus) témoigne que le terrible coronavirus qui fait mettre un genou à terre à l'économie mondiale aurait a contrario pour effet de stimuler l'humour et l'impertinence.

  • Revue de presse BD (352)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,jean effel,fable,peste,coronavirus,la fontaine

    Les Animaux malades de la Peste, illustration par Jean Effel.

    + "Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur, Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom), Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, Faisait aux animaux la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés : On n'en voyait point d'occupés, A chercher le soutien d'une mourante vie ; Nul mets n'excitait leur envie ; Ni Loups ni Renards n'épiaient La douce et l'innocente proie.
    Les Tourterelles se fuyaient : Plus d'amour, partant plus de joie. (...)"

    - La morale de la deuxième fable du livre VII du second recueil de fables publié en 1676 par Jean de La Fontaine est célèbre : "Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

    Hélas on constatera au cours de cette crise du coronavirus -économique, avant d'être sanitaire- que la démocratie n'a pas rendu La Fontaine ni les "jugements de cour" caducs. Les plus démunis et les moins responsables de cette nouvelle crise économique pourraient bien être désignés coupables par les médias (qui jouent le rôle du renard dans la fable).

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,jean effel,fable,peste,coronavirus,la fontaine,sermon dominical,mercutio,shakespeare,satire,guerre,censure,roméo et juliette,guy debord

    Le duel entre Tybalt et Mercutio, duel entre la passion et la satire.

    + Le mot "guerre", prononcé avec gourmandise par le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée en forme de sermon dominical (la démocratie n'a pas aboli les jésuites non plus) rime avec "censure". Celle-ci, que la compétition économique maintient à un niveau assez élevé en temps de paix, devrait s'aggraver.

    Les élites bourgeoises ont nettement perfectionné la censure qui, sous l'Ancien régime, ne parvînt pas à contenir les critiques des philosophes des Lumières.

    L'abrutissement des foules, soigneusement entretenu par la télévision, contribue à la censure. "La Société du Spectacle" par Guy Debord (1967) s'efforce d'élucider ce phénomène de sidération qui, s'il ne date pas d'aujourd'hui, n'a cessé de s'amplifier au cours des siècles.

    Une autre pièce de Shakespeare, "Roméo & Juliette", évoque le rôle de la satire. Le personnage de Mercutio l'incarne en effet, seul à garder son sang-froid dans la ville de Vérone en proie à l'amour, mal non moins universel que le coronavirus et dont les dommages dépassent ceux causés par une épidémie. Shakespeare montre que l'amour ravage non seulement les corps, mais aussi les esprits, semant la désolation autour de lui.

    L'ironie de Mercutio ne trouve aucun écho, et sa mort est une défaite de la raison face à la passion, la pulsion de mort qu'elle recèle, en quoi Shakespeare se montre visionnaire.

  • Revue de presse BD (351)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,franck riester,coronavirus,jacques attali

    + En proclamant l'année 2020 "année de la bande dessinée", le ministre de la Culture Franck Riester ne se doutait pas qu'elle serait aussi celle de l'épidémie de coronavirus.

    Cette épidémie n'est pas tant une menace sanitaire qu'une menace pour la cohésion sociale, dont l'effondrement du système bancaire en 2008 a mis en lumière la fragilité.

    Le conseiller du Président de la République, Jacques Attali, a appelé aujourd'hui à un véritable effort de guerre, nécessaire selon lui pour enrayer la progression de l'épidémie.

    Volontiers philosophe, ce philanthrope ajoute sur son blog : "La pandémie permettra peut-être de comprendre que seul vaut le temps."

    Réflexion étonnante puisque la société capitaliste et technocratique, mise en défaut ici, voue au temps un véritable culte, tandis qu'il est perçu comme une condition ou une contrainte dans des cultures plus scientifiques.

    L'épidémie de bouddhisme en Occident (J. Attali, mais aussi "Tintin") s'explique parce qu'il est la religion la plus adaptée à un Etat technocratique. L'hypothèse de la mondialisation heureuse, non moins totalitaire et démentie par les faits que le "rêve américain", est servie dans les magazines accompagnée du préchi précha bouddhiste.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,franck riester,coronavirus,jacques attali,cabu,bretécher,gabriella bosco,féminisme,beauf

    La religion du beauf de Cabu.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,franck riester,coronavirus,jacques attali,cabu,bretécher,gabriella bosco,féminisme,beauf

    + On attend la diffusion en "replay" du documentaire consacré à Chaval par Madeleine Debras et Marc Large (caricaturiste à "Sud-Ouest").

    Chaval était tout sauf "bouddhiste" puisqu'il a été vaincu par l'ennui.

    Dans cette présentation, Marc Large répète le poncif des caricaturistes ou des auteurs satiriques "dépressifs et alcooliques". Van Gogh n'avait rien de satirique ; ni Hergé, dépressif chronique. La bande d'"Hara-Kiri" n'était pas spécialement une bande de "dépressifs". Si Choron picolait beaucoup, c'était surtout pour oublier ses déboires financiers et à cause d'une mauvaise habitude contractée à l'armée.

    On prête ici aux auteurs satiriques et aux caricaturistes un trait de caractère répandu chez les clowns ou les "amuseurs publics", contraints de porter le masque du sourire, ce qui revient à confondre Louis de Funès ou Cyril Hanouna avec Molière.

    + Extraits d'un entretien accordé par C. Bretécher à Gabriella Bosco (1990) :

    - Et le féminisme ? Qu’en reste-t-il dans vos BD ?”, lui dis-je, moi qui, née dans le post-féminisme n’avais qu’une connaissance livresque du mouvement.

    - Il ne faut pas généraliser, me répondit-elle. - Le féminisme est passé par mes BD à un moment. Aujourd’hui il n’y a plus personne qui s’en occupe, ni moi. Ç’était en 1972, à peu près, quand j’ai commencé à travailler pour le "Nouvel Observateur". C’était l’époque du gauchisme, on vivait plongés dans des comportements sociaux hystériques. C’était la folie intellectuelle. Je ne pouvais pas éviter d’en faire état dans mes BD. Et puis bien sûr moi aussi j’étais féministe. Mais j’ai toujours été anti-militante, parce que le fait d’être militant, dans n’importe quel domaine, comporte un manque absolu de sens de la mesure, fait ignorer les nuances (...).

    - Une BD doit toujours faire rire ? demandai-je encore.

    - Pour que je l’apprécie, oui. Il y a aussi les BD réalistes, qui ne font pas rire. Moi, je ne les lis pas. Il y a beaucoup de BD américaines qui sont de ce genre là. Histoires d’hommes, d’aviateurs, de pilotes… Ou alors de filles pulpeuses. Je les déteste. Pour moi, la BD n’a de sens que si elle est humoristique et le dessin en est amusant.

    - Et tirez-vous inspiration de l’actualité, pour vos histoires ?

    - Non. Sur la Guerre du Golfe par exemple je n’ai fait aucun dessin. Nous étions submergés pas ceux des autres. Et de toute manière, tout ce qui a à voir avec le quotidien, j’ai tendance à l’éliminer, quand je travaille. La rude épreuve du quotidien, je la fuis dès que je peux.

  • Revue de presse BD (350)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,picasso,rudolph dirks

    Prisée de Picasso, la BD américaine "Pim, Pam, Poum" du dessinateur allemand Rudolph Dirks est directement inspirée par "Max et Moritz" de Wilhelm Busch.

    + Une prochaine exposition au Musée Picasso (à partir du 24 mars) racontera le goût du maître franco-espagnol pour la bande dessinée, en particulier les "comics" américains.

    Le génie de Picasso dans le domaine du recyclage est flagrant : art africain, grec, baroque, renaissant, impressionnisme, artisanat, bande dessinée... tout y passe !

    Picasso fait du neuf avec du vieux : il aurait mieux servi un parti écologiste que le PCF qui l'employa ; l'art de Picasso illustre l'éternel retour des formes naturelles essentielles. Etait-il vraiment dupe de la "modernité" ?

    Néanmoins la bande dessinée joue un rôle mineur dans l'art de Picasso, qui est d'abord un sculpteur, revient à une plus grande simplicité de formes grâce à la sculpture.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,picasso,rudolph dirks,claire bretécher,nécrologie,sociologie,pinçon-charlot,marx

    + Certaines nécrologies qualifient injustement Claire Bretécher de "sociologue" ; sans doute pour atténuer la portée satirique de ses BD... ou la faible portée satirique de la sociologie ? Celle-ci est en effet rarement critique vis-à-vis des intellectuels de gauche (pléonasme) qui constituaient l'une des cibles préférées de cette caricaturiste "invitée" au "Nouvel Obs".

    La sociologie est rarement "critique" ; la plupart du temps les sociologues sont fonctionnaires, tenus à un devoir de réserve vis-à-vis de l'Etat qui les emploie ; étant peu indépendants, ils ne peuvent prétendre sérieusement à la "neutralité".

    Publié en 2013, "La Violence des Riches" de Monique et Michel Pinçon-Charlot semble renouer avec la critique... si ce n'est que cet ouvrage a un siècle et demi de retard sur la critique de Marx et Engels, bien plus drastique et plus "avancée", notamment en ce qui concerne la mondialisation.

    Du reste la sociologie entretient la confusion entre la technique (anthropologique) et la science (qui ne l'est pas), ce qui est une caractéristique des régimes totalitaires, nazi, soviétique ou libéral, qui tous s'avancent derrière la bannière des "sciences humaines" (sociologie, économie, psychiatrie...).

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,actualité,picasso,rudolph dirks,claire bretécher,nécrologie,sociologie,pinçon-charlot,marx,joe sacco,amérindiens,canada,payer la terre,dénés,mondialisation

    + Joe Sacco est un des chefs de file de la BD-reportage, qui rencontre un certain succès ces dernières années auprès du public. Les Amérindiens Dénés, peuplade autochtone du Nord-Ouest canadien sont le sujet de son dernier reportage. ("Payer la Terre" chez Futuropolis)

    Joe Sacco montre que la mondialisation en fait des déracinés dans leur propre pays, s'éloignant peu à peu de leurs coutumes et moeurs ancestrales.

    La mondialisation fait figure de nouveau destin tragique ; l'Occident s'accommode de cette tragédie, la dilue dans sa culture qui fait office d'oeillères, dans la mesure où elle le place en situation de dominer le reste du monde ; cependant l'Occident pourrait bien à son tour être rattrapé par cette tragédie.

  • Revue de presse BD (349)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2020,léopold boilly,daphné bétard,beaux-arts,magazine,arthéma,claire bretécher,riad sattouf

    Autoportrait de L.-L. Boilly grimaçant.

    + La publication du catalogue raisonné (éd. Arthéna) de Louis-Léopold Boilly vaut à ce portraitiste et caricaturiste du siècle des Lumières un article élogieux dans le mensuel "Beaux-Arts" (mars 2020).

    Originaire de La Bassée (Nord), ce père de famille nombreuse peignit de nombreux portraits pour une clientèle abondante, attirée par sa dextérité qui lui permettait d'exécuter en deux ou trois heures un portrait et nourrir ainsi sa progéniture. Malin, Boillly amusait aussi la galerie avec des portraits représentant de façon caricaturale les diverses émotions humaines ; il épatait aussi grâce à ses "trompe-l'oeil".

    "Il présente un miroir visuel des choses de la vie qui ne peut laisser indifférent, une sorte de caméra cachée à l'aune de son regard infaillible." écrivent les auteurs du catalogue.

    En dépit d'une certaine acuité psychologique, Boilly est un artiste secondaire, assez photographique (superficiel) et loin d'atteindre le comique de Daumier.

    Plus étonnante et contestable la démonstration de "Beaux-Arts" (Daphné Bétard) que Boilly est un artiste emblématique des Lumières. C'est oublier que les peintres flamands ont peint auparavant des scènes de genre équivalentes, voire supérieures, qui ne doivent rien aux Lumières.

    La démonstration de cette journaliste frise le ridicule quand elle parle des "artistes de ce XVIIIe siècle qui aspire à sortir des ténèbres et à diffuser une connaissance encyclopédique auprès du plus grand nombre (...)" Sortir des ténèbres !? Le XVIIIe siècle emprunte largement au "Grand Siècle" précédent, à commencer par les philosophes des Lumières qui furent presque tous élèves des jésuites et n'abjurèrent pas toutes leurs leçons.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2020,léopold boilly,daphné bétard,beaux-arts,magazine,arthéna,claire bretécher,riad sattouf

    + Cynique, politiquement incorrecte (sur la PMA et le "désir d'enfant" de ses copines capricieuses), on peut se demander si Claire Bretécher a une postérité (littéraire) ?

    Seul Riad Sattouf fait un candidat crédible, dont "L'Arabe du Futur" n'est pas toujours politiquement correct.

    Cependant R. Sattouf dit en interview aux journalistes ce qu'ils veulent entendre, quand Claire Bretécher ne craignait pas de déplaire. Elle ne ratait jamais une occasion de dire qu'elle ne gobait pas la religion du progrès et ses apôtres les "intellectuels" qui noircissent les pages des hebdos.

    Comme quoi la franchise n'est pas l'apanage des hommes... ni la satire.

    + Dans ce documentaire filmé (1977) par la télé suisse, la caricaturiste revient en détail sur les circonstances de son embauche au "Nouvel Observateur" qui contribua à sa notoriété au plan national.

  • Revue de presse BD (348)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2020,delacroix,catherine meurisse,alexandre dumas,baudelaire,laurence thiriat,saint-sulpice,documentaire

    E. Delacroix caricaturé par son amie George Sand.

    + Catherine Meurisse (ex-"Charlie-Hebdo") a illustré la "causerie" que fit Alexandre Dumas en hommage au peintre Eugène Delacroix, un an après sa mort en août 1863.

    L'oeuvre de cet artiste ambitieux est cruciale pour comprendre la modernité artistique et son ambiguïté originelle. Non seulement Baudelaire, son contemporain et admirateur, s'est attaché à démontrer que Delacroix était le seul peintre capable de rivaliser avec l'art antique, en ouvrant une voie nouvelle, mais aussi les innovations techniques et les goûts de Delacroix préfigurent la plupart des courants artistiques surgis après lui : l'impressionnisme, l'abstraction...

    L'obsession de la composition musicale, en raison de l'idéal de perfection qu'elle contient, n'est qu'un des traits saillants de la modernité de Delacroix.

    Le "Journal" de Delacroix facilite l'accès à son oeuvre picturale ; on relève d'ailleurs que l'admiration d'A. Dumas pour Delacroix n'était pas réciproque ; le relativisme bourgeois n'avait pas encore donné sa pleine mesure (catastrophique).

    - Jusqu'au 9 mars, "France Télévision" diffuse (en "replay") un documentaire de Laurence Thiriat sur la restauration des fresques de l'église Saint-Sulpice à Paris, illustrant des thèmes bibliques et peintes non sans mal par Delacroix à qui elles avaient été commandées. Ce documentaire souligne l'ambition d'un peintre avide de gloire et prêt à se battre comme un beau diable pour l'obtenir.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2020,delacroix,catherine meurisse,alexandre dumas,baudelaire,laurence thiriat,saint-sulpice,documentaire,ingres,lyon,drapé,expo

    "L'Odyssée", par J.D.A Ingres, tenant d'une esthétique plus sculpturale que musicale.

    + Grand rival de Delacroix et représentant du "néo-clacissisme", J.A.D. Ingres enseignait à ses élèves une méthode pour dessiner le "drapé", cet élément décoratif apparemment aussi complexe que l'âme humaine.

    Jusqu'au 9 mars le musée des Beaux-Arts de Lyon consacre au "drapé", cet élément particulier, une exposition spéciale.

    Le goût du drapé est à la fois typiquement médiéval et en même temps très moderne, voire contemporain, comme cette exposition l'illustre.

  • Revue de presse BD (347)

    webzine,bd,presse,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,hebdomadaire,février,2020,claire,bretécher,mort,nouvel observateur,jean daniel,laurent joffrin,clément bénech,frustrés

    C. Bretécher par elle-même (copie).

    + A la suite de sa disparition le 10 février, une pluie d'éloges s'est abattue sur Claire Bretécher, rare femme à s'être fait un nom dans la bande dessinée satirique.

    Jean Daniel, rédacteur en chef du "Nouvel Observateur", lui avait mis le pied à l'étrier en lui offrant de publier les planches de sa série "Les Frustrés" dans cet hebdo à fort tirage (1975).

    Laurent Joffrin ("Libé", 12 février) note -un brin nostalgique- que "cet hebdomadaire était capable de faire son étendard d'une BD qui le moquait sans relâche".

    Indifférente aux idées politiques à la mode, féminisme compris, Claire Bretécher était en revanche une bonne observatrice de la frustration et de la mauvaise foi du milieu "bobo", avec lequel elle entretenait un rapport ambigu, mi-fascinée, mi-dégoûtée.

    Clément Bénech ("Libé") souligne que le talent de Claire Bretécher est surtout littéraire, puisque c'est une dialoguiste hors-pair. Son dessin schématique sert de support à ces dialogues.

    Assez rare en bande dessinée, art militant le plus souvent, la note mélancolique domine dans l'oeuvre de C. Bretécher ; elle préférait dire qu'elle s'emmerdait... ce qui est sans doute la rançon d'une vie bourgeoise.

    webzine,bd,presse,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,hebdomadaire,février,2020,claire,bretécher,mort,nouvel observateur,jean daniel,laurent joffrin,clément bénech,frustrés,riad sattouf

    Hommage de Riad Sattouf, à son tour publié dans "Le Nouvel Obs".

    + Quelques pages de l'autobiographie loufoque de Marcel Gotlib ont été lues en public par Gilles Gaston-Dreyfus et peuvent être réécoutées en podcast sur "France-Culture".

    Gotlib fonda avec Claire Bretécher et Mandryka le fanzine satirique "L'Echo des Savanes" en mai 1972.

    webzine,bd,presse,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,hebdomadaire,février,2020,claire,bretécher,mort,nouvel observateur,jean daniel,laurent joffrin,clément bénech,frustrés,riad sattouf,mandryka,gotlib,gilles gaston-dreyfus,france-culture

    Equipe de "L'Echo des Savanes" (très mal) dessinée par Gotlib.