Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charlie

  • Revue de presse BD (175)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier,2016,revue de presse,festival,angoulême,fauve,caricature,hermann,féministe,machisme,comanche,cow-boy,morris,france-culture,tristan garcia,mythologie,43e fibd,lucky-luke,quiz,stéphane beaujean,denis robert,mohicans,blog,blogueur,frédéric chambe,charlie,philippe val,cabu

    + Tout ce tintouin féministe autour du festival d'Angoulême pour finalement remettre le Grand prix du festival... à Hermann Huppen ("Comanche", "Bernard Prince", "Jérémiah"...), dessinateur à la réputation de vieux bougon réac, dont les BD sont peuplées de femmes sexy à moitié dénudées !

    Le dessin nerveux et vivant de Hermann "sauve" des scénarios plutôt indigents. Les dessinateurs caractériels ont plutôt intérêt à être aussi de bons scénaristes. Un petit bémol tout de même à propos du machisme d'Hermann : son personnage de Comanche est une cow-girl qui mène à la trique une bande de garçons vachers ; en matière de tempérament et d'indépendance, Comanche n'a pas grand-chose à envier aux "femens" russes.

    + Morris, Goscinny, Jijé : les auteurs de l'âge d'or de la BD se moquaient déjà en leur temps des sociologues et philosophes qui glosaient sur la BD. Les vannes ne sont sans doute pas près de se refermer ; ainsi sur "France-Culture", "radio marchand de sable", un certain Tristan Garcia s'efforçait dernièrement (27 janvier) de ne pas donner de réponse aux questions simples suivantes : 1/Pourquoi la BD franco-belge est faite pour les garçons ? Autant se demander pourquoi le foot féminin est peu développé.

    2/et pourquoi la BD franco-belge n'est pas sexuellement explicite ? Réponse : l'aventure est une façon de sublimer la sexualité ; le coït proprement dit ou les attouchements sexuels ne constituent pas un sujet littéraire d'une manière générale (par chance la littérature s'élève un peu au-dessus de la biologie et de la médecine).

    Les héros de la mythologie grecque sont confrontés pour leur part à la sexualité, de façon plus ou moins symbolique. Mais la mythologie ne vise pas (seulement) à divertir les enfants comme "Tintin & Milou" ; de plus, si la mythologie grecque n'évite pas la sexualité, elle la rapproche du néant et de la mort dans diverses fables. Loin d'être un motif d'accomplissement du héros, la sexualité représente souvent un obstacle (Les Sirènes, Circé...), de sorte que la mythologie antique n'est pas un récit d'aventure, comme souvent les BD.

    C'est donc exactement l'inverse de ce que prétend Tristan Garcia qui est vrai : il y a une connotation sexuelle dans "Tintin" et les romans d'aventure en général (rien n'est plus connoté sexuellement que la littérature puritaine) ; c'est ce qui fait de la BD belge une sous-littérature le plus souvent. L'indigence des scénarios de Hermann évoquée plus haut vient justement de ce que leur connotation sexuelle est un peu trop évidente.

    + Le 43e FIBD consacre une expo. à "L'Art de Morris", à l'occasion des 70 ans de Lucky-Luke ; Zébra vous propose de réviser votre Morris à l'aide d'un petit quiz ; l'hebdo gratuit publicitaire "A Nous Paris" a interviewé Stéphane Beaujean, commissaire de l'expo. ; extraits : "Nous le savons aujourd'hui, la reconnaissance artistique passe par la reconnaissance des musées et du marché de l'art qui vous donne une cote et confirme votre valeur" [?] ; "Nous avons pu obtenir les planches en noir et blanc, mais beaucoup d'autres, en couleurs, sont restées hors de notre portée. Un mystère entoure encore son oeuvre." "(...) Autant dire que je craignais un refus. Mais sa veuve et ses nièces ont accepté de faire une entorse aux volontés de Morris pour monter l'expo. Elles ont compris que l'époque avait changé, que les réticences de Morris venaient d'un autre temps [moins mercantile ?]"

    + Consécutivement à la lecture du bouquin consacré par Denis Robert à "Charlie-Hebdo", "Mohicans", un blogueur (Frédéric Chambe) a rédigé un billet intitulé : "Mon adieu à Charlie" ; l'inflexion éditoriale de "Charlie-Hebdo" sous la direction de Philippe Val est intéressante à noter, car elle explique en partie pourquoi "Charlie-Hebdo" est devenu un symbole national, alors qu'il fut conçu à l'origine comme un symbole ANTInational.

    En revanche il est injuste d'attaquer Cabu et Val sur le point de l'argent et des bénéfices engrangés par "Charlie-Hebdo". Tandis que la presse et les journalistes sont "arrosés" par les industriels et les partis politiques à qui ils servent de porte-voix, Cabu et Val étaient de rares exemples de journalistes indépendants. Peut-on reprocher à Cabu, qui a commencé de travailler tôt, et n'a jamais cessé de travailler d'arrache-pied, d'avoir accumulé un pécule ? De même la fidélité de Cabu à P. Val n'a rien d'une mystérieuse naïveté. Il faut pour faire vivre une petite entreprise de presse indépendante des qualités que Cabu n'avait pas, et il était reconnaissant à P. Val de jouer ce rôle de gérant.

  • Revue de presse BD (154)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,septembre,blutch,figaro,charlie,tif et tondu,planche

    Dessin de Blutch, commenté ainsi par son auteur :

    "Je n'ose plus dire Charlie tellement c'est devenu un logo."

    Quelques dépêches de rentrée :

    + Le dessinateur de BD Blutch vient de donner une longue interview au quotidien "Le Figaro" (28 août), qui publia il y a quelques années ses dessins humoristiques (dans le goût new-yorkais). Il publie "Vue sur le Lac", un recueil de dessins divers. S'il se considère toujours comme un auteur de BD, Blutch avoue avoir de plus en plus de mal à travailler pendant des heures sur une planche : "J'ai une vie trop éclatée."

    "Le Figaro" publie une esquisse des personnages de "Tif et Tondu" dont Blutch va reprendre les aventures, et il se défend de vouloir faire une parodie de cette série très "premier degré".

    + Henri Filippini, journaliste à "dBD", s'en est pris au "Fluide glacial" de Yan Lindingre, dont il trouve l'humour déclinant, dans son coup de gueule mensuel. Ce qui lui a valu cette réponse du rédacteur de "Fluide" : "Je ne comprends toujours pas autant de bêtise réac. Me caguer dans les bottes publiquement, c'est s'exposer à la manger froide quand on ne s'y attend plus, et de préférence publiquement. En attendant de rencontrer la vieille serpillière qui pue la naphtaline, "le gros pique-assiette", comme on l'appelle chez Glénat, lisons plutôt ce qu'en disent les autres critiques (glop, glop, glop !)". C'est une chance que Y. Lindingre dirige un hebdo humoristique plutôt qu'une publication spécialisée dans les armes à feu !

    + Le dessinateur de BD Coyote ("Litteul Kévin") est décédé dans le courant du mois d'août, non pas d'un accident de Harley Davidson (engin sur lequel il aimait parader), mais d'une crise cardiaque à l'âge de 52 ans. Sa nécrologie nous apprend qu'il avait été graveur de stèles funéraires et tatoueur avant de devenir auteur du BD pour enfants.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,septembre,blutch,figaro,charlie,tif et tondu,planche,henri filippini,yan lindingre,fluide glacial,dbd,litteul kevin,coyote,harley davidson,crise cardiaque

    Dessin hommage de Bruno Chaplot (au dessinateur Coyote)

  • Strip Lola

    Le strip hebdo de Lola, (par Aurélie Dekeyser)

     

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,strip,lola,charlie,hommage,cabu

     

     

     

  • La semaine de Zombi

    Mardi : L'union nationale est un gadget inventé par des bidasses, plutôt qu'elle ne fait vraiment partie de la culture française.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,charlie,charlie-hebdo,marine le pen,jean-marie le pen,raid,union nationale,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

    .

     

     

  • Le strip de Lola

     webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,strip,lola,charlie,hommage,cabu