Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cabu

  • Revue de presse BD (376)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2020,riad sattouf,arabe,futur

    Le père de Riad Sattouf : un mélange d'arrogance française républicaine futuriste et de frustration arabe.

    + Privé de séances de dédicace à l'occasion de la sortie du cinquième tome de "L'Arabe du Futur", Riad Sattouf a confié au "Figaro" (5 nov.) son amour de la France, son système éducatif et son réseau de vente de livres.

    R. Sattouf aime beaucoup lire parce que, dit-il : "J'ai grandi dans un petit village syrien à l'atmosphère très rigoureuse. J'y suis resté huit ans. Jamais, dans ce village, je n'ai vu quelqu'un lire de livre. Si je suis là aujourd'hui, c'est parce que ma grand-mère bretonne m'a envoyé des Tintin par la Poste.

    - Dans mon village, en Syrie, ajoute-t-il, les élèves étaient dressés. En France, au contraire, la mission des profs consiste à les éduquer (...)."

    Sur l'éducation "made in France", R. Sattouf a d'ailleurs produit lui-même quelques albums assez éclairants ("Retour au collège") et des chroniques pendant 10 ans à "Charlie-Hebdo" ("La Vie secrète des Jeunes").

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2020,riad sattouf,arabe,futur,figaro,tampographe,sardon,charlie-hebdo,père lachaise,barrigue,montvallon,piem,petit rapporteur,lb,cabu,mose,donald trump

    + Le Tampographe Sardon, contrairement à R. Sattouf, a vite délaissé la BD "trop technique" à son goût. Le détournement de tampons administratifs est devenu sa spécialité. Il l'exerce dans une échoppe non loin du cimetière du Père Lachaise, en marge des valeurs républicaines par conséquent, ce qui explique peut-être que ses jugements sur le genre humain soient rarement optimistes.

    Flammarion publie ses chroniques ("Le Tampographe, chroniques de la rue du Repos").

    + Disparu cette semaine, le caricaturiste Pierre de Barrigue de Montvallon, alias Piem, s'était fait connaître comme Cabu d'un large public grâce à la télévision ("Le Petit Rapporteur") et à sa longévité. Le site Actualitté, outre des détails biographiques et bibliographiques donne un aperçu de son humour dans une vidéo de l'Ina (1979).

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2020,riad sattouf,arabe,futur,figaro,tampographe,sardon,charlie-hebdo,père lachaise,barrigue,montvallon,piem,petit rapporteur,lb,cabu,mose,donald trump

    + En raison de la dictature sanitaire, les fétichistes du "livre-objet" se trouvent sevrés "manu militari". Ils peuvent néanmoins se rabattre sur les puces en ligne, à l'instar de notre collaborateur LB, qui vient de faire l'acquisition pour quelques euros d'un "tiré-à-part" des meilleures caricatures de Mose (dont l'extrait ci-dessus). 

    + Donald Trump est un vrai sportif : il ne s'avouera jamais vaincu ! A se demander s'il n'est pas dopé comme tous nos champions !?

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2020,riad sattouf,arabe,futur,figaro,tampographe,sardon,charlie-hebdo,père lachaise,barrigue,montvallon,piem,petit rapporteur,lb,cabu,mose,donald trump

    Caricature par LB (à lire aussi dans l'hebdo "Marianne")

  • Revue de presse BD (374)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,dessin,presse,satirique,actualité,revue,hebdomadaire,octobre,2020,caricature,françois hollande

    + Comment l'islam pourrait-il être fachiste, alors que le fachisme est laïc et républicain ?

    Si le terrorisme n'existait pas, il faudrait l'inventer car il permet à des élites fragilisées de justifier le déploiement de forces de police partout.

    + Tout l'intellectualisme de gauche est résumé dans l'appel à maintenir les librairies ouvertes pendant le confinement, comme si les livres étaient des biens "de première nécessité". Conseillons à ceux qui votent à gauche de profiter du confinement pour lire K. Marx, le plus éloigné de se prosterner devant la "culture", qui est au bourgeois ce que la religion est à l'homme du peuple.

    + La laïcité républicaine prônée par "Charlie-Hebdo" ou le ministre de l'Education nationale Blanquer n'a aucun rapport avec la philosophie des Lumières. Voltaire concevait la laïcité comme un remède au monopole des jésuites (en matière de religion et de science), monopole détenu aujourd'hui par l'Education nationale et ses 800.000 fonctionnaires (sans oublier l'enseignement privé similaire).

    La laïcité française contemporaine ressemble plutôt à une version sécularisée de la religion catholique, adaptée aux bouleversements économiques du XIXe siècle, mais néanmoins religieuse ; les "lendemains qui chantent" promis aux ouvriers réactualisent le paradis promis aux paysans catholiques.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,dessin,presse,satirique,actualité,revue,hebdomadaire,octobre,2020,françois hollande

    Véronique Cabut par Cabu, dans un décors parisien.

    Dépositaire de son oeuvre, la seconde épouse de Cabu travailla comme "communicante" pour des ministres PS (selon "Libération").

    + Rendant compte de l'expo. Cabu (suspendue) à l'Hôtel de Ville (salle St-Jean (!), "Le Monde" du 22 oct. évoque sans pudeur "l'antimilitarisme viscéral" de Cabu ; sans pudeur, car comment peut-on être antimilitariste ET républicain sans être un véritable tartufe... sachant tout ce que la République doit à son armée ?

    F. Potet s'efforce de démontrer que Cabu était un journaliste-modèle, comme Tintin, c'est-à-dire une sorte de militant.

    Cabu est aussi qualifié de "monstre sacré" (?) et comparé à Daumier. Aussi talentueux soit-il, Cabu n'a pas l'influence de Daumier sur l'art de son temps. L'époque n'est plus la même : Paris n'est plus la capitale mondiale de l'art depuis des lustres et la satire n'a plus le prestige ni l'influence qu'elle avait encore au XIXe siècle.

    Cabu n'était pas aussi "politiquement correct" qu'on voudrait nous le faire croire.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,dessin,presse,satirique,actualité,revue,hebdomadaire,octobre,2020,françois hollande,cabu,véronique cabut,daumier,morten morland,times,boris johnson

    + L'impuissance de Boris Johnson face à la "seconde vague" caricaturée par Morten Morland ("The Times"), ressemble beaucoup à l'impuissance d'E. Macron.

    B. Johnson s'avance en outre comme son homologue français derrière le prétexte scientifique.

  • Revue de presse BD (373)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,critique,fluide glacial,rouhaud,reuzé,comédie française,mathieu sapin,emmanuel macron,françois hollande

    + "Faut pas prendre les cons pour des gens (2)" : Le premier volume de cette série de gags a cartonné ; l'éditeur (Fluide Glacial) s'est donc empressé d'en publier un second.

    Malgré un mauvais titre, qui sonne comme la réplique d'un vieux sketch des années 80, les auteurs E. Reuzé et N. Rouhaud tendent à notre époque un miroir peu complaisant. Ils n'ont eu pour trouver l'inspiration qu'à parcourir la rubrique des faits divers ; la plupart des gags font écho à l'actualité, enrichie en situations ubuesques par le confinement et la politique sécuritaires... sans oublier la mode des idées écologistes adoptées sans hésiter par des peuples qui ont fait du gâchis dans tous les domaines le principal motif de l'existence.

    Le titre "Faut pas prendre les cons..." n'est pas bon car les faits divers et les gags illustrent une forme d'institutionnalisation de la connerie ; "les gens" sont largement entraînés à être cons depuis le plus jeune âge par les différentes institutions auxquelles leurs parents les abandonnent pour courir après l'argent : la télévision, l'Education nationale, l'Université, j'en passe et des meilleures. La disparition du "bon sens" n'est pas le fait "des gens" en général, mais plutôt d'une petite élite perchée. En effet le "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué" est en filigrane de toutes les situations absurdes exploitées ici.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,critique,fluide glacial,rouhaud,reuzé,comédie française,mathieu sapin,emmanuel macron,françois hollande

    "Comédie française" évoque une satire de moeurs enlevée ou une tragédie. Mais rien de tout ça dans l'album de Mathieu Sapin, pesant malgré son style de dessin naïf. Prendre Emmanuel Macron pour sujet, après François Hollande, c'est prendre le risque de se répéter.

    L'actuel hôte de l'Elysée semble persuadé que la BD est un art de courtisan (il invita le bédéaste Jul à l'accompagner en Chine). E. Macron est un génie du marketing politique ; on le sait déjà depuis son élection et son emploi du temps n'est pas bien palpitant.

    Plutôt que sur les manifestations de Gilets jaunes, vite évacuées, l'auteur préfère s'attarder sur la passion qu'il partage avec Brigitte Macron pour l'oeuvre de Jean Racine.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,critique,fluide glacial,rouhaud,reuzé,comédie française,mathieu sapin,emmanuel macron,françois hollande,brigitte macron,jean racine,gilets jaunes,picasso,gertrude stein,fernande olivier,funnies,vincent bernière

    Dessin signé Tignous.

    + Où l'on apprend que Gertrude Stein fournissait en funnies (BD) le jeune couple formé par Pablo Picasso et Fernande Olivier. Quelques justifications supplémentaires à l'expo "Picasso et la BD" (musée Picasso) fournies par son commissaire Vincent Bernière ; une expo un peu "tirée par les cheveux".

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,critique,fluide glacial,rouhaud,reuzé,comédie française,mathieu sapin,emmanuel macron,françois hollande,brigitte macron,jean racine,gilets jaunes,picasso,gertrude stein,fernande olivier,funnies,vincent bernière,tignous,cabu,hotel de ville

    + Rétrospective "Le Rire de Cabu" à l'Hôtel de Ville de Paris (salle St-Jean) (9 oct.-19 déc.).

    Cabu tempérait : - Le rire... ou le sourire. Sachant que le rire peut être gras, ou même sournois.

    Une expo Cabu sous haute surveillance policière où il faut montrer patte blanche : décidément le destin est ironique...

  • Revue de presse BD (367)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,septembre,2020,actualité,charlie-hebdo,7-janvier,procès,kouachi,lançon,biche,cabu,plenel,delfeil de ton,cavanna,choron,abd al malik

    Dessin (maladroit) de Biche dans "Charlie-Hebdo" - 2 sept.

    + Les frères Kouachi, assassins des caricaturistes de "Charlie-Hebdo", ont été liquidés par la police, ce qui ne n'empêche pas la justice française d'organiser un très médiatique et très politicien procès.

    Dans un numéro revanchard, spécialement consacré à ce procès (2 sept.), Philippe Lançon (grièvement blessé lors de l'attentat) ose espérer que le procès apportera des... explications (!?). Comment un hebdomadaire plutôt anticolonialiste, d'abord contre la guerre d'Algérie, puis celle d'Irak, a-t-il pu finir par se rallier à la politique du Pacte atlantique et ses méthodes... expéditives ? Voilà qui mériterait en effet une explication.

    Le dessin (ci-dessus) de Biche est particulièrement maladroit, parce qu'il suggère une connivence entre la puissance financière de Manhattan et le minuscule "Charlie-Hebdo".

    Et suis-je le seul à trouver que "Charlie-Hebdo" s'est "gentrifié" depuis Cavanna et Choron, pour parler pudiquement ? Sans doute pas.

    - Curieusement la rédaction de "Charlie-Hebdo" éprouve plus de rancune vis-à-vis de ceux qui, à gauche, les auraient trahis (E. Plenel, E. Todd, Delfeil de Ton...) que vis-à-vis des frères Kouachi.

    Quand on n'aime pas les traîtres et la trahison, mieux vaut ne pas s'avancer sur le terrain de la politique (cette leçon est déjà dans Shakespeare).

    Dans sa double page sur "Les charognards du 7 Janvier 2015", "Charlie" cite le rappeur Abd Al Malik : "lorsqu'on défend la liberté de la presse, (...) il ne faut pas oublier le rapport de force entre celui qui l'exerce et celui qui la subit." N'est-ce pas parfaitement résumer l'affaire des caricatures de "Charlie-Hebdo" ?

    - "Résilience" est un mot que je déteste." : cette citation de Cabu comme pour rappeler que "Charlie-Hebdo" fut naguère "à contre-courant" médiatique. La "résilience" n'est rien d'autre que l'état d'esprit des citoyens d'un régime totalitaire dont les médias diffusent en boucle le fameux slogan : "Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles."

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,septembre,2020,actualité,charlie-hebdo,7-janvier,procès,kouachi,lançon,biche,cabu,plenel,delfeil de ton,cavanna,choron,abd al malik,picasso,reiser,peanuts,riad sattouf,comic strip,figaro,etienne sorin,bukowski,enfer,hank,rockn'roll

    Picasso dans un dessin d'humour (de Maurice Henry).

    + Retour sur l'expo. (peu fréquentée pour cause de paranoïa nationale) "Picasso et la BD" (jusqu'au 3 janvier au musée Picasso à Paris) ; dans "Le Figaro" (1er sept.), Etienne Sorin explique que l'expo. joue surtout sur la sympathie entre Picasso et la BD, nés en même temps.

    Picasso appréciait particulièrement le genre du "comic strip" (le plus "pur").

    De leur côté, les auteurs de BD n'ont pu manquer de faire référence au pape de l'art moderne (de E.P. Jacobs à Gotlib en passant par Maurice Henry).

    Il reste que l'art de Picasso, qui repose surtout sur le dessin, est le plus éloigné de la bande dessinée, dans lequel le dessin compte peu. Le récent succès d'un Riad Sattouf le prouve encore, car il s'agit d'un succès surtout "littéraire". "Peanuts" est un chef-d'oeuvre littéraire, non plastique ; idem pour "Calvin & Hobbes".

    Pour cette raison, il est plus juste de rapprocher Reiser de Céline que de Picasso ; Reiser et Céline sont tous deux "géniaux" : l'un réinvente la manière de faire de la caricature, l'autre d'écrire des romans. Picasso est d'abord et surtout un travailleur acharné, de 7 à 77 ans.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,septembre,2020,actualité,charlie-hebdo,7-janvier,procès,kouachi,lançon,biche,cabu,plenel,delfeil de ton,cavanna,choron,abd al malik,picasso,reiser,peanuts,riad sattouf,comic strip,figaro,etienne sorin,bukowski,enfer,hank,rockn'roll

    + Il aurait eu cent ans cette année ; on peut définir le poète satirique Charles Bukowski comme un pavé dans la vitrine du rêve américain, ou encore comme le seul musicien de rockn'roll authentique.

    La misogynie de "Hank" Bukowski lui est comptée comme un péché, mais pas son alcoolisme ; pourtant, qu'est-ce qui traduit mieux que l'alcoolisme la violence de la société américaine, latente ou intériorisée, qui n'attend qu'une étincelle pour éclater en pogroms ?

    En lisant Bukowski, on comprend que l'enfer est le terminus de la civilisation occidentale.

  • Revue de presse BD (357)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2020,confinement,charlie-hebdo,félix,de gaulle,porte-avion,médecin,molière,cabu,mar large,sud-ouest,écologie

    Caricature par Félix ("Charlie-Hebdo" 22 avril).

    + Non, tout n'a pas changé depuis le "grand confinement" ; en effet "Charlie-Hebdo" perpétue la tradition des caricatures du "Charles de Gaulle" et de son équipage (Cabu déjà...).

    Mais le porte-avion et son équipage sont une cible facile. Les caricaturistes feraient bien de viser cette médecine et de ces médecins incapables de donner un avis médical, qui dissimulent leur ignorance derrière des paquets de vaines statistiques et d'histogrammes compliqués. Les médecins de Molière ne sont pas loin...

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2020,confinement,charlie-hebdo,félix,de gaulle,porte-avion,médecin,molière,cabu,marc large,sud-ouest,écologie,naumasq,vincent rif,fortu,humour,gag

    Caricature par Marc Large.

    + Les artistes amoureux de la Nature n'ont pas tardé à remarquer que le confinement n'a pas que des inconvénients - tel le caricaturiste de "Sud-Ouest" (Marc Large).

    Cependant l'écologie est une question de bon sens, et le bon sens ne suffit pas à expliquer le tour ubuesque de la politique occidentale, l'extraordinaire gaspillage de la "ressource humaine".

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2020,confinement,charlie-hebdo,félix,de gaulle,porte-avion,médecin,molière,cabu,marc large,sud-ouest,écologie,naumasq,vincent rif,fortu,humour,gag

    Planche extraite du blog de Fortu.

    + Parmi les artistes confinés résolus à prendre le confinement avec humour, nous avons déjà cité dans cette rubrique Naumasq ; ajoutons-y Fortu, ou encore Rif (Vincent).

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2020,confinement,charlie-hebdo,félix,de gaulle,porte-avion,médecin,molière,cabu,sud-ouest,écologie,naumasq,vincent rif,fortu,humour,gag,marc large,misanthrope,hervieu-léger,alceste,célimène

    + Avis aux amateurs de théâtre satirique : France télévision diffuse actuellement "Le Misanthrope" de Molière. La mise en scène originale de Clément Hervieu-Léger a le mérite de souligner que la très mondaine Célimène et le très misanthrope Alceste ne sont pas si différents.

    Si "Le Misanthrope" n'est pas la pièce la plus comique de Molière, elle illustre son extraordinaire discernement psychologique. - A quoi bon les "sciences humaines" ?, se dit-on après avoir entendu Molière.

  • Revue de presse BD (351)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,franck riester,coronavirus,jacques attali

    + En proclamant l'année 2020 "année de la bande dessinée", le ministre de la Culture Franck Riester ne se doutait pas qu'elle serait aussi celle de l'épidémie de coronavirus.

    Cette épidémie n'est pas tant une menace sanitaire qu'une menace pour la cohésion sociale, dont l'effondrement du système bancaire en 2008 a mis en lumière la fragilité.

    Le conseiller du Président de la République, Jacques Attali, a appelé aujourd'hui à un véritable effort de guerre, nécessaire selon lui pour enrayer la progression de l'épidémie.

    Volontiers philosophe, ce philanthrope ajoute sur son blog : "La pandémie permettra peut-être de comprendre que seul vaut le temps."

    Réflexion étonnante puisque la société capitaliste et technocratique, mise en défaut ici, voue au temps un véritable culte, tandis qu'il est perçu comme une condition ou une contrainte dans des cultures plus scientifiques.

    L'épidémie de bouddhisme en Occident (J. Attali, mais aussi "Tintin") s'explique parce qu'il est la religion la plus adaptée à un Etat technocratique. L'hypothèse de la mondialisation heureuse, non moins totalitaire et démentie par les faits que le "rêve américain", est servie dans les magazines accompagnée du préchi précha bouddhiste.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,franck riester,coronavirus,jacques attali,cabu,bretécher,gabriella bosco,féminisme,beauf

    La religion du beauf de Cabu.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2020,franck riester,coronavirus,jacques attali,cabu,bretécher,gabriella bosco,féminisme,beauf

    + On attend la diffusion en "replay" du documentaire consacré à Chaval par Madeleine Debras et Marc Large (caricaturiste à "Sud-Ouest").

    Chaval était tout sauf "bouddhiste" puisqu'il a été vaincu par l'ennui.

    Dans cette présentation, Marc Large répète le poncif des caricaturistes ou des auteurs satiriques "dépressifs et alcooliques". Van Gogh n'avait rien de satirique ; ni Hergé, dépressif chronique. La bande d'"Hara-Kiri" n'était pas spécialement une bande de "dépressifs". Si Choron picolait beaucoup, c'était surtout pour oublier ses déboires financiers et à cause d'une mauvaise habitude contractée à l'armée.

    On prête ici aux auteurs satiriques et aux caricaturistes un trait de caractère répandu chez les clowns ou les "amuseurs publics", contraints de porter le masque du sourire, ce qui revient à confondre Louis de Funès ou Cyril Hanouna avec Molière.

    + Extraits d'un entretien accordé par C. Bretécher à Gabriella Bosco (1990) :

    - Et le féminisme ? Qu’en reste-t-il dans vos BD ?”, lui dis-je, moi qui, née dans le post-féminisme n’avais qu’une connaissance livresque du mouvement.

    - Il ne faut pas généraliser, me répondit-elle. - Le féminisme est passé par mes BD à un moment. Aujourd’hui il n’y a plus personne qui s’en occupe, ni moi. Ç’était en 1972, à peu près, quand j’ai commencé à travailler pour le "Nouvel Observateur". C’était l’époque du gauchisme, on vivait plongés dans des comportements sociaux hystériques. C’était la folie intellectuelle. Je ne pouvais pas éviter d’en faire état dans mes BD. Et puis bien sûr moi aussi j’étais féministe. Mais j’ai toujours été anti-militante, parce que le fait d’être militant, dans n’importe quel domaine, comporte un manque absolu de sens de la mesure, fait ignorer les nuances (...).

    - Une BD doit toujours faire rire ? demandai-je encore.

    - Pour que je l’apprécie, oui. Il y a aussi les BD réalistes, qui ne font pas rire. Moi, je ne les lis pas. Il y a beaucoup de BD américaines qui sont de ce genre là. Histoires d’hommes, d’aviateurs, de pilotes… Ou alors de filles pulpeuses. Je les déteste. Pour moi, la BD n’a de sens que si elle est humoristique et le dessin en est amusant.

    - Et tirez-vous inspiration de l’actualité, pour vos histoires ?

    - Non. Sur la Guerre du Golfe par exemple je n’ai fait aucun dessin. Nous étions submergés pas ceux des autres. Et de toute manière, tout ce qui a à voir avec le quotidien, j’ai tendance à l’éliminer, quand je travaille. La rude épreuve du quotidien, je la fuis dès que je peux.

  • Revue de presse BD (346)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,caricature,satirique,revue,presse,hebdomadaire,2020,février,alexandre benalla,macron,ariane chemin,julien solé,françois cavanna,cabu,les échos,vincent montagne,trump,obama,sanaga

    Caricature signée Sanaga pour "Zélium" qui illustre que la bande dessinée est un art séquentiel avec des wagons de 1re, 2e et 3e classe.

    + Les bons résultats des ventes masquent le dépérissement de la bande dessinée "franco-belge" ; son manque d'inventivité est flagrant si l'on considère qu'elle est devenue un "marché de la nostalgie", reposant surtout sur la réédition de vieilles bandes. Les canards continuent de courir encore après qu'on leur a coupé la tête.

    Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la bande dessinée "entre au musée" au moment même où elle se meurt.

    Face aux revendications de leurs employés, victimes de méthodes de "dumping social", la défense des éditeurs n'est-elle pas de dire, comme Vincent Montagne leur représentant dans "Les Echos" (4 février) : - Nous n'y pouvons rien car nous sommes des incapables. De fait lorsqu'on organise la surproduction qui finit par vous mettre sur la paille, "incapable" est un doux euphémisme.

    Cette faillite de la bande dessinée belge aurait réjoui François Cavanna, qui fustigeait (avec Cabu) l'infantilisation du public et des auteurs par la bande dessinée.

    On aurait tort de prendre la politique pour un remède à cette infantilisation : l'adéquation entre la démocratie libérale américaine et la culture des super-héros indique que la politique elle-même est devenue une forme de divertissement, que le jeu politique s'est substitué à l'action politique.

    On reproche à tort à Donald Trump d'être un guignol, à Barack Obama avant lui d'avoir fait le contraire de ce qu'il avait promis (la paix) ; ils n'ont fait que se plier avec une aisance particulière au jeu politique, interpréter le rôle de super-héros exigé d'eux. E. Macron fait de même.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,caricature,satirique,revue,presse,hebdomadaire,2020,février,alexandre benalla,macron,ariane chemin,julien solé

    + "Benalla & Moi", par Ariane Chemin, François Krug et Julien Solé est une BD "politique" qui, comme la politique actuelle, n'a pas grand intérêt.

    Alexandre Benalla est à Emmanuel Macron ce que le capitaine Haddock est à Tintin. D'abord parce qu'il met un peu de piment dans le scénario ; ensuite parce qu'il y a du paternalisme de la part de Benalla vis-à-vis de son protégé à la houppe.

    Contrairement aux débordements du capitaine Haddock qui indiquent un tempérament masochiste, les incartades d'A. Benalla sont plus sadiques ; quoi qu'il en soit ces débordements font le sel du personnage qui font contraste avec E. Macron, trop poli et trop bien manucuré pour faire un héros de BD crédible.

    La vie est trop courte pour lire des BD politiques.