Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

revue

  • Revue de presse BD (338)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2019,gilles bachelet,montreuil,grande ourse,sobd,licorne

    Licornes par Gilles Bachelet.

    + L'illustrateur Gilles Bachelet (67 ans) s'est récemment vu décerner "La Grande Ourse", non pas au Festival du film de Berlin mais au Salon du livre jeunesse à Montreuil.

    Cette nouvelle distinction récompense une carrière étoffée, débutant en 2002. Les ouvrages de G. Bachelet mettent en scène des animaux : "Madame le lapin blanc", "Mon chat le plus bête du monde", mais aussi des légumes ou des objets. Et l'auteur de préciser : - Je dessine très mal les humains.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2019,sobd,gilles bachelet,montreuil,grande ourse,licorne,rébecca dautremer,illustratrice,jacominus gainsborough,comtesse ségur,gustave doré

    Gouache par Rébecca Dautremer.

    + Interrogée par "Télérama" (21 novembre), l'illustratrice Rébecca Dautremer ("Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough") donne une explication féministe au dédain pour l'illustration : - Encore aujourd'hui, dans les esprits, l'illustration jeunesse, c'est l'enfance, et l'enfance c'est l'affaire des mères, et les mères on ne les paie pas.

    Explication un peu "courte" : c'est bien une mère, la Comtesse de Ségur, qui lança en librairie la littérature jeunesse, et elle fut très bien payée pour ça, au point de pouvoir rembourser les dettes de son mari ruiné, restaurer son château.

    Qui plus est l'illustrateur Gustave Doré, qui fit une fulgurante et brillante carrière, souffrit d'être tenu pour un artiste mineur... bien qu'il fût un homme.

    C'est la "littérature spécialisée" qui n'est pas jugée de première importance par les critiques, à juste titre dans la mesure où elle n'a pas le même relief que les fables ou la mythologie.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2019,sobd,gilles bachelet,montreuil,grande ourse,licorne,rébecca dautremer,illustratrice,jacominus gainsborough,comtesse ségur,gustave doré,benoît barale,sobd,plg,papiers nickelés

    + Au cours du récent salon SOBD (éditeurs indépendants), le prix "Papiers Nickelés" 2019 a été remis à "La Bande dessinée, ou comment j'ai raté ma vie", par Benoît Barale (éd. PLG), parmi une longue liste de bouquins dédiés au 9e art.

    Quasiment un manifeste surréaliste !

  • Revue de presse BD (337)

     

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2019,algérie,nime,arrestation,festival,angoulême,samandal,concours,serre,glénat,ouest-france,roman graphique

    Caricature par WANER (à lire aussi dans "Siné-Mensuel")

    + Le caricaturiste algérien Nime (Abdelhamid Amine) a été arrêté fin novembre par des policiers en civil dans les locaux de son agence de communication ; il semblerait qu'on lui reproche des caricatures irrévérencieuses publiées sur les réseaux sociaux dans le cadre des élections.

    La nouvelle a de quoi rendre nostalgiques les amateurs français de caricatures irrévérencieuses ; en effet en 2019 les politiciens sont les premiers à lire "Le Canard enchaîné". Les élites politiques françaises ne se sentent pas menacées dans l'immédiat, bien que les Gilets jaunes ont récemment fait souffler un vent de panique au sein de la "nomenklatura", mettant en relief l'absence d'indépendance de la presse et des médias français.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2019,algérie,nime,arrestation,festival,angoulême,samandal,concours,serre,glénat,ouest-france,roman graphique

    Edition allemande d'un album de Claude Serre.

     

    + Pour les cinquante ans des éditions Glénat, leur fondateur s'est fendu d'une interview à "Ouest-France" où il raconte comment il est devenu grâce à Wolinski l'éditeur des caricaturistes de "Charlie-Hebdo".

    Les caricatures thématiques de Claude Serre publiées en album cartonnèrent au début des années 70, permettant de lancer les éditions Glénat.

    Néanmoins on peut reprocher à cet éditeur d'avoir investi massivement comme TF1 dans la culture de masse japonaise, au contraire des éditeurs belges qui avaient auparavant su adapter intelligemment la culture américaine des "comics" au goût européen.

    Les bons chiffres des ventes et le snobisme (parler de "roman graphique" plutôt que de BD) dissimulent mal le déclin de la bande dessinée, visible dans la poursuite ad nauseam des aventures d'Astérix.

    + Il reste une dizaine de jours pour participer à L'increvable concours de fanzine organisé en marge du festival d'Angoulême chaque année depuis 1982, remporté l'année dernière par un fanzine libanais ("Samandal").

  • Revue de presse BD (336)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actu,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,claudine desmarteau,benoît jacques,libération,gus bofa

    + Claudine Desmarteau dans "Libé" (26 nov.) fait découvrir l'illustrateur (belge) Benoît Jacques à travers une interview où l'artiste explique comment et pourquoi sa carrière s'articule autour du fanzine et de l'auto-édition. L'exigence de Benoît Jacques n'est pas sans rappeler celle de Gus Bofa.

    - Le succès fait presque autant peur que l’échec. On peut être tout à coup dépossédé de son fonctionnement personnel, et se retrouver à courir on ne sait plus très bien après quoi.

    Benoît Jacques explique ici que la liberté de création n'a rien d'évident au sein d'une culture dont l'étiquette libérale ne trompe pas grand-monde. Rares sont en effet les éditeurs qui ne poursuivent pas un but mercantile.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actu,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,claudine desmarteau,benoît jacques,libération,gus bofa,yann moix,antisémite,caricature,le point,wolinski,rochette,vivès

    Portrait de Camus par Yann Moix pour "La Règle du Jeu"

    + Le romancier et animateur télé Yann Moix, après la divulgation par son frère de son activité de "caricaturiste antisémite", s'est livré à une confession publique filmée de ce péché de jeunesse, à laquelle on décerne sans hésiter le Premier prix de tartuferie de l'année 2019.

    Y. Moix est bien décidé à s'appliquer la recette publicitaire enseignée en école de commerce : "Peu importe que l'on parle de Moix en mal, tant qu'on parle de Moix".

    La caricature n'est pas toujours un simple exutoire à une frustration sexuelle adolescente, suivant la description par Moix de son cas personnel : les exemples de caricaturistes "de sang-froid" ne manquent pas.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actu,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,claudine desmarteau,benoît jacques,libération,gus bofa,yann moix,antisémite,caricature,le point,wolinski,rochette,vivès

    + Le prix Wolinski-"Le Point" 2019 a été remis à "Le Loup" par Jean-Marc Rochette. L'année précédente il avait été remis à une BD-cul par Bastien Vivès.

    On peut s'étonner de l'association du nom de Wolinski à "Le Point", organe de presse dédié à la promotion du pacte atlantique en France.

    Lorsque G. Wolinski avait penché du côté de l'impérialisme russe opposé, il avait reçu une volée de bois vert de la part de ses confrères.

  • Revue de presse BD (335)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,casemate,yves chaland,jean-christophe ogier,biographie,blake et mortimer,complotiste,hubert védrine,jacobs,hergé,sobd

    + La revue BD "Casemate" (novembre 2019) interroge l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine à propos de sa passion pour la bande dessinée, en particulier la série "Blake & Mortimer" (qui n'a jamais eu autant de succès qu'aujourd'hui).

    - Nous avons passé notre année à réaliser une BD à la Jacobs... Et du coup redoublé notre quatrième, précise l'ancien ministre.

    - En ce début des années 60, la BD, pour beaucoup de parents, c'était quasiment le diable ?

    - Pas chez nous. Nous avons eu la télévision très tard et toute la famille lisait tout le temps. Dont des BD. Il n'y avait aucun blocage de la part de mes parents, tant peinture et dessin leur étaient familiers.

    On peut s'interroger si la lecture de BD complotistes ne donne pas le goût aux gosses de faire de la politique ? La diplomatie est d'ailleurs la couverture officielle de maintes affaires d'espionnage sordides et de coups bas qui rendent les Français soupçonneux à l'égard du personnel politique.

    Bien qu'il ait travaillé pour le compte de Hergé, E.P. Jacobs est aussi lourd et assommant que Hergé est léger et primesautier. La méthode de Hergé est empruntée au dessin-animé, tandis que Jacobs appréciait l'opéra.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,casemate,yves chaland,jean-christophe ogier,biographie

    ("Tintin au Liban", imaginé par Chaland en 1984)

    + Quelques pages du même magazine "Casemate" sont consacrées à Y. Chaland et à la biographie commandée par la veuve de cet auteur, mort précocement, à Jean-Christophe Ogier :

    - Dans les années 80, le style de Chaland hérité de la ligne claire est qualifié par certains de traditionnel, voire passéiste et nostalgique. Alors que Chaland puise son trait dans le passé pour exprimer un propos résolument nouveau. De manière apparemment innocente, Chaland parle du caractère profondément tragique de la vie, où rien n'est manichéen.

    Chaland n'est pas "tragique" au sens classique du terme, car la tragédie grecque offre une issue à la condition humaine, qui peut être surmontée à la manière de Thésée ou d'Ulysse. "Satirique" convient mieux pour qualifier l'art de Chaland.

    On peut supposer que les origines sociales modestes de Chaland lui ont inspiré le dégoût de la "fiction", typique de la culture bourgeoise (comparable à une drogue douce).

    Y. Chaland vaut comme parodiste de "Tintin" et de la BD franco-belge en général, dont il souligne le côté puéril et policé (Tintin est un auxiliaire de police), contrecarrant ainsi la tentative de certains fonctionnaires de l'Education nationale d'ériger "Tintin" en "mythe occidental".

    + Le SOBD, salon des éditeurs indépendants qui se tient actuellement à Paris met cette année à l'honneur la BD polonaise, exposée en marge du salon à la bibliothèque polonaise (Paris 4e, jusqu'au 8 déc./gratuit).

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,casemate,yves chaland,jean-christophe ogier,biographie,blake et mortimer,complotiste,hubert védrine,jacobs,hergé,sobd,bd polonaise

  • Revue de presse BD (334)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2019,charlie-hebdo,riss,pédagogie

    + "Charlie-Hebdo" "hors-série" ou "hors service" ? On est en droit d'ironiser sur cette Une signée par le directeur de cet hebdomadaire -hélas- sous perfusion.

    Peu avare de leçons de morale (en vrac : républicaine, européiste, écologiste ou féministe), "Charlie-Hebdo" se spécialise de plus en plus dans la "pédagogie de la satire", matière qui ne devrait pas tarder à trouver bientôt place à côté de l'instruction civique dans les programmes scolaires.

    On peut compléter ce sous-titre, sans même avoir lu le hors-série : "Le dessin satirique, une forme de la liberté d'expression en voie de disparition... mais heureusement sous protection de la police et des lois républicaines."

    "Charlie-Hebdo" n'est plus "satirique", il est démonstratif ; il survit comme preuve que la liberté d'expression existe, même si cette démonstration ne tient pas debout.

    Il est devenu facile de caricaturer certains hommes politiques de premier plan (c'est plus difficile sur le plan local), parce qu'ils ne jouent plus un rôle politique primordial et sont interchangeables.

    On a pu le constater avec la contribution des "Guignols de l'Info" à la victoire de Jacques Chirac : la caricature s'inscrit dans le cirque médiatique, ce qui a été qualifié (un peu pompeusement) naguère de "société du spectacle". La mondialisation n'a pas seulement des conséquences économiques, elle a aussi des conséquences culturelles.

  • Revue de presse BD (332)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,actualité,diderot,marcel duchamp,jean-luc coudray,isabelle merlet,musée

    + On attribue parfois au philosophe Diderot la paternité de la critique d'art. Ce genre littéraire, qui n'a cessé de prendre du volume depuis, était d'emblée mal engagé. En effet Diderot aborde l'art, comme tout le reste, en dilettante ; cet amateur d'art improvisé ne s'élèvera guère au-dessus des opinions superficielles dans une matière qui l'intéresse peu.

    A ce dilettantisme s'ajoute une bonne dose d'hypocrisie ou de jésuitisme : en effet Diderot prône un art fait pour édifier le peuple, mais son goût personnel va aux marines de Joseph Vernet, pleines d'éclaboussures et de voiles déchirées, de rochers contondants... qui n'enseignent rien d'autre que les dangers de la marine à voile par gros temps et la séduction exercée par les scènes violentes sur le quidam.

    Certainement Diderot inaugure la tutelle des intellectuels sur l'art, tutelle dont l'art contemporain représente l'aboutissement.

    L'exemple de "Tintin", après celui de Marcel Duchamp, cet intellectuel-artiste stérile, est frappant. En effet "Tintin" ne serait rien qu'un divertissement pour enfants, conçu par un artisan aux opinions politiques démodées, sans les efforts déployés par une poignée d'intellectuels démocrates-chrétiens pour le faire passer pour une oeuvre magistrale, capable de rivaliser avec "L'Odyssée" (!).

    Il arrive de temps en temps que les caricaturistes ou les auteurs satiriques "se vengent", qu'ils se moquent du snobisme ou des postures auxquels conduisent inévitablement les diktats des intellectuels ; comme rien ne se démode plus vite que les idées, il est nécessaire d'en changer sans cesse pour créer l'illusion de la vie.

    Au XIXe siècle, du temps où la presse était encore libre, aucun grand artiste officiel n'échappait aux flèches de ses confrères caricaturistes. Epinglé Rodin et son Balzac grotesque ; épinglé G. Courbet et son "naturalisme" artificieux ; etc.

    Jean-Luc Coudray, associé à Isabelle Merlet pour produire "L'Amusant musée" (éd. Wombat), contribuent à ce petit contre-courant satirique. On pense en feuilletant leur ouvrage, qui décode les interactions entre le public et les oeuvres exposées, aux BD d'Yves Chaland. Celui-ci fait en effet exploser en vol les prétentions de la BD franco-belge à être autre chose qu'une fiction amusante.

    "L'Amusant musée" divulgue ce que Marcel Duchamp ne dissimulait guère : l'art contemporain est avant tout un jeu de l'esprit (à l'instar de beaucoup d'hypothèses pseudo-scientifiques) ; cela suffit à expliquer le divorce entre l'art et le public populaire : le peuple n'a pas le temps de jouer aux devinettes.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,actualité,diderot,marcel duchamp,jean-luc coudray,isabelle merlet,musée,wombat,dickie,pieter de poortere,glénat,blasphématoire

    + La manière dont Dickie se moque du musée et ses paroissiens est moins subtile que l'analyse de J.-L. Coudray. Comme la culture joue désormais en Occident le rôle de la religion, autant dire que "Dickie au musée", par Pieter de Poortere (Glénat), est carrément blasphématoire.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,actualité,diderot,marcel duchamp,jean-luc coudray,isabelle merlet,musée,wombat,dickie,pieter de poortere,glénat,blasphématoire,stanislas,brassens,tintin,milou

    + Tandis que les essais débiles autour de "Tintin & Milou" se multiplient, l'illustrateur Stanislas ne se lasse pas d'illustrer leurs couvertures.

  • Revue de presse BD (331)

    webzine,bd,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,actualité,plérin,jacky houdré,tintin,ouest-france

    + Le quotidien "Ouest-France", "premier quotidien de France", s'est payé Tintin en "Une" pour ses soixante-quinze ans (ce jeudi), bien que le sympathique reporter soit né beaucoup plus à l'Est.

    Tintin incarne donc les valeurs "démocrates-chrétiennes" : il est en effet lisse comme un suppositoire ; d'autant plus lisse que le colonialisme ou l'antiaméricanisme de "Tintin" sont présentés comme les péchés de jeunesse d'un Hergé sous (mauvaise) influence.

    A l'occasion de ce jubilé, les dirigeants d'"Ouest-France" tiennent à rappeler le rôle de promotion de la démocratie joué par "Ouest-France". Depuis la saga des Gilets jaunes entamée il y a un an, on sait qu'un bon citoyen est un citoyen qui lit "Tintin & Milou" sans se poser de questions de 7 et 77 ans.

    + A Plérin (Côtes-d'Armor), Jacky Houdré expose sa collection de journaux satiriques (jusqu'au 2 novembre) ; cette petite expo. a le mérite de souligner le déclin de la presse satirique au cours du XXe siècle, où "Charlie-Hebdo" et ses "satellites" font figure de survivants. En comparaison, la presse du XIXe siècle était abondante et variée.

    A côté des fameux "Charivari""La Caricature", "La Lune", on peut admirer les Unes colorées de nombreux journaux oubliés, "Le Géant" (format XXL), "Le Canard Sauvage", "L'Eclipse", "Le Hanneton"...

    On aboutit ainsi au paradoxe suivant : la presse satirique décline à mesure que la liberté d'expression progresse sur le plan législatif.

    On peut observer que la figure de Marianne apparaît comme l'incarnation de la République, éternellement vierge malgré les turpitudes des parlementaires raillés par les caricaturistes, suivant un procédé analogue à celui mis en oeuvre par l'Eglise catholique.

    webzine,bd,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,actualité,plérin,jacky houdré,tintin,ouest-france,cahiers de la bd,histoire,hara-kiri

    + "Comment raconter l'Histoire en BD ?" s'interroge le dernier n° des "Cahiers de la BD". Comment la bande dessinée pourrait-elle échapper à la récupération de l'Histoire par les partis politiques, principale cause de propagande voire de "fake news" ?

    "Les Cahiers de la BD" en appellent à une histoire plus critique, émancipée du roman ou du récit national ; mais ils ignorent une autre source de propagande, pourtant plus importante que la cause nationaliste : la fiction d'une Europe industrielle et bancaire pacifique, ayant rompu avec les démons du nationalisme allemand, français ou italien.

    L'Europe n'est pas un projet de démantèlement de l'industrie militaire, mais un projet de renforcement de cette industrie.

    Par ailleurs ce trimestriel consacre un dossier aux photographies de "Hara-Kiri", qui véhiculaient la pitrerie subversive du Pr Choron.