Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

iran

  • Revue de presse BD (193)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,juin,2016,revue de presse,info,maadiar,loubok,didier deschamps,estampe,42 mars,nuit debout,mai 68,iran,cartoon,zéon,holocauste,islamophobe,charlie-hebdo,nicolas sarkozy,golan,israelien,wehrmacht,shoah,hubert mounier,affaire luis trio,chaland,ligne claire

    + Sur son blog, Maadiar réagit parfois à l'actualité sous forme de "loubok" (estampe russe) - comme ici au non-recrutement de plusieurs joueurs d'origine maghrébine dans l'équipe de France de foot par son entraîneur Didier Deschamps.

    + Le mouvement d'étudiants et de militants "Nuit debout" publie le premier n° d'un fanzine illustré intitulé "Le 42 Mars". "C'était mieux avant !" diront certains, en comparant avec les affiches et les slogans de "Mai 68".

    + 12.000 $ est la somme gagnée par le dessinateur français Zéon (d'origine chilienne) à un concours de caricatures sur l'holocauste, organisé par l'Iran House of Cartoon (Téhéran) ; l'Iran réplique ainsi aux caricatures du prophète publiées par des journaux occidentaux et jugées islamophobes par certains musulmans. Ce n'est pas la première fois qu'un tel concours est organisé et qu'un caricaturiste français remporte la palme.

    Certains journalistes français soulignent la collusion de l'Iran House of Cartoon avec le pouvoir iranien ; mais on se souvient que le gouvernement français, en la personne du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy avait tenu à défendre publiquement "Charlie-Hebdo", mettant en avant le principe de la liberté d'expression de la presse française (alors même que son indépendance reste à prouver).

    En comparant l'armée israélienne à la Wehrmacht nazie, pile le Jour de la Shoah, le général israélien Golan a sans doute fait preuve d'une plus grande audace que le dessinateur Zéon ; cette déclaration a fait scandale dans son pays et provoqué de nombreux commentaires furibards, dont celui-ci : "Après tout, qui sont les adversaires les plus acharnés d'Israël et de son armée ? Des Juifs."

    + Parmi les nombreux chanteurs décédés récemment, mentionnons Hubert Mounier qui fit les beaux jours du Top 50 dans les années 80 avec son groupe "L'Affaire Louis' Trio", interprétant des chansons gaies et entraînantes, sur des textes (volontairement) simplistes ; natif de Perrache, ce chanteur était aussi un suiveur de Chaland, qui dessina la couverture de l'album "Chic Planète" ; Hubert Mounier dessina un ou deux albums de BD, dont l'un pour raconter son expérience de chanteur à succès. Interview disponible sur le blog "Klare linj international" (actualités de la ligne claire).

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,juin,2016,revue de presse,info,maadiar,loubok,didier deschamps,estampe,42 mars,nuit debout,mai 68,iran,cartoon,zéon,holocauste,islamophobe,charlie-hebdo,nicolas sarkozy,golan,israelien,wehrmacht,shoah,hubert mounier,affaire louis trio,chaland,ligne claire,klare linj international,blog

    Cases extraites de "La Maison de Pain d'épices", par Hubert Mounier.

  • L'Art français a la cote

    La Semaine de Zombi. Lundi : Désormais la technologie a presque entièrement éclipsé l'art ; sous l'étiquette de l'art, on trouve énormément de gadgets ingénieux, des "ready made" à la Duchamp, purgés de l'humour (déjà que Duchamp en avait autant qu'un joueur d'échecs ou un prof de maths). Quand tu entres dans une galerie d'art aujourd'hui, tu peux presque sentir le souffle de la mort dans ton cou.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,hassan rohani,iran,airbus,commande,avion,françois hollande,art,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Caricature Hassan Rohani

    par LB

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,iran,hassan rohani,visite,françois hollande,dessin,presse,editorial cartoon,satirique,lb

  • Revue de presse BD (170)

    La fête de Noël est propice aux mauvais rêves ou aux cauchemars, provoqués comme chacun sait par l'abus de boisson et de nourriture. Mettez la pédale douce et lisez plutôt Zébra !

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,170,actualité,décembre,2015,noël,cauchemar,joan cornella,souscription,maya neyestani,réfugié politique,caricaturiste,iran

    + Le dessinateur satirique Joan Cornella n'est pas à proprement parler représentatif de "l'esprit de Noël", mais plus exactement de toute l'hypocrisie et la violence sociales qui se cachent derrière une telle expression. Ses strips à l'humour grinçant sont publiés en album, mais l'artiste espagnol vient de lancer une souscription pour que les meilleurs d'entre eux soient adaptés en dessins animés. Sa campagne de souscription est accompagnée d'un petit clip vidéo humoristique.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,170,actualité,décembre,2015,noël,cauchemar,joan cornella,souscription,maya neyestani,réfugié politique,caricaturiste,iran

    + "Les souffrances éprouvées en France et en Iran ne sont pas équivalentes. Mais on n’est pas obligé d’être enfermé physiquement pour se sentir "en prison". Le caricaturiste iranien Maya Neyestani décrit avec humour dans le "Petit manuel du parfait réfugié politique" sa condition de réfugié en France, à Paris, pas si rose que les ressortissants du pays "hôte" pourraient croire. Les lenteurs administratives, en particulier, font partie des petits supplices que subissent les exilés.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,170,actualité,décembre,2015,noël,cauchemar,joan cornella,souscription,maya neyestani,réfugié politique,caricaturiste,iran,graffeur,graffiti,street art,banksy,dran

    graffiti par Dran

    + Le "street-art" regroupe des tas de styles différents : certains graffitis sont purement décoratifs, d'autres "identitaires", consistant à tatouer les murs pour marquer son territoire ; quelques petits malins tentent ainsi de forcer la porte des galeries d'art chic, dont les droits d'entrée sont élevés ; il y a même quelques graffeurs satiriques, dont l'Anglais Banksy, le plus connu, ou le Toulousain Dran, dans un style BD, qui proclame : "Comme je ne sais pas écrire, j'ai préféré vous faire un dessin."

    Le "Hors-Humain" est encore d'une autre espèce, inclassable, qui sévit dans le Nord-Ouest de Paris et interpelle l'humanité, dont il tient à la manière d'un anarchiste à se dissocier, par le biais de messages philosophiques peints sur les trottoirs. L'homme, né Allemagne en 1944 sous un déluge de feu, explique dans une interview donnée à la radio "Contact FM" quel "la mort n'est qu'un leurre" (Le Hors-Humain est poursuivi en justice par la Mairie de Paris pour ses graffitis à même le sol.)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,170,actualité,décembre,2015,noël,cauchemar,joan cornella,souscription,maya neyestani,réfugié politique,caricaturiste,iran,graffeur,graffiti,street art,banksy,dran,hors-humain,marsam graphics,clément lemoine,rius,mexicain

    + Dans "Marsam Graphics", nouveau webzine BD gratuit, Clément Lemoine présente un dessinateur satirique mexicain, Rius, mal connu en France. Ce caricaturiste se réclame pêle-mêle de l'influence de Steinberg, Chaval, Bosc ou Siné.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,170,actualité,décembre,2015,noël,cauchemar,joan cornella,souscription,maya neyestani,réfugié politique,caricaturiste,iran,graffeur,graffiti,street art,banksy,dran,hors-humain,marsam graphics,clément lemoine,rius,mexicain,groom,spirou,dupuis,charlie-hebdo,magazine

    + Le 7 janvier, un an après l'attentat contre "Charlie-Hebdo", le magazine belge "Spirou" (Dupuis) lance un hors-série "Groom", traitant de l'actualité et destiné à un public d'ados. "Groom" parviendra-t-il à se démarquer de la ligne un peu trop scolaire ou puérile de ce genre de magazine ? A suivre...

  • Revue de presse BD (166)

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,166,novembre,2015,claire brétécher,pompidou,pilote,spirou,nouvel observateur,roland barthes,goscinny,gotlib,moebius,druillet,cavanna,charlie-hebdo,agrippine,pénélope bagieu,bobo

    Agrippine face à Claire Bretécher.

    + Rare femme à exercer ses talents dans le domaine de la BD, et plus encore de la BD humoristique, Claire Bretécher fait l'objet d'une grande exposition à la bibliothèque du musée d'art moderne Pompidou (jusqu'au 8 février). Brétécher, qui travailla notamment pour le compte de "Pilote", "Spirou" et "Le Nouvel Observateur" mérite plus le titre d'auteur satirique que celui de "sociologue", dont le pédantissime Roland Barthes l'affubla. On est bien placé au pays de Molière pour savoir à quel point la satire et la religion, rebaptisée "sociologie" dans les temps ultra-modernes, s'opposent. Si Molière avait été sociologue, se contentant de refléter son époque, il y a longtemps qu'il serait tombé dans l'oubli.

    Interviewée récemment sur ses années passées à "Pilote", sous la direction de R. Goscinny, Claire Bretécher n'a pas hésité à dénigrer les rebelles de "Mai 68" qui poussèrent Goscinny à la démission, les traitant de fils à papa et de faux rebelles (Gotlib, Moebius, Druillet) (in : "La Révolution Pilote", Dargaud, 2015). On est tenté de lui donner raison, quand on voit le nombre de philosophes de plateaux télé, plus creux les uns que les autres, que "Mai 68" a engendré, dissimulant leurs comptes en banque derrière des options humanistes. Mais à travers cet affrontement entre générations, typiquement viril, se trouve quand même posée la question, plus intéressante, du duel entre la bande-dessinée, destinée aux enfants, et le dessin de presse, visant un public plus large, ou encore de la rivalité entre le "Pilote" de Goscinny et le "Charlie-Hebdo" de Cavanna.

    "Le Figaro", quotidien du bourgeois qui s'assume, rend aussi hommage à Bretécher à travers un quiz de cinq questions sur sa carrière de dessinatrice.

    + Hasard ou calcul, l'attentat de la mi-novembre à Paris visait un quartier "bobo" de Paris ; c'est précisément la culture que Bretécher brocarde à travers le personnage d'Agrippine, adolescente élevée dans un milieu "humaniste"... mais néanmoins aisé. Les blogueuses-BD d'aujourd'hui sont un peu les petites soeurs d'Agrippine, et Pénélope Bagieu la plus célèbre a réagi aux attentats par un strip, sur le mode : "J'y pense et puis j'oublie."

    + En Iran, à Téhéran, le caricaturiste Hadi Heydari ("Persian Cartoon") a été arrêté à cause d'un dessin fait pour témoigner de sa solidarité avec les victimes des attentats de Paris ; il a probablement été interpellé par les services secrets de son pays. Faut-il le rappeler, l'Iran est en guerre froide avec les Etats-Unis et ses alliés, dont la France. En revanche, en Belgique, c'est l'humoriste Dieudonné Mbala-Mbala qui a été condamné à deux mois de prison ferme pour "antisémitisme". La sympathie de Dieudonné pour le régime iranien est connue.

    Le contexte de l'état d'urgence ne fait qu'accroître la sévérité de la condamnation de cet humoriste ; le condamner en ces circonstances revient à le désigner comme complice des djihadistes. Quand Dieudonné avait fait l'objet de poursuites et de pressions fiscales de la part du gouvernement de Manuel Valls, rares furent ceux qui osèrent prendre publiquement sa défense au nom de la liberté d'expression (Jack Lang, Plantu). Même si c'est sans doute inéluctable, on peut regretter qu'autant de caricaturistes et d'esprits soi-disant libres se laissent entraîner dans le "choc des cultures", stratégie de radicalisation des deux camps.

    + Alors que le salon du livre pour la jeunesse de Montreuil s'apprête à ouvrir ses portes (2-7 décembre), le webzine culturel Actualitté en profite pour dénoncer la moindre rémunération des auteurs et illustrateurs de livres pour enfants. Néanmoins le prétendu "préjugé" contre la littérature de genre ou la littérature spécialisée s'explique très bien d'un point de vue critique et littéraire par la prétention des plus grands auteurs à produire une littérature universelle, et non pas seulement destinée à une catégorie de lecteurs. Hélas l'argument égalitaire dissimule bien souvent, qu'il soit conscient ou non, un mobile mercantile ; la spécialisation de la littérature est avant tout une question d'édition et de librairie, bien plus que d'art et de littérature. C'est sûrement ne rien comprendre à l'art et la littérature que de les envisager seulement sous l'angle de la production et du marché. La mise en avant de grands principes, dans le domaine de la culture, est un cache-misère. La littérature de genre se vend parfois très bien, et ses auteurs sont bien rémunérés. La Comtesse de Ségur fit ainsi fortune avec ses livres pour enfants ("Les Malheurs de Sophie", etc.), et son statut était tel qu'elle pouvait embaucher et virer les plus prestigieux illustrateurs de la place de Paris. Son éditeur avait déniché la poule aux oeufs d'or.

    + La médiathèque F. Sagan (Paris Xe) abrite (jusqu'au 31 janvier) une exposition sur le thème de l'illustration de livres pour enfants. L'illustrateur britannique Anthony Browne parlera dans ce cadre (4 déc. à 19 h) de son travail ; créateur du personnage de "Marcel" ("Willy" en anglais), A. Browne tire le principal de ses revenus de la vente de cartes de voeux, ce qui lui permet d'être plus exigeant quant aux autres publications.

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,166,novembre,2015,claire brétécher,pompidou,pilote,spirou,nouvel observateur,roland barthes,goscinny,gotlib,moebius,druillet,cavanna,charlie-hebdo,agrippine,pénélope bagieu,bobo,dieudonné,iran,hadi heidari,persian cartoon,montreuil,salon livre enfants,illustrateur,anthony browne,marcel,willy,comtesse de ségur

    Marcel par Anthony Browne.

     

  • Revue de presse BD (151)

     Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,mai,2015,delcourt,jacques martin,hergé,tintin,van melkebeke,nietzsche,louvain-la-neuve,raymond leblanc,musée,actuabd,vice.com,gonzo,tristram,auch,gailliot,martigny,guillaume musso,valérie trierweiler,katherine pancol,daech,iran,shoah,atena farghadani,bernard bouton,féco,caricatures et caricature,guillaume doisy,le rire,clément vautel,steinlein,forain

    (Portrait de J. Van Melkebeke, par Hergé in : "Le Secret de la Licorne")

    + En Belgique ou en France, comme aux Etats-Unis, des académies de BD ouvrent afin de former de nouveaux auteurs ; par exemple l’année dernière en plein Paris, à l’initiative de l’éditeur G. Delcourt. La bande-dessinée y est enseignée comme un art à part entière, et par conséquent des cours d’histoire de la BD sont dispensés, en plus de la technique.

    On peut recommander à ces étudiants la lecture de cette interview en ligne de Jacques Martin (2001), auteur de la série à succès « Alix » (une vingtaine de millions d’albums vendus au total). Nul n’incarne mieux que cette saga située dans l’Antiquité romaine l’ambition du « Journal de Tintin » de proposer aux enfants et adolescents des lectures divertissantes « de qualité » - quoi que certains intellectuels de gauche ont, par le passé, reproché à J. Martin de véhiculer, à l’instar de Nietzsche, un discours réactionnaire en exaltant l’Antiquité romaine à travers la saga d’Alix le gallo-romain. Fondée ou non, cette polémique illustre au moins l’enjeu culturel de la BD et les efforts de divers partis pour se l’approprier.

    Mais surtout J. Martin a longtemps collaboré étroitement avec Hergé, représentant avec lui de la « ligne claire ». Le témoignage de J. Martin est éclairant sur le procédé de fabrication de « Tintin ». Quelques anecdotes racontées par J. Martin montrent que « Tintin » est une œuvre moins personnelle qu’on ne le croit. J. Martin raconte ainsi comment le public à imposé à Hergé le personnage provisoire du capitaine Haddock, dont il a fallu atténuer certains traits de caractère afin de le rendre plus sympathique.

    Mais aussi J. Martin rappelle le rôle discret mais important de Jacques Van Melkebeke dans l’écriture des scénarios de Hergé ou E.P. Jacobs. Paradoxalement, la discrétion de Van Melkebeke, par ailleurs peintre, est due au fait qu’il ne prenait pas très au sérieux la bande-dessinée belge.

    Enfin, même si le fait est plus connu, J. Martin raconte que Hergé a désiré se débarrasser de Tintin, dont le succès entravait la curiosité de Hergé pour d’autres formes d’expression artistiques.

    On retrouve peut-être plus la touche personnelle de Hergé dans son ingéniosité à adapter les ressorts du dessin-animé au support papier, facilitant ainsi la lecture des albums de Tintin par ses jeunes lecteurs.

    Cette conception collective de « Tintin », mi-artisanale, mi-industrielle, est sans doute la clef de l’explication du succès de l’œuvre attribuée pour des raisons de commodité à Hergé, succès bien plus large que celui d’autres formes d’art contemporain plus élitistes, mais tombés plus vite en désuétude.

    Lire la suite

  • Revue de presse BD (58)

     

     

     

    + Le programme complet de la 69e biennale du fanzine naturiste de Bruxelles, qui démarre dès vendredi soir (Zébra tiendra stand les samedi 22 et dimanche 23).

    + Du côté de Bruxelles aussi cet après-midi, le tampographe Sardon propose un assortiment choisi d'injures typiquement bruxelloises, plus épicées que des pralines belges. Si je me fais traiter là-bas de "franskillon" par un "belgicain", je pourrai répondre du tac-au-tac : - Dégagiss, espèce de schieven arkitek !

    Le dessinateur iranien Maya Neyestani, imitateur de feu Claude Serre, est réfugié politique en France; un de ses dessins interprété à "contresens", écrit le blogueur François Forcadell, a déclenché des émeutes dans son pays et entraîné son arrestation. En même temps on voit mal comment un amateur d'art absurde tel que Maya Neyestani pourrait être interprété autrement qu'à contresens ?

    + "France-Culture" s'est récemment efforcé de proposer un portrait radiophonique contrasté (1 h) de Walter Elias Disney (1901-1966), pilier de la culture américaine ; l'art de Walt Disney a d'ailleurs utilement été qualifié par un critique anglais de "seul art spécifiquement américain" ; il faut préciser d'ailleurs que c'est le "story telling", c'est-à-dire la manière de raconter les histoires qui est typiquement étatsunienne, et non les histoires elles-mêmes, empruntées par Disney à la littérature européenne, sans autre critère de choix que l'instinct. Mon principal grief vis-à-vis de Walt Disney est la présentation puérile d'oeuvres qui ne s'adressent pas spécialement aux enfants, mais dépassent la loi du genre consumériste totalitaire. La dictature molle de la consommation exige en effet de maintenir le plus possible l'individu au niveau infantile ou identitaire, avec le risque de dérapage sadique que cela comporte, et qui sont la rançon de cette méthode de maintien de l'ordre.

    Bien qu'un peu fade, cette biographie-express ne comporte pas moins des passages intéressants, comme le développement autour de la cité idéale d'Epcot, rêvée par Walt Disney. Le millénarisme politique n'est pas une idée neuve, loin s'en faut, puisque certains théologiens du moyen-âge en conçurent plusieurs formules avant-gardistes ; on peut se demander si la cité du Vatican elle-même ne repose pas sur une spéculation juridique similaire à celle du Epcot de Walt Disney. Mais les parcs d'attraction modernes sont plus révélateurs de l'aspiration au totalitarisme, c'est-à-dire de son aspect délicieusement régressif et religieux, habilement exploité par la publicité.

    L'un des intervenants fustige la médiocrité de l'oeuvre de Walt Disney, intervenant condamné probablement lors d'une émission sur "France-culture" à suggérer qu'il peut en être autrement de la culture. Guy Debord rappela de façon plus pertinente que la fonction même de la culture exige qu'elle soit médiocre ; sa fonction, c'est-à-dire son rôle de ciment social, distinct du progrès artistique ou scientifique, exigeant au contraire de lutter contre l'inconscient collectif, les préjugés sociaux et le rêve.

    La culture est nécessairement élitiste et religieuse, physique à son apogée, et macabre en fin de cycle -en réalité parfaitement statique, procurant l'illusion du mouvement comme le dessin-animé, la culture ne peut que péricliter. Le stade du rêve ou de l'onirisme se situe déjà par-delà la ruine, comme l'indiquent les aspects virtuel et spéculatif de la culture contemporaine, qui dépasse rarement le niveau de la pure rhétorique ou du "story telling". Les actionnaires du parc d'attraction ont sans doute décrété trop tôt la "fin de l'histoire" ; ou trop tard, car c'est une détermination essentielle de la culture occidentale, depuis le début, d'essayer de refermer la porte étroite de l'histoire.

    + A propos d'absurdité et de Roland Topor, la chaîne "Arte" rediffuse "Téléchat", qu'il est possible de visionner en streaming sur le site de la chaîne. "Téléchat" se moque subtilement du JT et du devoir d'information, à travers les personnages de Groucha et Lola. Si la série était remise au goût du jour, Lola pourrait être une dinde et avoir une aventure avec un homme politique. L'idée originale était aussi de donner la parole aux légumes, aux fruits et divers objets, ce qui rappelle les conférences de Bergson sur la conscience des végétaux. Plus récemment, le CERN a investi des dizaines de milliards d'euros dans la recherche de l'hypothétique "Boson de Higgs", frère siamois du "Gluon de Topor", et une question vient forcément à l'esprit : - si le monde est absurde, est-il nécessaire pour en rendre compte que la science le soit aussi ?

    + Le site d'actu belge "Actuabd" fait de la pub pour la prochaine comic con' de Paris-Villepinte. On ne peut que déplorer l'assimilation systématique de la culture pop(ulaire) à la culture commerciale. Ce n'est pas le peuple qui réclame "du pain et des jeux" ou "du foot et du cinoche", mais les élites qui entretiennent ainsi le populisme.

    + La restructuration du fanzine Zébra m'accapare au point que j'ai dû ranger quelques projets dans les tiroirs provisoirement, dont l'interview du dessinateur satirique Fanch, militant marxiste contre le droit de propriété intellectuelle, dans la lignée de Banksy. Une caricature de Fanch ar Ruz pour faire patienter :

     

    webzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,revue de presse,58,hebdomadaire,biennale,bruxelles,programme,stand,maya neyestani,iran,claude serre,françois forcadell,roland topor,arte,groucha,lola,streaming,boson de higgs,cern,gluon,devoir d'information,bergson,téléchat,actuabd,comic con,villepinte,culture populaire,fanch ar ruz,satirique