Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gaston lagaffe

  • Revue de presse BD (329)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,cabu,jacques chirac,paris,btp,pamphlet,revoir paris,eric leroy,le monde,artcurial,nostalgie,gaston lagaffe

    + Cabu détestait Jacques Chirac ; pas autant qu'il détestait François Mitterrand (en électeur de gauche cocufié), certes, mais en amoureux de Paris le caricaturiste reprochait au maire Chirac d'avoir abîmé la capitale en la livrant aux industriels du BTP, ce qui revient à placer une jolie femme entre les mains d'un proxénète.

    "Revoir Paris", le meilleur album de Cabu (1996, au Seuil), n'est pas seulement un pamphlet contre Jacques Chirac, mais c'est aussi ça.

    En vieillissant Cabu se laissa séduire par l'équipe municipale suivante, non moins guidée par la folie des grandeurs bétonnées (camouflée derrière "l'esprit olympique"). Bertrand Delanoë consacra à son ami Cabu une exposition à l'Hôtel de Ville.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2019,cabu,jacques chirac,paris,btp,pamphlet,revoir paris,eric leroy,le monde,artcurial,nostalgie,gaston lagaffe

    E.O. de Gaston Lagaffe par Franquin & Jidéhem, estimée entre 250 et 300 euros.

    + A la rubrique "Argent", "Le Monde" titrait récemment (16 sept.) : "La bande dessinée ou le marché de la nostalgie".

    En effet, d'après l'expert Eric Leroy (Artcurial) interrogé : "Les bandes dessinées anciennes, c'est un marché de la nostalgie ; les collectionneurs cherchent à retrouver l'objet d'époque, celui qui les a séduits."

    Mais cet expert est pessimiste quant à l'évolution de ce marché : "Il a été très porteur pendant vingt ans, mais je crois qu'il est arrivé à maturité. Et je ne le vois pas repartir avec les nouvelles générations qui lisent peu ou sur tablettes, et le manque de journaux supports de cet univers, comme l'étaient Spirou ou Tintin (...)."

    Il ne faudrait pas oublier l'aspect purement spéculatif, de placement financier, caractéristique de l'art contemporain, qui en fait une "vitrine du capitalisme" ; il explique aussi les records de prix atteints par certains objets de collection dont l'intérêt est minime sur le plan plastique.

    K. Marx emploie l'expression parlante de "fétichisme de la marchandise", qui résume à elle seule la dimension religieuse de la culture contemporaine.

  • Revue de presse BD (271)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68

    Adaptation par Paul Boujenah (1981)

    + "Je n’avais donc pas le pouvoir d’empêcher ce film, même si les acteurs sont mal dirigés, le scénario débile et le rythme des gags catastrophique." Isabelle Franquin, fille d'André (qui n'est titulaire que d'un droit moral sur l'oeuvre), n'a pas attendu la sortie de Gaston Lagaffe au cinéma pour étriller cette adaptation (qui n'est pas la première).

    C'est en effet une question de rythme si les BD comiques sont en principe inadaptables au cinéma. Certains amateurs inconditionnels de Gaston Lagaffe font en outre valoir que c'est un type bruxellois, que l'on peut difficilement extraire d'un tel contexte.

    "L'anticonformisme" de Gaston Lagaffe est discutable: en effet Gaston s'accommode comme pas deux d'un emploi administratif ennuyeux ; il a un penchant marqué pour les gadgets aussi divertissants qu'inutiles; il s'écroule physiquement, et ses loisirs sont ceux d'un petit bourgeois belge ordinaire: tout ça incite plutôt à voir en Gaston le reflet de notre époque. "Si Darwin dit vrai, ironisait Alphonse Allais, dans ce cas la société ne comptera bientôt plus que des escrocs... car ils sont les mieux adaptés à la société". Lagaffe est plutôt une sorte d'aboutissement social... ou un autoportrait sans complaisance de Franquin ?

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68

    Dessin de Decressac pour remercier les contributeurs de "Zélium".

    + Le journal satirique "Zélium" est parvenu à réunir par souscription la somme de 5.000 euros afin de financer son prochain numéro consacré au Travail (après deux ans de "vacances"). 5.000 euros, c'est le coût de fabrication et de distribution d'un magazine en couleurs tiré à environ 2.000 ex. (les dessinateurs contribuent bénévolement).

    La "liberté d'expression" ne résulte pas seulement de l'inscription dans la constitution d'un grand principe libéral, mais des conditions économiques dans lesquelles les journaux sont publiés et distribués. Or on a pu observer au cours des dernières décennies l'effort des parlementaires français pour faciliter le contrôle et la tutelle des nouveaux médias émergents (radios libres, internet) par de grands groupes industriels et bancaires.

    La "liberté d'expression" est un principe aussi mystique que le principe de dieu sous d'autres latitudes... et "Charlie" est son prophète et martyr.

    + "L'Obs" se préoccupe de la censure en Turquie et s'intéresse aux dernières webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68gazettes satiriques ("Leman") osant brocarder le président turc Erdogan.

    Mais "L'Obs" semble avoir oublié comment le président E. Macron a été élu récemment à la quasi-unanimité des titres de presse français, aussi différents les uns des autres que des endives calibrées, face à des candidats jouant le rôle de "sparring-partners"; une comédie musicale aurait aussi bien fait l'affaire qu'une campagne électorale.

    En assassinant "Charlie-Hebdo", les frères Kouachi ont ressuscité un cadavre puisque "Charlie-Hebdo" n'était plus subversif pour personne, hormis quelques musulmans chauffés à blanc. Comme l'esprit subversif de "Mai 68" s'est transformé en conformisme au fil des années, l'esprit subversif de "Charlie-Hebdo" a viré à la rengaine, si ce n'est à la justification de la censure "au nom de l'ordre public".

    Ici un ancien sympathisant du mouvement de contestation de "Mai 68", Didier Leduc, concède : - Stigmatiser l’utopie soixante-huitarde est un exercice facile tant la mythologie libérale dominante tend à opposer ce qui serait de l’ancien monde, forcément ringard, au nouveau monde qui, sous couvert de pragmatisme et d’adaptation au principe de réalité, voudrait nous faire basculer dans une société "de progrès" de maîtrise technologique et de marché sans frontière.

    + Parfois mal payés, dessinateurs de BD et illustrateurs sont en quête de moyens alternatifs de subsistance. Le site internet NyArt, récemment créé, joue le rôle d'intermédiaire entre commanditaires privés et artistes (moyennant une commission de 3%).

  • Revue de presse BD (222)

    + La version colorisée de "Tintin chez les Soviets" caracole actuellement enwebzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,février,2017,actualité,tintin,énigmatique lb,soviets,mur de berlin,anticommuniste,centre pompidou,40 ans,gaston lagaffe,franquin,antimilitarisme,jean baudrillard,présidentielle,filloniste,le figaro,ixène,orwell,canard enchaîné,comité canadien,liberté,concours,timisoara,saddam hussein,hubert beuve-méry tête des ventes de livres. Il est difficile de savoir ce que Hergé en aurait pensé, lui qui redoutait tant de déclencher la polémique. La chute du Mur de Berlin et le recul de l'idéologie stalinienne ou sartrienne (Hergé était particulièrement chahuté en France) ont libéré le propos anticommuniste, qui n'est plus politiquement incorrect comme dans les années 1950 à 80 - le marketing et la nostalgie ont fait le reste.

    + Une autre institution a pris de l'âge, plus française celle-là, c'est le centre Pompidou. Cette usine à transformer la contre-culture en culture dominante agréée par les élites, fête son quarantième anniversaire.

    Gaston Lagaffe et Franquin y sont honorés actuellement à travers une expo. qui souligne l'antimilitarisme de Franquin, alors qu'il n'y a peut-être aucun quartier au monde où patrouillent autant de vigiles, de soldats armés de fusils d'assaut, de flics en tous genre, en uniforme ou en civil ; devant le musée comme à l'intérieur, on est sommé de vider son sac pour un oui ou pour un non.

    Pompidou lui-même était un drôle de bonhomme, célébrant la poésie d'une main, et contribuant au capitalisme de l'autre. Janus, le dieu à double visage, ne présiderait-il pas au destin de la bourgeoisie ?

    A propos du musée Pompidou, qui à l'instar de Tintin n'a pas toujours fait l'unanimité, le philosophe Jean Baudrillard, tentant d'analyser l'époque, écrivait ceci : "Heureusement, tout ce simulacre de valeurs culturelles est anéanti d'avance par l'architecture extérieure. Car celle-ci, avec ses réseaux de tuyaux et son air de bâtiment d'expo. ou de foire universelle, avec sa fragilité (calculée ?), dissuasive de toute mentalité ou monumentalité traditionnelle, proclame ouvertement que notre temps ne sera plus jamais celui de la durée (...). Notre seule culture, au fond, est celle des hydrocarbures, celle du raffinage, du cracking, du cassage de molécules culturelles et de leur recomposition en produits de synthèse." (In : "Simulacres et simulation")

    + Présentée comme un moment fort de la démocratie, la campagne présidentielle est unwebzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,février,2017,actualité,tintin,énigmatique lb,soviets,mur de berlin,anticommuniste,centre pompidou,40 ans,gaston lagaffe,franquin,antimilitarisme,jean baudrillard,présidentielle,filloniste,le figaro,ixène,orwell,canard enchaîné,comité canadien,liberté,concours,timisoara,saddam hussein,hubert beuve-méry mauvais moment à passer pour la satire ; beaucoup de dessinateurs de presse tombent dans le propos partisan, illustrant la remarque de G. Orwell (tirée de l'observation des régimes totalitaires) sur la politisation excessive de tous les sujets. Ainsi le caricaturiste Ixène, employé par la presse filloniste ("Le Figaro"), défend son candidat préféré, en proie aux attaques d'une partie de la presse, "Canard enchaîné" en tête (qui semble découvrir en cette occasion les coulisses du parlement et de la vie politique française).

    Les dessinateurs de presse doivent se montrer plus subtil pour ne pas tomber dans le militantisme.

    + Le Comité canadien pour la liberté de la presse lance un concours de dessins satiriques (doté de 2.000 dollars canadiens) sur le thème "Faux et usage de faux" (dessin à envoyer avant le vendredi 31 mars). Ce comité élucide son thème en pointant du doigt le risque de propagation de rumeurs via internet : "Internet serait-il devenu une menace pour les démocraties ?"

    Cependant le discrédit de la presse internationale, et française en particulier, précède le boom d'Internet. Ce discrédit de la presse dans le public repose sur des faits, notamment la collusion entre les partis politiques et la presse, ou encore les milieux d'affaire et la presse, ayant donné lieu à des ouvrages solidement étayés.

    La propagation de fausses nouvelles, à partir de sources mal vérifiées, n'est pas non plus une innovation d'Internet ; on se souvient de l'affaire des faux charniers de Timisoara (1989), ou plus récemment des fausses armes de destruction massive de Saddam Hussein, impliquant la presse et les journalistes du monde entier. Au cours de la guerre froide, "Le Monde" d'Hubert Beuve-Méry publia comme une information de faux documents fabriqués par les services secrets soviétiques pour faire croire à l'invasion imminente de l'Europe par les forces armées US.

    C'est carrément le slogan de la liberté de la presse, dont se gargarisent l'Occident, qui devrait être soumis à la satire.

  • Le Strip de Lola

    (par Aurélie Dekeyser)

    webzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,strip,lola,aurélie dekeyser,angoulême,festival,gaston lagaffe,lucky-luke,fauve

     

     

     

  • Fillon-Lagaffe

    La Semaine de Zombi. Vendredi : Attaché parlementaire, un job de rêve pour Gaston Lagaffe...

    webzine,bd,zébra,caricature,gratuit,bande-dessinée,caricature,françois fillon,gaston lagaffe,présidentielle,2017,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Revue de presse BD (215)

     

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,actualité,mix et remix,philippe becquelin,mort,suisse,lausanne,l'hebdo,siné-hebdo,actuabd,glénat,bourses,fondation,montagne,fécocorico,feco,france,dessin,mose,siné,tetsu,trez,jean-jacques pauvert,victor hugo,tomi ungerer,kama sutra,robert rousso,cartoon,hastings,congo,brazzaville,bilili,bpi,pompidou,gaston lagaffe,franquin

    Gag de Mix & Remix extrait de son blog "1er Degré"

    + Le dessinateur de presse helvète Mix & Remix est mort des suites d'un cancer du pancréas. Pratiquant un humour basé sur les dialogues bien plus que sur le dessin, Mix & Remix publiait ses gags et strips dans "L'Hebdo", magazine suisse francophone (Lausanne) dont il était le dessinateur vedette et qui lui rend un hommage spécial. "Courrier international" et "Siné-Hebdo" ont contribué a faire connaître Mix & Remix en France.

    Dans une interview au site "Actuabd" en 2011, Mix disait avoir "horreur de la provocation gratuite" (allusion à "Charlie-Hebdo" ?) et refusait de travailler pour un parti politique quelconque, afin de pouvoir "taper" sur tout le monde. Le pseudo double de Philippe Becquelin était dû à une ancienne collaboration artistique avec sa femme.

    + Alors que la guerre civile menace la République démocratique (sic) du Congo, le premier festival de BD Bilili organisé à Brazzaville vient de s'achever. Il réunissait des dessinateurs camerounais, congolais et français. Ce petit festival paraît bien dérisoire face aux affrontements politiques pour la conquête du pouvoir suprême.

    + "Fécocorico", organe trimestriel de la "Feco France" (association de caricaturistes) consacre un article aux petits albums de dessins cochons tirés à part autrefois sous le manteau par divers caricaturistes : Mose, Siné, Tetsu, Trez... ce type de publication paraît bien démodé aujourd'hui, alors que la pornographie fait désormais partie de la culture des ados, qui en savent (théoriquement) beaucoup plus que leurs parents ou grands-parents. Le plus cocasse est la censure d'un dessin par l'éditeur d'un album licencieux de Siné, Jean-Jacques Pauvert, choqué d'y voir Victor Hugo pratiquant une fellation.

    De la part de certains dessinateurs satiriques, tel Tomi Ungerer, il ne s'agit d'ailleurs pas tant de provoquer ou de choquer que de montrer la part d'ombre de la sexualité (le rapport de soumission et de domination qu'elle implique, par exemple), au contraire du "Kama Sutra", véritable bréviaire religieux en vogue dans les élites indiennes.

    + Encore à lire dans le n° de "Fécocorico" de juillet-août-sept. 2016, un compte rendu de la visite du caricaturiste Robert Rousso au festival de cartoon d'Hastings en Angleterre.

    + La fondation grenobloise Glénat accorde à de jeunes dessinateurs de BD entre (18 et 30 ans) une ou deux bourses d'études de montants variés, allant de 2000 à 15000 euros. Les dossiers comportant quelques planches doivent être envoyés avant le 15 février 2017. L'un des projets devra porter sur le thème de la montagne ; "l'originalité narrative et picturale" du second projet devra apporter "une nouvelle dimension au neuvième art"... rien que ça !

    + De l'exposition dédiée en ce moment par la bibliothèque du Centre Pompidou (et Frédéric Jannin) à Franquin à travers le personnage de Gaston Lagaffe, nous avons récemment rendu compte sur le blog Zébra.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,actualité,mix et remix,philippe becquelin,mort,suisse,lausanne,l'hebdo,siné-hebdo,actuabd,glénat,bourses,fondation,montagne,fécocorico,feco,france,dessin,mose,siné,tetsu,trez,jean-jacques pauvert,victor hugo,tomi ungerer,kama sutra,robert rousso,cartoon,hastings,congo,brazzaville,bilili,bpi,pompidou,gaston lagaffe,franquin,frédéric jannin

    Illustration de Franquin pour orner la 4e de couverture des albums de "Gaston Lagaffe".

  • Expo. Gaston Lagaffe

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,critique,expo,gaston lagaffe,bpi,pompidou,bibliothèque,franquin,yvan delporte,jidéhem

    Case extraite d'une planche originale de Gaston Lagaffe par Franquin.

    Depuis le 7 décembre jusqu'au 10 avril 2017, la bibliothèque du Centre Pompidou (Bpi) propose une exposition dédiée à Franquin à travers le personnage de Gaston Lagaffe, apparu dans le magazine "Spirou" en 1957.

    L'expo est destinée au grand public ; elle apprendra peu aux connaisseurs de Franquin et de son travail ; celui-ci a déjà fait l'objet de plusieurs monographies assez exhaustives (mises à la disposition des visiteurs de l'expo. dans un petit salon annexe).

    Cette expo. dévoile la complexité technique, non seulement de la bande-dessinée, mais aussi de la presse destinée aux jeunes ados., qui vit alors son "chant du cygne". Les albums de Gaston Lagaffe soulignent d'ailleurs ce paradoxe : à quel point la tâche de divertir est un métier sérieux, voire fastidieux pour les adultes qui l'exercent. Les bureaux et les employés de la maison Dupuis (située à Marcinelle en Belgique), ressemblent presque aux bureaux et aux employés d'une banque ou d'une compagnie d'assurance... à l'exception du personnage de Gaston Lagaffe.

    Bien que Gaston Lagaffe soit une invention d'André Franquin, le dessinateur fut épaulé par une partie de la rédaction de "Spirou", son rédacteur en chef Yvan Delporte en tête, mais aussi le dessinateur Jidéhem, assistant d'un Franquin croulant sous le travail. Gaston Lagaffe et ses gags sont un exutoire collectif, qui laisse sceptique les directeurs commerciaux de la revue, inquiets des répercussions sur le lectorat d'un personnage et d'une BD aussi originaux.

    Le personnage de Gaston Lagaffe est la tête de pont de plusieurs initiatives successives de Franquin, décalées par rapport à son métier de dessinateur de BD pour enfants : le "Trombone illustré", petit supplément humoristique encarté dans "Spirou", d'abord destiné à amuser ses auteurs ; puis les "Idées noires", série de gags d'humour noir à la tonalité antisociale, antimilitariste et écologiste, que Franquin finira par publier dans "Fluide-Glacial" à la demande de Gotlib.

    Ce petit extrait d'une interview est sans doute significatif de l'état d'esprit de Franquin (1988) : "Parfois, je me dis que j'aurais dû commencer ce métier à Paris. On y vit, travaille et pense tellement plus intensément qu'ici. Si j'avais commencé ma carrière à Paris, je pense que les choses auraient été très différentes. En évoluant dans un environnement plus engagé, j'aurais probablement dessiné un autre genre de séries. Là-bas, vous pouvez faire rire les gens, tout en faisant passer un message. Pour ma part, j'ai souvent pensé que j'étais prédestiné à faire de mignons petits dessins inoffensifs, légers, superficiels..."

    On peut trouver l'opinion de Franquin sur Paris excessivement élogieuse, compte tenu du conformisme de la presse française ("Charlie-Hebdo" fait figure d'exception, et Paris s'y intéresse surtout depuis la mort de ses dessinateurs). Le fait est que l'on sent une pointe de regret chez Franquin dans cette confidence.

    Dans quelle mesure Gaston Lagaffe est-il subversif ? L'expo. de la bpi exagère cet aspect. Certes, Franquin s'est servi de Gaston Lagaffe (en de rares occasions) pour exprimer son antimilitarisme. Mais qui les BD antimilitaristes dérangent-elles vraiment ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que les industriels de l'armement s'en accommodent bien, au vu de leurs bénéfices. "Gaston Lagaffe" fut d'abord une échappatoire pour Franquin, un moyen de se moquer de lui-même et de son métier d'amuseur. Le pessimisme et la satire sont bien plus nets dans les "Idées noires".

    La subversion de Gaston Lagaffe passe peut-être plutôt par sa manière de démolir de l'intérieur l'héroïsme de carton-pâte qui fut le fond de commerce de la bande-dessinée franco-belge, "Tintin" en tête.

    Les inventions, plus inutiles les unes que les autres, du "génial" Gaston Lagaffe, semblent aussi la caricature d'une époque où le superflu a pris la place de l'essentiel.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,critique,expo,gaston lagaffe,bpi,pompidou,bibliothèque,franquin,yvan delporte,jidéhem,mastigaston,idées noires,trombone illustré

    Fausse publicité pour le Mastigaston insérée par Franquin parmi de vraies pubs dans l'hebdomadaire "Spirou".