Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

riad sattouf

  • L'Arabe du Futur - tome 3***

    Succès de librairie inattendu en 2014, "L'Arabe du Futur" compte depuis deux tomes supplémentaires, et unwebzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,kritik,critique,riad sattouf,arabe,futur,syrie,satirique,laïcité,islam,bachar el assad quatrième devrait paraître en 2018. Pour mémoire cet auteur franco-syrien y raconte son enfance, dont le plus clair se déroula au Moyen-Orient, notamment en Syrie où le père de Riad Sattouf exerçait un emploi de fonctionnaire (prof de fac).

    Le tome III retrace les souvenirs des années 1985 à 1987, quand l'auteur avait de sept à neuf ans.

    Le principal reproche que l'on peut faire à l'auteur est de ne pas se renouveler : les tomes se suivent et se ressemblent. Cependant les lecteurs agacés par les récits d'autofiction un peu vains trouveront ici leur compte car l'auteur parvient à donner à son récit une portée générale.

    Alors que Riad Sattouf s'est fait remarquer au cours des dernières années par des prises de position publiques assez démagogiques (typiques de la gauche libérale), "L'Arabe du Futur" aborde au contraire sans hypocrisie, de manière satirique, le problème du rapport de la culture laïque moderne avec la religion; c'est d'autant plus utile que cette question donne lieu en France à des débats aussi stériles que passionnés, orchestrés par les partis politiques.

    "L'Arabe du Futur" nous montre que la religion mahométane est, en Syrie, la religion des familles paysannes pauvres et frustes. Dans ce milieu, dont le père de R. Sattouf est issu, sévit en outre un antisémitisme à la fois viscéral et superficiel, conséquence du nationalisme arabe et de la haine de l'Occident, à commencer par les Etats-Unis. "Juif" est à peu près synonyme de "traître" dans le vocabulaire des gosses syriens, ce qui n'est pas sans rappeler le "Boche" de la France de la fin du XIXe siècle, et l'assimilation dans la littérature antisémite de ce temps-là des Juifs aux Allemands.

    Le père de R. Sattouf est un personnage charnière: son ambition sociale le place en porte-à-faux vis-à-vis de sa famille et de son éducation traditionnelle. Il penche du côté du modèle laïc républicain à la française, incarné à la fin des années 80 par le père de l'actuel président-dictateur, Hafez el Assad. De façon significative, l'esprit de revanche des élites arabes ne les empêche pas d'imiter la formule laïque occidentale qui, à leurs yeux, a fait ses preuves sur le plan politique. La réussite scolaire est une des principales valeurs inculquées à Riad par son père.

    La position de monsieur Sattouf père est comparable à celle des catholiques en France, militant à la fois pour la laïcité et pour la religion, c'est-à-dire le maintien de certaines coutumes religieuses. On le voit ainsi se plier au ramadan, non par conviction religieuse mais par piété filiale, tout en vantant le mérite du jeûne... sur le plan médical.

    Cet homme relativement émancipé des prescriptions religieuses, qui a osé épouser une "infidèle" française, se montre d'ailleurs lucide à propos de la culture laïque occidentale: celle-ci accorde à l'argent une place au moins aussi importante que la place accordée par la culture traditionnelle à dieu. Or le noeud du problème est bien là: le culte du veau d'or entraîne-t-il moins de superstition et de fanatisme que le culte d'Allah ou Mahomet ? Certains aspects de la culture occidentale indiquent qu'il n'en est rien.

    Le tableau que R. Sattouf brosse parallèlement de sa famille maternelle française, installée dans la région de Saint-Brieuc (Bretagne), indique bien que la principale différence culturelle est en termes d'aisance matérielle et de confort. R. Sattouf ne se montre par moins critique avec sa mère, pour qui l'exil en Syrie est de plus en plus pesant, et dont les revendications féministes ont une connotation assez matérielle.

    R. Sattouf ne tombe pas dans le piège d'une opposition manichéenne entre les différentes cultures de ses parents. 

    L'Arabe du Futur- tome 3, par Riad Sattouf, Allary éditions, 2016.

  • Revue de presse BD (258)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,riad sattouf,arabe,futur,festival angoulême,stevenson,cosey,jonathan,hugo pratt,yves frémion,2024,g. ri,mousselet,robida,christophe,georges colomb,savant cosinus,negative space,ru kuhawata,max porter,arte,animation,mickey,corto maltese,baptiste virot,psoriasis

    ill. Baptiste Virot

    + L'Enigmatique LB dit qu'il aime bien les illustrations et les BD de Baptiste Virot (fanzine "Psoriasis"), pas très loin de Kamagurka, Herr Seele ou Ever Meulen.

    + Le Festival international d'Angoulême (25-28 janvier) est la vitrine des producteurs de BD; mais le grand public ne connaît pas forcément bien le métier de "bédéaste". Riad Sattouf, devenu un auteur à succès depuis la publication du premier tome de "L'Arabe du Futur", donne dix conseils à un futur auteur de BD. Il souligne qu'un auteur de BD n'est pas forcément un excellent dessinateur, et qu'il faut être prêt à bouffer de la vache enragée.

    + Le malentendu vient de ce que le "dessin" sert le plus souventwebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,riad sattouf,arabe,futur,festival angoulême,stevenson,cosey,jonathan,hugo pratt,yves frémion,2024,g. ri,mousselet,robida,christophe,georges colomb,savant cosinus,negative space,ru kuhawata,max porter,arte,animation,mickey,corto maltese,baptiste virot,psoriasis de trait d'union entre l'auteur et son public; éditeurs et festivaliers jouent en effet à fond la carte des séances de dédicaces, et le jeune public se persuade ainsi que les auteurs de BD sont d'excellents dessinateurs.

    Le bédéaste est, plutôt qu'un bon dessinateur, un aventurier par procuration. R. L. Stevenson, même s'il n'a jamais publié de BD, est un très bon exemple d'auteur de BD. On voit dans un petit film tourné récemment Cosey, primé lors du précédent festival d'Angoulême, expliquer que son héros, Jonathan, n'est autre que lui-même.

    Plus original le cas de Hugo Pratt ("Corto Maltese"), qui par la BD a enjolivé une aventure personnelle bien réelle, mais trop banale pour servir telle quelle de scénario de BD.

    + Yves Frémion félicite les "éditions 2024" d'avoir exhumé l'oeuvre de Victor Joseph Louis Mousselet, alias G. Ri, auteur de feuilletons en BD fantaisistes. Ses webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,riad sattouf,arabe,futur,festival angoulême,stevenson,cosey,jonathan,hugo pratt,yves frémion,2024,g. ri,mousselet,robida,christophe,georges colomb,savant cosinusmeilleurs parurent dans la presse au début du XXe siècle.

    "Epatant", "poétique", "excellent narrateur", on ne contestera pas ces adjectifs ; cependant la comparaison avec Robida est exagérée. Robida est non seulement divertissant, mais aussi ironique vis-à-vis du progrès technique et ses conséquences, contrairement à G. Ri ou Jules Vernes; cela explique que l'oeuvre fantasmagorique de Robida a davantage retenu l'attention.

    De même les BD du botaniste Georges Colomb, alias Christophe, passées à la postérité ("Plick & Plock", "Le Sapeur Camembert"), sont d'une tout autre portée, rarement égalée en BD depuis. La satire du savant moderne en blouse blanche ("Le Pr Cosinus"), complètement dénué de pragmatisme et vrai danger public, a été reprise par la suite dans d'autres séries, mais de façon plus plate.

    + Y. Frémion conclut (à l'adresse des éditeurs de BD) : "La maturité d’un genre ne consiste pas à multiplier les titres, mais à en éditer des bons."

    Que penser de ce croisement entre les aventures de Mickey Mouse et celles de Corto Maltese, devenant "Les Aventures de Mickey Maltese - La Ballade de la Souris salée" ? Les "antispécistes" seront sans doute ravis mais, au mois d'avril, on aurait parié sur un poisson.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,riad sattouf,arabe,futur,festival angoulême,stevenson,cosey,jonathan,hugo pratt,yves frémion,2024,g. ri,mousselet,robida,christophe,georges colomb,savant cosinus,negative space,ru kuhawata,max porter,arte,animation,mickey,corto maltese

    + "Negative Space" : petit film d'animation (6') plein de poésie moderne par Sylvain Derosne, Eric Montchaud, Max Porter et Ru Kuwahata, diffusé par la chaîne de TV "Arte".

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,riad sattouf,arabe,futur,festival angoulême,stevenson,cosey,jonathan,hugo pratt,yves frémion,2024,g. ri,mousselet,robida,christophe,georges colomb,savant cosinus,negative space,ru kuhawata,max porter,arte,animation

  • Revue de presse BD (251)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2017,riad sattouf,no sex,new york,féministe,séduction,pastiche,blutch,barbier & mathon,galerie,expo,reboux,müller,comtesse de ségur

    + Le dispositif légal que certaines féministes et la ministre de l'Egalité entre les sexes souhaitent mettre en place pour encadrer les rapports de séduction entre hommes et femmes existe déjà aux Etats-Unis. C'est le thème d'une BD de Riad Sattouf (2005), "No Sex in New York" (reportage-BD commandé par "Libération").

    Sur le mode humoristique, Riad Sattouf décrit l'organisation des rapports amoureux à New York, capitale culturelle des Etats-Unis : les nouvelles règles du "flirt" sont décalquées sur celles de l'entretien d'embauche professionnel; la jeune femme joue le rôle de la recruteuse et le jeune homme celui du candidat. Les sites internet de rencontre, qui ont fait de l'amour un business juteux et proposent aux cadres surchargés de travail de rationaliser le "flirt", ressemblent en effet aux sites des "chasseurs de tête".

    On constate que les lois en matière d'amour reflètent les lois économiques : la natalité fut encouragée dans les périodes d'expansion industrielle, puis découragée au cours de la désindustrialisation ; la procréation représente dorénavant un enjeu sentimental.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2017,riad sattouf,no sex,new york,féministe,séduction,pastiche,blutch,barbier & mathon,galerie,expo,reboux,müller,comtesse de ségur

    + Le bédéaste Blutch dévoile à la galerie Barbier & Mathon (Paris 9e-jusqu'au 9 déc.) quelques planches réinterprétant tel ou tel passage de BD lues pendant son enfance (ci-dessus : Adèle Blanc-sec vue par Blutch).

    On peut regretter que Blutch se soit contenté de réinterprétations et n'ait pas proposé des pastiches, genre manié parfois avec brio par les critiques littéraires. Ainsi Paul Reboux (opérant le plus souvent en duo avec Charles Müller) dévoilait dans ce pastiche de la Comtesse de Ségur la connotation sado-masochiste de ses histoires destinées aux petites filles (on comprend mieux leur phénoménal succès).

    + En cours de financement participatif, un nouveau magazine entièrement dédié au dessin et aux dessinateurs devrait voir le jour bientôt. Frédéric Bosser (magazine "dBD") en sera le rédacteur en chef.

    Il reste que la notion de dessin est parmi les plus vagues depuis que les images photographiques et cinématographiques sont omniprésentes et que la nature n'est plus la source d'inspiration principale. Il y a des dessinateurs de BD qui ne sont pas dessinateurs du tout. Il est indispensable d'être un bon conteur pour devenir auteur de BD, tandis que l'on peut se contenter d'être un médiocre dessinateur.

    + La mode est au carnet de voyage et Clermont-Ferrand accueillera prochainement (17-19 nov.) un festival dédié à cette nouvelle forme de poésie, mêlant le récit ou description et le dessin ou la photographie.

    Ci-dessous, extrait du carnet de voyage de Lorraine Martin (alias Marthe) "Road-Trip en Belgique" : "Certains font la route 66, moi j'aurais fait la N40 dans les Ardennes belges..."

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2017,riad sattouf,no sex,new york,féministe,séduction,pastiche,blutch,barbier & mathon,galerie,expo,reboux,müller,comtesse de ségur,dbd,frédéric bosser,dessin,photographie,carnet,voyage,clermont-ferrand,lorraine martin,ardennes belges,festival

     

  • Revue de presse BD (226)

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,mars,2017,joseph lada,50 watts,jaroslav hasek,brave soldat chveik,tchèque,eiris,bnf,hara-kiri,charlie-hebdo,colloque,georget bernier,françois cavanna,martine mauvieux,virginie vernay,mric,alexandre devaux,topor,siné-mensuel,anarcho-punk,noël godin,entarteur,jean-luc mélenchon,france insoumise,riad sattouf,parisworldwide,arabe du futur

    + "50 Watts" se veut la ressource en ligne la plus riche du monde dans le domaine de l'illustration et des illustrateurs. Ce site répertorie en effet de très nombreux illustrateurs, comme par exemple, ci-dessus le tchèque Joseph Lada (1887-1957), "artiste national" tchèque, connu pour avoir illustré "Le Brave Soldat Chveïk" (Jaroslav Hasek), héros presque aussi populaire en Tchéquie que Tintin en Belgique.

    + En marge du "Trophée Presse-Citron" 2017 du meilleur dessinateur de presse, l'Equipewebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,mars,2017,joseph lada,50 watts,jaroslav hasek,brave soldat chveik,tchèque,eiris,bnf,hara-kiri,charlie-hebdo,colloque,georget bernier,françois cavanna,martine mauvieux,virginie vernay,mric,alexandre devaux,topor,siné-mensuel,anarcho-punk,noël godin,entarteur,jean-luc mélenchon,france insoumise,riad sattouf,parisworldwide,arabe du futur interdisciplinaire de recherche sur l'image satirique (Eiris) organise dans la bibliothèque Mitterrand un colloque consacré à "Hara-Kiri" (mercredi 15 mars, de 9h30 à 16h30). Au nombre des intervenants : Martine Mauvieux (Bnf), Virginie Vernay (ex-collaboratrice de Cavanna), MRic (caricaturiste), Alexandre Devaux (spécialiste de Topor).

    François Cavanna et Georget Bernier (alias Pr Choron) étaient tous deux issus de milieux très modestes, ce qui explique en grande partie la singularité de "Hara-Kiri", puis "Charlie-Hebdo", ainsi que son audace subversive (les pauvres n'ont pas grand-chose à perdre).

    Après sa faillite en 1982, "Charlie-Hebdo" sera refondé en 1992 dans un esprit assez différent ; il suffit de lire le dernier essai de Philippe Val, son ancien directeur ("Cachez cette identité..."), pour le comprendre.

    (Ci-contre caricature de Choron et Cavanna par le dessinateur Schvartz.)

    + Lu dans le dernier "Siné-Mensuel" (mars) : "Le mouvement anarcho-punk, bien sûr, a souvent été récupéré par les cafards techno-industriels." Noël Godin alias l'Entarteur [des stars du néant].

    + L'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise", a eu l'idée de proposer un programme politique sous la forme d'une bande-dessinée. L'optimisme du propos et des dessins (signés Mélaka et Olivier Tonneau) nous emmène loin du dessin de presse satirique. Quelques remarques sur cette BD :

    - F. Hollande est moqué dans ce programme pour avoir déclaré : "Mon ennemi, c'est la finance !" Mais J.-L. Mélenchon ne fait-il pas la même déclaration, tout aussi tonitruante ?

    - On remarque que le communisme, faute sans doute de prolétaires, est enterré par le programme de J.-L. webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,mars,2017,joseph lada,50 watts,jaroslav hasek,brave soldat chveik,tchèque,eiris,bnf,hara-kiri,charlie-hebdo,colloque,georget bernier,françois cavanna,martine mauvieux,virginie vernay,mric,alexandre devaux,topor,siné-mensuel,anarcho-punk,noël godin,entarteur,jean-luc mélenchon,france insoumise,mélaka,riad sattouf,parisworldwide,arabe du futur,laurel,ulule,crowdfunding,californieMélenchon au profit d'un écologisme plus à la mode ; il faut dire que les militants de la "France insoumise" n'ont guère les moyens d'un coup de force révolutionnaire, plus probable en Chine ou en Inde, où le mot "prolétariat" a encore un sens.

    - Très peu marxiste l'argument avancé dans ce programme selon lequel l'Etat pourrait offrir une protection contre les dérives du capitalisme ; d'abord parce qu'il n'y a pas de "bon capitalisme" selon K. Marx, ensuite parce que Marx fait la démonstration que l'Etat moderne et les banques capitalistes sont solidaires.

    On peut lire Marx comme un auteur satirique, tant la culture contemporaine repose sur l'idéologie et la fiction.

    + En préambule de l'interview de Riad Sattouf à "ParisWorldwide" (mars-avril 2017), ce magazine bilingue (franco-anglais) gratuit distribué dans les aéroports d'Orly et Roissy rappelle que R. Sattouf a vendu un million de ses deux premiers "L'Arabe du Futur" et qu'il est traduit en 18 langues. R. Sattouf a accompli l'ambition sociale de son père, en grande partie aux dépens de ce dernier.

    "ParisWorldwide" souligne le paradoxe que "L'Arabe du Futur" n'est pas traduit en arabe :

    - Parce que le marché du livre, dans la langue arabe, est encore peu développé. (...) On a reçu des propositions, mais les éditeurs intéressés ne voulaient s'engager que sur le premier volume et ne publier la suite que si ça marchait. Mais de mon point de vue, il était hors de question que les gens de ma famille, qui parlent arabe et qui seraient susceptibles de le lire, ne puissent avoir accès qu'au premier volet. (...) Je proposerai la traduction des cinq volumes d'un coup, quand ce sera terminé.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,mars,2017,joseph lada,50 watts,jaroslav hasek,brave soldat chveik,tchèque,eiris,bnf,hara-kiri,charlie-hebdo,colloque,georget bernier,françois cavanna,martine mauvieux,virginie vernay,mric,alexandre devaux,topor,siné-mensuel,anarcho-punk,noël godin,entarteur,jean-luc mélenchon,france insoumise,mélaka,riad sattouf,parisworldwide,arabe du futur,laurel,ulule,crowdfunding,californie

    + Grâce aux efforts d'une sorte de syndicat des auteurs de BD, la précarité d'une partie des auteurs de BD a été portée à la connaissance du grand public par le biais de quelques articles parus dans la presse nationale. Sur mille auteurs de BD environ, un tiers vit au-dessous du seuil de pauvreté, et un tiers seulement perçoit des revenus confortables.

    Le succès rencontré par la souscription de la blogueuse-BD Laurel est doncwebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,mars,2017,joseph lada,50 watts,jaroslav hasek,brave soldat chveik,tchèque,eiris,bnf,hara-kiri,charlie-hebdo,colloque,georget bernier,françois cavanna,martine mauvieux,virginie vernay,mric,alexandre devaux,topor,siné-mensuel,anarcho-punk,noël godin,entarteur,jean-luc mélenchon,france insoumise,riad sattouf,parisworldwide,arabe du futur,laurel,ulule,crowdfunding,californie d'autant plus remarquable. En quelques minutes seulement, cette dessinatrice a récolté les 10.000 euros réclamés sur la plateforme de financement participatif "Ulule" pour financer la publication de son album.

    Même si elle n'en est pas à son coup d'essai -Laurel avait récolté 300.000 euros pour financer son premier album de la même façon-, la dessinatrice s'est dite estomaquée. Sa BD raconte l'histoire vraie d'un couple exilé en Californie, parti se frotter au rêve américain. Cela prouve que l'on n'est jamais si bien promu que par soi-même.

  • Revue de presse BD (216)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,actualité,nouvelle objectivité,jeanne mammen,george grosz,max beckmann,otto dix,schad,conrad félixmüller,otto grübel,simplicissimus,acbd,bilan,gilles ratier,riad sattouf,raylambert,manuel scolaire,yves frémion,papiers-nickelés,benjamin rabier,fakir,satirique,bernard squarcini,merci patron,lvmh,bernard arnault,paul karali,psikopat,siné-hebdo,fluide-glacial,odeur brûlé

    "Au bar", dessin de J. Mammen, publié dans "Simplicissimus" sous le titre "Décadence éthique" (1930).

    + La "Nouvelle Objectivité" est le nom (hideux) donné à un courant artistique actif dans les années 20 en Allemagne, proche de la caricature et du dessin de presse. Les artistes de cette mouvance veulent renouer avec la réalité, contre la tendance de l'art à l'abstraction, c'est-à-dire à une posture esthétisante ; George Grosz, Max Beckmann, Otto Dix, sont les représentants les plus marquants de la Nouvelle Objectivité. On peut encore citer Conrad Félixmüller, Otto Grübel, Ch. Schad, ou encore Jeanne Mammen... Il est encore temps de célébrer les 40 ans de la disparition de Jeanne Mammen, artiste allemande dont la famille émigra en France alors qu'elle n'avait que cinq ans (dessin ci-dessus).

    + Le secrétaire général de l'Association des critiques de BD (ACBD), Gilles Ratier, propose un bilan chiffré détaillé de la production 2016 de bandes-dessinées. On y apprend que "L'Arabe du Futur/T.3" (éd. Allary), par Riad Sattouf, a été tiré à 230.000 ex. : pas mal pour une BD qui explique benoîtement que les dictatures arabes (Assad, Kadhafi) ont été conçues sur le modèle de la République française...

    + Intitulée "La nostalgie Raylambert", "Le Monde" (23 déc.) a consacré une pleine page à l'illustrateur de manuels scolaires Raylambert (1889-1967), mort il y a près de 50 ans. Yves Frémion ("Papiers-Nickelés") commente quelques images de Raylambert. L'enthousiasme de Frémion est exagéré (Raylambert n'est pas Benjamin Rabier). L'imagerie pieuse républicaine -car il s'agit de cela- est décidément à la mode ces derniers temps !

    + Le petit journal satirique "Fakir", "Journal fâché avec tout le monde ou presque", s'est mis une grosse légume à dos en la personne de Bernard Arnault, président du consortium LVHM. "Fakir" raconte comment B. Arnault a payé un ancien patron des services secrets français, Bernard Squarcini, pour espionner la rédaction de "Fakir". Le film satirique de François Ruffin, rédacteur en chef de "Fakir", "Merci patron", a provoqué l'ire du PDG de LVMH, connu par ailleurs pour ses investissements dans l'art (le moins satirique possible).

    Cette histoire rocambolesque (les espions français n'ont pas la réputation d'être des "lumières") apporte de l'eau au moulin des complotistes qui prétendent que la liberté d'expression s'arrête là où le véritable pouvoir commence.

    + Paul Karali, rédacteur en chef du magazine satirique "Psikopat", petit frère de "Fluide-Glacial", publie une BD autobiographique dans laquelle il relate notamment son enfance en Egypte ("Odeur de Brûlé", compilation de planches parues dans "Siné-Hebdo").

    Moins ambigu et plus anecdotique que le récit par R. Sattouf de son enfance au Moyen-Orient, Carali relate le parcours d'un immigré qui s'est acclimaté en France au point d'y fonder une petite entreprise spécialisée dans l'humour. A certains égards, le recul de Carali est un atout. Il est moins prisonnier des réflexes et des stéréotypes français, comme le clivage gauche-droite ; son athéisme et son anticléricalisme sont moins militants : il reçut une éducation religieuse chrétienne, mais la désinvolture de son père en face de la religion -père qu'il ne dénigre pas comme R. Sattouf le sien-, l'a rendu lui-même désinvolte.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,actualité,nouvelle objectivité,jeanne mammen,george grosz,max beckmann,otto dix,schad,conrad félixmüller,otto grübel,simplicissimus,acbd,bilan,gilles ratier,riad sattouf,raylambert,manuel scolaire,yves frémion,papiers-nickelés,benjamin rabier,fakir,satirique,bernard squarcini,merci patron,lvmh,bernard arnault,paul karali,psikopat,siné-hebdo,fluide-glacial,odeur brûlé

    Gag signé Carali.

  • Revue de presse BD (176)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,février,2016,revue de presse,laurence 666,antéchrist,catholique,luthérien,apocalypse,évangile,fleur pellerin,chevalier des arts et lettres,festival d'angoulême,chloé cruchaudet,riad sattouf,aurélie neyret,tanxxx,jullie maroh,sénat,liberté c'expression,censure,terrorisme,george orwell,natacha polony,totalitarisme,ordre public,maëster,caricaturiste,avc,soeur marie-thérèse des batignolles

    Illustration de couverture par Rémy Mattei

    + Le fanzine lyonnais "Laurence 666" a reçu le prix du fanzine (alias "BD alternative") au récent festival-off d'Angoulême. Un ami luthérien me souffle : - Vu le titre, c'est sûrement un fanzine catholique. Le nombre 666, "de la bête", est un nombre mythique et énigmatique que le lecteur de l'évangile (apocalypse : XIII, 18) est incité à déchiffrer. Certains on pensé qu'il désignait Néron, le pape (les luthériens), Napoléon, Hitler, etc. D'autres, au contraire, qu'il ne désigne pas un individu en particulier, mais, de façon générique, la nature de l'antéchrist dont l'avènement marque la fin des temps.

    + Le quotidien "20 Minutes" explique dans un petit reportage que le développement de nouvelles technologies, dont internet, n'a pas entraîné la disparition des petits journaux amateurs, dits fanzines. Cela dit les fanzines de BD, comme la grosse presse, sont concurrencés par internet. Il n'y a plus de fanzine BD aujourd'hui, tirant et vendant plusieurs milliers d'exemplaires comme dans les années 80 (fanzine "PLG").

    + La ministre de la Culture Fleur Pellerin n'a toujours pas le temps de lire apparemment (et son entourage non plus) ; en effet, à l'issue du récent festival de la BD d'Angoulême, elle a décidé de faire chevalier des arts et lettres une brochette d'auteurs de BD, dont une majorité de femmes, parmi lesquels le franco-syrien Riad Sattouf : or ce dernier explique dans sa BD, "L'Arabe du Futur", succès de librairie, que les dictatures arabe (Syrie-Hafez el Assad) et d'Afrique (Libye-Kadhafi) s'efforçaient d'imiter le modèle républicain français laïc. La BD de Riad Sattouf contredit donc le propos officiel en vogue sur la république française, modèle de liberté.

    + Plusieurs auteures ont refusé d'accepter cette "médaille en chocolat" (Tanxxx, Julie Maroh, Aurélie Neyret et Chloé Cruchaudet) et exprimé sur leurs blogs respectifs leur mécontentement de servir d'alibi féministe à un gouvernement que sa politique économique et sociale a coupé d'une partie de son électorat idéaliste.

    + Tandis que les représentants de l'appareil d'Etat brandissent le drapeau de la liberté d'expression d'un côté, ils font passer des mesures d'exception visant à la réduire d'autre part. Mardi 2 février, le Sénat a renforcé une disposition gouvernementale visant à condamner pénalement la simple lecture (!) de sites internet faisant l'apologie du terrorisme. L'ineptie de ce décret, sans doute inapplicable, fait penser à la prohibition de la littérature communiste ou marxiste aux Etats-Unis.

    A ce propos il faut dire que la censure indirecte a prouvé au cours des dernières siècles qu'elle était beaucoup plus efficace que la censure directe, qui a le don d'exciter la curiosité, en particulier des plus jeunes. Le moyen de censure le plus efficace aujourd'hui est sans doute le divertissement. L'essayiste britannique G. Orwell, récupéré aujourd'hui par les esprits les plus conventionnels (Natacha Polony), a souligné à quel point l'argument démocratique pouvait servir de paravent au totalitarisme ("La Ferme des Animaux") ; on retrouve cet argument démocratique dans la limite de l'ordre public que certains prétendent assigner à la liberté d'expression. Enfin, puisqu'il est question du "terrorisme", rappelons que la République française repose culturellement, à l'instar d'autres régimes totalitaires, sur l'apologie de la terreur révolutionnaire.

    Nous proposons dans Zébra cette semaine une critique du recueil de dessins et affiches de Mai 68 paru chez Michel Lafon (2008) ; cet album commenté par les dessinateurs de "Hara-Kiri" montre que les revendications des rebelles de Mai 68 sont toujours d'actualité.

    + Le caricaturiste et auteur de BD Maëster ("Soeur Marie-Thérèse des Batignolles") a subi récemment un accident vasculaire cérébral. Hémiplégique, il peut néanmoins dessiner de nouveau et donne des nouvelles à ses lecteurs sur son blog depuis son centre de rééducation.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,février,2016,revue de presse,laurence 666,antéchrist,catholique,luthérien,apocalypse,évangile,fleur pellerin,chevalier des arts et lettres,festival d'angoulême,chloé cruchaudet,riad sattouf,aurélie neyret,tanxxx,jullie maroh,sénat,liberté c'expression,censure,terrorisme,george orwell,natacha polony,totalitarisme,ordre public,maëster,caricaturiste,avc,soeur marie-thérèse des batignolles

    Autocaricature de Maëster après l'AVC.

  • Revue de presse BD (172)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier 2016,revue de presse,charlie-hebdo,fabrice nicolino,jean-michel apathie,europe 1,riss,allah,mahomet,laïcité,catherine meurisse,charb,portrait,ironique,cène,cabu,antimilitariste,festival,angoulême,riad sattouf

    Charb, entouré par la rédaction de "Charlie-Hebdo" en p.2-3 du "Charlie-Hebdo" "spécial attentat", par Catherine Meurisse, parodiant ainsi la "cène" (dernier repas de Jésus avant son assassinat).

    + Hier (6 janvier), la rédaction de "Charlie-Hebdo" a publié un numéro spécial souvenir de l'attentat qui coûta la vie à une bonne partie des dessinateurs. On peut y lire notamment un récit détaillé plutôt macabre de la tuerie (un plan des lieux est même fourni) par Fabrice Nicolino ; celui-ci fut touché lors de la fusillade par trois balles de fusil-mitrailleur. Le même jour, ce journaliste a fustigé avec véhémence au micro de Jean-Michel Apathie (11') ("Europe 1") la récupération de cet événement sinistre par le chef de l'Etat afin de "relancer sa carrière".

    La Une signée Riss représente cette fois, non pas Allah ou le prophète Mahomet, mais un dieu plus difficile à identifier - le dieu des juifs et des chrétiens ? Ce pourrait aussi bien être le "grand architecte de l'univers" de Voltaire, ou bien "l'être suprême" des pères fondateurs de la République française. La rédaction de "Charlie-Hebdo" a sans doute voulu éviter l'accusation d'acharnement contre la communauté musulmane, tout en maintenant une ligne anticléricale.

    Un an après, ce qui a changé, c'est surtout que "Charlie-Hebdo" n'est plus un petit hebdo satirique acculé à la faillite, mais un titre de presse à fort tirage, connu dans le monde entier, et devenu "à l'insu de son plein gré" un "symbole national". Quelques dessinateurs s'efforcent d'ailleurs de plaisanter sur ce nouveau statut encombrant pour un journal satirique. D'autres mettent en avant leur combat pour la laïcité ; mais de quelle laïcité parle-t-on ? De celle qui a servi à justifier idéologiquement la conquête de territoires africains peuplés de mahométans ? Etre antimilitariste et républicain à la fois, comme l'étaient Cabu et Charb, revient plus ou moins à être schizophrène.

    + Un petit scandale ne peut pas nuire à la publicité, et chaque année le festival de BD d'Angoulême connaît son esclandre, quelques semaines avant l'ouverture (fin janvier). Riad Sattouf ("L'Arabe du Futur") a mis le feu aux poudres cette semaine en demandant que son nom soit retiré d'une liste de nominés au grand prix décerné par le festival, au motif que cette liste est exclusivement composée d'hommes. Rappelons que l'année dernière Riad Sattouf s'était vu décerner le fauve du meilleur album.

    Accusé de sexisme, le festival s'est défendu par la voix de son directeur Franck Bondoux ; celui-ci a fait remarquer que le métier d'auteur de BD est très majoritairement un métier d'homme, et que de même ne sont exposés au Louvre que très peu de tableaux peints par des femmes. Cela dit la direction du festival a cédé à la pression médiatique et décidé d'inclure quelques femmes dans la sélection ; on peut se demander si cette sélection ne sera pas encore plus humiliante pour les auteures choisies ?

    N'y a-t-il que Claire Bretécher pour avoir les couilles de dire que le féminisme est souvent chiant et dogmatique ? Par ailleurs il faudrait se demander si la morale américaine des quotas en faveur des noirs a véritablement été efficace pour diminuer la ségrégation raciale ? Rien n'est moins sûr.

    + Le concours "Jeunes talents" du même festival propose quant à lui une liste de candidats nominés majoritairement de sexe féminin. Les candidats sont départagés à partir d'une planche. Elles seront exposées au festival et l'on peut se procurer le catalogue de l'expo en écrivant à info@bdangouleme.com. Outre une Emilie Charia très oecuménique, Zébra a remarqué les illustrations de Clémence Hanssler (25 ans, LISAA Strasbourg) et les paysages inquiétants de Claire Le Gal (Ecole Estienne-Arts déco. Paris), ci-dessous :

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier 2016,revue de presse,charlie-hebdo,fabrice nicolino,jean-michel apathie,europe 1,riss,allah,mahomet,laïcité,catherine meurisse,charb,portrait,ironique,cène,cabu,antimilitariste,festival,angoulême,riad sattouf,sexisme,franck bondoux,claire bretécher,féminisme,expo,concours,jeunes talents,2016,émilie charia,claire le gal,école estienne,clémence hanssler,lisaa strasbourg

    "Tonnerre", par C. Hanssler

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier 2016,revue de presse,charlie-hebdo,fabrice nicolino,jean-michel apathie,europe 1,riss,allah,mahomet,laïcité,catherine meurisse,charb,portrait,ironique,cène,cabu,antimilitariste,festival,angoulême,riad sattouf,sexisme,franck bondoux,claire bretécher,féminisme,expo,concours,jeunes talents,2016,émilie charia,claire le gal,école estienne,clémence hanssler,lisaa strasbourg

    Paysage, par C. Le Gal