Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dbd

  • Revue de presse BD (272)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,actualité,f'murr,richard peyzaret,schtroumpf,jean léturgie,zebralefanzine@gmail.com,diderot,coprophage,dbd,absurde,gotlib,alphonse allais,mandryka,ionesco,beckett,forcadell,berry républicain,magali le dissez,canard enchaîné,antisémitisme,macron,fillon

    Strip vertical signé F'murrr.

    + Nous avons appris cette semaine la disparition de Richard Peyzaret, alias F'murrr, âgé de 72 ans. La série "Le Génie des Alpages", chef-d'oeuvre d'humour loufoque mettant en scène un berger et son troupeau, avait fait la célébrité de ce bédéaste.

    "Fabriquer un nom complètement débile, ressemblant à une onomatopée et l'imposer au public, ça me plaisait."

    Craignant que son humour ne déroute les lecteurs de "Pilote" où le "Génie" débuta sa carrière, Goscinny avait tendance à censurer F'murr, qui put s'épanouir après le départ de celui-ci.

    F'murr était sans doute l'un des auteurs qui avait le plus de recul sur son métier, dont il avait pressenti le déclin (occulté par le succès commercial) ; en mars 1978, il déclarait au fanzine "Schtroumpf" (n°17*) : - Les dessinateurs de bandes dessinées sont dans une position très équivoque : d'un côté nous sommes considérés comme des artistes, de l'autre comme des employés et finalement, nous n'avons que les désavantages des uns et des autres (...).

    - Attention, ajoutait F'murr, de ne pas faire de la BD un produit de consommation.

    Dans cette vieille interview par Jean Léturgie, F'murr fait exactement le contraire des intellectuels payés pour déblatérer sur la BD puisqu'il évoque dans un style direct un sujet qu'il connaît.

    (*: nous tenons à la disposition de qui en fera la demande à zebralefanzine@gmail.com l'entretien du perspicace F'murr avec J. Léturgie publié dans "Schtroumpf")

    + A propos d'humour absurde, j'ai noté la référence de Mandryka à Alphonse webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,actualité,f'murr,richard peyzaret,schtroumpf,jean léturgie,zebralefanzine@gmail.com,diderot,coprophage,dbd,absurde,gotlib,alphonse allais,mandryka,ionesco,beckett,forcadell,berry républicain,magali le dissez,canard enchaîné,antisémitisme,macron,fillonAllais dans le n° spécial de "dBD" (mars 2017) consacré à Gotlib, où Mandryka s'efforce de préciser le sens du travail de feu son confrère. Cela permet de rebondir sur la notion d'humour absurde, qui n'est pas "monolithique".

    Ainsi Alphonse Allais ne cultive pas l'absurdité ; cet auteur anarchiste s'emploie à souligner de façon comique que l'Etat moderne républicain et ses principales institutions -armée, police, université-, sont absurdes, et risibles pour cette raison. Allais est, par conséquent, un auteur sérieux dans la lignée de Rabelais ou Cervantès. Très différents sont des auteurs tels qu'Apollinaire, Ionesco, voire Beckett, qui cultivent l'absurdité comme un motif poétique, non dans un but subversif.

    Avec pertinence A. Allais rapproche le consentement à l'absurdité de l'existence moderne du sentiment religieux, ce qui fait d'A. Allais un précurseur de Guy Debord et sa "société du spectacle" ; la culture moderne repose en effet de plus en plus sur des spectacles absurdes (la compétition sportive moderne est un exemple parmi d'autres) ; la science elle-même devient un spectacle absurde.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,actualité,f'murr,richard peyzaret,schtroumpf,jean léturgie,zebralefanzine@gmail.com,diderot,coprophage,dbd,absurde,gotlib,alphonse allais,mandryka,ionesco,beckett,forcadell,berry républicain,magali le dissez,canard enchaîné,antisémitisme,macron,fillon

    Caricature de Magali Le Dissez où elle défie le maire de sa commune.

    + F. Forcadell attire l'attention sur son blog sur un cas récent de censure d'une caricaturiste dans la presse régionale ("Le Berry républicain"). D'autres cas similaires ont été rapportés sur internet ces dernières années ; et il y a sans doute pas mal d'autocensure de la part de dessinateurs moins naïfs que Magali Le Dissez.

    Il a même pu arriver qu'un parti politique achète un caricaturiste lors d'une campagne électorale locale afin de s'assurer du soutien de ses dessins.

    A l'échelle nationale, les plaintes sont plus rares. E. Macron au cours de sa campagne répondit à la question d'un journaliste qui l'interrogeait sur sa perception des caricatures : - Les caricatures font partie du jeu. Cela n'empêcha pas le candidat Macron d'accuser ultérieurement un dessinateur engagé au service de François Fillon d'antisémitisme ; il est vrai que ce dessinateur était le porte-parole d'un parti politique, non un dessinateur satirique (l'accusation d'antisémitisme à tout bout de champ risque surtout de porter tort aux Juifs en définitive). En politique, tous les coups sont permis, y compris les plus bas ; dans le domaine de la satire, seuls les coups intelligents sont permis.

    Le rôle actuel du "Canard enchaîné" dans la vie politique française, dont il est un rouage, illustre parfaitement dans quelles limites la satire politique est enfermée. Le "Canard" ne fait pas que mettre les politiciens sur la sellette ; il rend aussi le service d'animer une vie politique cadenassée par la Constitution, qui sans cela serait bien terne.

    + Comme c'est le cinquantième anniversaire de "Mai 68", il n'est pas inutile de mentionner deux remarques de Karl Marx, qui observa et/ou étudia de près des révolutions plus importantes.

    La première remarque est que la République française est le mieux protégé de tous les régimes contre une révolution. La raison invoquée par Marx est une cause persistante, à savoir la pléthore de fonctionnaires entretenus par l'Etat, qui tacitement en répandent le culte "laïc".

    La fréquente invocation des "philosophes des Lumières" (pas ou peu révolutionnaires) a tendance à faire oublier que les institutions actuelles de la France remontent au XIXe, siècle d'autoritarisme et de censure bien plus que de liberté d'expression. Les élites politiques françaises ont tiré les leçons de la Révolution de 1789, devenue "légende dorée".

    - Deuxième remarque de Marx, qui est une prophétie accomplie, celle que la "gauche" trahira l'idéal socialiste et la confiance du peuple plus efficacement que la "droite" (Marx sous-entend que la droite est trop bête pour accomplir cette opération de mystification du peuple).

    A propos de "Mai 68", on peut constater que la propagande de gauche a interprété ce mouvement insurrectionnel comme une victoire sur le plan de la politique et des moeurs, tandis que les acteurs du mouvement eux-mêmes (Cavanna et ses caricaturistes, par ex.) ont exprimé le sentiment d'une défaite.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,actualité,f'murr,richard peyzaret,schtroumpf,jean léturgie,zebralefanzine@gmail.com,diderot,coprophage,dbd,absurde,gotlib,alphonse allais,mandryka,ionesco,beckett,forcadell,berry républicain,magali le dissez,canard enchaîné,antisémitisme,macron,fillon

     

  • Revue de presse BD (251)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2017,riad sattouf,no sex,new york,féministe,séduction,pastiche,blutch,barbier & mathon,galerie,expo,reboux,müller,comtesse de ségur

    + Le dispositif légal que certaines féministes et la ministre de l'Egalité entre les sexes souhaitent mettre en place pour encadrer les rapports de séduction entre hommes et femmes existe déjà aux Etats-Unis. C'est le thème d'une BD de Riad Sattouf (2005), "No Sex in New York" (reportage-BD commandé par "Libération").

    Sur le mode humoristique, Riad Sattouf décrit l'organisation des rapports amoureux à New York, capitale culturelle des Etats-Unis : les nouvelles règles du "flirt" sont décalquées sur celles de l'entretien d'embauche professionnel; la jeune femme joue le rôle de la recruteuse et le jeune homme celui du candidat. Les sites internet de rencontre, qui ont fait de l'amour un business juteux et proposent aux cadres surchargés de travail de rationaliser le "flirt", ressemblent en effet aux sites des "chasseurs de tête".

    On constate que les lois en matière d'amour reflètent les lois économiques : la natalité fut encouragée dans les périodes d'expansion industrielle, puis découragée au cours de la désindustrialisation ; la procréation représente dorénavant un enjeu sentimental.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2017,riad sattouf,no sex,new york,féministe,séduction,pastiche,blutch,barbier & mathon,galerie,expo,reboux,müller,comtesse de ségur

    + Le bédéaste Blutch dévoile à la galerie Barbier & Mathon (Paris 9e-jusqu'au 9 déc.) quelques planches réinterprétant tel ou tel passage de BD lues pendant son enfance (ci-dessus : Adèle Blanc-sec vue par Blutch).

    On peut regretter que Blutch se soit contenté de réinterprétations et n'ait pas proposé des pastiches, genre manié parfois avec brio par les critiques littéraires. Ainsi Paul Reboux (opérant le plus souvent en duo avec Charles Müller) dévoilait dans ce pastiche de la Comtesse de Ségur la connotation sado-masochiste de ses histoires destinées aux petites filles (on comprend mieux leur phénoménal succès).

    + En cours de financement participatif, un nouveau magazine entièrement dédié au dessin et aux dessinateurs devrait voir le jour bientôt. Frédéric Bosser (magazine "dBD") en sera le rédacteur en chef.

    Il reste que la notion de dessin est parmi les plus vagues depuis que les images photographiques et cinématographiques sont omniprésentes et que la nature n'est plus la source d'inspiration principale. Il y a des dessinateurs de BD qui ne sont pas dessinateurs du tout. Il est indispensable d'être un bon conteur pour devenir auteur de BD, tandis que l'on peut se contenter d'être un médiocre dessinateur.

    + La mode est au carnet de voyage et Clermont-Ferrand accueillera prochainement (17-19 nov.) un festival dédié à cette nouvelle forme de poésie, mêlant le récit ou description et le dessin ou la photographie.

    Ci-dessous, extrait du carnet de voyage de Lorraine Martin (alias Marthe) "Road-Trip en Belgique" : "Certains font la route 66, moi j'aurais fait la N40 dans les Ardennes belges..."

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2017,riad sattouf,no sex,new york,féministe,séduction,pastiche,blutch,barbier & mathon,galerie,expo,reboux,müller,comtesse de ségur,dbd,frédéric bosser,dessin,photographie,carnet,voyage,clermont-ferrand,lorraine martin,ardennes belges,festival

     

  • Revue de presse BD (227)

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,mars,2017,actualité,marin martinie,arts déco,trophée,presse-citron,dessin,école estienne,énigmatique lb,eiris,satirique,hara-kiri,yves frémion,charles philipon,cavanna,georges bernier,pr choron,jean novi,zéro,première chance,cordées,jean-claude gardes,ridiculosa,virginie vernay,topor,mric,pascal gros,dorthe landschulz,stern,titanic,eulenspiegel,siné-hebdo,marianne,mai 68,alain soral,polémiste,crif,juif

    + Marin Martinie (Arts déco. Paris) succède à l'Enigmatique LB au palmarès du trophée "Presse-Citron", organisé par les étudiants de l'Ecole Estienne (Paris 13e) et décerné par un jury de dessinateurs de presse professionnels. Cette année encore le jury s'est prononcé pour un dessin en rapport avec la vie politique française, bien que les nombreux dessins envoyés abordassent des thèmes très variés.

    Tous ces dessins sont exposés à la bibliothèque Mitterrand (Bnf), accessible à tous (à condition de se soumettre aux contrôles de sécurité à l'entrée).

    + La bibliothèque nationale de France n'est pas la Sorbonne, mais quand même, le moins que l'on puisse dire c'est que ce cadre institutionnel jurait avec "Hara-Kiri", le thème choisi par l'Equipe interdisciplinaire de recherche sur l'image satirique (Eiris) pour une série d'allocutions, proposées le 15 mars à une assemblée clairsemée (une vingtaine de personnes).

    Il est vrai que la culture officielle se trempe régulièrement dans le courant de la contre-culture, auparavant ignorée voire méprisée, où elle trouve à se renouveler. Ainsi le musée Pompidou est devenu le temple de la culture bourgeoise, où les couples branchés trouvent une alternative à la messe dominicale, alors que ce musée recèle bon nombre d'oeuvres d'abord subversives.

    Ce phénomène est d'autant plus important à signaler en ce qui concerne "Hara-Kiri" ; en effet ce titre est associé au mouvement de révolte de "Mai 68", qui a fait l'objet d'une récupération politicienne intensive depuis. F. Cavanna et ses comparses ont témoigné au contraire d'un sentiment de défaite de l'esprit de "Mai 68" face au gaullisme, sentiment dont le pouvoir actuel, non moins appuyé sur l'armée et la police que le pouvoir gaulliste, nous rappelle qu'il est proche de la réalité historique.

    - Yves Frémion ("Papiers Nickelés") a exposé clairement les circonstances qui amenèrent François Cavanna (dessinateur médiocre) et Georges Bernier (alias Pr Choron, pas dessinateur du tout) à fonder LE journal satirique dessiné de référence du XXe siècle. "Charles Philipon (1800-1862) ["Le Charivari"], c'était Choron et Cavanna dans le même homme", a déclaré Y. Frémion en guise de comparaison.

    Cavanna et Choron, issus de milieux très modestes, ont été initiés au fonctionnement de la presse après-guerre par Jean Novi, promoteur avec sa femme de jeunes dessinateurs par le biais de différenteswebzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,mars,2017,actualité,marin martinie,arts déco,trophée,presse-citron,dessin,école estienne,énigmatique lb,eiris,satirique,hara-kiri,yves frémion,charles philipon,cavanna,georges bernier,pr choron,jean novi,zéro,première chance,cordées,jean-claude gardes,ridiculosa,virginie vernay,topor,mric,pascal gros,dorthe landschulz,stern,titanic,eulenspiegel,siné-hebdo,marianne,mai 68,alain soral,polémiste,crif,juif publications à forts tirages ("Zéro", "Première Chance", "Cordées"), publiant des dessins d'humour et vendues par des colporteurs (dont Bernier le meilleur). Le décès de J. Novi et le tempérament entreprenant de Bernier et Cavanna les poussèrent par la suite à lancer leur propre journal, repoussant les limites de la censure (ci-contre, couverture du n°7 de "Zéro", illustrée par F. Cavanna, alias Sépia).

    Le Pr Choron expliquait par une comparaison avec le judo la ligne "bête et méchante" de "Hara-Kiri" ; il s'agissait de s'appuyer sur la bêtise et la méchanceté de la bourgeoisie et ses institutions pour les combattre.

    Y. Frémion a tenu a rappeler que le mensuel "Hara-Kiri" n'était pas un journal engagé politiquement ; de ce fait l'hebdomadaire "Charlie-Hebdo" ne découle pas directement de "Hara-Kiri", mais dérive plutôt de la "Grosse Bertha" de Ph. Val.

    Autre précision utile, celle de J.-C. Gardes (fac. de Brest), qui a indiqué que "Hara-Kiri" s'inscrivait déjà dans un contexte de déclin de la caricature dessinée. "Hara-Kiri" comblait en effet un vide creusé par la guerre.

    Outre l'influence sur "Hara-Kiri" des journaux satiriques français d'avant-guerre, tel "L'Assiette au Beurre", Frémion indique aussi l'influence du magazine américain "MAD" et son sens de l'humour absurde. R. Topor fut le représentant le plus emblématique au sein de "Hara-Kiri" de cette forme d'humour vague.

    - Ancienne collaboratrice de F. Cavanna et gardienne de sa mémoire à travers différents ouvrages, Virginie Vernay a, de son côté, insisté sur l'amitié entre F. Cavanna et le Pr Choron, qui suppléa au manque de moyens et d'expérience de ces deux aventuriers.

    Cavanna avait le flair pour dénicher de jeunes talents, à commencer par Reiser. Il eût parfois sur ses jeunes recrues une influence décisive : G. Wolinski, surnommé "petite culotte au vent" par Cavanna, abandonna ainsi son style méticuleux sur le conseil de son rédac' chef.

    On a souvent tendance à confondre le mensuel "Hara-Kiri" (-1960), et l'hebdomadaire plus politique (-1969), qui renaîtra après la censure sous le nom de "Charlie-Hebdo" ; en effet Cavanna et Choron publiaient un mensuel de BD, "Charlie", dont Wolinski était le rédac-chef. Pour tromper la censure, une fois devenu "Charlie-Hebdo", des planches de Charles Schulz ("Snoopy") seront encore publiées.

    - Jean-Claude Gardes, président de l'Eiris, avaient invité trois dessinateurs de presse : MRic ("Siné-Mensuel"), Pascal Gros ("Marianne"), dont une jeune dessinatrice allemande installée en Bretagne, Dorthe Landschultz ("Titanic", "Eulenspiegel" et le magazine "Stern").

    Ces dessinateurs de presse étaient invités à témoigner de leur formation, de leur expérience et de leurs influences. D. Landschulz a émis l'hypothèse que la satire vigoureuse, voire violente, telle qu'elle est pratiquée en France, est peut-être taboue en Allemagne à cause du souvenir du régime nazi ? Plutôt que "dessinateurs de presse", les dessinateurs allemands préfèrent se dire "Witzzeichner" (dessinateurs de gags).

    - Ces conférences feront l'objet d'une publication ultérieurement dans la revue "Ridiculosa" (organe de l'Eiris).

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,mars,2017,actualité,marin martinie,arts déco,trophée,presse-citron,dessin,école estienne,énigmatique lb,eiris,satirique,hara-kiri,yves frémion,charles philipon,cavanna,georges bernier,pr choron,jean novi,zéro,première chance,cordées,jean-claude gardes,ridiculosa,virginie vernay,topor,mric,pascal gros,dorthe landschulz,stern,titanic,eulenspiegel,siné-hebdo,marianne,mai 68,alain soral,polémiste,crif,juif

    Dessin de Dorthe Landschulz (- Ma pétition en ligne contre le brocoli a atteint plus de 100.000 signataires ; - M'en fous, tu manges ce qui est dans ton assiette !)

    + Jean-Yves Brouard consacre une enquête dans le mensuel dBD (févrierwebzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,mars,2017,actualité,arts déco,trophée,presse-citron,dessin,école estienne,énigmatique lb,marin martinie,eiris,satirique,hara-kiri,yves frémion,cavanna,georges bernier,pr choron,jean-claude gardes,virginie vernay,topor,mric,pascal gros,dorthe landschulz,stern,titanic,eulenspiegel,siné-hebdo,marianne,mai 68,dbd,jean-yves brouard,bled,cabu,martial,tam,malouines,censure,alain soral,crif,juif,charles philipon 2017) à l'utilisation de la BD par le service de propagande de l'armée française, au travers de ses publications "Bled" (hebdo), puis "TAM" (pour Terre, Air, Mer). Comme on peut s'y attendre, rien de très satirique là-dedans, ces publications souvent rédigées et conçues par des appelés du contingent ne publiant que des BD "édifiantes" ou des enquêtes policières menées par la gendarmerie. Pour l'anecdote, J.-Y. Brouard rappelle que Cabu dessina des gags pour "Bled" pendant son service militaire en Algérie, même si l'on sait que la guerre d'Algérie détermina le caricaturiste dans le choix d'une carrière de dessinateur satirique.

    Autre contribution humoristique, celle du dessinateur... Martial (ci-contre).

    J.-Y. Brouard mentionne deux cas de censure : - l'un touchant un projet de BD sur la guerre des Malouines et l'utilisation d'avions "Super-Etendard" français par l'armée argentine. L'armée française formant discrètement les Argentins à l'usage de nos missiles, on craignait sans doute de provoquer ainsi une réaction anglaise. Autre cas plus intéressant, la censure d'une BD relatant un crime de guerre commis par l'armée américaine pendant la 2nde guerre mondiale contre la marine militaire allemande et les marins italiens et anglais au secours desquels les Allemands s'étaient portés. Ronald Reagan étant en tournée diplomatique en France, le service de propagande de l'armée française craignit de provoquer ainsi un incident diplomatique. 

    + Le polémiste Alain Soral vient d'être condamné à trois mois de prison ferme pour "contestation de crime contre l'humanité" et "injure raciale" par un tribunal correctionnel de Paris, saisi d'une plainte de l'Union des étudiants Juifs de France et de la Licra ; en cause, un dessin publié par Alain Soral sur son site "Egalité et Réconciliation", qui fait non seulement allusion à la shoah, mais aussi à la Une de "Charlie-Hebdo" représentant le chanteur Stromae, dessin faisant suite à un attentat à l'aéroport de Bruxelles.

    Il y a sans doute un côté ubuesque ou bipolaire chez Alain Soral, qui a récemment molesté publiquement... un partisan xénophobe de l'expulsion de tous les immigrés d'origine africaine. On peut également trouver absurde tout ou partie de ses propos complotistes ; mais il est sans doute plus absurde encore de déléguer à une poignée de magistrats le pouvoir de décréter ce qui est couvert par la "liberté d'expression" et ce qui ne l'est pas.

    Aussi violent soit-il, A. Soral est un type assez isolé : il convient de rappeler que la déportation massive des Juifs est le fait d'un appareil d'Etat tout entier et, ainsi que le diagnostiqua H. Arendt, d'un esprit de soumission généralisé à cet appareil d'Etat, qui conduisit la plupart des fonctionnaires à exécuter les ordres qu'ils avaient reçus sans se poser de questions.

  • Revue de presse BD (211)

    webzine,bd,zébra,gratuit,actualité,revue,presse,novembre,2016,sarko-hebdo,montpellier,charlie-hebdo,allemagne,gageure,satirique,eulenspiegel,nicolas pagnol,dbd,casterman,jacques ferrandez,marcel pagnol,pascal pic,quinzaine littéraire,oscar wilde,petit palais,judge,exposition

    + L'éviction prématurée de l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy va priver les caricaturistes français d'une importante source d'inspiration ; ses homologues Alain Juppé ou François Fillon sont beaucoup moins pittoresques. Une nouvelle publication satirique, "Sarko-Hebdo", produite à Montpellier, avait même pris l'ancien président pour mascotte.

    On ne sait pas qui, des magistrats ou des caricaturistes, a eu la peau de Nicolas Sarkozy ? Ou simplement la nécessité de renouveler les acteurs du "show" politique ? Quoi qu'il en soit, les militants de droite viennent de priver ceux de gauche d'un de leurs méchants favoris.

    + Dans le magazine "dBD" (décembre 2016), Nicolas Pagnol, petit-fils du célèbre romancier provençal, évoque les conditions dans lesquelles l'oeuvre de son grand-père est adaptée en bande-dessinée sous sa supervision :

    dBd : Mais des adaptations en bandes-dessinées de "Manon des sources" et "Jean de Florette" existaient déjà chez Casterman avec Jacques Ferrandez aux manettes...

    N. Pagnol : C'est exact ! J'ai même repris naturellement contact avec eux pour continuer, mais ils m'ont éconduit de manière fort cavalière. La directrice de l'époque a, du bout des lèvres, accepté l'idée de continuer mais... avec le même dessinateur. Or ce qui m'intéressait, c'était de faire du Pagnol, pas du Jacques Ferrandez. De là, ils ne m'ont jamais relancé, malgré mes courriers et mes nombreux coups de fil. La grande classe ! Fait amusant, suite au succès des albums chez Bamboo, ils se sont empressés de me rappeler. Je ne suis pas près d'y retourner... Ces grandes maisons sont devenues des usines à gaz.

    + Si nous n'étions pas en hiver, nous aurions pu croire à un poisson d'avril, car une version allemande de l'hebdomadaire "Charlie-Hebdo" devrait voir le jour prochainement. Cette traduction devrait être tirée à 200.000 exemplaires (!). Le succès en Allemagne du numéro suivant l'attentat contre la rédaction de l'hebdomadaire satirique aurait motivé cette décision. L'entreprise relève néanmoins de la gageure ; l'humour n'est pas le plus facile à traduire dans une autre langue, surtout quand il fait référence à une politique locale ; il faudra aussi que "Charlie-Hebdo" s'adapte à la législation allemande en matière d'injures et de diffamation ; on sait que les procès sont une façon pour le pouvoir politique de réduire au silence des publications satiriques jugées excessivement impertinentes.

    "L'Eulenspiegel" est actuellement un des rares titres de presse satirique paraissant en Alllemagne (né en RDA).

    + Dans la "Quinzaine littéraire" (16-30 novembre), Rafaël Pic rend compte de l'exposition au Petit Palais (-15 janvier) des reliques du nouvelliste et critique d'art Oscar Wilde. L'expo porte sur la biographie d'Oscar Wilde, dont les déboires judiciaires liés à son homosexualité et au procès qu'il intenta au père de son amant (et perdit) sont surtout connus.

    Qui sait, par exemple, que ce dandy lettré alla tôt chercher fortune en Amérique (1882) et parvint à s'y rendre célèbre grâce à une série de 140 conférences (lui ayant rapporté 6000 dollars) ; son effigie accompagna même des réclames pour des tapis et une crème pour raffermir les seins. Mais Wilde mourra à Paris dans la dèche et l'anonymat, fabriquant un des derniers "bons mots" qui ont contribué à son renom posthume ("Je meurs au-dessus de mes moyens.")

    Comme l'exposition de manuscrits lasse vite le public, R. Pic souligne que ce type d'expo est nécessairement orienté vers l'art, la politique ou le scandale.

    webzine,bd,zébra,gratuit,actualité,revue,presse,novembre,2016,charlie-hebdo,allemagne,gageure,satirique,eulenspiegel,nicolas pagnol,dbd,casterman,jacques ferrandez,marcel pagnol,pascal pic,quinzaine littéraire,oscar wilde,petit palais,exposition

    Les deux visages du périple d'Oscar Wilde à travers les Etats-Unis - caricatures parues dans l'hebdomadaire américain "Judge".

  • Revue de presse BD (206)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2016,actualité,armando genco,migrants,italien,thorgal,rosinski,dbd,interview,françois forcadell,frédéric pajak,nietzsche,goya,baudelaire,charlie-hebdo,lucky-luke,terre promise,jul,daniel pennac,laurent gerra,goscinny,juif

    + L'actualité et ses drames inspirent parfois les auteurs de BD. Le jeune dessinateur italien Armando Genco nous a demandé de publier dans "Zébra" la traduction d'une BD qui dépeint le sort des migrants qui tentent de s'introduire en Europe dans des conditions dantesques.

    + Même si certains soulignent son côté industriel, la bande-dessinée conserve un côté artisanal démodé (l'art moderne ne doit pas sentir l'huile de coude, mais le parfum de la philosophie). Ainsi le dessinateur de la série à succès "Thorgal", Rosinski, travaille depuis quelques années avec son fils Piotr, dont le rôle consiste à faire tampon entre son père et le scénariste avec qui il travaille.

    Artisan accompli, Rosinski est en mesure de poser des conditions et de refuser des scénarios qui lui déplaisent : "Je n'aime pas dessiner la violence et les scènes de sexe. Dans l'album précédent, j'ai refusé les scènes érotiques. C'est mieux quand ce n'est pas montré. Concernant la violence, je déteste quand on place des ralentis dans un film... je n'arrive pas à comprendre qu'un spectateur puisse se délecte de telles scènes (...)" (interview "dBD" novembre 2016)

    + François Forcadell cite une interview de l'éditeur Frédéric Pajak ("Les Cahiers dessinés"), qui déclare à propos des dessinateurs de presse : « Aujourd’hui, la plupart d’entre eux se contentent de faire des petites blagues, en caricaturant à la va-vite tel ou tel homme politique. Ils ne dessinent plus : ils font des crobards. Ils sont souvent incultes, comme leurs rédacteurs en chef, et n’ont plus aucun sens de l’histoire : ils réagissent à l’actualité, ne s’émeuvent que dans l’urgence. Le dessin de presse devrait s’inspirer de Goya, de George Grosz ou de Saul Steinberg. »

    Baudelaire, en son temps, se plaignait déjà de l'inculture des peintres contemporains exposés aux Salons. Cela dit, Baudelaire savait un peu dessiner et caricaturer, lui. En parlant de Goya, c'est plutôt le dessinateur espagnol qui s'est inspiré des dessinateurs de presse anglais, non l'inverse.

    Plus précisément que Pajak, dont on aimerait bien savoir ce qu'il entend par "sens de l'histoire" (Pajak se réclame par ailleurs de Nietzsche, qui nie farouchement que l'histoire ait un quelconque sens), mentionnons deux fléaux convergents : le militantisme croissant des dessinateurs de presse, c'est-à-dire leur obéissance à la ligne politique d'un parti. L'originalité de "Charlie-Hebdo" fut de n'être pas un "journal engagé", quand toute la presse française était mise au service des partis et des industriels les soutenant.

    Deuxièmement, l'américanisation du dessin de presse ; aux Etats-Unis, les "editorial cartoonists" illustrent, expliquent la vie des partis politiques à l'aide de dessins auxquels seuls ceux qui suivent l'actualité politique de près trouvent de l'intérêt. Tandis que la caricature est plus artistique en France, elle est plus (trop) journalistique aux Etats-Unis.

    + "La Terre promise", dernier album de "Lucky-Luke", paraîtra bientôt. Après Daniel Pennac et Laurent Gerra, c'est le caricaturiste Jul qui a été choisi pour remplacer Goscinny. Dans cet album, Lucky-Luke rencontre une famille de colons juifs venus de Pologne ; Jul s'étonne que Goscinny n'y ait pas pensé, étant lui-même d'origine juive. Mais les minorités religieuses ou ethniques sont souvent, dans les albums de Lucky-Luke, prétexte à des blagues jugées parfois douteuses ; les Chinois exercent ainsi systématiquement le métier de blanchisseur.

    Par ailleurs Jul oublie que se revendiquer Juif n'a pas toujours été à la mode parmi les Juifs (non pratiquants), et que beaucoup de Juifs, pour des raisons qui n'ont pas forcément trait aux persécutions subies par cette communauté, rejetèrent leur "identité juive". N'est Juif, écrivait à juste titre Sigmund Freud, que celui qui suit Moïse et sa Loi (ce médecin allemand s'excluait ainsi lui-même de la communauté juive, estimant que Moïse et ses adeptes n'étaient qu'une bande de voyous anarchistes).

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2016,actualité,armando genco,migrants,italien,thorgal,rosinski,dbd,interview,françois forcadell,frédéric pajak,nietzsche,goya,baudelaire,charlie-hebdo,lucky-luke,terre promise,jul,daniel pennac,laurent gerra,goscinny,juif

  • Revue de presse BD (154)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,septembre,blutch,figaro,charlie,tif et tondu,planche

    Dessin de Blutch, commenté ainsi par son auteur :

    "Je n'ose plus dire Charlie tellement c'est devenu un logo."

    Quelques dépêches de rentrée :

    + Le dessinateur de BD Blutch vient de donner une longue interview au quotidien "Le Figaro" (28 août), qui publia il y a quelques années ses dessins humoristiques (dans le goût new-yorkais). Il publie "Vue sur le Lac", un recueil de dessins divers. S'il se considère toujours comme un auteur de BD, Blutch avoue avoir de plus en plus de mal à travailler pendant des heures sur une planche : "J'ai une vie trop éclatée."

    "Le Figaro" publie une esquisse des personnages de "Tif et Tondu" dont Blutch va reprendre les aventures, et il se défend de vouloir faire une parodie de cette série très "premier degré".

    + Henri Filippini, journaliste à "dBD", s'en est pris au "Fluide glacial" de Yan Lindingre, dont il trouve l'humour déclinant, dans son coup de gueule mensuel. Ce qui lui a valu cette réponse du rédacteur de "Fluide" : "Je ne comprends toujours pas autant de bêtise réac. Me caguer dans les bottes publiquement, c'est s'exposer à la manger froide quand on ne s'y attend plus, et de préférence publiquement. En attendant de rencontrer la vieille serpillière qui pue la naphtaline, "le gros pique-assiette", comme on l'appelle chez Glénat, lisons plutôt ce qu'en disent les autres critiques (glop, glop, glop !)". C'est une chance que Y. Lindingre dirige un hebdo humoristique plutôt qu'une publication spécialisée dans les armes à feu !

    + Le dessinateur de BD Coyote ("Litteul Kévin") est décédé dans le courant du mois d'août, non pas d'un accident de Harley Davidson (engin sur lequel il aimait parader), mais d'une crise cardiaque à l'âge de 52 ans. Sa nécrologie nous apprend qu'il avait été graveur de stèles funéraires et tatoueur avant de devenir auteur du BD pour enfants.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,septembre,blutch,figaro,charlie,tif et tondu,planche,henri filippini,yan lindingre,fluide glacial,dbd,litteul kevin,coyote,harley davidson,crise cardiaque

    Dessin hommage de Bruno Chaplot (au dessinateur Coyote)

  • Revue de presse BD (128)

     

    Extraits de la revue de presse publiée dans l'hebdo Zébra.

    *webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,bas van der schot,dessin,presse,tif et tondu,fernand dineur,blutch,will,bosser,dbd,daniel dugne,alfred de musset,indiana,caricature,töpffer,joan cornella,facebook,michel lagarde,lionel koechlin,illustrissimo

    "Couple exemplaire", par L. Koechlin

    + La galerie Michel Lagarde (Paris Xe) organise jusqu'au 30 janvier une expo-vente des dessins de Lionel Koechlin, artiste actif depuis une quarantaine d'années et dont le thème de prédilection est le cirque. A noter que Michel Lagarde est agent d'illustrateurs et que l'on peut lire sur son blog "Illustrissimo" les interviews d'illustrateurs en vogue employés surtout par la presse magazine ou les agences de publicité. La crise aidant, peut-être, il semble que le dessin fait son retour dans la pub.

    + Une bonne nouvelle pour les amateurs de BD désargentés à la veille de Noël : outre qu'ils peuvent offrir un abonnement à ce webzine hebdo (gratuit), les bons blogs-BD se multiplient, qui permettent de se divertir, voire plus, pour pas un rond. Là encore, Zébra propose une sélection en dernière page de quelques blogs, principalement humoristiques, dans le genre acide, décapant ou truculent. Il ne manquerait plus que l'esthétique parfois discutable des vitrines de Noël fasse perdre leur sang-froid à ce qui en ont encore, malgré tous ces stimuli.

    + D'ailleurs d'excellents ingénieurs ont mis en place d'excellents outils de navigation/moteurs de recherche à l'intérieur de la blogosphère-BD. Citons-en trois qui se distinguent par leur ergonomie raffinée : Petitformat.fr - Blogoss.fr et blogsbd.fr. Ils incluent aussi un bon nombre de sites de dessinateurs de presse et caricaturistes. Illustrine.fr, quant à lui, est plus précisément dédié aux illustrateurs.

    + Bas van der Schot, dessinateur de presse batave, comme son nom l'indique, a remporté le prix du meilleur dessin de presse dans son pays pour le dessin ci-contre "Brève histoire du parti travailliste". Ce dessin donne à penser que Hollande, c'est un peu la France.

    + Les amateurs de BD franco-belges pour ados se souviennent peut-être des aventures de "Tif et Tondu", binôme à la capillarité et aux blazes opposés (créés en 1938 par Fernand Dineur, et dessinés après guerre par Will). Ces héros revivront, au moins le temps d'un épisode à paraître en 2015, sous la plume de Blutch et de son frère (au scénario). Plus connu pour ses bandes-dessinées humoristiques, mais dont les derniers opus n'ont guère emballé les lecteurs, ni même les critiques animés pourtant d'un préjugé favorable à son égard, Blutch a confié dans une interview à F. Bosser (magazine "dBD"), qu'il avait l'impression de tourner en rond : "J'en ai un peu marre de moi." Et un peu plus loin : "C'est ça la vraie BD, la bande-dessinée que l'on aura encore envie de lire dans vingt ou trente ans. Je l'espère en tout cas !" On apprend aussi que Blutch n'a pas été autorisé à utiliser le personnage de Choc, ennemi juré des deux détectives.

    Certains professionnels s'alarment de cette politique éditoriale qui consiste, par des rééditions ou des reprises, à exploiter le filon des vieilles séries de l'âge d'or de la BD franco-belge ; outre le côté "madeleine de Proust" un peu agaçant, ils y voient un frein à l'essor de jeunes talents originaux. Les éditeurs se défendent en arguant que publier des "valeurs sûres" est justement ce qui permet de publier de jeunes auteurs méconnus. A vrai dire, si les producteurs étaient capables de lancer de nouvelles séries à succès, ils le feraient. Mais le temps des Charlier, Tillieux, Goscinny, Tillieux, etc., ainsi que le contexte dans lequel leur talent pouvait s'épanouir, est révolu. En matière de divertissement, les goûts des ados évoluent.

    + Sur le site "Caricatures & caricature", Daniel Dugne raconte une petite BD cocasse d'Alfred de Musset (1810-1857), postérieure de quelques dizaines d'années (vers 1840) aux bandes de Rodolphe Töpffer (1827), que l'on cite habituellement comme l'inventeur du genre (Goethe en admirait le dessin, mais en dédaignait le propos). Musset y met en scène sa maîtresse Georges Sand (alias "Indiana"), qui sert d'entremetteuse à un mariage. Pour la petite histoire, Daniel Dugne en conclut que Musset est le premier auteur de BD français. Musset aimait faire le portrait de Georges Sand, il appelait ça "outrager ses beaux yeux noirs". On est bien loin aujourd'hui de cette galanterie vis-à-vis du beau sexe, comme certain album de BD récent le démontre, avec force métaphore animalière à l'appui ("Projet crocodile").

    + De plus en plus de dessinateurs tirent gloire de se faire censurer par Facebook, souvent pour le motif d'atteinte à la pudeur. Tel Joan Cornella dernièrement, auteur d'un blog-BD et de strips aussi colorés que sinistres (mais, comme on dit, on ne fait pas de bons strips avec de bons sentiments). Le motif invoqué par Facebook est souvent l'atteinte à la pudeur ; cependant, cette apparente pudibonderie cache un motif commercial, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Facebook prend les devants pour éviter de recevoir des plaintes. Tel pâtissier qui voudrait proposer des bûches de Noël en forme de phallus (ou autres suggestions) s'en abstiendra pour ne pas faire fuir sa clientèle familiale. Même si la bûche, symboliquement, bon...