Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avril

  • Revue de presse BD (354)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,avril,2020,revue,presse,hebdomadaire,canard enchaîné,lefred-thouron,confinement,épidémie,times,animation,morten morland,coronavirus,charlie-hebdo,riss,toad,strip,école

    + Ce petit film d'animation produit par le "Times" de Londres (Morten Morland) résume bien l'ambiance du confinement dans les pays riches ; dans les pays pauvres dont la population est asservie à la production industrielle, les mesures drastiques de précaution pourraient déboucher sur des révolutions.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,avril,2020,revue,presse,hebdomadaire,canard enchaîné,lefred-thouron,confinement,épidémie,times,animation,morten morland,coronavirus,charlie-hebdo,riss,toad,strip,école

    Caricature par Lefred-Thouron.

    + Le confinement a pour effet de restreindre l'humour à l'épidémie. En effet aucun dessin du dernier "Canard enchaîné" (1er Avril) n'aborde un autre sujet d'actualité.

    A en croire le "Canard", le coronavirus serait plutôt de droite car il empêche certaines femmes d'avorter aux Etats-Unis. On pourrait rétorquer qu'il est de gauche car les personnes âgées votent majoritairement à droite.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,avril,2020,revue,presse,hebdomadaire,canard enchaîné,lefred-thouron,confinement,épidémie,times,animation,morten morland,coronavirus,charlie-hebdo,riss,toad,strip,école

    + La dernière Une de "Charlie" (par Riss) indique que l'hebdo ne veut pas être confiné au "rire thérapeutique", encore appelé "humour gras". Les dictatures s'accommodent du rire gras.

    + Sur la délicate question de l'école à domicile, qui prive momentanément l'Education nationale française de son monopole, Toad a donné ce strip "qui sent le vécu" (dans la série : "Ma Fille en ligne").

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,avril,2020,revue,presse,hebdomadaire,canard enchaîné,lefred-thouron,confinement,épidémie,times,animation,morten morland,coronavirus,charlie-hebdo,riss,toad,strip,école

  • Revue de presse BD (314)

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,atualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,notre-dame,paris,viollet-le-duc,shakespeare,seron,ulys,chaval,allia

    + Sitôt l'incendie de Notre-Dame de Paris éteint, les débats passionnés autour de sa restauration vont bon train. Faut-il reconstruire la flèche ajoutée par l'architecte Viollet-Le-Duc au XIXe siècle, ou revenir à une forme plus ancienne ?

    C'est l'occasion de faire observer combien la culture moderne est médiévale et irrationnelle, s'éloignant manifestement du projet des "Lumières" de substituer à la fiction religieuse la raison.

    Les journaux parlent trop hâtivement du "goût de l'Histoire" des Français en cette circonstance ; le but de l'architecture est en effet de faire rêver, à l'opposé de l'Histoire et des historiens qui se concentrent sur la réalité.

    Shakespeare, qui est le plus emblématique de tous, fait table rase du moyen âge ; il n'y a pas un aspect caractéristique du moyen âge que Shakespeare n'a pas réduit en cendres, ce qui en fait du même coup l'auteur le moins susceptible d'être qualifié de "moderne" (au passage on voit que l'hypothèse d'une "culture européenne" est très fragile).

    La bande dessinée, art médiéval et moderne à la fois, s'est emparée à de nombreuses reprises du thème de Notre-Dame (ici dessinée par Seron dans une série intitulée "Les Petits Hommes").

    Ci-dessous, caricature par Ulys des "saints" Pinault et Arnault, bourgeois qui se sont empressés de faire don d'une partie de leur fortune, espérant obtenir ainsi l'indulgence du peuple qu'ils gouvernent à travers leurs journaux.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,atualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,notre-dame,paris,viollet-le-duc,shakespeare,seron,ulys,chaval,allia

     

    + Signalons la publication récente (aux éds Allia) d'un long entretien donné par Yvan Le Louarn, alias Chaval, à Pierre Ajame (Louarn = renard en breton).

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,atualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,notre-dame,paris,viollet-le-duc,shakespeare,seron,ulys,chaval,allia

    Chaval, dont la notoriété fut celle d'un Cabu (avant l'assassinat), passe pour un humoriste misanthrope et mélancolique, peut-être à cause de son suicide et de son trait noir charbonneux ? Il révèle pourtant dans son bouquin des influences qui ne sont pas ou peu misanthropes : Mark Twain, Charlie Chaplin et Alphonse Allais.

    Les peuples optimistes n'ont pas d'auteurs satiriques, ils ont surtout des dictateurs.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,atualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,notre-dame,paris,viollet-le-duc,shakespeare,seron,ulys,chaval,allia,siné-madame

    + Si le premier numéro de "Siné-Madame" était paru un 1er Avril, on aurait pu croire à un canular. Mais non, il sort seulement en kiosque aujourd'hui (8 p./2,30 euros), présenté comme le fruit posthume de la rencontre entre Isabelle Alonso et Siné.

    A ce que je crois comprendre (une femme à gros QI me rectifiera si je me trompe), "Siné-Madame" se fait fort de combler le fossé d'incompréhension entre les hommes et les femmes de gauche. J'en déduis que la "partouze" serait de droite.

  • Fanzine n°70 - Avril 2019

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,pdf,mensuel,caricature,waner,zombi,adéka,lb,laouber,krokus,avril,2019,dessin,presse,satirique

    Le dernier fanzine Zébra BD & Caricature vient tout juste de paraître ! Avec des caricatures d'Adéka, Laouber, LB, Waner, Zombi, et une revue de presse illustrée.

    Pour s'abonner à ce mensuel (25 euros/an-10 n° franco de port), écrire à zebralefanzine@gmail.com

    Pour lire le précédent n° gratuitement, cliquez ici.

    (Dessin de "Une" par Krokus)

  • Revue de presse BD (313)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,sous-bockisme,sous-bock,placid,lolmède,magritte,ben,duchamp,gilles rochier,tmlp,pierre lungheretti

    (Sous-bock signé Placid)

    + Le "sous-bockisme" ou l'art de dessiner sur des sous-bocks, lancé par le bédéaste Lolmède au début du XXIe siècle, énième avatar de l'effort de certains artistes modernes pour désacraliser l'art (Magritte, Duchamp, Ben...).

    Paradoxalement la désacralisation revêt parfois à son tour un caractère sacré, un peu comme certains pratiquent le doute avec une foi inébranlable.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,sous-bockisme,sous-bock,lolmède,magritte,ben,duchamp,gilles rochier,tmlp,pierre lungheretti,placid,mercantilisme,franck riester,culture,caricature

    + Gilles Rochier lit "Ta mère la pute" dans "La BD à voix haute", websérie vidéo produite par "Lyon BD" (festival) et "Québec BD".

    A partir de croquis et de témoignages recueillis dans les "quartiers" où il a grandi, G. Rochier les raconte avec une sincérité qui tranche singulièrement avec la dramaturgie médiatique.

    + Pierre Lungheretti (directeur de la Cité internationale de la Bande dessinée et de l'Image) a publié enwebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,sous-bockisme,sous-bock,lolmède,magritte,ben,duchamp,gilles rochier,tmlp,pierre lungheretti,placid,mercantilisme,franck riester,culture,caricature janvier 2019 un rapport commandé par le ministère de la Culture sur l'état de la bande dessinée et ses acteurs.

    Le rapport pointe du doigt le mercantilisme des producteurs de bande dessinées, annoncé et dénoncé par certains auteurs... depuis 40 ans déjà. C'est ce qui s'appelle enfoncer une porte ouverte.

    Plus nettement que ce rapport, il faut dire à ceux qui gobent le slogan de "l'ouverture culturelle" que la mode des mangas japonais découle entièrement de cette stratégie mercantile stupide que les éditeurs belges plus intelligents n'adoptèrent pas dans les années soixante face aux comics américains et à Disney.

    - Les auteurs et regroupements d'auteurs (impuissants) à qui le rapport donne la parole accusent plus franchement les éditeurs et les organisateurs de festivals d'avoir contribué à appauvrir les auteurs. On peut se demander pourquoi les auteurs de BD se sont laissé tondre aussi facilement, ou pourquoi ils se laissent berner par "l'artification" (sic) en cours de la BD, récupération qui ne profite qu'à quelques-uns, et dont le lecteur (lui aussi maltraité par ces stratégies éditoriales) n'a cure ?

    - Les remèdes proposés par le rapporteur sont plus symboliques qu'efficaces ; parmi ces mesures on note la création d'un musée de la BD à Paris, sur le modèle bruxellois. Le nouveau ministre Franck Riester en réceptionnant le rapport a prononcé un joli discours, osant même parler de "nouvel âge d'or de la BD" ; entre les grandes phrases on devine que le mercantilisme ne risque pas de se heurter au ministère de la Culture. Il serait bien naïf d'espérer obtenir du ministère de la Culture ce que l'on n'obtient pas du ministère de l'Agriculture ou de l'Industrie.

    - Mieux qu'un long rapport, le témoignage sarcastique de l'ex-bédéaste Adrien Fournier révèle l'état de la bande dessinée.

  • Revue de presse BD (312)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,raoul taburin,sempé,trente glorieuses

    + L'adaptation au cinéma de "Raoul Taburin a un secret" est l'occasion d'une réédition (luxueuse) de cette nouvelle illustrée par Sempé parue en 1995 (Gallimard-jeunesse). Raoul Taburin est un marchand et réparateur de cycles hors pair, tourmenté par un lourd secret : il est incapable d'enfourcher un vélo sans se casser la gueule...

    Sempé fait montre ici du talent d'illustrateur qu'on lui connaît : habile coloriste et compositeur, notamment ; mais "Raoul Taburin" surfe sur la nostalgie des "Trente glorieuses", période que les écologistes ne devraient pas être les seuls à trouver funeste.

    L'accaparement des ressources pétrolières entraîna en effet une surabondance de biens en Occident, et le gaspillage tous azimuts, cause de bien des maux supportés par les générations suivantes... y compris le terrorisme auquel le racket de l'or noir à l'échelle internationale est lié.

    Les films de Jacques Tati soulignent mieux l'espèce de vanité hénaurme qui s'est emparée de la société française au cours des "Trente glorieuses" que ce "Raoul Taburin" un peu sirupeux.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,raoul taburin,sempé,trente glorieuses,canard sauvage,gallica,bnf,roubille,iribe,steinlein,hermann-paul,vallotton,edmond chatenay

    L'expulsion des congrégations religieuses (1903) vue par Roubille, pas dupe des "valeurs républicaines".

    + Déçu par les journalistes et les journaux du moment, on peut toujours se rabattre sur les archives de la BNF, disponibles sur le site "Gallica" ; nous évoquions récemment dans cette rubrique le caricaturiste Hermann-Paul, dans l'ombre de Caran-d'Ache et Steinlein. Ce pilier de "L'Assiette au beurre" contribua aussi à l'hebdo "Le Canard Sauvage", beaucoup moins fameux que "Le Canard Enchaîné" en raison de sa brève existence (limitée à l'année 1903/30 n°).

    Son fondateur Edmond Chatenay avait réuni des collaborateurs aussi talentueux que F. Vallotton, F. Kupka, Steinlein, P. Iribe, Roubille, Willette, Sem, Caran d'Ache, A. Faivre, G. Jossot et Hermann-Paul pour la partie dessinée, et A. Jarry, J. Renard, Franc-Nohain, O. Mirbeau pour la partie littéraire.

    On ne sait pas ce qui est le plus net dans ce "Canard Sauvage" : sa détestation de la Russie (tsariste) (cf. le superbe n° du 30 mai) ou celle de la police française (républicaine) ?

    + La périodicité de "Siné-Mensuel" rend le choix de la Une plus difficile qu'il n'est pour un hebdomadaire. La Une d'un mensuel doit avoir une portée plus générale que celle d'un hebdo. La presse quotidienne peut vite tirer la satire vers le bas si on n'y prend garde. Son développement est d'ailleurs lié au manque de rigueur des journalistes, leur empressement à publier des "scoops" parfois bidons.

    Willem fait la Une du numéro d'avril de "Siné-Mensuel". Son trait est toujours aussi efficace. Comme ce caricaturiste publie à la fois dans "Libération", "Charlie-Hebdo" et "Siné-Mensuel", on peut dire qu'il représente l'union de la gauche bobo, de la gauche républicaine et de la gauche antibobo. Ceux qui croyaient comme moi que seul un type d'extrême-droite (F. Mitterrand) pouvait faire l'union de la gauche sont détrompés.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2019,raoul taburin,sempé,trente glorieuses,canard sauvage,gallica,bnf,roubille,iribe,steinlein,hermann-paul,vallotton,edmond chatenay,willem,siné-mensuel,avril 2019

  • Revue de presse BD (291)

    + Certains lecteurs de la presse satirique expriment la nostalgie du temps où Cabu, Wolinski, Reiser, Siné,webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2018,fémina,philippe lançon,lambeau,luz,catherine meurisse Gébé, dessinaient encore, et déplorent la fadeur de la presse satirique actuelle. D'autres rétorquent qu'il y a encore de très bons dessinateurs en activité.

    La question du niveau technique des uns et des autres est sans doute secondaire ; on peut tout de même dire que le talent de reporter de Cabu est supérieur ; quel caricaturiste est capable de caricaturer, non pas seulement telle ou telle grosse légume, mais une ville entière et ses habitants, comme Cabu l'a fait avec Paris ?

    Il faut d'abord tenir compte d'un contexte politique -la Ve République-, particulièrement défavorable à la liberté de la presse. Certains signes ne trompent pas, comme la rapidité et l'efficacité des pouvoirs publics, de gauche comme de droite, à colmater les brèches dès qu'il y en a - naguère les radios libres, aujourd'hui internet.

    Par conséquent l'aventure de "Charlie-Hebdo" est unique et implique une audace exceptionnelle de la part de ses inventeurs, Cavanna et Choron - non seulement du talent.

    La différence entre la première mouture de "Charlie-Hebdo" et la seconde est celle qu'il y a entre Elvis Presley et Johnny Hallyday, c'est-à-dire entre la contre-culture et la contre-culture digérée et assimilée par la culture dominante et ses "intellos de service", jouant le rôle d'enzymes gloutons.

    Ce n'est pas seulement rendre hommage aux pionniers que de souligner cette différence entre eux et leurs héritiers : cela permet de mieux comprendre la manière dont la culture bourgeoise se défend contre les attaques dont elle est la cible.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2018,fémina,philippe lançon,lambeau,luz,catherine meurisse,reiser,cabu,charlie-hebdo,5e république,satirique,yves chaland,jeune albert,tv5 bordeaux,documentaire,margerin,avril,berbérian,zep,poelvorde

    + Après Catherine Meurisse, Patrick Pelloux, c'est au tour de Luz et Philippe Lançon, choqués ou grièvement blessé par la fusillade à la rédaction de "Charlie-Hebdo" de publier leurs témoignages. A croire que les gens heureux n'ont rien à dire...

    Philippe Lançon (journaliste à "Charlie" et "Libération") vient de recevoir le prix Fémina pour "Le Lambeau", récit de sa pénible convalescence. Il s'est déplacé pour recevoir le prix en mains propres. A en croire P. Lançon : "L'esprit critique (...), la caricature, tout cela est bien vivant". Cela sonne un peu comme un "Allahou Akbar !" germanopratin.

    A propos de "Le Lambeau", le club des lectrices (en décolleté) du "Figaro" a rendu son verdict.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2018,fémina,philippe lançon,lambeau,luz,catherine meurisse,reiser,cabu,charlie-hebdo,5e république,satirique,yves chaland,jeune albert,tv5 bordeaux,documentaire,margerin,avril,berbérian,zep,poelvorde

    Yves Chaland vu par C. Berbérian.

    + Les BD d'Yves Chaland, auteur du "Jeune Albert", en disent plus long sur la BD franco-belge qu'une longue thèse fastidieuse et hagiographique. Suivant le procédé du pastiche qui consiste à caricaturer le style d'un auteur, Y. Chaland souligne les stéréotypes d'un genre destiné aux enfants, dont Hergé est considéré comme le maître.

    Chaland se plaît ainsi à souligner le décalage radical avec la réalité de ces récits ; c'est probablement ce qui plaît aux jeunes enfants, mais on peut s'interroger sur l'intention des adultes qui ont conçu cette culture et sa portée éthique.

    Chaland souligne aussi, avec son trait de designer automobile, plus maniaque encore que celui de Hergé, l'arrière-plan industriel de cette culture. Chaland n'a pas été publié dans "Métal Hurlant" pour rien !

    TV7 Bordeaux diffuse un long documentaire sur Yves Chaland (2018). En dépit du ton proustien ou dévot d'Avril Tembouret, son auteur, ce documentaire éclaire plusieurs aspects de la personnalité et de l'oeuvre de cet auteur, via ceux qui l'ont côtoyé ou qu'il a influencés (F. Margerin, F. Avril, C. Berbérian, Zep, B. Poelvorde...).

    On pourrait croire en le lisant que Yves Chaland tente de s'évader de la BD et de son horizon fictif.

  • Revue de presse BD (274)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,patrick cohen,idéfix,uderzo,rené goscinny,dessin-animé

    + Dans un petit bouquin illustré, Patrick Cohen revient sur un aspect méconnu de la carrière de René Goscinny, qui fonda les studios de dessin-animé "Idéfix" où P. Cohen travailla comme "animateur".

    "Journal d'un animateur aux studios Idéfix" (éd. Tartamudo, 2018) regorge d'anecdotes sur cette aventure qui dura quatre ans, jusqu'à ce que Uderzo décide d'y mettre un terme après la mort inopinée de Goscinny. Ce bouquin permet aussi de comprendre le fonctionnement d'un petit studio de dessin-animé qui produisit quelques "Astérix" et "Lucky-Luke", tentant de rivaliser avec les studios "Disney". Le récit illustré est suivi de quelques pages documentaires.

    Il reste que cette production européenne est loin d'égaler celle des studios américains, et que ce n'est pas dans le domaine du dessin-animé que Goscinny donna la pleine mesure de son talent.

    + "Il y a un an, Xavier Jugelé a donné sa vie pour protéger les nôtres. Parwebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,patrick cohen,idéfix,uderzo,rené goscinny,dessin-animé,revoir paris,cabu,anne hidalgo,xavier jugelé,policier,ganache,georges orwell cette plaque, Paris lui rend hommage et rappelle qu’elle n’oubliera jamais." Ainsi la mairesse de Paris Anne Hidalgo a-t-elle récemment rendu hommage au policier abattu sur les Champs-Elysées.

    Cet hommage m'a rappelé Cabu. Le caricaturiste faisait observer que le nombre de plaques honorant des policiers morts au cours de la libération de Paris pouvait faire croire que la Résistance était composée à 90% de flics.

    Cabu s'était amusé aussi à comptabiliser le nombre de rues parisiennes portant des noms de "ganaches" (officiers) et en dénombrait 138, c'est-à-dire presque autant que des saints (180) (dessin ci-contre extrait d'un des meilleurs Cabu : "Revoir Paris").

    Le Paris moderne du XIXe siècle est conçu sur le plan architectural pour faciliter la répression des émeutes par la police ou l'armée.

    Georges Orwell, qui travailla (non sans dégoût) pour la police britannique en Birmanie, exposait ainsi sa conception, moins romantique que celle d'Anne Hidalgo, du maintien de l'ordre : "Si l'on peut dormir en paix, c'est seulement parce que des brutes disposées à la violence protègent notre sommeil."

    - Dans "BD-Zoom", Henri Filippini (ex-chroniqueur à "Schtroumpf-fanzine" il y a plus de trente ans) présente le sommaire du n°3 de la nouvelle mouture des "Cahiers de la bande dessinée".

    H. Filippini semble reprocher à ce nouveau magazine (relancé par Vincent Bernière) son snobisme ou son élitisme : "(...) le cahier Critique analyse quelques nouveautés pas forcément dans le populaire."

    On manque en effet de critiques capables de dire ce qui est seulement "dans l'air du temps" (la majorité de la production).

    Mais l'adjectif "populaire" est ambigu et mériterait d'être clarifié à chaque fois. En effet la culture populaire authentique est toujours anti-élitiste. Le cinéma, s'il est largement diffusé, n'est pas un art "populaire". Désigner "Facebook" comme un outil "populaire", c'est se référer exclusivement à une notion quantitative.

    La BD franco-belge vise essentiellement un public de jeunes garçons, ce qui en soi suffit à établir qu'elle n'est pas une culture "populaire" (même s'il a pu arriver que cette BD déborde ce cadre commercial et pédagogique).

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,patrick cohen,idéfix,uderzo,rené goscinny,dessin-animé,revoir paris,cabu,anne hidalgo,xavier jugelé,policier,ganache,georges orwell,henri filippini,cahiers de la bande-dessinée,schtroumpf