Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jul

  • Revue de presse BD (260)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier,2018,revue,presse,hebdomadaire,new york times,féminisme,simone de beauvoir,agnès poirier,fred martin,harcèlement sexuel,charlie-hebdo,richard malka,liberté d'expression

    Dessin de presse de Fred Martin

    + La querelle entre féministes à propos du harcèlement sexuel a un retentissement international.

    Dans les colonnes de "The New York Times" (13-14 janv.), Agnès Poirier explique aux lecteurs new-yorkais que Simone de Beauvoir elle-même n'adhérait pas au féminisme radical actif aux Etats-Unis, avec ses réunions interdites aux hommes. Le féminisme radical s'est implanté en France depuis une vingtaine d'années, ajoute A. Poirier, néanmoins toutes les femmes françaises, y compris lorsqu'elles se disent féministes, ne sont pas disposées à renoncer aux relations avec l'autre sexe, à quoi la judiciarisation des rapports amoureux conduit.

    Paradoxalement la société occidentale capitaliste est la plus (officiellement) féministe en même temps qu'elle repose largement sur ce dérèglement des sens et du désir que l'on appelle "société de consommation", qui constitue un obstacle à la maîtrise de soi et l'éducation.

    + A l'occasion de la promotion de son premier roman, l'avocat (de "Charlie-Hebdo") et scénariste de BD Richard Malka a déclaré lors d'un "talk-show" télévisé (13/01) : - Je ne considère pas que la liberté d'expression est un absolu. Une déclaration étonnante puisque personne n'a jamais sérieusement prétendu le contraire. Les lois civiles et pénales françaises encadrent strictement la liberté d'expression, soumise au respect de "l'ordre public".

    Propos mensonger, bien qu'il soit parfois enseigné à l'école, celui qui consiste à faire de la liberté d'expression le résultat d'un quelconque "progrès juridique"; les tribunaux ne sont pas les meilleurs garants d'une liberté d'expression qui, le plus souvent, se joue des lois. Il vaut mieux étudier, plutôt que le principe abstrait de la "liberté d'expression", les nouvelles méthodes de censure mises en place dans les sociétés modernes afin de suppléer l'impuissance de l'interdiction légale.

    La télévision, qui joue le rôle de filtre, est un puissant moyen de censure dans la mesure où elle canalise l'expression et permet de mieux la contrôler.

    + L'affaire de la réédition des "Pamphlets" de L.-F. Céline illustre la difficulté dewebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier,2018,revue,presse,hebdomadaire,new york times,féminisme,simone de beauvoir,agnès poirier,fred martin,harcèlement sexuel,charlie-hebdo,richard malka,liberté d'expression,pamphlets,céline,antisémite,censure,gallimard,jul,chine,macron,aragon la censure moderne. Résultat de pressions gouvernementales exercées sur l'éditeur Gallimard, la censure fait en pratique une publicité extraordinaire à un auteur et des ouvrages que l'on peut aisément se procurer chez un bouquiniste.

    Dans ces pamphlets (éd. 1937,38,41)Céline vilipende notamment les Juifs ("Bagatelles pour un Massacre"), qu'il soupçonnait de comploter pour pousser l'Europe à une nouvelle guerre.

    Lors de leur première parution, les pamphlets ne firent pas tant scandale dans la presse ; l'outrance du propos, qui passe aujourd'hui pour une circonstance aggravante, était plutôt perçue comme une circonstance atténuante au début du XXe siècle.

    On peut donc parler ici de bavure en matière de censure, qui prend désormais habituellement des formes plus subtiles.

    + Le caricaturiste Jul (ex-"Charlie-Hebdo") est parti en voyage officiel en Chine dans les bagages du président de la République. A son retour, le dessinateur s'est répandu en explications dans les médias. Contrairement au poète Aragon qui dressa un portrait idyllique de la dictature soviétique, contrairement aux peintres français invités par le Reich nazi en Allemagne pour contribuer au rapprochement entre les deux pays (1941), Jul ne tresse pas de lauriers au régime chinois.

    Cependant on peut difficilement faire plus hypocrite que l'alibi des Droits de l'Homme, invoqué pour justifier la présence de ce bédéaste lors de cette excursion diplomatique.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier,2018,revue,presse,hebdomadaire,new york times,féminisme,simone de beauvoir,agnès poirier,fred martin,harcèlement sexuel,charlie-hebdo,richard malka,censure,liberté d'expression,pamphlets,céline,antisémite,gallimard,jul,chine,macron,aragon

  • Jul en Chine !?

    La Semaine de Zombi. Lundi : Le caricaturiste Jul dans les bagages de Macron lors de son voyage promotionnel en Chine : on a dû rire jaune à "Charlie-Hebdo" en apprenant ça...

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,chine,macron,voyage officiel,jul,xi jinping,charlie-hebdo,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Revue de presse BD (206)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2016,actualité,armando genco,migrants,italien,thorgal,rosinski,dbd,interview,françois forcadell,frédéric pajak,nietzsche,goya,baudelaire,charlie-hebdo,lucky-luke,terre promise,jul,daniel pennac,laurent gerra,goscinny,juif

    + L'actualité et ses drames inspirent parfois les auteurs de BD. Le jeune dessinateur italien Armando Genco nous a demandé de publier dans "Zébra" la traduction d'une BD qui dépeint le sort des migrants qui tentent de s'introduire en Europe dans des conditions dantesques.

    + Même si certains soulignent son côté industriel, la bande-dessinée conserve un côté artisanal démodé (l'art moderne ne doit pas sentir l'huile de coude, mais le parfum de la philosophie). Ainsi le dessinateur de la série à succès "Thorgal", Rosinski, travaille depuis quelques années avec son fils Piotr, dont le rôle consiste à faire tampon entre son père et le scénariste avec qui il travaille.

    Artisan accompli, Rosinski est en mesure de poser des conditions et de refuser des scénarios qui lui déplaisent : "Je n'aime pas dessiner la violence et les scènes de sexe. Dans l'album précédent, j'ai refusé les scènes érotiques. C'est mieux quand ce n'est pas montré. Concernant la violence, je déteste quand on place des ralentis dans un film... je n'arrive pas à comprendre qu'un spectateur puisse se délecte de telles scènes (...)" (interview "dBD" novembre 2016)

    + François Forcadell cite une interview de l'éditeur Frédéric Pajak ("Les Cahiers dessinés"), qui déclare à propos des dessinateurs de presse : « Aujourd’hui, la plupart d’entre eux se contentent de faire des petites blagues, en caricaturant à la va-vite tel ou tel homme politique. Ils ne dessinent plus : ils font des crobards. Ils sont souvent incultes, comme leurs rédacteurs en chef, et n’ont plus aucun sens de l’histoire : ils réagissent à l’actualité, ne s’émeuvent que dans l’urgence. Le dessin de presse devrait s’inspirer de Goya, de George Grosz ou de Saul Steinberg. »

    Baudelaire, en son temps, se plaignait déjà de l'inculture des peintres contemporains exposés aux Salons. Cela dit, Baudelaire savait un peu dessiner et caricaturer, lui. En parlant de Goya, c'est plutôt le dessinateur espagnol qui s'est inspiré des dessinateurs de presse anglais, non l'inverse.

    Plus précisément que Pajak, dont on aimerait bien savoir ce qu'il entend par "sens de l'histoire" (Pajak se réclame par ailleurs de Nietzsche, qui nie farouchement que l'histoire ait un quelconque sens), mentionnons deux fléaux convergents : le militantisme croissant des dessinateurs de presse, c'est-à-dire leur obéissance à la ligne politique d'un parti. L'originalité de "Charlie-Hebdo" fut de n'être pas un "journal engagé", quand toute la presse française était mise au service des partis et des industriels les soutenant.

    Deuxièmement, l'américanisation du dessin de presse ; aux Etats-Unis, les "editorial cartoonists" illustrent, expliquent la vie des partis politiques à l'aide de dessins auxquels seuls ceux qui suivent l'actualité politique de près trouvent de l'intérêt. Tandis que la caricature est plus artistique en France, elle est plus (trop) journalistique aux Etats-Unis.

    + "La Terre promise", dernier album de "Lucky-Luke", paraîtra bientôt. Après Daniel Pennac et Laurent Gerra, c'est le caricaturiste Jul qui a été choisi pour remplacer Goscinny. Dans cet album, Lucky-Luke rencontre une famille de colons juifs venus de Pologne ; Jul s'étonne que Goscinny n'y ait pas pensé, étant lui-même d'origine juive. Mais les minorités religieuses ou ethniques sont souvent, dans les albums de Lucky-Luke, prétexte à des blagues jugées parfois douteuses ; les Chinois exercent ainsi systématiquement le métier de blanchisseur.

    Par ailleurs Jul oublie que se revendiquer Juif n'a pas toujours été à la mode parmi les Juifs (non pratiquants), et que beaucoup de Juifs, pour des raisons qui n'ont pas forcément trait aux persécutions subies par cette communauté, rejetèrent leur "identité juive". N'est Juif, écrivait à juste titre Sigmund Freud, que celui qui suit Moïse et sa Loi (ce médecin allemand s'excluait ainsi lui-même de la communauté juive, estimant que Moïse et ses adeptes n'étaient qu'une bande de voyous anarchistes).

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2016,actualité,armando genco,migrants,italien,thorgal,rosinski,dbd,interview,françois forcadell,frédéric pajak,nietzsche,goya,baudelaire,charlie-hebdo,lucky-luke,terre promise,jul,daniel pennac,laurent gerra,goscinny,juif

  • Revue de presse BD (38)

    fanzine,bd,bande-dessinée,zébra,revue de presse,38,marjane satrapi,acrylique,galerie,noirmont,festival,angoulême,programme heure par heure,pénélope bagieu,vuillemin,jul,bd numérique,mauvais esprit,professeur cyclope,yannick lejeune,revue dessinée,aya de yopougon,reportage,benjamin rabier,charente,chabichou,médaille,chevalier des arts et lettres,légion d'honneur,24h bd,2013,didier pasamonik,colonel,taggé,actuabd,un monde de bulles,public-sénat,jean-luc delarue,fred,philémon,au train où vont les choses,off,bernharda xilko,johanna marcadé

    Une des 21 acryliques de Marjane Satrapi exposées jusqu'au 23 mars à la galerie J. de Noirmont.

    + Si je n'étais pas agoraphobe et que j'avais pu me rendre au festival d'Angoulême, je serais allé à la table ronde sur le dessin de presse avec Vuillemin et Jul; j'aurais soigneusement évité les débats sur la bd numérique (zzzzzz); j'aurais hésité pour l'avant-première du film "Aya de Yopougon", vu que le cinéma me file la migraine; j'aurais aussi maté le reportage sur Benjamin Rabier; et puis ce débat sur "La justice vue par les jeunes de la Charente" m'aurait sûrement plu; sans oublier d'avaler un exemplaire ou deux de la spécialité culturelle locale: le chabichou. Ah, j'allais oublier de vous refiler le programme heure par heure.

    + Le journaliste belge Didier Pasamonik (alias colonel Pasamonik) se plaint d'étre tricard au 40e festival qui commence ce soir. Sur son site "Actuabd", il a taggé plusieurs fois la devanture du festival, insistant sur la division entre les différents organisateurs et la menace que fait planer la crise économique sur cet événement "bling-bling".

    + Mieux qu'un débat sur la BD numérique, dans le dernier magazine "Zoo" n°45, Yannick Lejeune présente quelques gazettes numériques, qui viennent ou sont sur le point d'être lancés : "Mauvais Esprit", "Professeur Cyclope" et "La Revue dessinée".

    + La BD-blogueuse Pénélope Bagieu devrait recevoir la médaille de Chevalière des Arts et Lettres. C'est quand même moins la honte que la légion d'honneur !

    + A ma connaissance, aucun membre de "Zébra" n'a participé à l'édition 2013 des 24h de la BD. Ouf, je suis rassuré, il n'y a aucun sado-masochiste dans la bande! Bien sûr, vous entendrez dire certains qu'"on s'éclate trop à faire les 24h de la BD!": tous les masos disent ça. Personnellement, j'ai trop de respect pour la BD pour accepter qu'elle soit comparée à un sport.

    + "Un Monde de Bulles", l'émission de la chaîne de TV "Public-Sénat" consacrée à la BD s'arrête... enfin. L'institution avait sans doute cru pouvoir ainsi se rajeunir, ou bien attirer des téléspectateurs sur "Public-Sénat", mais le jeune journaliste en charge de l'émission imitait Jean-Luc Delarue, ce qui pour une émission consacrée à la BD ne collait pas trop (sauf dans les cas de romans graphiques intimistes).

    + Il a fallu dix ans à Fred pour dessiner son dernier album de Philémon, quant à lui, "Au train où vont les choses." Non pas seulement parce que Fred est un grand jouisseur, mais parce que sa main ne suit plus.

    + Le dessin de la semaine est une (dé)composition de Bernharda Xilko & Johanna Marcadé pour le festival off d'Angoulême.

    (par Zombi - leloublan@gmx.fr)

    fanzine,bd,bande-dessinée,zébra,revue de presse,38,marjane satrapi,acrylique,galerie,noirmont,festival,angoulême,programme heure par heure,pénélope bagieu,vuillemin,jul,bd numérique,mauvais esprit,professeur cyclope,revue dessinée,aya de yopougon,reportage,benjamin rabier,charente,chabichou,médaille,chevalier des arts et lettres,légion d'honneur,24h bd,2013,un monde de bulles,public-sénat,jean-luc delarue,fred,philémon,au train où vont les choses,off,bernharda xilko,johanna marcadé