Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mai 68

  • Caricature Daniel Cohn-Bendit

    La Semaine de Suzette Zombi. Lundi : Les idéalistes d'aujourd'hui sont les rentiers de demain.

    webzine,zébra,gratuit,fanzine,bd,bande-dessinée,caricature,daniel cohn-bendit,mai 68,crs,ss,juif,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Revue de presse BD (271)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68

    Adaptation par Paul Boujenah (1981)

    + "Je n’avais donc pas le pouvoir d’empêcher ce film, même si les acteurs sont mal dirigés, le scénario débile et le rythme des gags catastrophique." Isabelle Franquin, fille d'André (qui n'est titulaire que d'un droit moral sur l'oeuvre), n'a pas attendu la sortie de Gaston Lagaffe au cinéma pour étriller cette adaptation (qui n'est pas la première).

    C'est en effet une question de rythme si les BD comiques sont en principe inadaptables au cinéma. Certains amateurs inconditionnels de Gaston Lagaffe font en outre valoir que c'est un type bruxellois, que l'on peut difficilement extraire d'un tel contexte.

    "L'anticonformisme" de Gaston Lagaffe est discutable: en effet Gaston s'accommode comme pas deux d'un emploi administratif ennuyeux ; il a un penchant marqué pour les gadgets aussi divertissants qu'inutiles; il s'écroule physiquement, et ses loisirs sont ceux d'un petit bourgeois belge ordinaire: tout ça incite plutôt à voir en Gaston le reflet de notre époque. "Si Darwin dit vrai, ironisait Alphonse Allais, dans ce cas la société ne comptera bientôt plus que des escrocs... car ils sont les mieux adaptés à la société". Lagaffe est plutôt une sorte d'aboutissement social... ou un autoportrait sans complaisance de Franquin ?

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68

    Dessin de Decressac pour remercier les contributeurs de "Zélium".

    + Le journal satirique "Zélium" est parvenu à réunir par souscription la somme de 5.000 euros afin de financer son prochain numéro consacré au Travail (après deux ans de "vacances"). 5.000 euros, c'est le coût de fabrication et de distribution d'un magazine en couleurs tiré à environ 2.000 ex. (les dessinateurs contribuent bénévolement).

    La "liberté d'expression" ne résulte pas seulement de l'inscription dans la constitution d'un grand principe libéral, mais des conditions économiques dans lesquelles les journaux sont publiés et distribués. Or on a pu observer au cours des dernières décennies l'effort des parlementaires français pour faciliter le contrôle et la tutelle des nouveaux médias émergents (radios libres, internet) par de grands groupes industriels et bancaires.

    La "liberté d'expression" est un principe aussi mystique que le principe de dieu sous d'autres latitudes... et "Charlie" est son prophète et martyr.

    + "L'Obs" se préoccupe de la censure en Turquie et s'intéresse aux dernières webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68gazettes satiriques ("Leman") osant brocarder le président turc Erdogan.

    Mais "L'Obs" semble avoir oublié comment le président E. Macron a été élu récemment à la quasi-unanimité des titres de presse français, aussi différents les uns des autres que des endives calibrées, face à des candidats jouant le rôle de "sparring-partners"; une comédie musicale aurait aussi bien fait l'affaire qu'une campagne électorale.

    En assassinant "Charlie-Hebdo", les frères Kouachi ont ressuscité un cadavre puisque "Charlie-Hebdo" n'était plus subversif pour personne, hormis quelques musulmans chauffés à blanc. Comme l'esprit subversif de "Mai 68" s'est transformé en conformisme au fil des années, l'esprit subversif de "Charlie-Hebdo" a viré à la rengaine, si ce n'est à la justification de la censure "au nom de l'ordre public".

    Ici un ancien sympathisant du mouvement de contestation de "Mai 68", Didier Leduc, concède : - Stigmatiser l’utopie soixante-huitarde est un exercice facile tant la mythologie libérale dominante tend à opposer ce qui serait de l’ancien monde, forcément ringard, au nouveau monde qui, sous couvert de pragmatisme et d’adaptation au principe de réalité, voudrait nous faire basculer dans une société "de progrès" de maîtrise technologique et de marché sans frontière.

    + Parfois mal payés, dessinateurs de BD et illustrateurs sont en quête de moyens alternatifs de subsistance. Le site internet NyArt, récemment créé, joue le rôle d'intermédiaire entre commanditaires privés et artistes (moyennant une commission de 3%).

  • Caricature manif étudiants

    La Semaine de Zombi. Vendredi.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,mai 68,étudiants,manifestation,blanquer,emmanuel macron,cohn-bendit,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Caricature Mai 68

    La Semaine de Zombi. Mercredi.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,dsk,mai 68,nostalgie,anniversaire,jubilé,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Anniversaire Mai 68

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,mai 68,anniversaire,50 ans,krokus,dessin,presse,satirique

    dessin par KROKUS

  • Revue de presse BD (259)

    webzine,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,gratuit,actualité,revue,presse,hebdomadaire,2018,janvier,louvre,fluide-glacial,mo/cdm,hors-série,futuropolis,martial cavatz,siné-mensuel,berth,jacques carelman,mai 68,charlie-hebdo,cahiers de la bd,henri filippini,chihuahua pearl,call-girl,blueberry

    gag signé Mo/CDM, extrait de "Fluide" hors-série n°81

    + Le musée du Louvre s'efforce de dépoussiérer son image depuis quelques années grâce à la BD. Celle-ci apparaît en effet comme un art plus facile d'accès. Plusieurs albums ont ainsi été coproduits par le Louvre et la maison d'édition de BD Futuropolis. Bien que ces albums soient plutôt ironiques, ils ne remettent pas directement l'institution en cause.

    En invitant l'équipe de l'hebdomadaire "Fluide-Glacial" à visiter Le Louvre, à mi-chemin entre le sanctuaire et le parc d'attraction, la direction de l'établissement n'a pas craint de provoquer l'humour. Dans un "hors-série", l'équipe de gagmen de "Fluide-Glacial" répond par une série de vannes plus ou moins subtiles et efficaces. Le public du Louvre est la cible des railleries, mais aussi le personnel et le discours esthétique snob qui accompagne parfois l'exposition des oeuvres.

    Le défaut de ce hors-série est qu'il s'agit d'un ouvrage de commande, or la satire répond rarement à une commande.

    (Hélas un prof d'histoire de l'art, Martial Cavatz, s'est glissé parmi les gagmen ; il enfourche le dada de la "reconnaissance de la BD" par le milieu des critiques d'art. Outre que ce discours académique est ici hors sujet, même un esprit satirique limité sera conscient de l'impact du marché sur le goût contemporain en matière d'art et sa reconnaissance.)

    webzine,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,gratuit,actualité,revue,presse,hebdomadaire,2018,janvier,louvre,fluide-glacial,mocdm,hors-série,futuropolis,martial cavatz,siné-mensuel,berth,jacques carelman,mai 68,charlie-hebdo,cahiers de la bd,henri filippini,chihuahua pearl,call-girl,blueberry

    + En ce début de nouvelle année 2018, "Siné-Mensuel" et Berth s'approprient une affiche fameuse de "Mai 68", représentant un CRS en pleine opération de maintien de l'ordre public républicain. Le dessin original est signé d'un certain Jacques Carelman, à la fois dentiste, illustrateur, humoriste dans le genre loufoque, et décorateur de théâtre. Celui-ci précise dans une interview que l'inscription SS sur le bouclier du CRS est "apocryphe".

    Comme il y a deux "Charlie-Hebdo", on peut distinguer aussi deux sortes de "soixante-huitards" : ceux qui virent dans l'accession de la gauche au pouvoir en 1981 le prolongement de "Mai 68", et ceux qui a contrario furent déçus par ce résultat.

    La récupération politique de ce mouvement cache que, à l'instar de la première mouture de "Charlie-Hebdo", il est difficile de dégager un axe politique de cette révolte, qui prit les élites au dépourvu pour cette raison. On ne peut manquer d'observer qu'un certain nombre d'ex-soixante-huitards en vieillissant et se rapprochant du pouvoir sont devenus les pires censeurs.

    + "Les nouveaux Cahiers de la BD se présentent sous une couverturewebzine,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,gratuit,actualité,revue,presse,hebdomadaire,2018,janvier,louvre,fluide-glacial,mocdm,hors-série,futuropolis,martial cavatz,siné-mensuel,berth,jacques carelman,mai 68,charlie-hebdo,cahiers de la bd,henri filippini,chihuahua pearl,call-girl,blueberry représentant Chihuahua Pearl : un choix relativement étonnant, fait remarquer H. Filippini (BD-Zoom), puisque à quelques exceptions près, les articles proposés ignorent la BD de divertissement !"

    Plus étonnant encore le choix d'une "call-girl" machiavélique pour illustrer un n° qui contient une enquête intitulée : "Les Femmes sont-elles l'avenir de la BD ?"

    + La sélection de trente fanzines pour le concours de fanzines organisé par Philippe Morin dans le cadre du prochain festival d'Angoulême est on ne peut plus éclectique. On y trouve en effet un fanzine (marocain) "Halal", à côté d'un fanzine, "La Bûche", exclusivement réservé aux autrices (sic) de BD.

    Saluons un tel éclectisme, qui tranche avec l'uniformité ambiante.

    webzine,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,gratuit,actualité,revue,presse,hebdomadaire,2018,janvier,louvre,fluide-glacial,hors-série,futuropolis,martial cavatz,siné-mensuel,berth,jacques carelman,mai 68,charlie-hebdo,cahiers de la bd,henri filippini,chihuahua pearl,call-girl,blueberry,festival angoulême,philippe morin,halal,la bûche,éclectique

     

  • Les Chemins de Fortune***

    Le titre original : "Histoire générale des plus fameux pyrates" dit mieux que le titrewebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,daniel defoe,pyrates,michel le bris,caraïbes,barbe noire,djihadiste,utopiste,mai 68 donné à la nouvelle édition (et traduction) récente l'intention de l'auteur d'édifier ses lecteurs par un ouvrage sérieux : "Je ne doute point que l'on ne soit curieux d'apprendre l'origine et les progrès de ces hommes désespérés, qui ont été la terreur de tous les négociants du monde."

    "Robinson Crusoé", grâce à qui tout le monde connaît Daniel Defoe, est aussi largement inspiré de faits réels et n'a pas pour seul but de divertir.

    A travers le récit de l'existence mouvementée de quelques fameux pirates (et piratesses !), D. Defoe veut donner de la piraterie une idée générale en faisant la part de la légende ; il suggère même quelques idées pour endiguer le fléau. On a du mal à se représenter aujourd'hui la menace que les pirates firent planer sur l'entreprise coloniale et le commerce international.

    Le Breton Michel Le Bris (fondateur du festival "Etonnants voyageurs" à St-Malo) s'est fendu d'une longue préface dithyrambique ; il clame que les récits sont authentiques, ce qui n'est pas sûr étant donné que Daniel Defoe a écrit quelques récits de voyage présentés comme "authentiques", alors qu'ils ne l'étaient pas (mais des romans bien documentés). Selon M. Le Bris, des travaux historiques récents corroborent les récits de Defoe. De fait, si Defoe décrit une organisation criminelle mieux organisée qu'on ne pourrait penser, il semble sincèrement vouloir dissiper les légendes et y mettre une vérité documentée à la place.

    Certains épisodes paraissent parfois "trop beau pour être vrais", telles ces deux femmes pirates, entraînées depuis l'enfance à porter des vêtements masculins, dont les destins finissent par se croiser à bord d'un bateau pirate où elles font carrière en masquant leur sexe : l'une tombe amoureuse de l'autre, qui pour repousser ses avances doit se dévoiler, et la romance tombe à l'eau. Cela dit il y eut quelques (rares) cas de femmes enrôlées comme des hommes dans l'armée et qui parvinrent à tromper leurs compagnons d'arme assez longtemps. Et puis ne dit-on pas que la réalité dépasse la fiction ?

    La suite du propos de Michel Le Bris est moins convaincante ; elle s'articule en deux temps. Celui-ci prétend d'abord que l'on peut reconnaître dans la piraterie un embryon d'utopie sociale, de contre-société, évoquant même à l'occasion le souvenir de Mai 68. Mais D. Defoe décrit des hommes qui, le plus souvent trahissent, violent, tuent, revendent les esclaves nègres des navires qu'ils pillent, maltraitent à l'occasion les populations indigènes côtières... Hiérarchie et discipline ne sont certes pas aussi stricts à bord des navires pirates qu'ils peuvent l'être dans la marine de guerre britannique, espagnole ou française... mais comment en serait-il autrement ? On ne voit pas bien quelle sorte d'utopistes pourrait apprécier cette comparaison ?

    Quant aux causes de la piraterie, D. Defoe se montre, si ce n'est indulgent, du moins nuancé ; il n'impute pas le développement de la piraterie au seul satanisme violent d'équipages de marins révoltés, mais souligne que les conditions de vie infernales des marins, non seulement en mer, mais une fois rendus à terre, le plus souvent sans emploi ni argent, faisaient de la piraterie une tentation très forte ; beaucoup de marins y voyaient une possibilité d'améliorer leur sort, et pour quelques-uns ce fut le cas.

    Moins convaincant encore l'argument de M. Le Bris selon lequel D. Defoe ferait l'apologie discrète de la piraterie à travers son "histoire générale". Le Bris écrit : - Et il en va de même de son attitude face à la piraterie, où semblent se mêler horreur et fascination, comme s'il avait trouvé chez ces sombres brutes tel écho secret à une part obscure de lui-même. A ce compte là, on pourrait en dire autant sur ceux qui se penchent et se repenchent sur les tueurs en série ou les massacres des nazis. D. Defoe décrit sans doute le courage physique et l'aspect terrifiant du capitaine Teach, alias "Barbe-Noire", comme extraordinaires, mais non fascinants ; en matière de sensationnalisme, on a fait beaucoup mieux depuis.

    L'actualité récente incite à une autre comparaison : celle des pirates avec les "djihadistes" de l'Etat islamique. On note quelques points communs : comme les pirates, les djihadistes ont parfois appris leur métier dans le rang d'armées régulières. Entre les pirates et la marine de guerre, il y a l'échelon des corsaires, "pirates accrédités" en temps de guerre entre deux grandes puissances ; or on sait que certains groupes terroristes sont parfois armés par des Etats puissants.

    Il y a eu, à l'époque des pirates, un "romantisme pirate", qui pouvait fasciner certains marins, comme aujourd'hui le "djihad" peut paraître une aventure à de jeunes hommes et femmes. Il y a peut-être surtout en commun cet Etat islamique, refuge ou "base arrière" pour tous les djihadistes, comme les pirates tentèrent d'organiser une base arrière dans les Caraïbes ; dès lors qu'ils semblèrent une menace sérieuse contre leurs intérêts, toutes les grandes nations coloniales se liguèrent contre cet Etat-pirate.

    "Les Chemins de Fortune ou Histoire générale des plus fameux pyrates" (2 tomes), par D. Defoe, éd. Libretto, 2009.