Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enfer

  • Crépuscule d'une idole

    La Semaine de Zombi. Mercredi : A en croire Nietzsche -et Baudelaire dit à peu près la même chose-, le dieu des artistes n'est autre que Satan. Cependant à en croire Shakespeare -le dieu des auteurs satiriques-, l'enfer est ici et maintenant, et il est inutile de faire des efforts d'imagination pour le situer ailleurs.

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,caricature,david bowie,adolf hitler,enfer,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Revue de presse BD (165)

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,13 novembre,bosch,frontispice,enfer,

    Jérôme Bosch - Le Jardin des Délices (détail)

    + Un certain confort moderne occidental a pu faire oublier le constat philosophique de la banalité du mal. La violence ne fait pas moins partie de la culture que la peur ou le plaisir. Peintre des facettes de la monstruosité humaine, Jérôme Bosch (1450-1516 environ) s'imposait en frontispice de la revue de presse de cette semaine très agitée (Bosch dont les peintres surréalistes ont donné une interprétation erronée).

    + Peut-on rire de tout ? C'est sans doute plus facile quand on n'est pas directement concerné. Le gouvernement russe a officiellement protesté contre plusieurs dessins parus récemment dans "Charlie-Hebdo" (6 nov.), tirant un parti comique de l'attentat contre un avion civil russe au-dessus de l'Egypte. Le Kremlin utilise l'expression typiquement soviétique de "blasphème contre la démocratie". La démocratie blasphème contre elle-même quand elle est tributaire d'une industrie et de budgets militaires au point où le sont la Russie et la France.

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,13 novembre,bosch,frontispice,enfer,charlie-hebdo,kremlin,gros,juin,attentat,démocratie,blasphème

    Deux dessins parus dans "Charlie-Hebdo" (signés Gros et Juin) jugés blasphématoires par le Kremin.

    + Le mot de "guerre" a récemment été prononcé par plusieurs représentants de l'Etat. La mobilisation et l'unité nationale, si elles sont favorables au militantisme et à "l'art engagé", ne sont guère propices à la satire, plus désarmante ; la plupart des caricaturistes sont contraints en temps de guerre de "choisir leur camp", tel l'anarchiste Poulbot, réquisitionné par la propagande. La Une de "Charlie-Hebdo" cette semaine, grâce à Coco, évite de tomber dans le manichéisme façon "salauds de terroristes contre bons flics républicains". Après ses dessins sur les victimes russes, "Charlie-Hebdo" ne pouvait faire moins que d'ironiser aussi sur les attentats de Paris.

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,13 novembre,bosch,frontispice,enfer,charlie-hebdo,kremlin,gros,juin,attentat,démocratie,blasphème,coco,francisque poulbot

    + Depuis la fusillade meurtrière de "Charlie-Hebdo", et en raison du développement des réseaux sociaux, on assiste à l'émergence d'un nouveau genre d'art brut. Des centaines d'hommages aux victimes, sous la forme de dessins, ont été publiés sur Facebook et Twitter au cours des heures qui ont suivi la fusillade au Bataclan - certains dans un style très sulpicien, mettant en scène Marianne, figurant la République émue aux larmes par la perte de ses enfants. 

    Plus attentif aux détails (trop ?) le dessinateur américain de super-héros, Lee Joel Bermejo, semble avoir remarqué, vu son hommage, que les kamikazes du Bataclan ont déclenché leurs tirs un Vendredi 13 sur les paroles de "Kiss the Devil" (embrasse le diable) du groupe "Eagles of Death Metal". Les membres du groupe sont miraculeusement sortis indemnes du carnage.

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,13 novembre,bosch,frontispice,enfer,charlie-hebdo,kremlin,gros,juin,attentat,démocratie,blasphème,coco,francisque poulbot,lee joel bermejo,super-héros,batman,kamikaze,eagles of death metal,kiss the devil,vendredi 13,chappatte,international herald tribune,dessin,presse

    + Caricature presque assumée du "bobo", Joann Sfar donne son avis sur Instagram, Twitter et dans le "Huffington Post". Mais le dessin d'opinion est le contraire du dessin satirique. La tentative de J. Sfar d'imposer le culte de soi-même en guise de religion la plus oecuménique prêterait à sourire si les opinions de Sfar n'étaient pas reprises par des journalistes se prétendant sérieux.

    On regrette que les caricaturistes français n'aient pas été plus nombreux à "prendre du recul", à l'instar du Suisse Chappatte (ci-dessous), car si à ce train-là il n'y aura bientôt plus que les armes qui auront du recul.

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,13 novembre,bosch,frontispice,enfer,charlie-hebdo,kremlin,gros,juin,attentat,démocratie,blasphème,coco,francisque poulbot,chappatte,international herald tribune,dessin,presse

    Dessin de Chappatte (International Herald Tribune).

    Encore au chapitre de la violence, la bibliothèque Saint-Simon (Paris, 7e) organise une rencontre sur le thème de la "violence faite aux femmes" le 26 novembre ; autour de Marie Moinard, éditrice qui regroupa une centaine d'artistes à l'ouvrage dans trois BD successives dénonçant les brutalités dont sont parfois victimes les femmes (inscription : bibliotheque.saint-simon@paris.fr).

    On peut cependant se demander si la violence dans le monde moderne ne requiert pas une approche plus large, tant elle prend des formes variées et subtiles ; on comprend que les associations qui viennent en aide aux victimes soient spécialisées, mais l'étude ne devrait pas l'être autant. Le thème de la violence des riches est rarement abordé, alors que la richesse est probablement le premier facteur de violence dans le monde, la première cause d'inégalités (non seulement les relations entre sexes opposés).

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,13 novembre,bosch,frontispice,enfer,charlie-hebdo,kremlin,gros,juin,attentat,démocratie,blasphème,coco,francisque poulbot,lee joel bermejo,super-héros,batman,paris,kamikaze,eagles of death metal,kiss the devil,vendredi 13,chappatte,international herald tribune,dessin,presse,en chemin elle rencontre,marie moinard,bibliothèque,violence

    Affiche pour "En chemin elle rencontre..." (Marie Moinard).

  • Revue de presse BD (161)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,octobre,2015,cabu,wolinski,gargouille,la rochelle,diable,philippe villeneuve,hara-kiri,choron,cavanna,siné,1972,christophe malavoy,céline,actuabd,censure,

    + Un architecte en chef des monuments historiques, Philippe Villeneuve, a pris l'étonnante initiative d'orner la Tour de La Lanterne à La Rochelle de deux gargouilles à l'effigie de Cabu et Wolinski lors des travaux de rénovation ; deux femmes nues encadrant le faciès grimaçant de Wolinski est censé souligner la ressemblance. Pourtant on avait cru comprendre d'après Cabu que le diable, c'était Sarkozy ou Le Pen !?

    + Plus vivant Wolinski, ainsi que les piliers de "Charlie-Hebdo-Hara-Kiri", Cavanna et Choron, dans cette archive filmée datant de 1972. Wolinski et Cavanna expliquent ce qui différencie leur art du militantisme. En vieillissant, "Charlie-Hebdo" deviendra de plus en plus militant.

    De plus on peut voir une altercation entre Choron et Siné, ce dernier reprochant à "Hara-Kiri" de ne pas se mêler de politique. - Les gauchistes sont des fumiers ! suggère Choron pour légender un dessin ; - Ne compte pas sur moi pour écrire un truc pareil ! réplique Siné. La subversion de la subversion par la gauche, jusqu'à en faire un code vestimentaire bobo imposé par la gauche à la droite.

    + Interwievé par le site "Actuabd" pour sa BD sur L.-F. Céline (avec les frères Brizzi, chez Futuropolis), l'acteur Christophe Malavoy donne les raisons qui l'ont poussé à adapter son idée en BD plutôt qu'au cinéma :

    - Ce film que vous vouliez réaliser est tombé à l'eau ?

    Cette production cinématographique est un gros investissement sur un sujet qui demeure délicat pour beaucoup." Autrement dit, la censure n'est pas aussi stricte en BD qu'elle l'est au cinéma.

    + La revue "Saison", produite par le site belge "Grandpapier" livre son dernier opus n°6 (faute de temps, les rédacteurs ont décidé de jeter l'éponge) ; "Saison" sélectionne les meilleurs chapitres de BD publiés gratuitement sur le site "Grandpapier". On peut lire par exemple "Les Portes de l'Enfer", par Helkarava, une sorte de version "hipster" de "L'Enfer" de Dante.

     

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,octobre,2015,cabu,wolinski,gargouille,la rochelle,diable,philippe villeneuve,hara-kiri,choron,cavanna,siné,1972,christophe malavoy,céline,actuabd,censure,helkarava,saison,hipster,dante,enfer,grandpapier

    Planche extraite de "Les Portes de l'Enfer" par Helkarava (Saison n°6)

  • Revue de presse BD (130)

    Extraits de la revue de presse publiée dans l'hebdo Zébra.

     

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,grandpapier,saison,quentin bidaud,ensad,laurie agusti,botticelli,dante,divine comédie,enfer,syncrétisme,guy delisle,l'association,pyongyang,fox,rupert murdoch,new regency,corée du nord,jacques chancel,rené goscinny,posthume,interview,fleur pellerin,numérique,contrat

    + Comme nous l'avons déjà rapporté dans cette revue de presse, le site belge "Grand Papier" propose désormais chaque trimestre une anthologie des meilleures planches publiées sur leur site dans un fanzine disponible gratuitement en ligne intitulé sobrement "Saison", et qui contribue ainsi à faire découvrir de jeunes auteurs.

    Au sommaire de la livraison d'hiver, on trouve notamment, par Quentin Bidaud, étudiant à l'Ensad (arts déco.), un récit d'aventure intérieure quelque peu scabreux, intitulé "Les Îles oubliées". Plus surprenant, du moins de prime abord, les illustrations de Laurie Agusti pour la "Divine Comédie" de Dante, travail auquel s'attela de même il y a quelques siècles le fameux dessinateur et peintre Alessandro Botticelli (1444-1510). De prime abord seulement, car la "Divine comédie" est une des oeuvre-clefs, si ce n'est LA clef pour comprendre la culture occidentale, si complexe. Dante combine en effet dans ce long poème philosophico-politique très pittoresque des éléments empruntés à la Bible avec des éléments de philosophie naturelle empruntés à la religion païenne, en principe antagoniste. Loin d'être le seul philosophe à procéder à un tel amalgame ou syncrétisme, l'efficacité stylistique de Dante est celle d'un bâtisseur de cathédrale. Si donc la bande-dessinée franco-belge est un art typiquement occidental, elle a forcément un lien avec la "Divine Comédie", fantaisie éthique majeure.

    + Le Canadien Guy Delisle, auteur de quelques notes dessinées prises au cours d'un voyage officiel en Corée du Nord et publiées par "L'Association" déplore sur son blog que le producteur (New Regency, filiale de Fox/Rupert Murdoch) qui avait acheté les droits d'adaptation de « Pyongyang » ait finalement renoncé. Sony, impliqué dans la production également, aurait reçu des menaces de la Corée du Nord, ce que les autorités de ce pays ont nié.

    Volontairement ou pas, Guy Delisle se montre ambigu. D'abord parce qu'il avoue avoir renoncé à son droit de regard sur l'adaptation de "Pyongyang", ce qui dans le cas d'un tel bouquin, sur un sujet diplomatique sensible, paraît assez "léger", voire irresponsable. « (...) En laissant les droits à une grosse maison de production américaine, je me doutais bien qu'on ne viendrait pas me demander mon avis et ça me convenait très bien de laisser mon livre se faire adapter. »

    De plus, quand G. Delisle a accepté de voyager en Corée du Nord pour des raisons professionnelles, la réputation d'autoritarisme de ce régime n'était plus à faire depuis longtemps. Que penserait-on d'un architecte, qui après avoir loué ses services au gouvernement chinois, écrirait à son retour un article pour dénoncer la dictature qui règne dans ce pays ? G. Delisle décrit d'ailleurs la volonté de faire un "coup éditorial" avec L'Association :  « On a cherché la clause de confidentialité sur le contrat [de G. Delisle avec son employeur] sans la trouver. Finalement, il m'a dit [J.-C. Menu] : tant pis si on se prend un procès, c'est un livre qu'il faut faire. »

    L' art engagé, soit, mais à quel prix ?

    + Le célèbre intervieweur de radio Jacques Chancel est décédé la semaine dernière ; les hommages funèbres les moins mesurés lui ont été rendus, comme il se doit en cette occasion. Pourtant le talent d'accoucheur de J. Chancel était discutable. Il faisait plus souvent usage des forceps que de la méthode douce avec ses « clients ». Lors d'un éloge posthume, un de ses amis, voulant ainsi démontrer le génie du cher disparu, a confié que J. Chancel ne lisait même pas toujours les livres des écrivains qu'il interviewait néanmoins si bien ; c'est précisément l'impression qu'il donnait parfois.

    A titre d'exemple, on peut revoir cette interview de René Goscinny, où J. Chancel a tendance à déballer les vieux poncifs sur la BD, en guise de questions, et à les répéter, en guise d'approfondissement. Goscinny, que l'on devine susceptible, est vite sur la défensive. On l'entend dire quand même qu'il fait son métier avec enthousiasme, indifférent au mépris aussi bien qu'à la notoriété. Il avait préparé cette formule de contre-attaque : "Les BD érotiques sont achetées par les adultes, mais lues en cachette par les enfants, tandis que les BD pour enfants sont achetées pour les enfants, mais lues en cachette par les adultes."  Suspecté de misogynie, Uderzo se défend en disant qu'il est difficile de faire d'une femme un personnage comique ou grotesque ; peut-être pas misogyne, mais galant homme.

    + Nouvelle rubrique dans cette revue de presse : et si Finkielkraut avait raison, si la BD n'était qu'un truc d'ados attardés ? Plusieurs auteurs de BD, tels R. Crumb ou L. Trondheim, ont expliqué qu’exposer des planches de BD dans des musées ou des galeries est une ineptie ; ça ne les a pas empêchés de déroger à ce principe, mais leurs explications sont plutôt convaincantes. J. Van Hamme & P. Francq, respectivement scénariste et dessinateur de "Largo Winch", eux, ont dû se dire : "Tant qu'à faire inepte, autant pousser le curseur de l'ineptie au maximum", puisqu'ils ont organisé une expo de leurs planches de BD immergées à plusieurs dizaines de mètres de profondeur dans une piscine. Il est vrai que pour devenir millionnaire comme Largo Winch, il faut avoir de l'audace.

    + La gaffe de la ministre de la Culture Fleur Pellerin - cet aveu qu'elle n'a pas le temps de lire -, au-delà des sarcasmes visant son incompétence professionnelle, trahit une réalité sociale : la culture, à l’ère du numérique, dispense de savoir lire ou presque ; certaines études indiquent que la lecture est en voie de disparition aux Etats-Unis. Le rêve de Tocqueville d'une démocratisation de la culture n'est donc pas devenu réalité.

    Critiquée naguère pour sa facilité, la bande-dessinée pour enfants est désormais menacée d'être supplantée par de nouveaux jeux qui font moins de place encore à la lecture.

    + La ministre Fleur Pellerin a fini par répliquer qu'elle n'est pas payée pour lire mais pour défendre les auteurs, ce qui revient à peu près à soutenir qu'il vaut mieux être végétarien pour promouvoir la viande rouge. En conséquence, le 5 décembre dernier, la ministre a promulgué en grande pompe un nouveau contrat d'auteur, afin d'améliorer les relations entre éditeurs et auteurs et préparer la transition vers les techniques de diffusion et de vente numérique.

    Peu de changement, si ce n'est la possibilité nouvelle mais assez théorique pour un auteur de résilier un contrat avec un éditeur sans passer par un tribunal. On comprend qu'il s'agit surtout de brosser dans le sens du poil un prolétariat d'auteurs mal payés, dans un contexte économique défavorable qui dépasse largement la ministre.

  • Humbug

    Retrouvez chaque semaine un gag de W.Schinski traduit de l'allemand dans Zébra.

    webzine,gratuit,bd,zébra,bande-dessinée,fanzine,wschinski,allemand,gag,humbug,comix,strip,enfer,bière

     

     

  • No blème

    Comme les chats errants, y'a des âmes qui ne savent plus trop où aller. Elles flirtent parfois avec les limites, en instance de franchir la ligne à ne pas dépasser. Une fois de l'autre côté, c'est l'inconnu. Tout dépend des croyances de chacun. Mais pas de souci à se faire, a priori y'a la place pour loger tout le monde ! par Naumasq

    webzine,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,gag,naumasq,dessin,diable,enfer,#inktober,blog

  • Orientalisme****

    Nicolas Presl a le don avec ses albums muets de plonger le lecteur dans une ambiancewebzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,critique,kritik,orientalisme,nicolas presl,atrabile,jérôme bosch,enfer,chrétien,riad sattouf,arabe du futur,turquie,kouchner,hydrie,heureux qui comme oppressante. Non seulement le parti-pris de chasser le texte pour laisser toute la place au dessin, ce qui oblige à en renforcer l’expressivité, mais encore le style composite de Presl -étrange comme celui de Picasso-, produisent ensemble cette sensation d’oppression.

    Les BD de N. Presl fascinent comme un Jérôme Bosch, bien que celui-là ne cherche peut-être pas à délivrer le même message chrétien que Bosch : la société, c’est l’enfer, catastrophe sans remède humain. Une philosophe juive parle aussi de la société comme d’un « gros animal » ; en temps de guerre, quand le dragon crache le feu, cette métaphore est compréhensible par tous, mais « en temps de paix », quand le gros animal ronronne, tel un chat digérant ses proies ou des lions qui rotent dans la savane après leur dîner, seuls des artistes comme Bosch ou Presl devinent le danger derrière la publicité, l’imagerie complaisante, et savent faire ressortir que le gros animal est seulement assoupi, prêt à dévorer de nouveau dès que le besoin s’en fera sentir.

    Pour ainsi dire, la bête ne fait qu’enfler. Nicolas Presl parle en effet d’une société mondialisée, ultime ; dans son dernier album comme dans le précédent (« Heureux qui comme »), voire peut-être le premier (« L’Hydrie »), bien qu’il soit situé dans la Grèce antique ; la société ne forme pas seulement un tout dans l’espace géographique, mais aussi dans le temps, l’homme semblant répéter à l’infini les mêmes erreurs.

    « Orientalisme » traite comme le récent « Arabe du Futur » de Riad Sattouf de la confrontation du Nord et du Sud, que ces deux auteurs présentent comme un dialogue de sourds. Les scènes d'« Orientalisme » se déroulent en Turquie, une Turquie rurale qui peut passer dans le meilleur des cas pour pittoresque du point de vue occidental -au pire pour un moyen-âge arriéré. Riad Sattouf décrit même ce phénomène, à l’intérieur des pays arabes, d’élites occidentalisées qui n’hésitent pas à conduire à coups de trique et de bottes les populations rurales musulmanes sur la voie du progrès social.

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que la décolonisation n’a pas dissipé le malentendu entre les peuples. Le laconisme de Presl, par comparaison avec Sattouf, souligne plus encore la tension. On se situe à l’opposé de Hergé, apôtre de la colonisation, et donc de l’amitié entre les peuples du monde, sans doute d’une manière que l’on peut trouver démodée, mais qui n’est guère plus condescendante que les méthodes nouvelles (B. Kouchner sera peut-être démodé avant Tintin). Avec N. Presl le vernis des bonnes intentions, dont l’enfer est pavé, craque. « Orientalisme » est un titre ironique.

     

    « Orientalisme », Nicolas Presl, eds Atrabile, 2014.