Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fluide-glacial

  • Revue de presse BD (255)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2017,énigmatique lb,johnny hallyday,jean d'ormesson,mort,hommage,pétition,balthus,metropolitan museum of art,new york,thérèse lisant,censure,siné-mensuel,facebook

    Cartoon de LB.

    + L'académicien Jean d'Ormesson a passé l'arme à gauche mardi de cette semaine, déclenchant une pluie d'hommages. Cet "homme de lettres" immortel était plus connu pour ses sketches à la télévision que pour sa prose.

    Impossible ou presque en revanche d'ignorer complètement les paroles et mélodies des chansons de Johnny Hallyday, matraquées par la radio et la télévision. Le chanteur d'origine belge, symbole de l'américanisation de la culture française après guerre, est mort hier.

    + Une pétition ayant recueilli plus de 7.000 signatures réclame le décrochagewebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2017,énigmatique lb,johnny hallyday,jean d'ormesson,mort,hommage,pétition,balthus,metropolitan museum of art,new york,thérèse lisant,censure,siné-mensuel,facebook d'une toile à caractère pédophile du peintre français Balthus des cimaises du "Metropolitan Museum of Art" de New York ("Thérèse rêvant"). Cette demande pose problème dans la mesure où la culture libérale occidentale est une culture hypersexualisée. Aldous Huxley a fait cette observation que, dans les régimes où toutes les libertés sont peu à peu supprimées (sous couvert de maintien de l'ordre), la dernière liberté qui subsiste est la "liberté sexuelle".

    Cabu faisait à travers ses dessins une observation similaire à propos de la violence, vrai tabou en même temps qu'objet d'une exploitation commerciale intensive.

    Le même paradoxe se présente avec la traque des harceleurs sexuels et violeurs présumés aux Etats-Unis, nation qui peut par ailleurs être qualifiée de "pornocratie". Puritanisme et pornographie se confortent en réalité mutuellement.

    Aux Etats-Unis, où le féminisme a pris une forme légale plus tôt, une étude statistique indique que 40% des "harceleurs sexuels" sont... des femmes ; encore un peu et l'égalité sera parfaite.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2017,énigmatique lb,johnny hallyday,jean d'ormesson,mort,hommage,pétition,balthus,metropolitan museum of art,new york,thérèse lisant,censure,siné-mensuel,facebook,berth,étapes,graphique

    + La rédaction de "Siné-Mensuel", dont le dernier numéro vient de paraître, se plaint de la censure par Facebook de sa "Une" (signée Berth). Mais "Facebook" est un réseau social privé, libre de définir ses propres conditions d'usage.

    D'ailleurs Facebook est confronté à son utilisation par des réseaux de prostitution. Le problème qui se pose ici est plutôt celui de la maîtrise d'un outil technique gigantesque ; la censure est en effet en grande partie automatisée sur Facebook, et ce réseau mondial fait face à des exigences différentes en matière de censure selon les pays.

    + Le dernier numéro du magazine "Etapes graphiques" (n°240) consacre un article illustré à l'art de Siné. Celui-ci n'a pas seulement une dimension satirique, mais aussi "graphique". Siné avait entamé une carrière dans la publicité, où un soin particulier est requis en matière de composition (du dessin et du slogan).

    + Dans le n° de "Fluide-Glacial" du mois de novembre, Isa a eu la bonne idée de faire de l'académicien Alain Finkielkraut un personnage de bande-dessinée. Non seulement parce que Finkielkraut condamne toute la BD avec des arguments aussi étoffés que la trame d'un album de "Tintin", mais aussi parce que la télévision, grâce à laquelle cet essayiste libéral s'est rendu célèbre, a le don de transformer ses acteurs en personnages de fiction.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2017,énigmatique lb,johnny hallyday,jean d'ormesson,mort,hommage,pétition,balthus,metropolitan museum of art,new york,thérèse lisant,censure,siné-mensuel,facebook,berth,étapes,graphique,finkielkraut,isa,fluide-glacial

  • C'est la Jungle***

    L'édition française de "C'est la Jungle" de Harvey Kurtzman, cofondateur du magazine "Mad", tenu pourwebzine,bd,zébra,caricature,fanzine,bande-dessinée,critique,harvey kurtzman,jungle,wombat,gotlib,fluide-glacial,wolinski,spiegelman le principal organe de la contre-culture américaine, a surtout une valeur documentaire.

    Pour deux raisons : d'abord, sorti de son contexte américain, l’humour de Kurtzman perd beaucoup de sa spontanéité ; en France, Gotlib et « Fluide-Glacial » ont largement exploité le filon de la dérision façon H. Kurtzman, en l’adaptant au public français.

    D’autre part, la culture de masse n’est pas en France un phénomène de la même ampleur qu’aux Etats-Unis. L’américanisation de la culture française est en cours depuis plus d’un demi-siècle, mais elle s’est heurtée à la résistance d’une partie des élites intellectuelles, pour de plus ou moins bonnes raisons, dont la meilleure est l’hostilité à l’égard de ce qui relève du pur divertissement.

    L’humour de Kurtzman fonctionne à plein quand il s’agit de montrer les rouages et brocarder les codes d’une culture qui semble concourir à l’abrutissement du public et mobiliser le citoyen américain contre tout ce qui n’est pas de son goût.

     « C’est la Jungle » se compose de plusieurs chapitres, ciblant chacun un genre ou un thème de la culture de masse, tel que le western ou le polar ; le western selon Kurtzman ressemble plus à "Lucky Luke" qu’à John Wayne (bien que Lucky-Luke ne soit pas une simple parodie de western, car Goscinny y a injecté une dose de réalisme).

    Kurtzman a travaillé pour la presse : il connaît les recettes et les coulisses du journalisme et lève le voile sur cette cuisine peu avouable dans l’un des chapitres.

    L’album est préfacé par Art Spiegelman et précédé d’une vieille interview de Kurtzman par Wolinski, qui décrit un Kurtzman à la retraite, quelque peu amer.

    Kurtzman avait largement contribué à développer Mad, dont il était rédacteur en chef, mais en fut évincé à la suite d’un différend avec son propriétaire. Les albums de BD produits par Kurtzman ne rencontrèrent que peu de succès. D’où la conclusion que le public américain est peu réceptif à la contre-culture… à moins que "Hara-Kiri"/"Charlie-Hebdo" n’ait bénéficié en France de circonstances un peu plus favorables, ou encore que son équipe rédactionnelle se soit entêtée un peu plus.

    (Ce site publie un large extrait de "C'est la Jungle")

    "C'est la Jungle", par Harvey Kurtzman, ed. française Wombat 2017.

  • Revue de presse BD (219)

    webzine,bd,fanzine,gratuit,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2017,actualité,michel houellebecq,cahiers de l'herne,pif le chien,fluide-glacial,idées noires,franquin,gotlib,pixel vengeur,hausman,edika,fabrice erre,goossens,ted rall,hillary clinton,donald trump,passage afghan,hollywood,obama,the guardian,gary younge

    Dessin de Ted Rall à propos de l'abstention des afro-américains ("Difficile de choisir entre celle qui feint de s'intéresser à nous et nos problèmes, et le type qui dit honnêtement qu'il s'en contrefout").

    + Au long de la récente campagne pour les élections présidentielles américaines, le dessinateur de presse américain Ted Rall ("Passage afghan") a combattu dans ses strips le manichéisme en vogue à Hollywood consistant à opposer la "gentille" Hillary Clinton au "méchant" Donald Trump.

    La presse, britannique cette fois, se montre plus sévère avec B. Obama, à l'heure du bilan, que la plupart des éditorialistes français ; "The Guardian" de Londres publie ainsi une tribune de Gary Younge : "Comment Obama a ouvert la voie à Trump", précisant : "Pendant le crash financier, Obama s'est rangé du côté des banquiers et non des gens expulsés de leur domicile - rendant la victoire de Trump possible."

    + La revue "Fluide-Glacial" vient de publier un numéro spécial "Idées noires", tandis que la bibliothèque duwebzine,bd,fanzine,gratuit,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2017,actualité,michel houellebecq,cahiers de l'herne,pif le chien,fluide-glacial,idées noires,franquin,gotlib,pixel vengeur,hausman,edika,fabrice erre,goossens,ted rall,hillary clinton,donald trump,passage afghan,hollywood,obama,the guardian,gary younge centre Pompidou expose le travail de Franquin. Ce numéro reproduit quelques planches des "Idées noires" (dont les plus antimilitaristes), publiées dans "Fluide-Glacial" par Gotlib, qui présentait Franquin comme son "maître". Produit de la collaboration entre Franquin (dessin) et Gotlib (scénario) quelques planches plus rares figurent aussi dans ce n° spécial ; ainsi que divers hommages rendus par des dessinateurs de "Fluide" : Pixel Vengeur, Hausman, Edika, Fabrice Erre, Goossens... de qualité inégale.

    + Les "Cahiers de l'Herne" consacrent leur dernier numéro au romancier et poète Michel Houellebecq. Ces cahiers sont censés dévoiler des pans peu connus de la personnalité ou de l'oeuvre de tel ou tel homme de lettres. Mais un critique fait remarquer que "plus on s'approche de Michel Houellebecq, plus il paraît flou."

    Extrait : "La bande-dessinée belge n'a rien produit, en matière d'aventures, qui égale la grande période de Pif le Chien. En 1970 je jouais encore aux billes, je lisais Pif le Chien. La belle vie. Puis une série de catastrophes s'est produite, et j'ai plus ou moins cessé d'être un enfant." M. Houellebecq (tiré de "L'Idiot international" n°77, mars 1992) ; on sait que Michel Houellebecq fut plus attaché à Clément, son chien, qu'au restant de l'humanité - comme quoi les lectures d'enfance peuvent marquer durablement.

    + La nouvelle revue "Topo", paraissant tous les deux mois, traite pour les moins de vingt ans de l'actualité, sous forme de petits dossiers ou de reportages BD. Ce magazine, qui entend redonner au journalisme ses lettres de noblesse, est malheureusement très lisse et conventionnel. Ainsi dans le dernier numéro, il est question de sport : des élèves de l'Insep (Institut national du sport) présentent leur entraînement : vu le nombre de tricheurs, de drogués, de masochistes, de dépressifs, pratiquant un sport dit "de haut niveau", on s'attend à plus d'esprit critique de la part d'un magazine destiné aux moins de vingt ans.

    webzine,bd,fanzine,gratuit,zébra,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2017,actualité,michel houellebecq,cahiers de l'herne,pif le chien,fluide-glacial,idées noires,franquin,gotlib,pixel vengeur,hausman,edika,fabrice erre,goossens,ted rall,hillary clinton,donald trump,passage afghan,hollywood,obama,the guardian,gary younge,topo,magazine,reportage,insep,complotismeUn autre article prêche contre le "complotisme", un peu en vain. Le complotisme est sans doute en train de devenir la première culture mondiale ; le cinéma américain alimente en effet largement le complotisme, qui a des causes plus profondes que "Topo" n'explique. L'idéal démocratique est une de ces causes ; Julian Assange (Wikileaks) explique son combat pour dévoiler les secrets militaires américains (bien réels) par son idéal de transparence démocratique.

    D'une certaine façon, le complotisme est presque rassurant, car si la mondialisation et le phénomène de concentration des Etats et des richesses ne sont pas le fruit du complot d'une petite élite dirigeante, cela signifie que la mondialisation ne procède d'aucune politique concertée... hypothèse encore plus inquiétante.

     

  • Revue de presse BD (216)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,actualité,nouvelle objectivité,jeanne mammen,george grosz,max beckmann,otto dix,schad,conrad félixmüller,otto grübel,simplicissimus,acbd,bilan,gilles ratier,riad sattouf,raylambert,manuel scolaire,yves frémion,papiers-nickelés,benjamin rabier,fakir,satirique,bernard squarcini,merci patron,lvmh,bernard arnault,paul karali,psikopat,siné-hebdo,fluide-glacial,odeur brûlé

    "Au bar", dessin de J. Mammen, publié dans "Simplicissimus" sous le titre "Décadence éthique" (1930).

    + La "Nouvelle Objectivité" est le nom (hideux) donné à un courant artistique actif dans les années 20 en Allemagne, proche de la caricature et du dessin de presse. Les artistes de cette mouvance veulent renouer avec la réalité, contre la tendance de l'art à l'abstraction, c'est-à-dire à une posture esthétisante ; George Grosz, Max Beckmann, Otto Dix, sont les représentants les plus marquants de la Nouvelle Objectivité. On peut encore citer Conrad Félixmüller, Otto Grübel, Ch. Schad, ou encore Jeanne Mammen... Il est encore temps de célébrer les 40 ans de la disparition de Jeanne Mammen, artiste allemande dont la famille émigra en France alors qu'elle n'avait que cinq ans (dessin ci-dessus).

    + Le secrétaire général de l'Association des critiques de BD (ACBD), Gilles Ratier, propose un bilan chiffré détaillé de la production 2016 de bandes-dessinées. On y apprend que "L'Arabe du Futur/T.3" (éd. Allary), par Riad Sattouf, a été tiré à 230.000 ex. : pas mal pour une BD qui explique benoîtement que les dictatures arabes (Assad, Kadhafi) ont été conçues sur le modèle de la République française...

    + Intitulée "La nostalgie Raylambert", "Le Monde" (23 déc.) a consacré une pleine page à l'illustrateur de manuels scolaires Raylambert (1889-1967), mort il y a près de 50 ans. Yves Frémion ("Papiers-Nickelés") commente quelques images de Raylambert. L'enthousiasme de Frémion est exagéré (Raylambert n'est pas Benjamin Rabier). L'imagerie pieuse républicaine -car il s'agit de cela- est décidément à la mode ces derniers temps !

    + Le petit journal satirique "Fakir", "Journal fâché avec tout le monde ou presque", s'est mis une grosse légume à dos en la personne de Bernard Arnault, président du consortium LVHM. "Fakir" raconte comment B. Arnault a payé un ancien patron des services secrets français, Bernard Squarcini, pour espionner la rédaction de "Fakir". Le film satirique de François Ruffin, rédacteur en chef de "Fakir", "Merci patron", a provoqué l'ire du PDG de LVMH, connu par ailleurs pour ses investissements dans l'art (le moins satirique possible).

    Cette histoire rocambolesque (les espions français n'ont pas la réputation d'être des "lumières") apporte de l'eau au moulin des complotistes qui prétendent que la liberté d'expression s'arrête là où le véritable pouvoir commence.

    + Paul Karali, rédacteur en chef du magazine satirique "Psikopat", petit frère de "Fluide-Glacial", publie une BD autobiographique dans laquelle il relate notamment son enfance en Egypte ("Odeur de Brûlé", compilation de planches parues dans "Siné-Hebdo").

    Moins ambigu et plus anecdotique que le récit par R. Sattouf de son enfance au Moyen-Orient, Carali relate le parcours d'un immigré qui s'est acclimaté en France au point d'y fonder une petite entreprise spécialisée dans l'humour. A certains égards, le recul de Carali est un atout. Il est moins prisonnier des réflexes et des stéréotypes français, comme le clivage gauche-droite ; son athéisme et son anticléricalisme sont moins militants : il reçut une éducation religieuse chrétienne, mais la désinvolture de son père en face de la religion -père qu'il ne dénigre pas comme R. Sattouf le sien-, l'a rendu lui-même désinvolte.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,actualité,nouvelle objectivité,jeanne mammen,george grosz,max beckmann,otto dix,schad,conrad félixmüller,otto grübel,simplicissimus,acbd,bilan,gilles ratier,riad sattouf,raylambert,manuel scolaire,yves frémion,papiers-nickelés,benjamin rabier,fakir,satirique,bernard squarcini,merci patron,lvmh,bernard arnault,paul karali,psikopat,siné-hebdo,fluide-glacial,odeur brûlé

    Gag signé Carali.

  • Super-Plagiaire

    La Semaine de Zombi. Mardi : Gotlib avait sans doute mis pas mal de lui-même dans le personnage de Superdupont, comme plus tard Blutch avec le personnage de Blotch dans "Fluide-Glacial".

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,françois fillon,superdupont,gotlib,plagiat,plagiaire,dessin,presse,hommage,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Revue de presse*

    Si l’initiative de cette «Petite histoire du dessin de presse français» est sympathique, le résultat laissewebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,critique,kritik,romain dutreix,toma bletner,fluide-glacial,presse,satirique,française,ancien régime,convention,révolution,1789,napoléon,hara-kiri,charlie-hebdo,choron,cavanna beaucoup à désirer. L’entreprise vient s’échouer à peu près sur tous les écueils qui se présentaient sur son chemin. Etant donné l’angle choisi, très large, le résultat ne pouvait être que docte ou léger ; or il n’est ni l’un l’autre: la volonté didactique et celle de traiter le sujet sur le mode humoristique se télescopent et s’annihilent mutuellement. Résultat : on apprend peu et on ne rit guère.

    Le tandem d'auteurs, Romain Dutreix et Toma Bletner, aurait mieux fait de s’abstenir de traiter la partie historique (en partant de l’ancien régime). Ils ne font qu’accumuler des poncifs, en particulier celui de l’éclosion de la liberté d’expression au cours de la Révolution française de 1789. En réalité, en cette période très troublée, la Convention usa de la caricature à des fins polémique ou de propagande, censurant scrupuleusement tous propos contradictoires, comme c’est le cas en temps de guerre où les auteurs satiriques sont sommés de mettre leur talent au service de la patrie. La Convention entend alors se défendre contre les attaques de la presse satirique anglaise, qui présente le nouveau gouvernement de la France comme un complot de barbares terroristes.

    Quant au XIXe siècle, une fois la dictature de Napoléon Ier renversée, ce fut un véritable âge d’or en matière de presse satirique, dont les raccourcis de cette "petite histoire" ne permettent pas de rendre compte intelligiblement.

    Quand ils traitent, pour finir, de la satire aujourd’hui, les auteurs se départissent de leur ton léger pour donner leur opinion ou mentionner la publication de tel ou tel copain, parfois pas du tout satirique ni humoristique.

    L’époque de «Hara-Kiri» et «Charlie-Hebdo», ni trop ancienne, ni trop récente, est la moins mal traitée. Peut-être ces auteurs auraient-ils mieux fait de se concentrer dessus ?

    Des observateurs plus avisés et plus satiriques font état d’une nette régression de la «liberté d’expression» depuis la Libération. Le constat est facile à faire de l’organisation de plus en plus monopolistique de la presse française, propriété de quelques consortiums industriels et bancaires dont la principale préoccupation n’est pas la satire ou l’humour, mais le marketing. D'une certaine façon le "Charlie-Hebdo" de Cavanna et Choron était, à contre-courant de son époque, le dernier représentant d'une forme de presse que la seconde moitié du XXe siècle, plus policée, a abolie.

    Au demeurant la conception institutionnelle de la «liberté d’expression», défendue par certaines autorités morales républicaines aujourd'hui, frise le ridicule. Comment peut-on brandir l'étendard de la liberté d'expression quand on voit que, un cran en-dessous, la liberté de ton se raréfie.

    Revue de presse, petite histoire de la presse satirique française, par Romain Dutreix & Toma Bletner, éd. Fluide-Glacial, 2016.

  • Revue de presse BD (210)

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2016,robert crumb,tomi ungerer,misogyne,les cahiers dessinés,taschen,marie-hélène gatto,trombone illustré,gaston lagaffe,franquin,dupuis,delporte,spirou,pompidou,bibliothèque,jacques diament,gotlib,fluide-glacial,harmattan,yves frémion,zoo,colporteur,image,hannah arendt,faye,heidegger,nazisme,totalitaire,quinzaine littéraire,charlie-hebdo,van gogh,le seuil,inédit,amsterdam,énigmatique lb

    + Dilemme en librairie cette semaine puisque sont proposés simultanément deux gros bouquins, l'un à 20 euros (Les Cahiers dessinés) regroupant un choix de dessins de Tomi Ungerer, l'autre à 30 euros (Taschen) rassemblant un paquet de croquis de Robert Crumb. Il faut choisir, car deux dessinateurs misogynes d'un seul coup, ce serait sans doute une dépense trop difficile à justifier. Sans vouloir influencer le lecteur, la sobriété des dessins d'Ungerer force l'admiration ; il y a peut-être chez Crumb un peu trop de détails. Le plus misogyne des deux n'est pas forcément celui qui dit qu'il l'est (Crumb).

    Marie-Hélène Gatto annonce dans le trimestriel « De ligne en ligne » la prochaine expo. Gaston Lagaffe en chantier à la bibliothèque du Centre Pompidou en soulignant l’astuce éditoriale de son inventeur, Franquin, qui crée un personnage d’antihéros dans un magazine de BD d’aventure pour enfants- dont la première apparition discrète dans « Spirou » date du 28 février 1957. Le personnage ne prend la parole pour la première fois que six semaines après son apparition. Il dévoilera au public les coulisses de la maison Dupuis et du métier d’amuseur pour enfants, qui n’a rien d’aventureux, et que Franquin éprouva parfois de la lassitude à exercer.

    «Pendant plusieurs semaines, entre décembre 1959 et janvier 1960, Spirou paraît sans Gaston. Jusqu’à ce que Fantasio, pris de remords, lance un appel aux lecteurs : - Ecrivez tous, en masse, par milliers, écrivez à M. Dupuis de reprendre Gaston. L’appel est entendu : plus de 7000 lettres seront reçues, et Gaston est réintégré à l’équipe en janvier 1961. Le héros sans emploi est devenu une véritable star.»

    Gaston Lagaffe est précurseur du "Trombone illustré", supplément à « Spirou » lancé par Franquin et Yvan Delporte en 1977, beaucoup plus satirique que le magazine pour enfants dans lequel il était inséré.

    + A propos de "Fluide-Glacial", où Gotlib publia les "Idées noires" de Franquin, perles d'humour noir en BD, Jacques Diament publia en 2010 (L'Harmattan) : "Fluide Glacial, Gotlib... et moi" ; la première moitié est intéressante, décrivant de façon vivante les galères du début, la fabrication d'un journal, les choix éditoriaux, les coups de pouce du destin...), la seconde partie est bâclée.

    + Yves Frémion rédige ici ou là des chroniques sur les ancêtres de la bande-dessinée ; dans le dernier magazine publicitaire "Zoo n°62" (p.53), il nous instruit sur "la BD orale des colporteurs". Avec l'invention de la gravure naquit le métier de colporteurs d'images, religieuses notamment, transportées et vendues de village en village.

    "(...) Très vite s'agglutinent aux images pieuses des images plus profanes (contes de fées, fables, histoires plus ou moins réelles, légendes, chansons...). (...) L'arrivée du colporteur dans un village devient un spectacle. (...) Ces esquisses de BD sont orales. Puisque dans la BD, le "texte" n'en est pas, car il est du son, ce son est alors produit par le colporteur, qui commentait image par image."

    Frémion rapproche ici la BD d'une culture orale, ce qui n'est vrai qu'en ce qui concerne les BD pour enfants. Beaucoup de BD satiriques ou humoristiques ne sauraient se passer du texte.

    + L'essayiste Hannah Arendt ("La Crise de la Culture") est la cible d'attaques dans plusieurs journaux ("Quinzaine littéraire", "Charlie-Hebdo" 9 novembre), faisant suite de la publication d'un ouvrage universitaire peu sobrement intitulé "Arendt et Heidegger, extermination nazie et destruction de la pensée"). Cet ouvrage rappelle que H. Arendt fut, alors qu'elle était étudiante, la maîtresse de Herr Professor Heidegger, membre du parti nazi ; également qu'elle contribua à la réhabilitation de la philosophie d'Heidegger après guerre. Bref, cet ouvrage d'E. Faye ne nous apprend pas grand-chose...

    Le poète Aragon se promena en limousine dans Moscou en compagnie d'Elsa Triolet, bousculant la populace affamée (dixit J. Dutour) ; cependant il continue d'être étudié en classe, et certains établissements scolaires portent son nom. Le racisme de Montesquieu ne l'empêche pas d'être considéré comme un sommet de la science politique française. Etc. (on pourrait ici écrire un ouvrage complet à propos des turpitudes de nos grands hommes).

    Ce qui est le plus choquant chez H. Arendt est sans doute ce qui est le plus véridique, à savoir la mise en évidence que le totalitarisme n'est pas l'apanage du régime nazi, mais un phénomène beaucoup plus large. Si H. Arendt omet de souligner, contrairement à G. Orwell, le rôle particulier joué par les intellectuels dans les régimes totalitaires (Heidegger est loin d'être le seul exemple), en dénonçant la culture de masse en tant qu'instrument d'asservissement et d'abrutissement, elle a bel et bien contribué à la critique des méthodes de gouvernement totalitaires, indépendamment de leur coloration politique, nazie, soviétique ou démocrate-chrétienne.

    + Un carnet de 65 dessins inédits de Van Gogh, détenus par une famille du Nord de la France, et subitement exhumés, vient d'être publié par le Seuil. Seulement les experts du musée d'Amsterdam, sollicités afin d'authentifier ces dessins (non signés), contestent l'attribution au peintre hollandais (tardivement initié au dessin).

    Et pourquoi pas une analyse ADN, tant qu'on y est ? Cette affaire illustre une fois de plus à quel point la technique (ici les avis d'experts) éclipse désormais l'art et la science.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,novembre,2016,robert crumb,tomi ungerer,misogyne,les cahiers dessinés,taschen,marie-hélène gatto,trombone illustré,gaston lagaffe,franquin,dupuis,delporte,spirou,pompidou,bibliothèque,jacques diament,gotlib,fluide-glacial,harmattan,yves frémion,zoo,colporteur,image,hannah arendt,faye,heidegger,nazisme,totalitaire,quinzaine littéraire,charlie-hebdo,van gogh,le seuil,inédit,amsterdam,énigmatique lb

    par l'Enigmatique LB