Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

atrabile

  • Revue de presse BD (140)

     Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,2015,cathia engelbach,petits miquets,bendik kaltenborn,new yorker,new york times,atrabile,musée en herbe,tintin,louvain-la-neuve,exposition,malraux,mael rannoux,ceci est mon corps,égozine,hegel,catholique,buzz,masque japonais,edo,jacques chirac,roland moisan,canard enchaîné,cabu,vierzon,de gaulle,caricature,école,bd,cesan,hacker,daech,huffington post

     

    Cathia Engelbach ne ménage pas ses compliments à Bendik Kaltenborn dans le blog du "Monde" dédié à la BD, "Les Petits Miquets". En effet, cet auteur de BD d'une trentaine d'années, employé par le "New-Yorker", "Google" ou le "New-York Times" est qualifié de "prodige norvégien". Prodige de quoi ? Prodige de la satire. "Au sommet de la montagne Kaltenborn, il y a donc un décalage jouissif qui convient à sa lettre comme à sa palette, et à son coup de crayon qui joue avec les déséquilibres, y compris typographiques. Entre passages par la ligne claire et détours par l'heroïc fantasy, il développe un réseau d'insignifiances et un dépouillement graphique qui vient contrebalancer l'utilisation des couleurs criardes. Si ses traits sont simples, c'est, dit-il, pour "mieux faire naître un monde complexe". En somme, c'est génial, nous dit Cathia Engelbach (qui doit être bien jeune pour mettre autant d'enthousiasme dans un seul article). B. Kaltenborn est édité par l'éditeur suisse Atrabile. Espérons qu'il n'y a pas les mêmes liens entre Cathia Engelbach et Bendik Kaltenborn que ceux qui unissent (pour le meilleur et pour le pire), l'économiste Thomas Piketty et Julia Cagé.

    Lire la suite

  • Orientalisme****

    Nicolas Presl a le don avec ses albums muets de plonger le lecteur dans une ambiancewebzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,critique,kritik,orientalisme,nicolas presl,atrabile,jérôme bosch,enfer,chrétien,riad sattouf,arabe du futur,turquie,kouchner,hydrie,heureux qui comme oppressante. Non seulement le parti-pris de chasser le texte pour laisser toute la place au dessin, ce qui oblige à en renforcer l’expressivité, mais encore le style composite de Presl -étrange comme celui de Picasso-, produisent ensemble cette sensation d’oppression.

    Les BD de N. Presl fascinent comme un Jérôme Bosch, bien que celui-là ne cherche peut-être pas à délivrer le même message chrétien que Bosch : la société, c’est l’enfer, catastrophe sans remède humain. Une philosophe juive parle aussi de la société comme d’un « gros animal » ; en temps de guerre, quand le dragon crache le feu, cette métaphore est compréhensible par tous, mais « en temps de paix », quand le gros animal ronronne, tel un chat digérant ses proies ou des lions qui rotent dans la savane après leur dîner, seuls des artistes comme Bosch ou Presl devinent le danger derrière la publicité, l’imagerie complaisante, et savent faire ressortir que le gros animal est seulement assoupi, prêt à dévorer de nouveau dès que le besoin s’en fera sentir.

    Pour ainsi dire, la bête ne fait qu’enfler. Nicolas Presl parle en effet d’une société mondialisée, ultime ; dans son dernier album comme dans le précédent (« Heureux qui comme »), voire peut-être le premier (« L’Hydrie »), bien qu’il soit situé dans la Grèce antique ; la société ne forme pas seulement un tout dans l’espace géographique, mais aussi dans le temps, l’homme semblant répéter à l’infini les mêmes erreurs.

    « Orientalisme » traite comme le récent « Arabe du Futur » de Riad Sattouf de la confrontation du Nord et du Sud, que ces deux auteurs présentent comme un dialogue de sourds. Les scènes d'« Orientalisme » se déroulent en Turquie, une Turquie rurale qui peut passer dans le meilleur des cas pour pittoresque du point de vue occidental -au pire pour un moyen-âge arriéré. Riad Sattouf décrit même ce phénomène, à l’intérieur des pays arabes, d’élites occidentalisées qui n’hésitent pas à conduire à coups de trique et de bottes les populations rurales musulmanes sur la voie du progrès social.

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que la décolonisation n’a pas dissipé le malentendu entre les peuples. Le laconisme de Presl, par comparaison avec Sattouf, souligne plus encore la tension. On se situe à l’opposé de Hergé, apôtre de la colonisation, et donc de l’amitié entre les peuples du monde, sans doute d’une manière que l’on peut trouver démodée, mais qui n’est guère plus condescendante que les méthodes nouvelles (B. Kouchner sera peut-être démodé avant Tintin). Avec N. Presl le vernis des bonnes intentions, dont l’enfer est pavé, craque. « Orientalisme » est un titre ironique.

     

    « Orientalisme », Nicolas Presl, eds Atrabile, 2014.

  • Revue de presse BD (81)

    webzine,gratuit,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,81,hebdomadaire,blogs-bd,jeune talent,fibd,sélection,angoulême,festival,2014,maadiar,mathurin soldat,atrabile,faillite,mitterrand,chardonne,destinées sentimentales,nietzschéen,stock,hommage,mandela,easydoor

    + Banksy (collectif d'artistes britanniques ?) a trouvé dans l'illustration ironique ci-dessus un moyen de renvoyer le judéo-christianisme à ses origines.

    - J'en profite pour vous souhaiter au nom de Zébra un joyeux Noël végétarien (= pas trop bourratif).

    + Les amateurs de blogs-BD pourront bientôt voter pour leur blog préféré parmi une sélection de trente effectuée par le FIBD d'Angoulême, et contribuer ainsi au choix du blogueur qui se verra remettre le prix du "jeune talent" 2014. Pour ma part mon vote est acquis au blog de Maadiar et son (pas trop patriotique) feuilleton "Mathurin soldat".

    + L'éditeur suisse indépendant Atrabile (depuis 1997), qui publie notamment l'excellent Nicolas Presl ("L'Hydrie","Heureux qui comme") pourrait bien disparaître en 2014 puisqu'il est au bord de la faillite. Une association s'est montée pour lui venir en aide. Il faut dire que le métier d'éditeur, quand il est exercé avec intelligence et non selon des méthodes industrielles, a toujours été au moins aussi aventureux qu'une "transat" en solitaire. Le romancier et éditeur J. Chardonne ("Les destinées sentimentales"), qui avait racheté la maison Stock, connaissant bien le métier d'éditeur par conséquent, déclarait que sa difficulté tient notamment à ce qu'il est pratiquement impossible de prévoir ce qui va plaire au public. Cet écrivain réac ou nietzschéen (préféré de F. Mitterrand) tient il est vrai des propos on ne peut plus élitistes sur la lecture, puisqu'il estime le nombre de véritables lecteurs en France (= qui comprennent ce qu'ils lisent) à environ... 500.

    + Encore une initiative déplorable de "Charlie-Hebdo" et Charb, qui décidément met moins d'humour dans ses dessins que dans ses éditoriaux, puisqu'il incite ses lecteurs à se rendre aux urnes lors des prochaines échéances électorales. On peut encore comprendre qu'un dessinateur dépourvu d'humour comme Joann Sfar, ou qui n'exerce pas ses talents dans le domaine de la caricature, fasse l'apologie de François Hollande, mais la position de "Charlie-Hebdo" est intenable, puisqu'elle consiste à brocarder les politiciens pour lesquels cette publication ne cache pas sa sympathie, immédiatement après leur intronisation. Combien de temps le vieux truc d'accuser les abstentionnistes qui préfèrent la pêche au scrutin d'être irresponsables va encore durer, alors qu'il est exactement calqué sur les accusations de sécher la messe le dimanche ? Laisser le seul E. Zemmour dire cette vérité que le passage du suffrage censitaire au suffrage universel est un procédé démagogique, mis en oeuvre par des spécialistes du coup d'Etat, revient à faire du "Figaro" la publication la plus satirique de France. Ajoutons que le discours de Zemmour est à peine moins ubuesque que celui de Charb, puisque la tactique du suffrage universel, aussi bien en Allemagne qu'en France, est une tactique au service de la bourgeoisie industrielle qui emploie Zemmour. Après ça, je me sens obligé d'offrir "Le 18 Brumaire de L.-N. Bonaparte" (Karl Marx) à Stéphane Charbonnier pour ses étrennes laïques.

    + Je décerne la palme de l'hommage le plus tarte et le plus laid à Mandela au dessin de la semaine (par Easydoor).

    webzine,gratuit,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,81,hebdomadaire,blogs-bd,jeune talent,fibd,sélection,angoulême,festival,2014,maadiar,mathurin soldat,éditeur,suisse,atrabile,faillite,mitterrand,chardonne,destinées sentimentales,nietzschéen,stock,hommage,mandela,easydoor,charlie-hebdo,charb,stéphane charbonnier,joann sfar,caricature,figaro,satirique,18 brumaire de louis-napoléon bonaparte,karl marx,noel,etrennes,zemmour

  • Kritik 2012

    Petit bilan des bouquins lus en 2012 (et non forcément parus cette année) et critiqués par Zombi pour Zébra (réclamations et insultes de fans à adresser à leloublan@gmx.fr) :

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    L'Hydrie - Nicolas Presl (5/5) (pour ceux qui aiment Picasso et l'Antiquité)
     

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    Passage afghan - Ted Rall (5/5) (pour ceux qui veulent savoir ce que les médias ne disent pas)

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    Gus Bofa - Emmanuel Pollaud-Dulian (4/5) (pour ceux qui croient que les illustrateurs ne travaillent que sur commande)

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

     

    La Famille - Bastien Vivès (4/5) (Pour ceux qui croient que la famille est un long fleuve tranquille) 

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    Une Scène dans l'Ombre - Nicolas Auffray (3/5) (pour ceux qui se demandent comment on peut bosser pour pas d'argent)

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    La Guerre - Bastien Vivès (3/5) (pour les poilus et les épilées qui croient que c'était "la der des ders") 

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    En route pour le Goncourt - Kierzkowski & Ephrem (3/5) (pour ceux qui aiment se moquer des prix)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    La Conversion - Matthias Gnehm (3/5) (pour ceux qui croient seulement dans la vie, et les autres)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
     
     Alexandre Pompidou - Cornette, Frissen & Witko (3/5) (pour ceux que l'art pompidolien laisse sur leur faim)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    Thoreau, La Vie sublime - Dan & Leroy (3/5) (pour ceux qui voient l'homme comme la pire des ordures)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    L'Exilé du Kalevala - Ville Ranta (3/5) (pour ceux qui n'ont pas les moyens de voyager)

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    Pablo Picasso - Clément Oubrerie (3/5) (pour ceux pour qui Pablo Picasso est un monstre sacré)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    L'Histoire de Sayo - Masi & Wanatabé (3/5) (pour ceux qui croient que les mangas ne causent que d'histoires de touche-pipi)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

     La Guerre d'Alan - Xavier Guibert (3/5) (pour ceux qui ont été dispensés de service militaire)

     

     

     

     

     

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt

    Blast 3 - Manu Larcenet - (2/5) (pour ceux qui n'ont pas lu "Le Chat Noir" d'Edgar Poe)

     

     

     

     





    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    Gringos Locos - Schwartz & Yann (1/5) (pour les inconditionnels de l'école de BD franco-belge - et encore...)
     
     
     
     
     
     






    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    Vingt-Trois Prostituées - Chester Brown (1/5) (pour ceux qui ont une copine canadienne)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourt
    Pour en finir avec le cinéma - Blutch (2/5) (pour ceux qui hésitent encore entre le cinéma et la BD)
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,kritik,critique,2012,illustration,ted rall,afghanistan,guerre d'alan,guibert,bastien vivès,famille,guerre,hydrie,presl,conversion,atrabile,boîte à bulles,aufray,une scène dans l'ombre,goncourtChroniques de Jérusalem - Guy Delisle (2/5) (pour ceux qui n'aiment pas les bastons entre les Juifs et les Arabes)
  • La Conversion***

    Une consoeur critique a imaginé pour ranger son blog une sous-rubrique facétieuse : "BD-qu'elle-est-bien-fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,critique,kritik,matthias gnehm,conversion,suisse,atrabilepour-se-suicider". Sans hésiter, je place "La Conversion" de Matthias Gnehm sur cette étagère, tant l'atmosphère peinte par celui-ci renverse les clichés sur la Suisse, ses chalets mignons et ses paturages verdoyants. En Suisse, le mélodrame-BD de M. Gnehm se déroule et s'achève - mal, comme les histoires d'amour en général... ou de religion.

    Cette étiquette macabre est, bien sûr, pour plaisanter, là où on discerne plutôt l'effort pour faire de la BD avec d'autres ingrédients que les bons sentiments, après des lustres de pralines franco-belges.

    "C'était dans le village qui, autrefois, il y a vingt-cinq ans, était considéré par beaucoup comme le plus laid de tout le pays. (...) Seul celui qui avait grandi ici pouvait voir des choses qui demeuraient invisibles au reste du monde. (...) Quand il n'y avait pas de brouillard. Car lorsqu'il y avait du brouillard, il était alors si épais et si persistant, que les autochtones se retiraient dans leurs mondes intérieurs. Et certains se rendaient alors dans cette église étonnamment élégante construite dans les années trente."

    Le propos n'est pas ici contre ou pour la religion : c'est tellement facile de dénoncer le fanatisme de son voisin ! Plus subtilement, M. Gnehm montre le lien étroit entre le sentiment amoureux et la religion. Kurt, l'ado. au centre de cette intrigue mi-sentimentale, mi-religieuse, sorte de Roméo prépubère, va se détacher des opinions athées maternelles pour se rapprocher des convictions religieuses bizarres de Patrizia, dont il est tombé amoureux. Seule la folie de cette dernière mettra un terme à la "conversion" de Kurt.

    Le rapprochement du désir, de la folie et de la religion n'est, certes, pas franchement nouveau en littérature, mais il est assez bien amené dans cette BD, peu moralisatrice. D'ailleurs, comme c'est le truc de base des sociétés mercantiles de stimuler le désir du citoyen lambda, si l'observation n'est pas franchement nouvelle, il n'est pas non plus démodé ou inutile de rappeler que la foi ou les convictions éthiques - non seulement l'érotisme -, ont un caractère "oedipien" ou incestueux.

    Ed. Atrabile, 2011.

    NB : Et toujours cette présentation chic et puritaine des éds. Atrabile (sans pagination), que je n'aime pas.

    Zombi