Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mécanique du Sage***

Le trait de Gabrielle Piquet évoque celui de Chaval, qui est une sorte de ligne claire appliquée à la caricature,webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,gabrielle piquet,atrabile,charles hamilton,critique,mécanique,sage plus elliptique que la BD. Son humour aussi, teinté de "nonsense" britannique, ressemble à l'humour de Chaval.

Dans la capitale de l'Ecosse recréée par l'auteure, Charles Hamilton se démène pour être heureux, et ce but dérisoire -en même temps qu'il est très humain-, le rend ridicule.

Il y a dans les régimes totalitaires (de droite ou de gauche), non seulement quelque chose d'effrayant ou d'inquiétant, mais aussi de ridicule et drôle, que Jarry a su saisir dans son personnage d'Ubu. Ces régimes sont en effet tendus comme des ressorts vers le bonheur ; leur science, leur sagesse elle-même est entièrement subordonnée à ce but. Par chance le Dalaï-Lama ne dispose pas d'une armée puissante pour faire respecter ses préceptes à mourir d'ennui !

Qui dit "mécanique", dit forcément "grain de sable" : l'organisation du persévérant Charles Hamilton finit par se gripper, et son bonheur être menacé indéfiniment par un nouvel épisode de dépression.

Mais qui peut se moquer franchement de la quête éperdue de bonheur de Charles Hamilton, sans se sentir concerné ? Seul les morts peuvent, qui jouissent d'un bonheur sans faille.

Mécanique du Sage, par Gabrielle Piquet. Ed. Atrabile, janvier 2020.

Écrire un commentaire

Optionnel