Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas presl

  • Revue de presse BD (296)

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,dessin,presse,satirique,revue,hebdomadaire,décembre,2018,nicolas presl,expo,maxime d.,sobd,hiéroglyphe,hydrie,orientalisme

    Nicolas Presl (autoportrait)

    + En marge du salon SoBD des petits éditeurs de BD indépendants qui s'est tenu le week-end dernier dans le centre de Paris, sont exposées les planches de Nicolas Presl, dont nous avons vanté naguère dans ces pages les BD muettes, en particulier "L'Hydrie" et "Orientalisme".

    Cette expo. de planches originales est organisée par la galerie Maxime D. jusqu'au 22 décembre (Paris 4e). L'absence de dialogues contraint l'auteur, comme les metteurs en scène de cinéma muet, à une expressivité corporelle maximum.

    N. Presl marie cet art archaïque, proche des hiéroglypges égyptiens, avec le propos le plus contemporain, notamment dans "Orientalisme".

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,dessin,presse,satirique,revue,hebdomadaire,décembre,2018,nicolas presl,expo,maxime d.,sobd,hiéroglyphe,hydrie,orientalisme,forum,images,paris,halles,bamboule,pigeard

    Image extraite de "Bamboule" par E. Pigeard.

    + Le Forum des Images (Forum des Halles à Paris) propose un concours de courts métrages d'animation (français) jusqu'au samedi 15 décembre. Programme sur le site du Forum des Images.

  • Orientalisme****

    Nicolas Presl a le don avec ses albums muets de plonger le lecteur dans une ambiancewebzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,critique,kritik,orientalisme,nicolas presl,atrabile,jérôme bosch,enfer,chrétien,riad sattouf,arabe du futur,turquie,kouchner,hydrie,heureux qui comme oppressante. Non seulement le parti-pris de chasser le texte pour laisser toute la place au dessin, ce qui oblige à en renforcer l’expressivité, mais encore le style composite de Presl -étrange comme celui de Picasso-, produisent ensemble cette sensation d’oppression.

    Les BD de N. Presl fascinent comme un Jérôme Bosch, bien que celui-là ne cherche peut-être pas à délivrer le même message chrétien que Bosch : la société, c’est l’enfer, catastrophe sans remède humain. Une philosophe juive parle aussi de la société comme d’un « gros animal » ; en temps de guerre, quand le dragon crache le feu, cette métaphore est compréhensible par tous, mais « en temps de paix », quand le gros animal ronronne, tel un chat digérant ses proies ou des lions qui rotent dans la savane après leur dîner, seuls des artistes comme Bosch ou Presl devinent le danger derrière la publicité, l’imagerie complaisante, et savent faire ressortir que le gros animal est seulement assoupi, prêt à dévorer de nouveau dès que le besoin s’en fera sentir.

    Pour ainsi dire, la bête ne fait qu’enfler. Nicolas Presl parle en effet d’une société mondialisée, ultime ; dans son dernier album comme dans le précédent (« Heureux qui comme »), voire peut-être le premier (« L’Hydrie »), bien qu’il soit situé dans la Grèce antique ; la société ne forme pas seulement un tout dans l’espace géographique, mais aussi dans le temps, l’homme semblant répéter à l’infini les mêmes erreurs.

    « Orientalisme » traite comme le récent « Arabe du Futur » de Riad Sattouf de la confrontation du Nord et du Sud, que ces deux auteurs présentent comme un dialogue de sourds. Les scènes d'« Orientalisme » se déroulent en Turquie, une Turquie rurale qui peut passer dans le meilleur des cas pour pittoresque du point de vue occidental -au pire pour un moyen-âge arriéré. Riad Sattouf décrit même ce phénomène, à l’intérieur des pays arabes, d’élites occidentalisées qui n’hésitent pas à conduire à coups de trique et de bottes les populations rurales musulmanes sur la voie du progrès social.

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que la décolonisation n’a pas dissipé le malentendu entre les peuples. Le laconisme de Presl, par comparaison avec Sattouf, souligne plus encore la tension. On se situe à l’opposé de Hergé, apôtre de la colonisation, et donc de l’amitié entre les peuples du monde, sans doute d’une manière que l’on peut trouver démodée, mais qui n’est guère plus condescendante que les méthodes nouvelles (B. Kouchner sera peut-être démodé avant Tintin). Avec N. Presl le vernis des bonnes intentions, dont l’enfer est pavé, craque. « Orientalisme » est un titre ironique.

     

    « Orientalisme », Nicolas Presl, eds Atrabile, 2014.

  • Heureux qui comme...****

     BD pleine d’ironie de Nicolas Presl, comme sa précédente «Hydrie» qui m’avait emballé (cinq étoiles au

    fanzine,zébra,bd,bande-dessinée,illustraation,critique,kritik,nicolas presl,l'hydrie,heureux qui comme,mali,afrique,occident,picasso,guernica guide Zombi 2012). Le titre confronte d’emblée le voyage initiatique du héros antique, son cheminement vers la sagesse dans un décor et parmi des monstres symboliques, au circuit touristique par où l’homme moderne passe, fuyant ses démons au lieu de les affronter.

     Si «Heureux qui comme…» se contentait d’illustrer la folie du touriste occidental ordinaire, en quête d’exotisme, ce serait une observation de second ordre, déjà faite; mais c’est tout le transport humain, au sens propre comme au figuré, à l’échelle mondiale ultime, que la BD de Nicolas Presl rassemble dans ses planches, formant tableau. Une BD muette, encore une fois, mais néanmoins plus expressive que la parole. Le «Guernica» de la guerre tiède où nous trempons, lorsque l’empoisonnement discret est préféré au coup de poignard trop franc.

    Puisque N. Presl joue du noir et du blanc, du fossé entre l’Afrique et l’Occident que l’hypocrisie ne fait que creuser plus encore: qui peut dire pourquoi la France envoie des troupes au Mali? Pourtant, elle est aussi contrainte de s’exécuter qu’il lui est impossible de fournir une explication sérieuse, de comment elle en est arrivé là, et comment elle compte s’en sortir? D’autres nécessités viennent en face, plus ou moins puissantes: télescopage, affrontement, coït, tuerie, rebondissement, pause culturelle… Presl peint tout ça, comme le chassé-croisé d’une myriade de destins. C’est à peine si l’on trouve le temps de s’arrêter sur un visage, animé par un rictus…

    Se souvenant de «L’Hydrie» précédente, drame situé dans l’Antiquité, on peut en conclure que rien n’a changé. Rien ne s’est perdu du sacrifice humain antique, il ne s’en est pas créé de manière plus radicale ; seule la culture ou le vernis a changé. Bien qu’il donne l’illusion de bouger, comme le cinéma ou la BD, le plan social est statique. Le regard exercé de Presl ne tombe pas dans le panneau ou le détail, par où les choses paraissent mobiles.

    Les bouquins de Presl sont des cauchemars ; sans doute cette matière-là se vend moins bien que les rêves, mais l’avantage du cauchemar sur le rêve, c’est qu’au réveil on n’est pas déçu.

    Heureux qui comme... - Ed. Atrabile, 2012. 

     

  • L'Hydrie*****

    fanzine,zebra,bd,bande-dessinée,critique,nicolas presl,hydrie,vase,grec,antique

    L'hydrie est un grand vase grec orné de figures mythologiques. En principe destinée à recevoir de l'eau, une hydrie sert de dénouement à l'intrigue de la BD muette de Nicolas Presl, située dans la Grèce antique.

    Cet ancien tailleur de pierre reconnaît sa dette vis-à-vis de Picasso, dont les amateurs savent qu'il s'est lui-même inspiré de l'art grec pour la déformation de ses figures (qui permettent d'exhiber plus sur une surface plane, vase ou tableau, que l'angle de vue ne permet de voir). 

    Mon intérêt pour la mythologie et les peintures de vases, le sens exceptionnel de la forme des artistes qui les incisaient, peut faire soupçonner une critique partiale. Mais le propos de "L'Hydrie" de Nicolas Presl n'est pas vraiment homérique ou tragique ; il serait plutôt romain, presque "existentialiste" : l'amour, la guerre, le coït, l'avortement, la religion, la famille, la trahison, la gloire, sont mis en scène dans cette BD - toutes les passions en quoi l'homme reflète la nature et ses rythmes apparemment immuables, d'où viennent plaisir et douleur. A la limite, on pourrait presque traduire la BD de Presl comme un pamphlet contre la culture, c'est-à-dire contre le discours par lequel l'homme parvient à se convaincre qu'il a, au cours des millénaires, évolué "en bien".

    Ou encore c'est un éloge de la nature, en comparaison de laquelle l'homme paraît un bien pâle imitateur, encore plus grotesque quand il aime s'attribuer le premier rôle dans la conduite du monde, le coït, la religion, la guerre, l'art, etc.

    (Ed. Atrabile, 2011, 230 p.)

    - Aparté : sur la manière des éds. Atrabile de publier ce genre de bouquin, je m'interroge : pourquoi 230 p. N&B à 22 euros, quand "L'Hydrie" aurait pu être ramenée à trois fois moins de pages, et son prix divisé par deux ? ça donne l'impression d'une BD produite pour les bibliothèques municipales...

     

    fanzine,zebra,bd,bande-dessinée,critique,nicolas presl,hydrie,vase,grec,antique


  • Revue de presse BD (30)

    + Commençons par signaler, une récente interview de Tomi Ungerer sur France-Inter par François fanzine,zébra,bd,bande-dessinée,illustration,illustrateur,tomi ungerer,interview,france-inter,jean de la lune,animation,françois busnel,the dandy,comics,journal de tintin,spirou,nicolas presl,rue89,street art,diaporama,2102,picasso,oubrerie,birmant,rtl,franquin,wallonie,bruxelles,pompidou,frédéric janninBusnel, pour la promotion d'un film documentaire sur la carrière de l'illustrateur (140 livres, 30.000 dessins). Docu. à l'affiche le 19 décembre prochain, ainsi qu'un film d'animation, "Jean de la lune", à partir d'un album d'Ungerer. Il donne à Paris ce soir une conférence à 19h00 (réservation 01 44 78 80 50).

    + Plus d'infos sur l'exposition Franquin au centre Wallonie-Bruxelles, en face du musée Pompidou, organisée par Frédéric Jannin, un des nombreux suiveurs de Franquin, et la fille de celui-ci.

    + "The Dandy", soixante-quinze ans, est le plus vieux magazine de BD anglais. Le "Journal de Tintin" ou le "Spirou" anglais.

    + Le site web Rue89 présente un diaporama-anthologie du street-art 2012.

    + ça, c'est uniquement pour les "geeks", qui trouveront sûrement le moyen de la pirater : une bio. de Steve Jobs, cofondateur d'Apple, en BD. A priori on n'y apprend pas grand chose d'autre que ce qu'on sait déjà : le talent de Jobs était surtout pour vendre le plus cher possible des bécanes fabriquées en Chine, dans des conditions qui se rapprochent de l'esclavage.

    + Le prix RTL de la BD a été remis à C. Oubrerie et J. Birmant pour leur adaptation en BD de la vie de Picasso. Cet album avait été critiqué dans Zébra, ici.

    + Le dessin de la semaine est du talentueux Nicolas Presl.

    fanzine,zébra,bd,bande-dessinée,illustration,illustrateur,tomi ungerer,interview,france-inter,jean de la lune,animation,françois busnel,the dandy,comics,journal de tintin,spirou,nicolas presl,rue89,street art,diaporama,2102,picasso,oubrerie,birmant,rtl,franquin,wallonie,bruxelles,pompidou,frédéric jannin

    (par Zombi)