Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mai - Page 4

  • Fanzine n°42 - Mai 2016

    fanzine,bd,zébra,mensuel,mai,abonnement,dessin,presse,caricature,satirique,donald trump,barack obama

    Abonnez vous au mensuel Zébra (4 p. dont les meilleurs dessins du mois + 1 p. revue de presse BD)

    22 euros pour 11 n° - écrire à zebralefanzine@gmail.com

    Téléchargez et lisez gratuitement le précédent n° (avril) au format PDF

  • Revue de presse BD (190)

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,mai,2016,revue,presse,max beckmann,éric salch,fluide glacial,look book,roland garros,cathos,courrier picard,daniel muraz,siné,antisémitisme,charlie-hebdo,charb,walter foolz,islamophobie

    Caricature extraite du "Look Book" d'Eric Salch

    + Plutôt que de se payer la tête de telle ou telle personnalité publique, Eric Salch a eu la riche idée de se moquer des Français à travers leurs styles vestimentaires. Dans son "Look Book" ("Fluide-Glacial"), il égrène sans complaisance les différentes panoplies à la mode, du "hipster" au spectateur de Roland-Garros en passant par les cathos défenseurs de la famille et le collégien branché, manquant rarement son effet. L'ouvrage n'est guère partisan, puisque aucun milieu n'est épargné, pas même les... dessinateurs de presse (voir ci-dessus).

    + Daniel Muraz, du "Courrier Picard", regrette sur son blog que l'hommage de "Charlie-Hebdo" au dessinateur satirique Siné n'ait pas été plus appuyé. Le caricaturiste Walter Foolz a même pondu un dessin caustique sur le sujet. Mais il est difficile de revenir sur l'accusation d'antisémitisme, péché majeur par les temps qui courent, quand bien même les tribunaux ont disculpé Siné officiellement ; invoquant les décisions de justice quand elles leur sont favorables, certains représentants de l'intelligentsia n'ont pas raté une occasion de traiter Siné d'antisémite. On se souvient que, de son côté, Charb avait été piqué au vif par les accusations d'islamophobie le visant. Ce climat délétère est la conséquence de la soumission des artistes à des diktats politiques.

    + En guise d'hommage à Siné, le bédéaste suisse Zep reproduit sur son blog une de ses planches, destinée à "Siné-Hebdo" (2011), dans laquelle il tente une analyse de la presse satirique française ; si celle-ci est plus dynamique que la presse suisse, c'est parce que la France est une monarchie (déguisée en démocratie) ; la presse satirique française jouerait donc le rôle assez clairement défini du "bouffon" dans une monarchie ; l'exercice de la satire, dans un pays plus démocratique comme la Suisse, serait plus difficile. Zep n'a sans doute pas tort, car si "Hara-Kiri" n'épargnait pas grand-monde, visant plutôt le bourgeois et le citoyen que le roi, c'est la fameuse "Une" de Choron, insultante à l'égard du monarque de Gaulle, que l'on mentionne à chaque fois. Or cette "Une" a fait beaucoup pour la notoriété du titre.

    Le fait est que la culture française est très peu démocratique. K. Marx a montré que l'enseignement de la Révolution française de 1789 tient lieu d'alibi à la bourgeoisie et relève plus du "roman national" que de l'histoire véritable ; à travers cet enseignement, c'est la bourgeoisie qui se trouve justifiée, non la démocratie. L'expérience dictatoriale napoléonienne conditionne bien plus la République que les prétendus idéaux des Lumières de la catéchèse scolaire laïque. Cela dit, Suisse et France ont en commun leurs cultures militaristes ; le règne des banquiers conduit à ne pas trop surestimer la différence entre les différents régimes et constitutions politiques.

    + Un petit extrait du passage de Siné au "Tribunal des Flagrants délires" (1982) est disponible sur le site de l'INA

    + La chaîne franco-allemande "Arte" diffuse un reportage sur le peintre allemand Max Beckmann (1884-1950) ; cousin germain de Picasso sur le plan artistique, bien qu'il n'égala jamais sa notoriété, Beckmann est sans doute plus laborieux et moins génial que le peintre franco-espagnol ; cependant la peinture de Beckmann s'accompagne d'une réflexion plus profonde, suivant l'exigence de Baudelaire qui reprochait aux peintres de son temps d'être des artisans imbéciles (à l'exception du "phare" Delacroix, ou encore du peintre lyonnais P. Chenavard). S'il n'est pas aussi inventif et varié, Beckmann rivalise avec Picasso sur le plan de la couleur.

    Beckmann fut classé parmi les artistes décadents par le régime nazi et s'enfuit pour cette raison aux Pays-Bas, puis aux Etats-Unis où il fut accueilli avec déférence. Mais la thèse néo-classique nazie, largement pompée sur Nietzsche, est sujette à caution ; Nietzsche évacue les éléments de la culture grecque, qui reflète parfois la pensée juive, quand ils ne vont pas dans le sens de sa doctrine réactionnaire.

    On peut regarder gratuitement ce documentaire consacré à Beckmann (en replay) jusqu'à lundi prochain.

    + Le Comité canadien pour la liberté de la presse a remis le 12 avril dernier au Canadien Dale Cummings son prix international du dessin (ci-dessous) ; le thème cette année était le "droit d'être oublié".

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,mai,2016,revue,presse,max beckmann,éric salch,fluide glacial,look book,roland garros,cathos,courrier picard,daniel muraz,siné,antisémitisme,charlie-hebdo,charb,walter foolz,islamophobie,zep,planche,siné-hebdo,monarchie,france,suisse,hara-kiri,choron,de gaulle,marx,tribunal des flagrants délires,ina,dale cummings,canada,comité canadien,prix,dessin,presse,caricature

     

  • Revue de presse BD (189)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,mai,2016,revue,presse,siné,maurice sinet,ascension,jésus-christ,anticlérical,anarchiste,antisémitisme,philippe val,choron,cabu,hara-kiri

    Siné vu par le dessinateur de presse Gab.

    + La mort a choisi le jour de l'Ascension (jeudi 5 mai) pour emporter Maurice Sinet, alias Bob Siné, alias Siné. Pied de nez du destin ? A sa manière, parti le même jour, Jésus-Christ était une sorte d'anticlérical et d'anarchiste (honni par Nietzsche pour ce motif).

    Au cours des dernières années qui ont précédé sa mort à l'âge de 87 ans (à l'hôpital Bichat), le dessinateur et chroniqueur satirique n'a pas été ménagé : en effet, outre la maladie, celui-ci a connu une rupture difficile avec une partie de l'équipe de "Charlie-Hebdo", qui s'est séparée de Siné à l'occasion d'un retentissant et ubuesque procès pour... antisémitisme ; cela ne l'a pas empêché ensuite d'éprouver de la douleur lors de l'assassinat des caricaturistes de "Charlie-Hebdo" qui s'étaient rangés du côté de Philippe Val ; enfin, le spectacle actuel d'une France quadrillée par l'armée et la police, sous prétexte de renforcer la sécurité, devait être désespérant pour un ancien soixante-huitard. En dépit de ces claques successives, Siné tenait à faire bonne figure et affichait crânement sa joie de vivre.

    On peut sans hésiter ranger Siné parmi les derniers auteurs satiriques de ce pays, en compagnie du Pr Choron, de Cabu et quelques autres. Le dessin minimaliste de Siné était particulièrement percutant ; les meilleures affiches de Mai 68 s'inspirent de son style et le dessinateur a continué de dessiner les "unes" de "Siné-Mensuel" jusqu'à son dernier souffle. La qualification "d'anarchiste" est plus contestable : non seulement Siné avait foi dans la politique, à travers l'idéal révolutionnaire, mais il reprochait à l'équipe de "Hara-Kiri" de n'être pas assez impliquée dans le combat politique. Des années plus tard, Siné a regretté son engagement en faveur de la révolution cubaine, qui le rapprocha d'un régime brutal et tortionnaire, loin de la pure utopie socialiste.

    + Petit inventaire de la carrière anticarriériste de Siné, par l'un des ses admirateurs.

    + A mi-chemin entre Arthur Rimbaud et Tintin, le Petit Prince de Saint-Exupéry fête ses soixante-dix ans. Pour l'anecdote, on apprend à cette occasion que le polémiste Jean-Edern Hallier aurait pu servir de modèle à une sculpture de Consuelo de Saint-Exupéry, épouse du conteur, reproduite fidèlement par celui-ci pour illustrer son conte.

    Le rapprochement est plutôt amusant entre le Petit Prince, exemple un peu niais donné à la jeunesse, et le fantasque Jean-Edern Hallier, peu avare d'insultes aux chefs de l'Etat successifs, Giscard d'Estaing sa bête noire, puis F. Mitterrand par dépit. Edern-Hallier fonda "L'Idiot international" avec l'argent de Sylvina Boissonnas, riche héritière d'une famille d'industriels alsaciens.

    + Devancée par Luz chez Futuropolis, c'est au tour de la dessinatrice Catherine Meurisse, de publier chez Dargaud "La Légèreté", un album dédié à la manière dont Catherine a "encaissé" l'attentat contre sa rédaction et la mort violente de ses consoeurs et confrères. En retard comme Luz à la réunion de rédaction, Catherine Meurisse avait ainsi évité le massacre ; le professionnalisme ne paie pas toujours.

    Peu de temps avant le drame, en décembre 2014, C. Meurisse avait déclaré au magazine de BD "Casemate" : - Traiter [dans "Charlie-Hebdo"] les sujets avec gaieté me sauve. Le propos de "La Légèreté" est plus confus. On devine qu'il est plus difficile de traiter avec gaieté le sujet d'une violence qui nous touche directement. L'humour exige du recul. La religion est bien souvent la dernière défense de ceux qui éprouvent directement telle ou telle forme de violence ; d'où le ton un peu religieux et mystique de Catherine pour parler de "La Légèreté".

    + Dans le nouveau webzine "Marsam Graphics", Elric fait remarquer, dessins à l'appui, la ressemblance entre le style de Hergé et une BD japonaise parue peu de temps auparavant, "Shouchan no Bouken" (1924), par le dessinateur Katsuichi Kabashima ; à cette ressemblance avec le style épuré de Hergé, il faut ajouter que le jeune garçon, héros de la série, est accompagné par un écureuil, comme le sera Spirou, créé par le Français Rob-Vel. L'affaire se corse, puisque la bande-dessinée japonaise a été imaginée à partir d'une autre série populaire en Grande-Bretagne, "Pip, Squeak & Wilfred". Elric fait aussi remarquer l'influence que le style de Forton ("Les Pieds Nickelés") semble avoir exercée sur le dessinateur japonais.

    Ce rapprochement est le prétexte à un article sur l'influence réciproque de la culture japonaise et de la culture européenne, britannique en particulier. La célèbre revue humoristique anglaise "Punch" a même été exportée par un dessinateur au Japon, où l'on était peu habitué à voir les représentants du pouvoir brocardés dans la presse. 

    Cet article, abondamment illustré, est un peu une façon de démontrer que l'originalité, en art, n'est qu'une illusion.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,mai,2016,revue,presse,siné,maurice sinet,ascension,jésus-christ,anticlérical,anarchiste,antisémitisme,philippe val,choron,cabu,hara-kiri,petit prince,saint-exupéry,consuelo,jean edern-hallier,sylvina boissonnas,idiot international,catherine meurisse,luz,wolinski,charlie-hebdo,dargaud,shoushan no bouken,katsuichi kabashima,tintin,hergé,pip,squeak,wilfred,forton,marsam graphics,elric,spirou,rob-vel,punch

    Couverture d'un des albums de la série "Shouchan no Bouken", par Katsuichi Kabachima.

  • Revue de presse BD (151)

     Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,mai,2015,delcourt,jacques martin,hergé,tintin,van melkebeke,nietzsche,louvain-la-neuve,raymond leblanc,musée,actuabd,vice.com,gonzo,tristram,auch,gailliot,martigny,guillaume musso,valérie trierweiler,katherine pancol,daech,iran,shoah,atena farghadani,bernard bouton,féco,caricatures et caricature,guillaume doisy,le rire,clément vautel,steinlein,forain

    (Portrait de J. Van Melkebeke, par Hergé in : "Le Secret de la Licorne")

    + En Belgique ou en France, comme aux Etats-Unis, des académies de BD ouvrent afin de former de nouveaux auteurs ; par exemple l’année dernière en plein Paris, à l’initiative de l’éditeur G. Delcourt. La bande-dessinée y est enseignée comme un art à part entière, et par conséquent des cours d’histoire de la BD sont dispensés, en plus de la technique.

    On peut recommander à ces étudiants la lecture de cette interview en ligne de Jacques Martin (2001), auteur de la série à succès « Alix » (une vingtaine de millions d’albums vendus au total). Nul n’incarne mieux que cette saga située dans l’Antiquité romaine l’ambition du « Journal de Tintin » de proposer aux enfants et adolescents des lectures divertissantes « de qualité » - quoi que certains intellectuels de gauche ont, par le passé, reproché à J. Martin de véhiculer, à l’instar de Nietzsche, un discours réactionnaire en exaltant l’Antiquité romaine à travers la saga d’Alix le gallo-romain. Fondée ou non, cette polémique illustre au moins l’enjeu culturel de la BD et les efforts de divers partis pour se l’approprier.

    Mais surtout J. Martin a longtemps collaboré étroitement avec Hergé, représentant avec lui de la « ligne claire ». Le témoignage de J. Martin est éclairant sur le procédé de fabrication de « Tintin ». Quelques anecdotes racontées par J. Martin montrent que « Tintin » est une œuvre moins personnelle qu’on ne le croit. J. Martin raconte ainsi comment le public à imposé à Hergé le personnage provisoire du capitaine Haddock, dont il a fallu atténuer certains traits de caractère afin de le rendre plus sympathique.

    Mais aussi J. Martin rappelle le rôle discret mais important de Jacques Van Melkebeke dans l’écriture des scénarios de Hergé ou E.P. Jacobs. Paradoxalement, la discrétion de Van Melkebeke, par ailleurs peintre, est due au fait qu’il ne prenait pas très au sérieux la bande-dessinée belge.

    Enfin, même si le fait est plus connu, J. Martin raconte que Hergé a désiré se débarrasser de Tintin, dont le succès entravait la curiosité de Hergé pour d’autres formes d’expression artistiques.

    On retrouve peut-être plus la touche personnelle de Hergé dans son ingéniosité à adapter les ressorts du dessin-animé au support papier, facilitant ainsi la lecture des albums de Tintin par ses jeunes lecteurs.

    Cette conception collective de « Tintin », mi-artisanale, mi-industrielle, est sans doute la clef de l’explication du succès de l’œuvre attribuée pour des raisons de commodité à Hergé, succès bien plus large que celui d’autres formes d’art contemporain plus élitistes, mais tombés plus vite en désuétude.

    Lire la suite

  • Revue de presse BD (150)

     Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,mai,2015,roland-garros,chinois,affiche,du zhenjun,victor hugo,louis veuillot,paul lafargue,karl marx,burlingue,gudule,anne duguel,carali,psikopat,écho des savanes,bernard lahire,poussin,fuite en égypte,bernard geniès,pyrame et thisbé,le rire,clément vautel,steinlein,forain

     

    + Depuis 1980, l’affiche des Internationaux de tennis de Roland-Garros est dessinée par un artiste contemporain. L’œuvre du Chinois Du Zhenjun, représentant un joueur au service, a été retenue pour l’édition en cours du tournoi où se presse chaque année le gratin parisien. Pour la première fois un artiste chinois a pu illustrer l’événement. D’après lui, la grande virgule au milieu de la composition est un élément de l’esthétique « zen » (le tournoi de tennis, sur la terre rouge de Roland-Garros, évoque plutôt une corrida-sans taureau).

    Chaque année, Cabu proposait dans « Charlie-Hebdo » un ou plusieurs dessins pour illustrer l’événement, dans un goût moins chinois.

    Lire la suite

  • Revue de presse BD (149)

      Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,mai,2015,chérif kouachi,courrier international,reportage,gianluca costantini,kazuto tatsuta,fukushima,ted rall,afghanistan,charlie-hebdo,luz,zineb el razhoui,riss,country life,shakespeare,herball,mark griffiths,william cecil,francis bacon,william rogers,john gerard,freud,mark twain,nietzsche

     

    + Scoop littéraire du siècle, selon le directeur de « Country Life » (19 mai), la publication du premier portrait authentique de Shakespeare, exhumé par l’historien et botaniste Mark Griffiths. Le portrait supposé figure au frontispice d’un ouvrage savant de botanique de près de 1500 pages, rédigé par John Gerard, et vieux de quatre siècles (1598), « The Herball of general Historie of Plantes ». Le fameux poète et tragédien a été dessiné par William Rogers en compagnie de trois autres personnages contemporains du règne d’Elisabeth 1re (dont William Cecil, trésorier de la Reine et politicien de premier plan), qui ont permis à Mark Griffiths, au terme de cinq années d’enquête d’identifier Shakespeare, de même que les différents symboles utilisés par le dessinateur. On peut être surpris par la présence de Shakespeare au fronton d’un ouvrage de botanique, mais c’est ignorer l’esprit humaniste de la Renaissance, qui unit et rassemble les sciences au lieu de les étudier séparément ; de plus les lecteurs de Shakespeare savent qu’à l’instar des poètes antiques, le tragédien anglais possède la botanique et en tire de nombreuses métaphores.

    Jusqu’ici on ne disposait que de portraits fantaisistes de Shakespeare, seulement propices à entretenir le folklore, et la découverte de M. Griffiths, si elle s’avère exacte, pourrait bien avoir un impact considérable. On remarque en effet d’emblée que le portrait de Shakespeare illustrant la page de titre de « The Herball » n’a que très peu de ressemblance avec le personnage au visage poupin et au front dégarni, dépourvu d’expression comme un masque, sur lequel le roman national anglais s’est appuyé pendant longtemps.

    Cette trouvaille pourrait avoir pour effet de redonner de la vigueur à une querelle déjà ancienne à propos de l’attribution à l’acteur natif de Stratford-sur-Avon de l’œuvre monumentale de Shakespeare, qui oppose « grosso modo » l’université ou la science scolastique à quelques francs-tireurs isolés, dont la renommée, à défaut du nombre, suffit à contrebalancer le poids de la scolastique : Mark Twain en tête, mais aussi S. Freud et F. Nietzsche.

    La piste Francis Bacon, notamment, pourrait être relancée, non seulement en raison d’un profil physique similaire, mais du rapport étroit entre Bacon et les autres personnages. Bacon a en outre publié des ouvrages de botanique, de chimie, de diététique et de jardinage.

    L’Angleterre, persuadée d’avoir engendré le Homère des temps modernes se passionne déjà pour cette découverte, qui suscite l’ironie, l’enthousiasme ou la curiosité.

    Lire la suite

  • Revue de presse BD (148)

      Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,mai,2015,yves frémion,bécassine,pinchon,labornez,christophe,sapeur camembert,savant cosinus,tintin,xénophobie,casemate,magazine,baudelaire,fleurs du mal,liberatore,félicien rops,satanisme,odilon redon,carlos schwabe,carlo farneti,paul lemagny,feco france,pierre ballouhey,fécocorico,bernard aldebert,mauthausen,déportation,hitler,censure,jean moulin,romanin,chas laborde,gestapo,nicole riche,max chaleil,case d'histoire,thomas de quincey,gus bofa,paul cézanne,emmanuel pollau-dulian

    Illustration des "Fleurs du mal" par Liberatore (Nunquam satiata/Jamais rassasiée)

     

    + Dans le dernier numéro du mensuel « Casemate » (mai 2015), une interview du dessinateur Tanino Liberatore à propos de son récent travail d’illustration des « Fleurs du Mal » de Baudelaire, ouvrage assez en vogue dans la jeune génération « gothique » ou nihiliste.

    -          Êtes-vous un grand amateur de poésie ?

    -          Pas vraiment. En général, la lecture, à part celle des magazines,  n’est pas un plaisir pour moi. Peut-être parce que, enfant, mon père me forçait à lire (…)

    Cette réponse a le mérite de la franchise…

    Sans se prononcer sur le travail de Liberatore, disons que la tâche d’illustrer les « Fleurs du Mal » n’est pas une chose aisée. Qui plus est, Baudelaire avait des goûts assez précis en matière de peinture et de dessin. On sait, par exemple, qu’il n’appréciait guère le travail d’illustration des mêmes « Fleurs » par le Namurois Félicien Rops. Le satanisme assez provocant de F. Rops (ancien élève des jésuites), ne correspond pas en effet au propos des "Fleurs du Mal", qui n’est pas positivement sataniste (comme Nietzsche), ni encore moins athée.

    D’autres artistes encore se sont efforcés de traduire les poèmes de Baudelaire en images, tels Odilon Redon (1890), Carlos Schwabe (1900), Emile Bernard (1916), Carlo Farneti (1935), Paul Lemagny (1949), Milton Glaser (1994), Daniel Hulet (2003) (liste non-exhaustive).

     

    Lire la suite