Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

decressac

  • Revue de presse BD (271)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68

    Adaptation par Paul Boujenah (1981)

    + "Je n’avais donc pas le pouvoir d’empêcher ce film, même si les acteurs sont mal dirigés, le scénario débile et le rythme des gags catastrophique." Isabelle Franquin, fille d'André (qui n'est titulaire que d'un droit moral sur l'oeuvre), n'a pas attendu la sortie de Gaston Lagaffe au cinéma pour étriller cette adaptation (qui n'est pas la première).

    C'est en effet une question de rythme si les BD comiques sont en principe inadaptables au cinéma. Certains amateurs inconditionnels de Gaston Lagaffe font en outre valoir que c'est un type bruxellois, que l'on peut difficilement extraire d'un tel contexte.

    "L'anticonformisme" de Gaston Lagaffe est discutable: en effet Gaston s'accommode comme pas deux d'un emploi administratif ennuyeux ; il a un penchant marqué pour les gadgets aussi divertissants qu'inutiles; il s'écroule physiquement, et ses loisirs sont ceux d'un petit bourgeois belge ordinaire: tout ça incite plutôt à voir en Gaston le reflet de notre époque. "Si Darwin dit vrai, ironisait Alphonse Allais, dans ce cas la société ne comptera bientôt plus que des escrocs... car ils sont les mieux adaptés à la société". Lagaffe est plutôt une sorte d'aboutissement social... ou un autoportrait sans complaisance de Franquin ?

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68

    Dessin de Decressac pour remercier les contributeurs de "Zélium".

    + Le journal satirique "Zélium" est parvenu à réunir par souscription la somme de 5.000 euros afin de financer son prochain numéro consacré au Travail (après deux ans de "vacances"). 5.000 euros, c'est le coût de fabrication et de distribution d'un magazine en couleurs tiré à environ 2.000 ex. (les dessinateurs contribuent bénévolement).

    La "liberté d'expression" ne résulte pas seulement de l'inscription dans la constitution d'un grand principe libéral, mais des conditions économiques dans lesquelles les journaux sont publiés et distribués. Or on a pu observer au cours des dernières décennies l'effort des parlementaires français pour faciliter le contrôle et la tutelle des nouveaux médias émergents (radios libres, internet) par de grands groupes industriels et bancaires.

    La "liberté d'expression" est un principe aussi mystique que le principe de dieu sous d'autres latitudes... et "Charlie" est son prophète et martyr.

    + "L'Obs" se préoccupe de la censure en Turquie et s'intéresse aux dernières webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,avril,2018,gaston lagaffe,isabelle franquin,cinéma,zélium,decressac,internet,souscription,satirique,l'obs,turquie,erdogan,leman,sparring-partner,kouachi,mai 68gazettes satiriques ("Leman") osant brocarder le président turc Erdogan.

    Mais "L'Obs" semble avoir oublié comment le président E. Macron a été élu récemment à la quasi-unanimité des titres de presse français, aussi différents les uns des autres que des endives calibrées, face à des candidats jouant le rôle de "sparring-partners"; une comédie musicale aurait aussi bien fait l'affaire qu'une campagne électorale.

    En assassinant "Charlie-Hebdo", les frères Kouachi ont ressuscité un cadavre puisque "Charlie-Hebdo" n'était plus subversif pour personne, hormis quelques musulmans chauffés à blanc. Comme l'esprit subversif de "Mai 68" s'est transformé en conformisme au fil des années, l'esprit subversif de "Charlie-Hebdo" a viré à la rengaine, si ce n'est à la justification de la censure "au nom de l'ordre public".

    Ici un ancien sympathisant du mouvement de contestation de "Mai 68", Didier Leduc, concède : - Stigmatiser l’utopie soixante-huitarde est un exercice facile tant la mythologie libérale dominante tend à opposer ce qui serait de l’ancien monde, forcément ringard, au nouveau monde qui, sous couvert de pragmatisme et d’adaptation au principe de réalité, voudrait nous faire basculer dans une société "de progrès" de maîtrise technologique et de marché sans frontière.

    + Parfois mal payés, dessinateurs de BD et illustrateurs sont en quête de moyens alternatifs de subsistance. Le site internet NyArt, récemment créé, joue le rôle d'intermédiaire entre commanditaires privés et artistes (moyennant une commission de 3%).

  • Revue de presse BD (267)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2018,féminisme,le crayon,schumpeter,macron,schiappa,whig,suffragette,christabel pankhurst,wspu,bénin,françafrique,fakir,lardon

    "The Suffragette", organe de la WSPU (women social & political union) de Christabel Pankhurst illustre la variété des idéologies à l'arrière-plan du combat féministe.

    + Le féminisme est un vieil argument de promotion de l'idéologie libérale. L'économiste J. Schumpeter met ainsi au crédit du capitalisme et de l'industrialisation l'évolution du statut de la femme en Occident dans son fameux essai "Capitalisme, socialisme et démocratie" (1942) rédigé afin de faire pièce à l'idéologie socialiste-révolutionnaire en faisant valoir les mérites de l'organisation sociale capitaliste.

    Le parti "whig" (libéral) anglais alla même plus loin puisque ses dirigeants reprochèrent aux suffragettes, actives pionnières de la cause féminine au début du XXe siècle, de freiner des lois favorables à l'émancipation des femmes en heurtant l'opinion publique par des manifestations illégales et violentes.

    Rien d'étonnant, donc, à ce que le président Macron et la "suffragette" de service Marlène Schiappa brandissent l'étendard de la cause féministe et fassent de l'amélioration de la cause des femmes une "priorité gouvernementale". Plus surprenante en revanche la mise en place d'un collectif de plus de 250 caricaturistes, afin de plaider en faveur des "droits des femmes" à travers une exposition itinérante (association "Le Crayon"). Où est le mobile satirique d'une telle opération ?

    Prendre l'affaire H. Weinstein pour l'événement déclencheur d'une "prise de conscience" relève d'une hypocrisie typiquement américaine puisque les moeurs dans le milieu du cinéma hollywoodien, où les actrices ont toujours plus ou moins été traitées comme des prostituées -ces moeurs sont connues du grand public depuis des lustres par des témoignages écrits.

    Sous une forme qui n'est pas ou peu démarquée de la propagande libérale, la revendication féministe en termes de "droits" présente deux inconvénients majeurs : - d'abord elle contribue à blanchir un modèle social libéral hypocrite (où la femme fait office de panneau publicitaire) ; ce n'est pas tant le sort des fillettes africaines vendues aux touristes occidentaux, ni des centaines de milliers de prostituées en provenance des pays de l'Est, "importées" par les Etats-Unis, qui préoccupe les élites libérales, que le vernis humaniste que celles-ci peuvent ainsi appliquer à leur politique.

    En outre le féminisme est ici entièrement assimilé à la revendication jalouse de "droits égaux à ceux des hommes" - formule abstraite et dépourvue de sens juridique positif. De cette façon le féminisme n'est plus qu'une manière parmi d'autres de vanter l'esprit de compétition nécessaire pour dissuader les citoyens d'une "grande démocratie libérale" de penser à autre chose qu'à la récompense qui les attend pour le fruit de leur travail.

    Le combat des suffragettes pour l'obtention du droit de vote au Royaume-Uni a donné lieu à de nombreuses caricatures hostiles ou favorables à ce mouvement. Ci-dessous : "la suffragette qui faisait du jiu-jitsu" fait référence à la garde rapprochée d'une trentaine de femmes emmenée par Edith Garrud, chargée de veiller à la sécurité de la suffragette Emmeline Pankhurst. Cette petite milice n'avait pas froid au yeux puisqu'elle n'hésitait pas à affronter la police et se livra aussi à quelques actions terroristes.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2018,féminisme,le crayon,schumpeter,macron,schiappa,whig,suffragette,christabel pankhurst,wspu,bénin,françafrique,fakir,lardon,edith garrud,emmeline pankhurst,jiu-jitsu

    + La restitution promise par E. Macron de plusieurs milliers d'objets d'art et de culte au Bénin, fruits du pillage colonial, n'est-elle pas encore un leurre - une manière de détourner l'attention de la "Françafrique" ? Cette promesse fait suite à la réclamation du président béninois Patrice Talon, qui souhaite développer le tourisme dans son pays.

    Faut-il tenir l'histoire de la décolonisation, telle qu'elle est enseignée à l'école, pour une "fake news" ? Rares sont les journaux qui osent aborder le sujet de la connivence entre les élites françaises et africaines, par-delà les grandes déclarations sur le "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes".

    Le journal satirique "Fakir" (février-mars 2018) a récemment osé briser l'omerta, mettant même le sujet à la Une et déployant dans Paris sur de grandes affiches publicitaires un dessin parodique signé Lardon.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2018,féminisme,le crayon,schumpeter,macron,schiappa,whig,suffragette,christabel pankhurst,wspu,bénin,françafrique,fakir,lardon,edith garrud,emmeline pankhurst,jiu-jitsu

    Dessin de "Une" par Lardon d'après Hergé.

    + "Zélium", journal satirique fondé en 2011 par une équipe d'humoristes et de caricaturistes bénévoles parmi les meilleurs (Gab, Decressac, Rousso, Cambon...) lance une souscription afin de financer l'impression et la distribution de son n°10.

    LB signe la Une de ce numéro sur le thème du travail. Tout les kiosquiers ne distribuent pas "Zélium" - souscrire est le meilleur moyen de se procurer ce numéro.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,mars,2018,féminisme,le crayon,schumpeter,macron,schiappa,whig,suffragette,bénin,françafrique,fakir,lardon,christabel pankhurst,wspu,edith garrud,emmeline pankhurst,jiu-jitsu,zélium,satirique,lb,gab,decressac,rousso,cambon,souscription

  • Zélium n°8

    "Sport, bizness et jeux de dope"webzine,bd,zébra,bande-dessinée,critique,kritik,zélium,sport,dopage,rousso,decressac,lb,gab,lerouge,cambon

    Avec ce numéro consacré à l'abrutissement par le sport, et qui tombe donc à pic, "Zélium" semble avoir trouvé son rythme, et surtout son format de croisière. Pour ma part j'ai fini par m'habituer au titre, et le logotype hideux du départ, représentant un zeppelin (?) a heureusement fait place nette.

    La meilleure chance de "Zélium" de durer, outre les améliorations apportées, c'est la belle brochette d'excellents dessinateurs à son service -une vingtaine-, dont Rousso (couverture), Decressac, Cambon, Berth, Sergio, Lerouge, Gab, mes préférés.

    "Zélium" a été en outre bien avisé de recruter notre collaborateur LB, et de publier plusieurs de ses dessins (inédits dans "Zébra" pour la plupart).

    Les dessinateurs de "Zélium" sont bénévoles, et ce bénévolat est à double tranchant ; l'argent est un frein considérable à la liberté d'expression, si important qu'on ne peut s'empêcher de sourire en entendant invoquer cette liberté dans les pays occidentaux excessivement riches ; le sport-spectacle, avatar des jeux du cirque, parfaitement contradictoire avec les idéaux des Lumières, reflète lui-même le règne de l'argent.

    C'est aussi en se professionnalisant que "Charlie-Hebdo" a perdu son âme et ses lecteurs petit à petit, s'est normalisé, non seulement parce que Philippe Val se croyait "éthiquement pur". Cependant les dessinateurs doivent tirer un minimum de revenus de leur travail pour pouvoir continuer à dessiner, et c'est ce qui pousse le rédacteur en chef à chercher la meilleure formule éditoriale. On s'en rapproche avec ce numéro spécialisé dans la satire du sport, au stade où celui-ci est devenu exemplaire du développement hasardeux de la société.

    Je suis plus réservé en ce qui concerne les chroniques et les chroniqueurs. L'hommage à Siné, dont beaucoup de dessinateurs de Zélium se réclament, ne pouvait être que minimaliste, bien que ce ne soit pas pour les mêmes raisons que "Charlie-Hebdo". Quant aux papiers humoristiques, ils souffrent de la comparaison avec les dessins satiriques. On ne peut qu'être d'accord avec Etienne Liebig lorsqu'il souligne l'aberration et l'hypocrisie de la part des pouvoirs publics qui consiste à prôner le sport comme un exemple pour les gosses : mais on appréciera davantage un dessin humoristique qui résume efficacement cette hypocrisie.

    Sous la forme d'un QCM (pp. 22-24), la chronique des aberrations du sport moderne est plus "digeste" et amusante. Les bons auteurs humoristiques se font rares ; nombreux sont les comiques de cabaret qui "tournent" pendant vingt ans avec le même sketch. L'école républicaine forme plus les élèves au calcul mental qu'à la gaudriole.

    Zélium n°8, spécial été 2016, www.zelium.info, 5 euros.

  • Revue de presse BD (186)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,avril,2016,revue,presse,hebdomadaire,zombi,gab,decressac,catholique,anticlérical,caricature,lalanne,psychanalyse,oriane lassus,nullipare,arbitraire,blog-bd,jean-jacques rousseau,andré mir,autobiographie,confessions,pédérastie,lyon,christophe grébert,puteaux,festival

    Caricature de Decressac.

    + Des crimes sexuels (prescrits) dans le diocèse de Lyon ont donné lieu à de nombreuses caricatures anticléricales ; nous en avons nous-mêmes publié quelques-unes dans "Zébra", signées Zombi ou Gab. Mgr Lalanne, membre du conseil permanent des évêques catholiques de France, a de façon étonnante tiré argument de la psychanalyse pour tenter de disculper les clercs mis en cause dans ces affaires de moeurs -de façon étonnante car le propos de la psychanalyse et celui des évangiles sont opposés. De plus on peut reprocher à un évêque se disant chrétien de se mêler de justice civile ou pénale et refuser ainsi de "rendre à César ce qui est à César".

    Aux psychanalystes est dévolu aujourd'hui le rôle de conseil joué naguère par un clergé catholique désormais déclinant (en âge et en nombre) ; la corporation des psychanalystes est d'ailleurs elle aussi secouée de temps à autre par des scandales sexuels. Pour l'étude et la critique de la religion, il est important de comprendre cette évolution, le passage du curé au psy, afin que la critique soit une vraie critique, et non une mise en accusation de telle ou telle religion minoritaire.

    + André Mir, président de l'association Jean-Jacques Rousseau, a fondé un prix de l'autobiographie dont la liste des nominés pour cette année vient d'être rendue publique. Raconter sa vie est souvent prétexte à autre chose. Il entre dans l'autobiographie de Rousseau une part de règlement de compte, notamment vis-à-vis de son ex-meilleur ami Denis Diderot, par qui Rousseau s'était senti trahi. L'arrivisme de Diderot ne pouvait manquer de heurter l'austère Rousseau, chrétien sincère de surcroît tandis que Diderot se piquait d'athéisme (un athéisme différent de l'athéisme laïc d'aujourd'hui, devenu avec le temps une religion à part entière).

    A travers ses "Confessions", Rousseau fait aussi passer ses idées en matière de réforme sociale et d'éducation des enfants et du peuple. Protestant, il égratigne les moeurs pédérastiques du clergé catholique, racontant la tentative de séduction d'un prêtre lyonnais sur sa personne.

    S'il entre sans doute une part d'auto-justification dans ces "Confessions", les passages où Rousseau fait preuve d'autodérision renforcent l'impression de sincérité.

    + Christophe Grébert est un des blogueurs français les plus célèbres, qui n'hésita pas à s'attaquer au début des années 2000 à certaines pratiques douteuses du maire de Puteaux sur son blog "MonPuteaux.com" ; désormais élu au conseil municipal (Modem), C. Grébert annonce à sa manière, très illustrée, le prochain festival BD de Puteaux (22-29 mai).

    + "Pourquoi grossir les rangs d'un monde dysfonctionnel ?" Oriane Lassus est une jeune auteure de BD qui s'exprime dans "Quoi de plus normal qu'infliger la vie ?" sur le thème des femmes "nullipares", sans enfants parce qu'elles n'en veulent pas (ce qui est son cas). Dire qu'il y a là un véritable tabou est exagéré : il y a depuis des siècles des femmes consacrées, nullipares, dont l'existence est vouée à un but qu'elles jugent plus important que la procréation. Ces nonnes et leurs moeurs sont assez bien acceptées.

    En 2016, les mères de famille nombreuse, de plus en plus rares dans la société occidentale, sont sans doute plus en butte aux railleries et préjugés que les femmes nullipares. Et que dire des rares personnes volontairement abstinentes sexuelles qui vivent au sein de la société de consommation ?

    Le propos anticapitaliste d'Oriane Lassus est assez paradoxal dans la mesure où les sociétés les plus capitalistes sont aussi celles où les femmes nullipares sont les plus nombreuses. Si l'Etat moderne (capitaliste) n'abolit pas complètement la différence physique entre les sexes, il repose sur une division du travail plus asexuée (de plus en plus nombreuses sont les tâches qui peuvent être accomplies par des machines) que les sociétés traditionnelles.

    Oriane Lassus, à qui son dessin expressif a valu le prix "Jeune talent" du Festival d'Angoulême, est publiée par la petite maison d'édition lyonnaise... "Arbitraire" [!].

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,avril,2016,revue,presse,hebdomadaire,zombi,gab,decressac,catholique,anticlérical,caricature,lalanne,psychanalyse,oriane lassus,nullipare,arbitraire,blog-bd,jean-jacques rousseau,andré mir,autobiographie,confessions,pédérastie,lyon,christophe grébert,puteaux,festival

    Dessin d'Oriane Lassus extrait de son blog.

     

  • Editorial cartoon

    Reprise de la rubrique dédiée au dessin de presse dans Zébra - une sélection des meilleurs "editorial cartoons" tirés de la presse internationale :

    La crise militaro-diplomatique ukrainienne ressuscite la guerre froide ; elle est traitée différemment par les caricaturistes favorables au pacte Atlantique et les caricaturistes du camp adverse, comme témoigne ce dessin du dessinateur moscovite tunin-s, à propos des snipers de la place Maïdan (soupçonnés d'avoir fomenté un putsch).

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,dessin,presse,editorial cartoon,satirique,revue de presse,tunin-s,place maïdan,ukraine,sniper,pacte atlantique,guerre froide

    Le dessinateur autrichien Marian Kamensky ne l'entend pas de cette oreille et préfère ironiser sur le prochain référendum organisé en Crimée par Poutine. 

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,dessin,presse,editorial cartoon,satirique,revue de presse,tunin-s,place maïdan,ukraine,sniper,pacte atlantique,guerre froide,pierre kroll,crimée,poutine,belge,le soir

    (...)

     

    Lire la suite