Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

posthume

  • Revue de presse BD (130)

    Extraits de la revue de presse publiée dans l'hebdo Zébra.

     

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,grandpapier,saison,quentin bidaud,ensad,laurie agusti,botticelli,dante,divine comédie,enfer,syncrétisme,guy delisle,l'association,pyongyang,fox,rupert murdoch,new regency,corée du nord,jacques chancel,rené goscinny,posthume,interview,fleur pellerin,numérique,contrat

    + Comme nous l'avons déjà rapporté dans cette revue de presse, le site belge "Grand Papier" propose désormais chaque trimestre une anthologie des meilleures planches publiées sur leur site dans un fanzine disponible gratuitement en ligne intitulé sobrement "Saison", et qui contribue ainsi à faire découvrir de jeunes auteurs.

    Au sommaire de la livraison d'hiver, on trouve notamment, par Quentin Bidaud, étudiant à l'Ensad (arts déco.), un récit d'aventure intérieure quelque peu scabreux, intitulé "Les Îles oubliées". Plus surprenant, du moins de prime abord, les illustrations de Laurie Agusti pour la "Divine Comédie" de Dante, travail auquel s'attela de même il y a quelques siècles le fameux dessinateur et peintre Alessandro Botticelli (1444-1510). De prime abord seulement, car la "Divine comédie" est une des oeuvre-clefs, si ce n'est LA clef pour comprendre la culture occidentale, si complexe. Dante combine en effet dans ce long poème philosophico-politique très pittoresque des éléments empruntés à la Bible avec des éléments de philosophie naturelle empruntés à la religion païenne, en principe antagoniste. Loin d'être le seul philosophe à procéder à un tel amalgame ou syncrétisme, l'efficacité stylistique de Dante est celle d'un bâtisseur de cathédrale. Si donc la bande-dessinée franco-belge est un art typiquement occidental, elle a forcément un lien avec la "Divine Comédie", fantaisie éthique majeure.

    + Le Canadien Guy Delisle, auteur de quelques notes dessinées prises au cours d'un voyage officiel en Corée du Nord et publiées par "L'Association" déplore sur son blog que le producteur (New Regency, filiale de Fox/Rupert Murdoch) qui avait acheté les droits d'adaptation de « Pyongyang » ait finalement renoncé. Sony, impliqué dans la production également, aurait reçu des menaces de la Corée du Nord, ce que les autorités de ce pays ont nié.

    Volontairement ou pas, Guy Delisle se montre ambigu. D'abord parce qu'il avoue avoir renoncé à son droit de regard sur l'adaptation de "Pyongyang", ce qui dans le cas d'un tel bouquin, sur un sujet diplomatique sensible, paraît assez "léger", voire irresponsable. « (...) En laissant les droits à une grosse maison de production américaine, je me doutais bien qu'on ne viendrait pas me demander mon avis et ça me convenait très bien de laisser mon livre se faire adapter. »

    De plus, quand G. Delisle a accepté de voyager en Corée du Nord pour des raisons professionnelles, la réputation d'autoritarisme de ce régime n'était plus à faire depuis longtemps. Que penserait-on d'un architecte, qui après avoir loué ses services au gouvernement chinois, écrirait à son retour un article pour dénoncer la dictature qui règne dans ce pays ? G. Delisle décrit d'ailleurs la volonté de faire un "coup éditorial" avec L'Association :  « On a cherché la clause de confidentialité sur le contrat [de G. Delisle avec son employeur] sans la trouver. Finalement, il m'a dit [J.-C. Menu] : tant pis si on se prend un procès, c'est un livre qu'il faut faire. »

    L' art engagé, soit, mais à quel prix ?

    + Le célèbre intervieweur de radio Jacques Chancel est décédé la semaine dernière ; les hommages funèbres les moins mesurés lui ont été rendus, comme il se doit en cette occasion. Pourtant le talent d'accoucheur de J. Chancel était discutable. Il faisait plus souvent usage des forceps que de la méthode douce avec ses « clients ». Lors d'un éloge posthume, un de ses amis, voulant ainsi démontrer le génie du cher disparu, a confié que J. Chancel ne lisait même pas toujours les livres des écrivains qu'il interviewait néanmoins si bien ; c'est précisément l'impression qu'il donnait parfois.

    A titre d'exemple, on peut revoir cette interview de René Goscinny, où J. Chancel a tendance à déballer les vieux poncifs sur la BD, en guise de questions, et à les répéter, en guise d'approfondissement. Goscinny, que l'on devine susceptible, est vite sur la défensive. On l'entend dire quand même qu'il fait son métier avec enthousiasme, indifférent au mépris aussi bien qu'à la notoriété. Il avait préparé cette formule de contre-attaque : "Les BD érotiques sont achetées par les adultes, mais lues en cachette par les enfants, tandis que les BD pour enfants sont achetées pour les enfants, mais lues en cachette par les adultes."  Suspecté de misogynie, Uderzo se défend en disant qu'il est difficile de faire d'une femme un personnage comique ou grotesque ; peut-être pas misogyne, mais galant homme.

    + Nouvelle rubrique dans cette revue de presse : et si Finkielkraut avait raison, si la BD n'était qu'un truc d'ados attardés ? Plusieurs auteurs de BD, tels R. Crumb ou L. Trondheim, ont expliqué qu’exposer des planches de BD dans des musées ou des galeries est une ineptie ; ça ne les a pas empêchés de déroger à ce principe, mais leurs explications sont plutôt convaincantes. J. Van Hamme & P. Francq, respectivement scénariste et dessinateur de "Largo Winch", eux, ont dû se dire : "Tant qu'à faire inepte, autant pousser le curseur de l'ineptie au maximum", puisqu'ils ont organisé une expo de leurs planches de BD immergées à plusieurs dizaines de mètres de profondeur dans une piscine. Il est vrai que pour devenir millionnaire comme Largo Winch, il faut avoir de l'audace.

    + La gaffe de la ministre de la Culture Fleur Pellerin - cet aveu qu'elle n'a pas le temps de lire -, au-delà des sarcasmes visant son incompétence professionnelle, trahit une réalité sociale : la culture, à l’ère du numérique, dispense de savoir lire ou presque ; certaines études indiquent que la lecture est en voie de disparition aux Etats-Unis. Le rêve de Tocqueville d'une démocratisation de la culture n'est donc pas devenu réalité.

    Critiquée naguère pour sa facilité, la bande-dessinée pour enfants est désormais menacée d'être supplantée par de nouveaux jeux qui font moins de place encore à la lecture.

    + La ministre Fleur Pellerin a fini par répliquer qu'elle n'est pas payée pour lire mais pour défendre les auteurs, ce qui revient à peu près à soutenir qu'il vaut mieux être végétarien pour promouvoir la viande rouge. En conséquence, le 5 décembre dernier, la ministre a promulgué en grande pompe un nouveau contrat d'auteur, afin d'améliorer les relations entre éditeurs et auteurs et préparer la transition vers les techniques de diffusion et de vente numérique.

    Peu de changement, si ce n'est la possibilité nouvelle mais assez théorique pour un auteur de résilier un contrat avec un éditeur sans passer par un tribunal. On comprend qu'il s'agit surtout de brosser dans le sens du poil un prolétariat d'auteurs mal payés, dans un contexte économique défavorable qui dépasse largement la ministre.