Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juin - Page 4

  • Revue de presse BD (163)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,novembre,yassine,médiathèque duras,festival,placide,podcast,capitaine caverne,charlie-hebdo,willem,pr choron,poème,sardon,tampographe,coco,riss,canal+,juin

    Illustration de Placid, artiste modeste.

    + Chroniqueur radio, Yassine est notamment spécialiste des fanzines BD ; il a enregistré une émission de radio en direct du festival du fanzine branché organisé chaque année à la médiathèque Duras. Au cours de cette émission, que l'on peut écouter (en podcast), Yassine converse avec Capitaine Caverne et Placide, abordant leur thème préféré : les fanzines des années 80. Tout le monde s'accorde à dire que l'internet a pas mal changé la donne en matière de fanzines. Placide rappelle aussi que la plus grande fierté consistait alors à voir son nom ou celui de son fanzine cité par le caricaturiste Willem, qui tint une chronique dans "Charlie-Hebdo" et "Libé" dédiée à ces publications discrètes.

    En prime on peut écouter au milieu de l'émission un poème dit par feu le Pr Choron : "Ah, se branler un soir sur un toit par un soir de grand vent, etc."

    + Petit reportage vidéo consacré à Sardon, tampographe pour rire et pour gagner sa vie à Paris de façon aussi indépendante que possible contre le cimetière (du Père Lachaise). Brièvement V. Sardon explique son métier.

    + De l'usage de "Charlie-Hebdo" par les mass-médias : Coco et Riss sont sur le plateau du "Grand Journal" de "Canal+", traités comme des vedettes, pour y raconter leur vie après l'attentat. On est un peu gêné d'entendre Riss déclarer qu'il entend continuer son "combat politique" ; en effet la ligne politique de "Charlie-Hebdo" et de Riss est on ne peut plus floue pour le lecteur ; soutiennent-ils, par exemple, le gouvernement et le ministre de l'Intérieur qui mettent à leur disposition une protection policière ? Ou se moquent-ils de ce gouvernement comme des autres ? Plusieurs décennies d'exercice du pouvoir par la gauche en France ont usé la "satire de gauche" - sans doute pas au point de voir un "humour de droite" émerger, mais en termes de "politiquement correct", "Charlie-Hebdo" n'a plus rien à envier au quotidien d'Eric Zemmour et Serge Dassault.

    + "Juin" est une des nouvelles recrues de "Charlie-Hebdo", qui signe le dessin ci-dessous :

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,novembre,yassine,médiathèque duras,festival,placide,podcast,capitaine caverne,charlie-hebdo,willem,pr choron,poème,sardon,tampographe,coco,riss,canal+,juin

  • Revue de presse BD (152)

      Extraits de la revue de presse illustrée publiée chaque semaine en intégralité dans l'hebdo Zébra.

    Webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,hebdomadaire,juin,2015,condamnation,corteggiani,diffamation,carpentras,pamphlet,hervé le lapinot,pif-gadget,podrovnik,pcf,spirou,tintin,centre wallonie-bruxelle,pompidou,arabe,riad sattouf,succès,charlie-hebdo,le rire,clément vautel,steinlein,forain

    Pamphlet en BD condamné pour diffamation

     

    + « Ce n’est pas parce que vous dessinez que vous avez le droit de tout faire. » : un conseiller cantonal du FN de Carpentras a ainsi commenté la décision de justice en sa faveur, condamnant François Corteggiani à 3.000 euros d’amende et autant de dommages-intérêts pour diffamation. Cet auteur de BD (« La Jeunesse de Blueberry », « Pif », « Alix »), de surcroît employé par « L’Humanité dimanche », avait publié et distribué sur les marchés un pamphlet illustré de six pages contre l’élu FN (F. Corteggiani compte faire appel).

    Ignorant le dossier, en particulier la portée des jurons infligés à l’élu FN dans « Hervé le Lapinot » (titre du pamphlet), jurons qui semblent empruntés au capitaine Haddock, on s’abstiendra de commenter davantage cette affaire. Mais une chose est sûre, pour avoir « le droit de tout faire », mieux vaut être ministre de la République que dessinateur.

    Ce type de condamnation n’est pas moins dissuasif qu’une « fatwa » lancée de l’étranger, et souvent les rédacteurs en chef redoutent plus les procès que les menaces de mort.

    Lire la suite