Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

riad sattouf - Page 4

  • Revue de presse BD (107)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,107,hebdomadaire,joann sfar,france-inter,dessinateur

    + Joann Sfar vole dans cette chronique du 17 juin sur France-Inter au secours du métier de dessinateur, pour lequel il a "les yeux de Chimène", un peu cernés par les nuits blanches. Le propos est sans doute trop général, cela dit J. Sfar a raison, la faillite de la presse et celle du métier de dessinateur sont liées.

    + "En ce qui me concerne, je suis gêné quand un artiste s'engage en politique, je trouve ça toujours un peu ridicule. Je m'exprime dans mes livres, c'est tout ce que je sais faire." Auteur d'une BD récemment publiée évoquant son enfance, "L'Arabe du Futur", Riad Sattouf a donné une interview à "Jeune Afrique". La BD de Riad Sattouf constitue un témoignage intéressant, bien qu'ambigu, sur la mentalité des élites arabes occidentalisées auxquelles le père de Riad Sattouf appartenait. La question du refus de l'engagement politique est sans doute un peu plus compliquée que Riad Sattouf ne semble le croire, surtout quand on collabore à un hebdomadaire dont l'engagement est connu.

    + Par ce qu'elle a d'indéfinissable, la modernité inspire le dégoût aux poètes en général, non seulement à F. Nietzsche, même si ce philosophe matérialiste a le plus clairement établi le rapport des choses indéfinissables avec la mort. "Spirou vers la modernité", par Serge Clerc, est ainsi un titre redondant, puisque la spirale est signe de modernité (dessinée par A. Jarry sur le ventre du Père Ubu). Ceux qui se demandent comment la BD belge, qui servit naguère à propager la culture de petits industriels belges plutôt réacs, a pu devenir symbole de modernité grâce au discours pontifiant sur la "ligne claire", ne trouveront pas la réponse dans la chronique que le webzine "du9" consacre au bouquin de S. Clerc. C'est le principe même de la modernité de poser un tas de questions sans fournir de réponse.

    + "Citrus" est une nouvelle revue, abondamment illustrée, dont le premier numéro est consacré aux dessous du football.

     + Trois petits éditeurs, FRMK, Les Requins Marteaux et Cornélius lancent une opération commerciale alléchante : cinq BD pour 10 euros, espérant attirer ainsi dans les librairies spécialisées de nouveaux clients. Le site dédié à cette opération en fournit la liste.

    + Le dessin du jour est le portrait d'un amateur de bande-dessinée par Amandine Brûlée, extrait d'une galerie de croquis.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,107,hebdomadaire,actualité,info,joann sfar,france-inter,dessinateur,riad sattouf,jeune afrique,interview,arabe du futur,politique,citrus,football,revue,illustration,amandine brûlée,amateur,portrait,croquis

     

  • L'Arabe du Futur***

    Riad Sattouf est surtout connu pour plusieurs bandes-dessinées et films où il brocarde les travers et ticswebzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,kritik,critique,riad sattouf,charlie-hebdo,réactionnaire,lepéniste,occident des « jeunes d’aujourd’hui », les bobos comme ceux issus de l’immigration. Dans ce nouvel opus, «L’Arabe du Futur», au titre « accrocheur », R. Sattouf raconte ses souvenirs d’enfance, dans un style simple et direct, auquel son trait caricatural ajoute une touche comique.

    Né d’un père Syrien, prof de fac, et d’une mère bretonne, femme au foyer, Riad Sattouf a pas mal bourlingué en raison des différentes affectations de son père, en Libye, puis en Syrie, faisant escale entre deux postes au Cap Fréhel en Bretagne où sa grand-mère maternelle résidait. Dans ce premier tome paru aux éditions Allary, le petit Riad n’est encore qu’un nourrisson, puis un bambin métis dont la blondeur surprend au Moyen-Orient. L’auteur évoque donc surtout son père, personnage principal de cette « tranche de souvenirs » ; exilée dans des pays dont elle ne connaît pas la langue et les coutumes, et peut-être aussi du fait d’une personnalité moins exubérante, sa mère se trouve plus en retrait.

    Disons quelques mots des idées morales et politiques du paternel de Sattouf, puisqu’elles orientent son vouloir et sa carrière, et que celui-ci entraîne femme et enfants derrière lui. Pour résumer, le père de Riad Sattouf est une sorte de lepéniste arabe ; il estime les Arabes capables de rattraper leur retard sur l’Occident, et qu’une période de dictature est le meilleur moyen pour ce faire, suivant l’évolution que la France a elle-même connue, ou la Russie encore plus récemment. M. Sattouf père accorde à l’école une grande importance dans la course au progrès. Benjamin dans sa famille syrienne aux valeurs frustes, cette position lui a permis d’être le seul de sa famille à pouvoir aller à l’école.

    Bien que de confession musulmane, M. Sattouf n’est pas croyant et a vis-à-vis de la religion l’attitude qu’on peut avoir vis-à-vis d’un folklore que l’on estime dépassé. En toute bonne logique, ses modèles politiques sont, Saddam Hussein, le plus occidental des dictateurs arabes, et Kadhafi (qui a davantage joué de l’apologie du continent africain, et même de la race noire). On sait que ces despotes furent adoubés par les démocraties occidentales pour la raison qu’ils développaient des Etats laïcs en principe « avant-gardiste ». (...)

    Lire la suite

  • 23 Prostituées*

    Je suis un peu surpris que la philosophie du Canadien Chester Brown, qui suggère plus ou moins la fanzine,bd,zébra,critique,chester brown,23 prostituées,canada,cornélius,michel houellebecq,plateforme,riad sattouf,no sex in manhattanréouverture des maisons closes (encore le modèle allemand), ait autant d'écho, et que les éditions Cornélius aient jugé bon d'importer d'Outre-Atlantique "23 Prostituées", réouvrant un débat un peu éculé dans la communauté bédéphile.

    Peut-être s'agit-il de la part de Chester Brown d'une provocation visant la culture américaine hyper-féministe ? A tout prendre, le bouquin de M. Houellebecq traitant de l'organisation du tourisme sexuel en Thaïlande par les "tour-operators" m'avait paru plus provocateur et contemporain, tenant mieux compte de l'internationalisation du commerce ("Plateforme")...

    Tout au plus le mérite de Chester Brown est de rappeler que le commerce moderne, contrairement aux slogans publicitaires, ne repose pas sur la satisfaction du plaisir, mais sur l'entretien de la frustration.

    "23 Prostituées" se présente aussi comme un reportage. Qu'y apprend-on ? D'abord, que le titre de l'ouvrage a été censuré par l'éditeur canadien. Ensuite que la fréquentation des hôtels de passe est un sport de riches, puisque notre essayiste prévoit d'y consacrer plusieurs milliers de dollars par an, à raison d'une passe tous les quinze jours (la bédéphilie est une perversion qui coûte beaucoup moins cher), c'est-à-dire, ajoute M. Brown, à peu près le même tarif que pour sortir sa "régulière" (au Canada) ; + quelques conseils sur la manière d'aborder une prostituée quand on est timide. M. Brown voudrait nous dégoûter des Canadiennes en plein hiver, il ne s'y prendrait pas autrement !

     Allez, puisque le conseil nous est donné de "positiver" en période de crise, je propose l'alternative de "No Sex in Manhattan", par Riad Sattouf. Celui-ci y décrit des rapports amoureux dans le monde moderne le plus avancé, alignés sur les rapports professionnels (rencards galants = entretiens d'embauche ; chômage = chasteté, etc.). Cela nous rappelle que la division du travail est fondée sur la division entre les sexes, et que les sociétés n'évoluent pas.

    Sur ce, je vous souhaite bien du plaisir quand même en 2013.

    "23 Prostituées", éd. Cornélius, 2012.

    Zombi