Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

trump

  • Revue de presse BD (346)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,caricature,satirique,revue,presse,hebdomadaire,2020,février,alexandre benalla,macron,ariane chemin,julien solé,françois cavanna,cabu,les échos,vincent montagne,trump,obama,sanaga

    Caricature signée Sanaga pour "Zélium" qui illustre que la bande dessinée est un art séquentiel avec des wagons de 1re, 2e et 3e classe.

    + Les bons résultats des ventes masquent le dépérissement de la bande dessinée "franco-belge" ; son manque d'inventivité est flagrant si l'on considère qu'elle est devenue un "marché de la nostalgie", reposant surtout sur la réédition de vieilles bandes. Les canards continuent de courir encore après qu'on leur a coupé la tête.

    Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la bande dessinée "entre au musée" au moment même où elle se meurt.

    Face aux revendications de leurs employés, victimes de méthodes de "dumping social", la défense des éditeurs n'est-elle pas de dire, comme Vincent Montagne leur représentant dans "Les Echos" (4 février) : - Nous n'y pouvons rien car nous sommes des incapables. De fait lorsqu'on organise la surproduction qui finit par vous mettre sur la paille, "incapable" est un doux euphémisme.

    Cette faillite de la bande dessinée belge aurait réjoui François Cavanna, qui fustigeait (avec Cabu) l'infantilisation du public et des auteurs par la bande dessinée.

    On aurait tort de prendre la politique pour un remède à cette infantilisation : l'adéquation entre la démocratie libérale américaine et la culture des super-héros indique que la politique elle-même est devenue une forme de divertissement, que le jeu politique s'est substitué à l'action politique.

    On reproche à tort à Donald Trump d'être un guignol, à Barack Obama avant lui d'avoir fait le contraire de ce qu'il avait promis (la paix) ; ils n'ont fait que se plier avec une aisance particulière au jeu politique, interpréter le rôle de super-héros exigé d'eux. E. Macron fait de même.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,caricature,satirique,revue,presse,hebdomadaire,2020,février,alexandre benalla,macron,ariane chemin,julien solé

    + "Benalla & Moi", par Ariane Chemin, François Krug et Julien Solé est une BD "politique" qui, comme la politique actuelle, n'a pas grand intérêt.

    Alexandre Benalla est à Emmanuel Macron ce que le capitaine Haddock est à Tintin. D'abord parce qu'il met un peu de piment dans le scénario ; ensuite parce qu'il y a du paternalisme de la part de Benalla vis-à-vis de son protégé à la houppe.

    Contrairement aux débordements du capitaine Haddock qui indiquent un tempérament masochiste, les incartades d'A. Benalla sont plus sadiques ; quoi qu'il en soit ces débordements font le sel du personnage qui font contraste avec E. Macron, trop poli et trop bien manucuré pour faire un héros de BD crédible.

    La vie est trop courte pour lire des BD politiques.

  • Caricature Vénézuela

    Caricature par LAOUBER

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,vénézuela,maduro,usa,trump,échecs,diplomatie,laouber,dessin,presse,satirique,editorial cartoon

  • Caricature Brett Cavanaugh

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,caricature,brett kavanaugh,cour suprême,usa,trump,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,lb,siné-mensuel

    par l'Enigmatique LB (à lire aussi dans SINE-MENSUEL)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande dessinée,caricature,brett kavanaugh,cour suprême,usa,trump,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,lb,siné-mensuel

  • Caricature Prix Nobel

    La Semaine de Suzette Zombi. Lundi.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,barack obama,michelle,trump,nobel,paix,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Aux armes, citoyens !

    La Semaine de Suzette Zombi. Mardi : Le meilleur argument de vente d'armes aux particuliers comme à des collectivités publiques, c'est la défense. Et la meilleure défense, c'est l'attaque.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,trump,macron,philippe,fusillade,campus,lobby,armes

     

     

  • Revue de presse BD (264)

    webzine,bd,fanzine,zébra,gratuit,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2018,jiho,ted rall,los angeles times,afghanistan,trump,obama,marianne,chaisemartin,hersant,mémorial caen,united sketches,saint-valentin,roméo et juliette,miss lilou

    Dessin signé Miss Lilou.

    + A propos de Saint-Valentin et de satire, on pense forcément à "Roméo & Juliette"pièce grâce à laquelle nous sommes prévenus contre la plus fanatique et meurtrière religion de tous les temps (l'amour).

    Défait aussi par Shakespeare le naïf slogan: "Faites l'amour, pas la guerre !"

    webzine,bd,fanzine,zébra,gratuit,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2018,jiho,ted rall,los angeles times,afghanistan,trump,obama,marianne,chaisemartin,hersant,mémorial caen,united sketches,saint-valentin,roméo et juliette,miss lilou,popeye,segar

    Dessin de Ted Rall pour se moquer de la "résistance" du parti démocrate à D. Trump

    + "Il ne s'agit pas seulement du licenciement d'un caricaturiste par un journal. Il s'agit de la collusion d'un titre de presse avec une agence gouvernementale, le service de police municipale le plus lourdement armé des Etats-Unis, afin d'avertir les journalistes du Sud de la Californie qu'ils risquent de tout perdre s'ils osent faire des révélations sur la police de Los Angeles. Comment le "LA Times" peut-il dire la vérité au pouvoir, alors même qu'il couche avec ce pouvoir ?" [le fonds de retraite de la police de LA et le journal étaient liés].

    Le dessinateur de presse américain Ted Rall a intenté un procès au "Los Angeles Times", son employeur qui l'a viré à la suite d'allégations estimées diffamatoires par la police de Los Angeles. Ted Rall avait pu rapporter la preuve de la véracité de ses allégations.

    Ted Rall est un caricaturiste anticonformiste, qui n'hésite pas à présenter l'élection de D. Trump comme la conséquence de la politique économique de son prédécesseur B. Obama.

    T. Rall est aussi l'auteur d'un reportage-BD exceptionnel en Afghanistan dans lequel il divulgue comment l'information est fabriquée de toutes pièces par les services de communication des armées, et répercutée par les "grands médias d'information" américains, anglais ou français.

    webzine,bd,fanzine,zébra,gratuit,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2018,jiho,ted rall,los angeles times,afghanistan,trump,obama,marianne,chaisemartin,hersant,mémorial caen,united sketches,saint-valentin,roméo et juliette,miss lilou,popeye

    + Le prix international du dessin de presse pour les Droits de l'Homme (Mémorial de Caen et association "United Sketches") a été décerné le 11 février à un dessin de Jiho, auteur ici d'une énième charge contre l'islam obscurantiste publiée dans "Marianne", hebdomadaire en sursis après un dépôt de bilan consécutif à de lourdes pertes ("Marianne" est la propriété d'Y. de Chaisemartin, ex-lieutenant du magnat Robert Hersant).

    L'islamophobie se distingue du racisme quand elle repose sur des arguments (solides, si possible) ; elle a trop souvent tendance à occulter que le fanatisme le plus meurtrier et dévastateur de tous les temps revêt la forme d'utopies politiques nées en Occident.

    + En matière de bande-dessinée, il y a la définition des experts et il y a celle de... Popeye (par Segar) :

    webzine,bd,fanzine,zébra,gratuit,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,février,2018,jiho,ted rall,los angeles times,afghanistan,trump,obama,marianne,chaisemartin,hersant,mémorial caen,united sketches,saint-valentin,roméo et juliette,miss lilou,popeye

     

     

  • Revue de presse BD (249)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2017,guillaume doisy,drumont,antisémitisme,nazisme,antidreyfusard,communisme,dreyfus,judas,harvey kurtzman,mad,hara-kiri,bd-zoom,wombat,trump

    + BD-Zoom signale la publication d'un album d'Harvey Kurtzman (1924-1993) (aux éds Wombat), cofondateur de la revue satirique américaine "Mad", qui exerça une certaine influence sur les humoristes français ("Fluide-Glacial", "Pilote"...).

    L'auteur de l'article mentionne au passage le lancement par Kurtzman d'un (éphémère) magazine baptisé... "Trump", et financé par le patron de presse pornographique Hugh Hefner ("Play-Boy").

    Commentant l'article de Franck Guigue, un lecteur de BD-Zoom fait remarquer la difficulté de traduire l'humour d'Harvey Kurtzman en français.

    + Une récente dépêche AFP mentionnant la hausse des profits des éditeurs de BD au cours de la décennie écoulée a déclenché le mécontentement d'une partie des auteurs, dont le nombre s'est multiplié et les revenus sont, en moyenne, très bas (inférieurs au smic dans plus de 50% des cas).

    L'industrialisation de la production est en cause ici ; elle ne date pas d'aujourd'hui et l'on peut s'étonner que ses conséquences suscitent la désapprobation d'une corporation restée globalement muette et passive devant ses causes. Toute la question est de savoir si la production et le marketing finiront par nuire aux éditeurs eux-mêmes.

    Quant aux éditeurs et aux auteurs les plus indépendants, ils auraient peut-être plus à gagner qu'à perdre dans la faillite de cette petite industrie du divertissement (faillite ou absorption par l'industrie du divertissement).

    On discerne ici également l'arnaque de la reconnaissance par les pouvoirs publics de la BD comme "un art à part entière" (à coup de médailles et de discours creux). Cet argument essentiellement commercial a l'inconvénient d'unifier artificiellement des pratiques parfois aux antipodes. Cette opération de "gentrification" de la BD rappelle l'histoire plus ancienne du droit de la propriété intellectuelle, systématiquement présenté comme une avancée et un progrès pour les auteurs, mais dans lequel les moins naïfs d'entre eux ont souligné un gain pour les éditeurs, principalement.

    + Guillaume Doisy ("Caricatures & Caricature") aborde le problème de lawebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2017,guillaume doisy,drumont,antisémitisme,nazisme,antidreyfusard,communisme,dreyfus,judas,harvey kurtzman,mad,hara-kiri,bd-zoom,wombat,trump caricature et de l'antisémitisme dans un long article truffé de références portant sur la presse illustrée de la fin du XIXe siècle. L'auteur pose la question de savoir si la caricature fut une figure majeure du discours antisémite ? Son étude est focalisée sur la gazette "La Libre Parole illustrée" du pamphlétaire antisémite Edouard Drumont.

    Comme la caricature a servi au cours des derniers siècles à la promotion des idéologies occidentales les plus sinistres et meurtrières (nationalisme, communisme, nazisme, etc.), la question posée par G. Doisy revient à se demander s'il y a un lien spécial entre l'antisémitisme et la caricature. G. Doisy conclut que "S’il ne faut pas minorer l’extrême violence de certaines caricatures diffusées par "La Libre parole illustrée", il faut souligner néanmoins leur rareté."

    Précis et bien documenté, l'article entretient néanmoins le préjugé qu'il y a, entre le discours antisémite et le massacre des Juifs au cours de la seconde guerre mondiale, un lien de cause à effet. L'étude historique approfondie de cette période consiste en effet à élucider la ou les causes véritables du conflit ayant entraîné les massacres, par-delà le(s) prétexte(s) invoqué(s) par les élites politiques pour mobiliser les masses.

    En se limitant au prétexte, on déduirait que la haine du riche, sur quoi repose largement la démagogie communiste, est la principale cause des massacres perpétrés par le régime soviétique (on passerait ainsi complètement à côté du mobile nationaliste très puissant, sous-jacent au communisme d'Etat...).

    Une autre source de confusion consiste à présenter l'antisémitisme comme une sorte de "golem" puissant et unifié, alors même que l'antisémitisme se présente plutôt comme une nébuleuse idéologique, dont certaines tendances se combattent parfois entre elles. On mesure par exemple l'écart entre l'antisémitisme contemporain de l'affaire Dreyfus et l'antisémitisme plus tardif du régime nazi au fait que, du point de vue antidreyfusard, "Juif" et "Allemand" sont quasiment synonymes.

    Il est assez évident que l'émergence récente du nationalisme juif a nettement modifié la perspective de l'antisémitisme, mais aussi de ses détracteurs, qui ont tendance à minimiser dangereusement l'importance du mobile nationaliste sous-jacent, auquel l'antisémitisme fournit un argument démagogique supplémentaire, populiste ou moderniste (dans le cas de l'antisémitisme nazi, appuyé sur un darwinisme racial pseudo-scientifique).

    En affirmant que "(...) la caricature politique en cette fin de XIXe siècle fait généralement preuve d’une violence extrême, intégrée dans les mentalités collectives", G. Doisy ne fait que répéter le poncif qui assimile l'outrance de la caricature à la violence, poncif véhiculé afin de stigmatiser un genre populaire et incriminer a posteriori le "populisme". Si l'on songe aux manifestations à la fois les plus extrêmes et les plus modernes de la violence, on constate qu'elles sont souvent conçues et élaborées dans des ambiances feutrées, avec beaucoup de précautions de langage. Le "politiquement correct", en traquant la violence des mots, n'a pas effectivement aboli la violence.

    (Ci-dessus : portrait d'E. Drumont en "Une" de "La Libre Parole illustrée" en guise d'autopromotion - l'hebdo se vante ici d'avoir épinglé le traître Dreyfus huit ans à l'avance.)