Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

novembre - Page 4

  • Revue de presse BD (166)

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,166,novembre,2015,claire brétécher,pompidou,pilote,spirou,nouvel observateur,roland barthes,goscinny,gotlib,moebius,druillet,cavanna,charlie-hebdo,agrippine,pénélope bagieu,bobo

    Agrippine face à Claire Bretécher.

    + Rare femme à exercer ses talents dans le domaine de la BD, et plus encore de la BD humoristique, Claire Bretécher fait l'objet d'une grande exposition à la bibliothèque du musée d'art moderne Pompidou (jusqu'au 8 février). Brétécher, qui travailla notamment pour le compte de "Pilote", "Spirou" et "Le Nouvel Observateur" mérite plus le titre d'auteur satirique que celui de "sociologue", dont le pédantissime Roland Barthes l'affubla. On est bien placé au pays de Molière pour savoir à quel point la satire et la religion, rebaptisée "sociologie" dans les temps ultra-modernes, s'opposent. Si Molière avait été sociologue, se contentant de refléter son époque, il y a longtemps qu'il serait tombé dans l'oubli.

    Interviewée récemment sur ses années passées à "Pilote", sous la direction de R. Goscinny, Claire Bretécher n'a pas hésité à dénigrer les rebelles de "Mai 68" qui poussèrent Goscinny à la démission, les traitant de fils à papa et de faux rebelles (Gotlib, Moebius, Druillet) (in : "La Révolution Pilote", Dargaud, 2015). On est tenté de lui donner raison, quand on voit le nombre de philosophes de plateaux télé, plus creux les uns que les autres, que "Mai 68" a engendré, dissimulant leurs comptes en banque derrière des options humanistes. Mais à travers cet affrontement entre générations, typiquement viril, se trouve quand même posée la question, plus intéressante, du duel entre la bande-dessinée, destinée aux enfants, et le dessin de presse, visant un public plus large, ou encore de la rivalité entre le "Pilote" de Goscinny et le "Charlie-Hebdo" de Cavanna.

    "Le Figaro", quotidien du bourgeois qui s'assume, rend aussi hommage à Bretécher à travers un quiz de cinq questions sur sa carrière de dessinatrice.

    + Hasard ou calcul, l'attentat de la mi-novembre à Paris visait un quartier "bobo" de Paris ; c'est précisément la culture que Bretécher brocarde à travers le personnage d'Agrippine, adolescente élevée dans un milieu "humaniste"... mais néanmoins aisé. Les blogueuses-BD d'aujourd'hui sont un peu les petites soeurs d'Agrippine, et Pénélope Bagieu la plus célèbre a réagi aux attentats par un strip, sur le mode : "J'y pense et puis j'oublie."

    + En Iran, à Téhéran, le caricaturiste Hadi Heydari ("Persian Cartoon") a été arrêté à cause d'un dessin fait pour témoigner de sa solidarité avec les victimes des attentats de Paris ; il a probablement été interpellé par les services secrets de son pays. Faut-il le rappeler, l'Iran est en guerre froide avec les Etats-Unis et ses alliés, dont la France. En revanche, en Belgique, c'est l'humoriste Dieudonné Mbala-Mbala qui a été condamné à deux mois de prison ferme pour "antisémitisme". La sympathie de Dieudonné pour le régime iranien est connue.

    Le contexte de l'état d'urgence ne fait qu'accroître la sévérité de la condamnation de cet humoriste ; le condamner en ces circonstances revient à le désigner comme complice des djihadistes. Quand Dieudonné avait fait l'objet de poursuites et de pressions fiscales de la part du gouvernement de Manuel Valls, rares furent ceux qui osèrent prendre publiquement sa défense au nom de la liberté d'expression (Jack Lang, Plantu). Même si c'est sans doute inéluctable, on peut regretter qu'autant de caricaturistes et d'esprits soi-disant libres se laissent entraîner dans le "choc des cultures", stratégie de radicalisation des deux camps.

    + Alors que le salon du livre pour la jeunesse de Montreuil s'apprête à ouvrir ses portes (2-7 décembre), le webzine culturel Actualitté en profite pour dénoncer la moindre rémunération des auteurs et illustrateurs de livres pour enfants. Néanmoins le prétendu "préjugé" contre la littérature de genre ou la littérature spécialisée s'explique très bien d'un point de vue critique et littéraire par la prétention des plus grands auteurs à produire une littérature universelle, et non pas seulement destinée à une catégorie de lecteurs. Hélas l'argument égalitaire dissimule bien souvent, qu'il soit conscient ou non, un mobile mercantile ; la spécialisation de la littérature est avant tout une question d'édition et de librairie, bien plus que d'art et de littérature. C'est sûrement ne rien comprendre à l'art et la littérature que de les envisager seulement sous l'angle de la production et du marché. La mise en avant de grands principes, dans le domaine de la culture, est un cache-misère. La littérature de genre se vend parfois très bien, et ses auteurs sont bien rémunérés. La Comtesse de Ségur fit ainsi fortune avec ses livres pour enfants ("Les Malheurs de Sophie", etc.), et son statut était tel qu'elle pouvait embaucher et virer les plus prestigieux illustrateurs de la place de Paris. Son éditeur avait déniché la poule aux oeufs d'or.

    + La médiathèque F. Sagan (Paris Xe) abrite (jusqu'au 31 janvier) une exposition sur le thème de l'illustration de livres pour enfants. L'illustrateur britannique Anthony Browne parlera dans ce cadre (4 déc. à 19 h) de son travail ; créateur du personnage de "Marcel" ("Willy" en anglais), A. Browne tire le principal de ses revenus de la vente de cartes de voeux, ce qui lui permet d'être plus exigeant quant aux autres publications.

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,166,novembre,2015,claire brétécher,pompidou,pilote,spirou,nouvel observateur,roland barthes,goscinny,gotlib,moebius,druillet,cavanna,charlie-hebdo,agrippine,pénélope bagieu,bobo,dieudonné,iran,hadi heidari,persian cartoon,montreuil,salon livre enfants,illustrateur,anthony browne,marcel,willy,comtesse de ségur

    Marcel par Anthony Browne.

     

  • Revue de presse BD (164)

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,novembre,2015,revue de presse,jacques tardi,dessin-animé,avril,monde truqué,uchronie,albert robida,caricaturiste,bibliothèque,paris,seine saint-denis

    Croquis de J. Tardi pour "Avril et le Monde truqué"

    + Jacques Tardi ("Adèle Blanc-Sec", "Nestor Burma") a supervisé un dessin-animé actuellement à l'écran, "Avril et le Monde Truqué". Il s'agit d'une uchronie, c'est-à-dire d'un genre politique qui consiste à refaire le monde du passé. Le dessin-animé est un art techniquement fascinant, et Tardi et son équipe ont choisi un scénario qui implique de nombreuses machines fantastiques qui rappellent les créations de l'auteur de BD et caricaturiste Albert Robida (1848-1926) ; celui-ci anticipa dans ses dessins les méthodes de guerre ultra-violentes du XXe siècle, ainsi que le téléphone, la pollution, le féminisme et le tourisme de masse.

    + Dans "C'était Charlie", Philippe Val, ex-rédacteur en chef de l'hebdomadaire satirique règle ses comptes avec son camp politique, accusant en particulier la "gauche radicale" de collaboration avec l'islam. "On n'a pas été chercher l'islam, c'est l'islam qui est venu nous chercher !", a déclaré P. Val dans une interview à "Europe 1" aujourd'hui. Le fait est que les pamphlets contre le Coran étaient surtout le dada de Charb, héritier d'un anticléricalisme républicain indissociable de la propagande colonialiste du siècle dernier, et ignorant du fait religieux contemporain (la culture de masse n'est pas moins religieuse que l'islam).

    Chacun se fera son opinion sur les schismes à l'intérieur de la gauche, consécutifs à l'exercice du pouvoir par ce parti pendant plusieurs décennies (l'idéalisme a fait place à un machiavélisme de plus en plus évident) ; mais on peut se demander ce qui a pu pousser une personnalité aussi étrangère à l'humour et à la satire, tel qu'est toujours apparu P. Val dans ses éditoriaux et ses chansons, à s'en mêler. "Charlie-Hebdo" était principalement redevable à P. Val de sa gestion de bon père de famille, et c'est d'ailleurs l'argument que Cabu utilisa toujours pour défendre son ami.

    + La bibliothèque numérique de la ville de Paris vient d'ouvrir et propose donc l'emprunt de livres sous la forme de fichiers numériques aux Parisiens. Certains en contestent déjà le principe, sous prétexte qu'il ne serait pas égalitaire. Mais qu'y a-t-il de moins égalitaire que la lecture ? Certains lisent pour se divertir, tandis que d'autres, au contraire, cherchent par la lecture à échapper au divertissement.

    Plus intéressante la question des méthodes d'achat de nouveaux livres par les bibliothèques, à Paris ou ailleurs. Ces méthodes sont en effet particulièrement opaques. Elles pèsent beaucoup sur la survie de certains auteurs ou éditeurs, tant les volumes sont importants. Certains choix peuvent surprendre comme l'achat de "best-sellers" par les bibliothèques, ou encore l'importante proportion d'ouvrages du XXe et XXIe siècle, en comparaison d'ouvrages plus anciens plus rares. Il semble que la conception la plus vague de la culture préside au choix des nouvelles acquisitions.

    Une association de lecteurs en Seine-Saint-Denis dénonçait récemment le contrôle exercé par les autorités politiques de ce département sur l'approvisionnement des bibliothèques. Mais le contrôle des bibliothèques représente probablement un enjeu politique moindre, en comparaison du contrôle de la presse et de la télévision.

    + Dans la mesure où elle est liée à la fiction, notamment celle destinée aux enfants, la BD est proche parente de l'architecture ; l'intérêt de certains auteurs pour cet art abstrait n'est donc pas surprenant ; en particulier lorsque cet auteur vit comme François Avril à Bruxelles, ville très variée sur le plan de l'architecture, à l'opposé de Paris qui évoque plutôt une gigantesque caserne.

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,novembre,2015,revue de presse,jacques tardi,dessin-animé,avril,monde truqué,uchronie,albert robida,caricaturiste,philippe val,c'était charlie,charb,islam,coran,bibliothèque,paris,seine saint-denis,expo,architecture,françois avril,bruxelles

    Gratte-ciel par François Avril, exposé jusqu'au 21 novembre à Bruxelles (galerie Huberty-Breyne).

     

  • Revue de presse BD (163)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,novembre,yassine,médiathèque duras,festival,placide,podcast,capitaine caverne,charlie-hebdo,willem,pr choron,poème,sardon,tampographe,coco,riss,canal+,juin

    Illustration de Placid, artiste modeste.

    + Chroniqueur radio, Yassine est notamment spécialiste des fanzines BD ; il a enregistré une émission de radio en direct du festival du fanzine branché organisé chaque année à la médiathèque Duras. Au cours de cette émission, que l'on peut écouter (en podcast), Yassine converse avec Capitaine Caverne et Placide, abordant leur thème préféré : les fanzines des années 80. Tout le monde s'accorde à dire que l'internet a pas mal changé la donne en matière de fanzines. Placide rappelle aussi que la plus grande fierté consistait alors à voir son nom ou celui de son fanzine cité par le caricaturiste Willem, qui tint une chronique dans "Charlie-Hebdo" et "Libé" dédiée à ces publications discrètes.

    En prime on peut écouter au milieu de l'émission un poème dit par feu le Pr Choron : "Ah, se branler un soir sur un toit par un soir de grand vent, etc."

    + Petit reportage vidéo consacré à Sardon, tampographe pour rire et pour gagner sa vie à Paris de façon aussi indépendante que possible contre le cimetière (du Père Lachaise). Brièvement V. Sardon explique son métier.

    + De l'usage de "Charlie-Hebdo" par les mass-médias : Coco et Riss sont sur le plateau du "Grand Journal" de "Canal+", traités comme des vedettes, pour y raconter leur vie après l'attentat. On est un peu gêné d'entendre Riss déclarer qu'il entend continuer son "combat politique" ; en effet la ligne politique de "Charlie-Hebdo" et de Riss est on ne peut plus floue pour le lecteur ; soutiennent-ils, par exemple, le gouvernement et le ministre de l'Intérieur qui mettent à leur disposition une protection policière ? Ou se moquent-ils de ce gouvernement comme des autres ? Plusieurs décennies d'exercice du pouvoir par la gauche en France ont usé la "satire de gauche" - sans doute pas au point de voir un "humour de droite" émerger, mais en termes de "politiquement correct", "Charlie-Hebdo" n'a plus rien à envier au quotidien d'Eric Zemmour et Serge Dassault.

    + "Juin" est une des nouvelles recrues de "Charlie-Hebdo", qui signe le dessin ci-dessous :

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,2015,novembre,yassine,médiathèque duras,festival,placide,podcast,capitaine caverne,charlie-hebdo,willem,pr choron,poème,sardon,tampographe,coco,riss,canal+,juin