Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

houellebecq - Page 2

  • Revue de presse BD (53)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,53,actualité,hebdomadaire,surréaliste,dali,françois ayroles,oubapo,itération,iconique,cham,charles-amédée de noé,töpfferiana,blog,tampographe sardon,yassine,leznfo,interview,radio,fiamma luzzati,italienne,paris,gaston lagaffe,houellebecq,franquin,presse souterraine,dupuis


    + J'apprécie les surréalistes à condition qu'ils ne se prennent pas au sérieux (ou ne fassent pas semblant comme Dali, ce qui revient à prendre le public pour une bande de cons) ; le dessin ci-dessus par François Ayroles est un exemple "d'itération iconique partielle", conforme au cahier des charges de l'Oubapo.

    + Je ne mentionne pas assez souvent l'excellent site "Töpfferiana", dédié aux pionniers de la BD, quand celle-ci était encore liée à la presse, avant que les Belges ne la réservent aux enfants, suivant leur passion (parfois excessive) pour l'enfance. "Töpfferiana" évoque dans son dernier article le dessinateur Charles-Amédée de Noé, alias Cham, dont l'oeuvre vient d'être numérisé par la Cité internationale de la bande-dessinée et de l'image (CIBDI).

    + Le festival Satiradax (17-19 mai), organisé par le dessinateur de presse Marc Large, fait une large part aux dessinateurs satiriques. C'est une sorte d'antifestival de Cannes. Témoin, cette réponse de Jean-Pierre Mocky (invité de Satiradax) à la question de "Sud-Ouest" : - Quels sont les sujets de satire que vous préférez ? - Pour moi il y a deux grands sujets : les femmes et les politiciens. Je ne veux pas paraître misogyne - ce n'est pas bien, hein ? Mais ce sont deux catégories que l'on a envie d'épingler... Jean-Pierre Mocky doit être le seul cinéaste au monde à s'abstenir de flatter les femmes pour mieux les exploiter. Mocky mélange bizarrement l'art le plus religieux -le cinéma-, et un des arts qui l'est le moins -la satire.

    + Cette interview radiophonique du Tampographe Sardon par Yassine (Lezinfo) m'avait échappé. Le tampographe (spécialité : détournement d'images pieuses) en profite pour débiner le milieu de la BD dans lequel il tomba par hasard, en particulier les festivals et séances de dédicace.

    + A paraître chez Dupuis au mois de juin prochain, un recueil d'interviews donnés par Franquin à la "presse souterraine" (fanzines).

    + Fiamma Luzzati est une Italienne qui vit à Paris et tient un blog-BD. Elle consacre son dernier strip à Michel Houellebecq. Je préfère nettement les interviews de ce dernier à ses bouquins, et je trouve la note de Fiamma Luzzati un peu plate. Si Gaston Lagaffe est adapté au cinéma, M. Houellebecq pourrait être épatant dans le rôle.

    + Le dessin du jour est un tableau de Bruno9li :

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,53,actualité,hebdomadaire,surréaliste,dali,françois ayroles,oubapo,itération,iconique,cham,charles-amédée de noé,töpfferiana,blog,tampographe sardon,yassine,leznfo,interview,radio,fiamma luzzati,italienne,paris,gaston lagaffe,houellebecq,franquin,presse souterraine,dupuis,festival,satiradax,marc large,cannes,jean-pierre mocky,misogyne,satire,dessin,tableau,bruno9li



  • L'Etranger***

    Nombre d’écrivains ont tiré de l’absurdité de l’existence, résumée par Shakespeare dans la fameuse webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,critique,camus,l'étranger,gallimard,kritik,jacques ferrandez,algérie,shakespeare,hamlet,houellebecq,meursaulttirade de Hamlet («To be or not to be»), matière à des pièces ou des morceaux comiques. L’absurdité de la condition humaine est bien le sujet de «L’Etranger» de Camus, que Jacques Ferrandez vient d’adapter en BD, mais c’est un constat sec, sans humour, presque animal.

    Meursault, le jeune héros de Camus, tue un Arabe, le lendemain des obsèques de sa mère, moitié par réflexe de défense, moitié par hasard. Son manque de foi étonne et indispose ses juges, qui le condamnent à mort. Meursault, en effet, ne gobe ni l’amour, ni l’ambition professionnelle, ni la religion, ni le mariage, ni l’amitié, rien de tout ce qui excite ses contemporains. Comment s’offusquerait-il de sa condamnation, puisque vivre, en définitive, c’est pour mourir ? L’imperméabilité de Meursault à l’espoir surprend même son confesseur, venu pour le sauver in extremis, et que les condamnés à mort on habitué à plus de crédulité. Meursault avoue bien un peu de crainte devant le couperet, mais pas assez pour changer brusquement sa disposition d’esprit.

    Le roman, quand il parut, choqua les apôtres du socialisme par son athéisme. Il est vrai que je me suis toujours demandé quelle philosophie ou quel humanisme on peut bien déduire des romans de Camus ?

    Cela dit, Camus paraît désormais plus moderne que le socialisme ; la société de consommation a triomphé en quelques décennies des envolées lyriques des derniers poètes socialistes ; s’il reste bien encore quelques militants, qui proposent tantôt de s’indigner, tantôt de protéger la couche d’ozone, ce sont eux qui sont devenus des étrangers, quasiment isolés dans un océan d’indifférence. Le monde est devenu camusien, c’est-à-dire plus ou moins épicurien, cherchant dans les petits plaisirs culinaires ou érotiques de l’existence, si ce n’est un but, du moins un mode de vie. Il y a bien eu le grand projet d’Europe unie contre la guerre, il y a quelques années, mais on peut se demander aujourd’hui qui a vraiment cru sincèrement dans ce machin, hormis quelques technocrates ? Puisque la politique consiste à gouverner au centre, n’est-il pas raisonnable que chacun, pour toute direction, choisisse celle indiquée par son nombril ? Ainsi Meursault, centré sur lui-même, se rattache à la vie. Il est «amoral», parce que la vie est physique d’abord, avant d’être bonne ou mauvaise.

    L’adaptation de Ferrandez est fidèle au roman de Camus ; assez plate, mais la platitude est voulue par Camus. Le dessin coloré et chatoyant fait paraître l’Algérie où évolue notre antihéros, une sorte de paradis infernal, puisque sans réponses aux questions que l’homme ne peut s’empêcher de se poser.  Cette ignorance de l’homme, ou sa conformité à ce qui le détermine, Camus ne l’envisage même pas comme le principal forceps vers la tombe ; peut-être se débarrasser de l’espoir socialiste a-t-il pompé toutes ses forces ? Camus, comme Houellebecq, a un côté lézard.

    Le problème avec littérature épicurienne, c’est qu’elle vaut rarement un bon verre de vin blanc frais quand il fait chaud.

    L’Etranger, Jacques Ferrandez d’après Camus, Gallimard, coll. Fétiche (!) 2013.

  • Revue de presse BD (47)

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,hebdomadaire,47,illustration,fred,philémon,anarchiste,frédéric othon théodore aristidès,houellebecq,berthet one,évasion,braqueur,robert antral,châlons-sur-marne,gus bofa,jean cabut,rapideduweb,23h bd,the world turned upside down,public domain review,gravure

    + "Les BD politisées ne m'intéressaient pas beaucoup" déclarait Frédéric Othon Théodore Aristidès, alias Fred, décédé mardi dernier. Le père de Philémon se situait entre l'anarchie et l'ignorance qu'il y a une forme d'art politisée à l'extrême: l'onirisme ; celui-ci a en charge d'accomplir virtuellement ou de représenter ce que la politique ne peut atteindre concrètement ; il ne suffit pas d'indiquer que Fred était "poète": aussi bien Houellebecq, malgré son style ennuyeux d'onde radiophonique, l'est; encore faut-il dire qu'il y a deux sortes de poètes: certains incitent au rêve, tandis que d'autres au contraire le combattent.

    "Ne pas se soucier de la mode.", du même Fred, est un conseil beaucoup plus nettement anarchiste, puisque réduire un auteur à son style est une façon de le politiser.

    + Berthet One, ancien braqueur, n'est pas allé chercher loin le titre de sa BD, "L'Evasion". Le 9e art est en effet devenu son nouveau territoire après le trafic, les filles, et les vacances sur la côte-d'Azur. Comme quoi la bande-dessinée est un truc de maso. Elle a d'ailleurs un petit côté monacal et cellulaire (nombre d'auteurs de BD connaissent l'acédie, comme les moines), qui me fait supposer que Berthet One a peut-être pris goût à la BD en taule ?

    + Brève présentation de l'illustrateur Robert Antral, natif de Châlons-sur-Marne (dite "en Champagne" pour faire pop), comme Jean Cabut, sur le site d'actualité autour de Gus Bofa.

    + Mon confrère le Rapide du web propose une sélection de quelques BD exécutées au cours des dernières 23H de la BD ; ce qu'il suggère ironiquement, je vais le dire plus directement: est-ce que ce n'est pas un peu paradoxal, tout en se plaignant des abus et mépris des éditeurs traditionnels, de multiplier les performances stakhanovistes et envoyer ainsi à la profession le message: nous sommes prêts à devenir des mangakas coréens !? C'est-à-dire à subir un maximum de contraintes pour un salaire minimum.

    + Le dessin de la semaine est une gravure anonyme tiré d'un bouquin du XVIIIe siècle sur le thème du monde à l'envers ; ici, les enfants faisant l'éducation de leurs parents. Elle est mise à disposition sur le site "The Public Domain Review", ainsi que des dizaines d'autres.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,hebdomadaire,47,illustration,fred,philémon,anarchiste,frédéric othon théodore aristidès,houellebecq,berthet one,évasion,braqueur,robert antral,châlons-sur-marne,gus bofa,jean cabut,rapideduweb,23h bd,the world turned upside down,public domain review,gravure

  • Revue de presse BD (28)

    fanzine,zébra,revue de presse,bd,blog,bande dessinee,illustration,festival,montreuil,angoulême,jean-claude denis,olivier josso,affiche,didier pasamonik,actuabd,charles perrault,conte,godard,truffaut,malle,cannes,goncourt,booker prize,anglo-saxon,shakespeare,finkielkraut,moebius,houellebecq,giraud,denis bodart,gillain,milton caniff,zèbres,chapatte,temps,helvète,racisme,quotidien

    + Sur l'affiche du prochain festival d'Angoulême (janvier 2013), Jean-Claude Denis a dessiné les cratères de la lune en forme de héros de bande-dessinée. Didier Pasamonik, du site belge "Actuabd", sous un titre un peu pompeux ("Entre classiques et avant-garde"), souligne que cette manifestation réunit les producteurs de la BD la plus commerciale (A. Uderzo est cette année à l'honneur), et la moins commerciale d'autre part. Pour l'instant, les auteurs de BD "indépendante" n'ont pas encore fichu en l'air le festival d'Angoulême, comme Godard, Truffaut et Malle en 1968 le Festival de Cannes.

    + Le salon du livre et de l'édition jeunesse de Montreuil se tient en ce moment, jusqu'au 3 décembre. Quand on y pense, c'est un truc très bizarre, pour ne pas dire autre chose, qu'une littérature ou un genre littéraire spécialement fait pour les enfants (spécialisation qui date du XIXe siècle) ; les meilleurs auteurs de contes, qui ont souvent mis par écrit la tradition orale populaire, comme Charles Perrault, n'ont pas de cible-marketing.

    Si "la vérité sort de la bouche des enfants", est-ce que ça signifie qu'à la foire aux livres pour adultes, on ne vend que des bobards ?

    + La BD au Goncourt ? Pourquoi pas, vu que le prestigieux "Booker Prize" anglo-saxon n'exclut pas d'inclure la BD prochainement dans ses choix, et qu'en matière de littérature les Britanniques tiennent le haut du pavé depuis Shakespeare. A dire vrai, ça n'étonnerait guère qu'A. Finkielkraut : Michel Houellebecq et Moebius, pour moi, c'est du pareil au même. En outre, c'est toujours en retournant à la source de la culture populaire que les élites culturelles ont évité par le passé le dépérissement : mettez dix intellectuels ensemble et leur passion du langage fait qu'en très peu de temps ils ne se comprendront plus entre eux et rejoueront "Vol au-dessus d'un nid de coucous."

    + A propos de Moebius, s'ils ne le connaissent déjà, les fans de Giraud apprécieront peut-être le site abondamment illustré de Denis Bodart, qui fournit plein d'exemples d'encrages contrastés à la manière de Giraud, Gillain ou Caniff.

    + Le dessin de la semaine est de Chapatte (du quotidien hélvète le "Temps"), dans le cadre d'une campagne contre le racisme :

    (Zombi)

    fanzine,zébra,revue de presse,bd,blog,bande dessinee,illustration,festival,montreuil,angoulême,jean-claude denis,olivier josso,affiche,didier pasamonik,actuabd,charles perrault,conte,godard,truffaut,malle,cannes,goncourt,booker prize,anglo-saxon,shakespeare,finkielkraut,moebius,houellebecq,giraud,denis bodart,gillain,milton caniff,zèbres,chapatte,temps,helvète,racisme,quotidien