Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gus bofa - Page 3

  • De Caran d'Ache à Morris

    -E. Pollaud-Dulian, sur le blog "Illustrissimo", compare les dessins de Caran d'Ache, Gus Bofa et Maurice de Bévère (autrement dit "Morris") ; c'est notamment le cas en ce qui concerne les premiers albums de "Lucky Luke", avant que le dessin de Morris ne devienne plus nerveux et moins rond. Le caricaturiste Caran d'Ache (antidreyfysard comme Degas et Forain) a inspiré de nombreux illustrateurs.

    -D'ailleurs on peut relever que les premiers épisodes de "Lucky Luke" empruntent aux récits de voyage de Mark Twain autour du Mississipi (l'intrigue des "Rivaux de Painful Gulch" semble ainsi tirée d'une anecdote racontée par M. Twain sur la guerre aussi farouche qu'inepte que se livrent deux familles de fermiers, et présentée par l'écrivain comme authentique).

    fanzine,bd,zébra,emmanuel pollaud-dulian,morris,lucky luke,mark twain,maurice de bevere,illustrissimo,caran d'ache,antidreyfusard,gus bofa

    Caricature par Caran d'Ache.

    fanzine,bd,zébra,emmanuel pollaud-dulian,morris,lucky luke,mark twain,maurice de bevere,illustrissimo,caran d'ache,antidreyfusard,gus bofa

    Dessin de Gus Bofa

    fanzine,bd,zébra,emmanuel pollaud-dulian,morris,lucky luke,mark twain,maurice de bevere,illustrissimo,caran d'ache,antidreyfusard,gus bofa

    Couverture de "Lucky Luke" par Morris.

  • Revue de presse (11)

    fanzine,zebra,blog,bd,revue de presse,hebdomadaire,papier gache,festival,marguerite duras,auto-edition,mael rannou,fanzinat,case depart,angouleme,henry mayo bateman,actes sud,punch,the tatler,caran d'ache,mimodrames,illustrissimo,emmanuel pollaud-dulian,gus bofa,morris,dessin

    + «Papier Gâché», petite maison d’édition indépendante à Paris, organise dans le XXe arr. (bibiothèque M. Duras) la 2e édition d’un festival d’auto-édition graphique. ATTENTION, L’APPEL A CONTRIBUTION S’ACHEVE APRES-DEMAIN ! (Je cours à la Poste inscrire Zébra)

    + Maël Rannou, du blog «1Fanzine/jour», a pondu récemment une note recensant les meilleures bases de données dans le domaine de l’auto-édition et du fanzinat.

    + Le blog «Case Départ» propose une chronique du festival d’Angoulême illustrée avec de vieux clichés en noir et blanc.

    + Bateman n’est pas seulement le blaze du plus mélancolique des super-héros yankees, mais aussi le nom d’un illustrateur comique britannique (Henry Mayo), peu connu de ce côté-ci du "channel". H.M. Bateman publia dans «Punch» et «The Tatler» des dessins au trait nettement inspiré de celui de Caran d’Ache, et les éd. Actes Sud sous la forme d’une anthologie («Mimodrames») lui font passer le tunnel.

    + L’agence d’illustrateurs «Illustrissimo» publie sur son blog une instructive interview d’Emmanuel Pollaud-Dulian ; Pollaud-Dulian souligne par exemple la similitude du dessin de Morris avec celui de Bofa ; notre érudit affirme aussi que le dessin est méprisé en France ; mais est-ce seulement le cas de la France, dès lors qu’on sort du registre du dessin décoratif ou publicitaire ?

    + Le fil des revues de presse du blog Zébra. Voilà, c'est tout pour cette fois.

  • Zébra 3

    SOMMAIRE + COUVERTURE DE ZEBRA N°3

     - SOMMAIRE (quasi-définitif)

     Le Crayon, par Ren (5 p.)/The Short Farewell, par Michel Tamer (4 p.)/Comment devenir riche, par MonsieurQu (3 p.)/Rayon Noir–Humour amer, par W.schinski, Nono & Zombi (2 p.)/Chaperon Rouge aux Enfers, par Louise Asherson (8 p.)/Karaoké Khmer, par David Roche (3 p.)/Minc alors !, par Paul Deroche (1 p.)/L’Eveil des Vieux, par Aurélie Cagnard (7 p.)/L’Abécédaire de Lola, par Aurélie Dekeyser (6 p.)/Aventures de Nahem Moon, par Anne B. (4 p.)/Le Navigateur Sauvage, par Zombi, David Roche, Xavier Blandin, Aurélie Dekeyser, Anne B., Benjamin Salama (12 p.)/This Beautiful River, par Michel Tamer (2 p.)/Histoire de Dessiner, par Xavier Blandin (2 p.)/Prométhée, l’Insoumis, par François Le Roux (7 p.)/Le Rédac' chef, par Florence Méline (4 p.)/Edward Sorel, l’Iconoclaste, par Zombi (2 p.)/La Plage, par David Roche (4 p.)/Les Déboires de Jessika, par Nono (4 p.)/KritikBD-Gus Bofa-Ted Rall-Madame Sayo (2 p.)/La Bonne Tête d’Olivier Josso, papotage entre Z. et O. Josso (2 p.)

     

    fanzine,bd,zébra,vote,couverture,illustration,zombi,aurélie dekeyser,rené bay,sommaire,nahem moon,anne b,the short farewell,michel tamer,monsieurqu,rayon noir,humour,wschinski,chaperon rouge,louise asherson,aurélie cagnard,david roche,karaoké khmer,minc,paul deroche,navigateur sauvage,xavier blandin,benjamin salama,françois le roux,villiers de l'isle adam,abécédaire de lola,olivier josso,edward sorel,ted rall,arnaud masquelier,gus bofa,madame sayo


  • Biographie Bofa

    Les admirateurs de Gus Bofa attendent avec impatience la parution d'une biographie par Emmanuel Pollaud-Dulian en 2013 (éd. Cornélius)... abondamment illustrée ! Petit clin-d'oeil en attendant, un dessin de Bofa, extrait de "Zoo", d'après Horace Vernet (1935, éd. Mornay - (c) Marie-Hélène Grosos).

    fanzine,zébra,bd,illustration,zoo,horace vernet,gus bofa,emmanuel pollaud-dulian,biographie,cornélius,mornay

    (Plus d'infos sur http://www.gusbofa.com)

     

  • Gus Bofa****

    fanzine,bd,zébra,critique,bande-dessinée,illustration,gus bofa,olivier josso,emmanuel pollaud-dulian,blutch,picasso,acharnistes

    - Gus Bofa (1883-1969) fut un illustrateur singulier. Dans les quelques chapitres succincts de l’hagiographie qu’il consacre à Bofa, E. Pollaud-Dulian explique comment Bofa s’illustre d’abord lui-même avant d’illustrer les ouvrages d’autrui ; autrement dit, comment Bofa introduit la quête existentialiste dans une discipline, l’illustration, jusque-là plus artisanale.

    - Pollaud-Dulian étaye son propos de citations assez nombreuses pour ne laisser aucun doute sur le questionnement de B. : « Il est assez difficile de se connaître, de s’identifier à soi-même, de se distinguer, non seulement des autres hommes, mais du type Homme, de se trouver aux mesures inédites, qui conviennent à la fois à votre individu et à l’idée que vous voulez en avoir. La définition : « Gus Bofa grand dolichocéphale blond, dessinateur, ayant le goût de l’humour, de la fantaisie et du paradoxe », ne peut aucunement satisfaire l’idée que j’ai de moi, à moins d’en redéfinir chaque terme en fonction de moi. »

    - Naturellement la nouvelle vague d’auteurs de bandes-dessinées (et ici je ne peux pas m’empêcher de penser en particulier au travail d’Olivier Josso) ne pouvait manquer de voir en Gus Bofa un précurseur, puisque cette nouvelle vague adopte une démarche similaire ; elle se démarque en effet de la bande-dessinée franco-belge, auparavant faite pour divertir les enfants. O. Josso, comme son confrère Blutch, conserve d’ailleurs assez d’humilité (et de prudence) pour reconnaître et discerner dans le travail de Morris, Franquin, voire Hergé, une tendance à déborder déjà le cadre des histoires un peu mièvres qui leur étaient commandées. Cette démarche coïncidente a contribué à la redécouverte de Bofa, tombé déjà dans l’oubli à la fin de sa vie.

    -     - Mais, qu’est-ce que le « style » de l’auteur, si ce n’est justement son empreinte ou le reflet de sa personnalité, rétorquera un esprit plus pragmatique ? Par conséquent la démarche existentialiste est pour ainsi dire automatique. Une telle objection fait paraître Bofa plus novateur encore, car celui-ci définit lui-même le cadre abstrait de son art, et ne se contente pas d'appliquer une recette ou un remède éprouvé, ce qui reviendrait à lécher ses plaies devant tout le monde. Bofa n'a pas seulement  risqué sa vie au cours de la Grande guerre, où il a récolté une vilaine blessure, mais il a pris en outre des risques dans son art.

    -        - Pollaud-Dulian situe donc exactement Bofa à l’avant-garde, à l’égal des meilleurs artistes de son temps. A l’approche de la mort, son propos est très noir et son mépris de la culture de vie béate de ses contemporains accru. Bofa n’a pas vaincu les silhouettes qu’il dessinait, fantomatiques, ni lui-même comme un membre de cette armée d’ombres tremblotant au-dessus de la terre. Néanmoins il n’a pas triché dans son art ; c'est le minimum pour dépasser la simple contribution au jeu social, panneau où les imbéciles se jettent, perdant toute chance d’être aimés sincèrement hors le contexte qui les a élevés au grade de chevalier de quelque légion d’artistes absurde.

     - L’hagiographie d’E. Pollaud-Dulian se limite environ à cette présentation, assez irréprochable. Sa seule maladresse est de répéter le poncif de l’art dit « engagé », faussement opposé à un art qui ne le serait pas. En effet, l’engouement de tel ou tel poète pour Staline, Hitler, Pétain, Napoléon, etc., non seulement est révélateur d’une compétence de sergent-recruteur plutôt que d’artiste, mais il cache mal un mobile qui n'est pas moins personnel de la part de l'artiste "engagé" ; l'arrière-plan d’utopie sociale, non loin du fantasme, semble même indiquer une supplément de narcissisme chez beaucoup de poètes ou de philosophes soi-disant engagés (...).

    "Gus Bofa", par E. Pollaud-Dulian, éds. acharnistes, www.editions-acharnistes.com, 2008.

    NB : Autoportrait de G. Bofa

    Critique à paraître dans Zébra n°3