Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alphonse allais - Page 4

  • Revue de presse BD (41)

    SPECIAL WEBZINES-BD

    fanzine,webzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,revue de presse,hebdomadaire,nicolas pinet,the story time,marc dutroux


    Dessin de Nicolas Pinet, qui contribua au webzine "The Story Time" n°2

    + Ainsi que la dernière sélection du festival d'Angoulême l'illustre, on ne fabrique plus des fanzines aujourd'hui comme on faisait dans les années 80, lorque la photocopieuse était la reine des adeptes du système D. Blogs et webzines ont remplacé les fanzines de BD photocopiés. Parmi les nouveaux webzines, j'aime bien "Néant progressif" pour son titre reflétant l'air du temps; on trouve dedans une cousine de Lola (de Zébra); et j'attends avec impatience le n°6 "spécial mythologie". On peut encore lire en ligne les défunts webzines "BD-Files" (7 n°) et Wartmag (11 n°).

    + Les Belges du site "8 Pages Comics" ont réussi à fusionner l'ancien système D avec le nouveau, puisqu'ils permettent de photocopier un mini-fanzine mis en page automatiquement sur leur site. Mon préféré, pour l'instant : "Yann Arthus-Bertrand vu de la terre", par Pascal Matthey - complètement dans le ton d'Alphonse Allais, qui brocardait déjà au XIXe siècle la tendance des écologistes au pire des gaspillages: celui de l'intelligence humaine.

    + "Charlie-Hebdo" s'est souvent couché, alors que dessiner est une arme dont il faut se servir." dit Yan Lindingre, le nouveau rédac' chef de "Fluide-Glacial" dans une interview à "Zut", webzine d'actualité culturelle lorrain (p.34).

    + Le prochain webzine "Out of Zébra", fabriqué avec les archives de ce blog, paraîtra début mars.

    + Retour à la BD traditionnelle, avec deux concours : le festival de BD de Lausanne (BD-fil) a lancé son concours 2013, un des mieux dotés (3500€) : le thème en est cette année les "nouveaux monstres", et la date limite pour expédier votre planche le 25 juillet.

    Il ne reste plus qu'une semaine, en revanche pour s'inscrire au concours d'illustration (2000€) organisé par "La Clef enchantée", sur le thème de "Cendrillon au Brésil".

    + Je termine sur ce "coup de gueule" qui me démange depuis quelques semaines déjà. Contre Enki Bilal, et surtout les agents de conservation du Louvre. Ceux-ci ont conçu une mise en scène aussi grandiloquente que ridicule, mariant tristement les oeuvres exposées avec des tartouillades de Bilal. Les élites culturelles françaises ont échoué pendant cinquante ans à initier le populo aux arcanes chiantissimes de l'art contemporain, le condamnant ainsi aux matchs de foot ou aux films de Gérard Jugnot. Et maintenant le ministère de la Culture veut utiliser la BD, qui a conservé l'estime du grand public, pour la mettre au service de sa démagogie. Vivement, comme pour la bouffe, la culture sans conservateurs ni additif numérique !

    + Le dessin de la semaine est de Sophie Raynal, extrait de son blog. Ses compositions évoquent celles du graveur britannique Baggelboy.

    (Zombi - leloublan@gmx.fr)

    fanzine,webzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,revue de presse,hebdomadaire,nicolas pinet,the story time,marc dutroux,blog,système d,photocopieuse,festival,angoulême,néant progressif,wartmag,bd-files,yan lindingre,zut,charlie-hebdo,sophie raynal,mythologie,lola,lausanne,bd-fil,concours,nouveaux monstres,cendrillon,brésil,clef enchantée,baggelboy,8 pages comics,yann-arthus bertrand vu de la terre,pascal matthey,alphonse allais,louvre,enki bilal,culture,gérard jugnot,foot


  • Conte de Noël

    Qu’ils sont dissemblables, en apparence, Arthur Rimbaud et Alphonse Allais, pourtant nés le même jour de la même année (20 octobre 1854) - l’adolescent génial et l’armoire normande sarcastique. Ils n’eurent que la bohême en commun, et ne la quittèrent jamais sauf pour mourir - le génie dans la douleur, l’armoire plus paisiblement.

    Pas facile aujourd'hui de faire comprendre comment la poésie d’Alphonse peut émouvoir plus que celle d’Arthur (on peut même trouver ce dernier un peu «Fanfan-la Tulipe» - première des fauchées par la rafale).

    Quoi qu’il en soit, amis de la bohême, nous vous offrons, le bon Alphonse et moi, ce conte de Noël merveilleux… à quelques jours près...

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,illustration,alphonse allais,rimbaud,alphie,noël,plum-pudding,horse guard,conte

    Il y a maintenant trois ans, c'est-à-dire à l'époque de Noël, je me trouvais détenu dans une petite prison du Yorkshire, en prévention de vol, escroquerie, chantage, le tout doublé d'une assez vilaine histoire de moeurs sur laquelle il me serait pénible d'insister ici.

    Ce qui me vexait le plus en cette occurrence, c'était moins la détention elle-même que l'époque à laquelle elle se produisait.

    J'ai toujours adoré Christmas, cette fête des babies et du foyer, Christmas, le bon Christmas.

    Du gui, du gui, encore du gui !

    En Angleterre plus que partout, et particulièrement dans le Yorkshire, la fête de Noël a un caractère d'intimité dont le boudin parisien ne donne qu'une lointaine idée... si lointaine.

    Pour l'intimité, je n'avais rien à dire. Ma cellule était intime, un peu trop peut-être.

    Mon geôlier m'avait... Oh ! l'étrange geôlier ! C'était un ancien horse-guard qui avait perdu une jambe dans la guerre contre les Ashantees.

    Comme il s'était engagé jadis aux horse-guards pour l'uniforme, il avait tenu, malgré son amputation et sa nouvelle fonction, à conserver son ancien costume.

    Et c'est vraiment une très comique chose, de voir d'un côté une jambe de bois et de l'autre une culotte de peau, une botte et un éperon.

    Très comique et très touchante chose !

    Cependant, malgré tous ces détails, la nuit de Noël arrivait.

    Et moi qui étais invité à un réveillon aux îles Féroé, dans la sainte famille d'un pasteur évangéliste !

    Vous tous qui me lisez, ou presque tous, vous avez été en prison ; mais, étant en prison, avez-vous vu tomber la neige ?

    Ah ! Quelle horreur, la neige qui tombe quand on est en prison !

    La seule sensation qui vous rattache au monde extérieur, le bruit, le délicieux bruit (sweet noise) disparaît.

    On ne voit plus rien, on n'entend plus rien !

    Et elle tombait sans relâche, oblique, drue, serrée, si bien que ma pauvre petite cellule en était obscurcie et comme étouffée.

    Un bruit surtout me manquait, parmi ceux que j'avais remarqués et que j'aimais depuis ma captivité ; c'était celui de la promenade de mon geôlier dans la grande cour de la prison.

    D'abord, pan !... le coup mat de la jambe de bois sur le pavé, et puis le toc !... triomphant et vainqueur du talon de la botte, métallisé par la vibration de l'éperon, et puis ainsi de suite.

    Mon vieux horse-guard ne se promenait-il plus, ou bien le bruit de sa marche était-il étouffé par la neige ?

    Je me posais ces questions avec l'inquiétude vaine que crée l'oisiveté de la vie cellulaire.

    La nuit de Noël était venue, et je n'avais pas pu me décider à me coucher.

    Les cloches sonnèrent dans la ville d'abord, et dans les petites paroisses voisines.

    Ces dernières, étouffées par la neige, voilées par le lointain et si attendrissantes que je sentis se mouiller mes yeux.

    J'ai toujours pleuré en écoutant, dans le loin, les cloches de campagne.

    - Go in ! fis-je en m'éveillant de mon rêve bleu.

    On venait de frapper à la porte de la cellule.

    C'était une toute blanche et rose fillette d'une quinzaine d'années, portant à son bras gauche un petit panier et tenant à la main droite une grosse touffe de gui.

    - Good night, sir, dit-elle.

    - Good night, miss, répondis-je.

    Et elle continua, toujours en anglais :

    - Vous ne me reconnaissez pas ?

    - Mais si, répondis-je dans la même langue, je crois vous avoir déjà rencontrée dans un album de Kate Greenaway.

    - Non, pas là.

    - Alors, dans ma belle image de Randolph Caldecott.

    - Non plus.

    Un silence.

    - Comment ! dit-elle d'un air mutin, vous ne vous rappelez pas ? L'année dernière, vous m'avez sauvée d'une mort certaine. Je traversais Trafalgar Square, lorsque soudain et en proie à une rage subite, l'un des lions en bronze de cette place se précipita sur moi. Je n'eus que le temps de fuir. Un omnibus passait, vous ayant sur l'impériale. Vous vous penchâtes, et d'un bras vigoureux m'enlevâtes à la voracité du fauve. Toute penaude, cette bête reprit sa place immuable et le rôle décoratif que lui avait assigné l'artiste.

    J'avais beau rassembler mes souvenirs, je ne me rappelais rien d'analogue. Mais elle insista tellement :

    - Même que c'était l'omnibus de Bull and Gate. Vous alliez à la Villa Chiavenna, chez votre ami Lombardi.

    Devant un fait aussi précis, je m'inclinai.

    Elle sortit de son panier le plum-pudding de la reconnaissance, quelques bouteilles d'ale, et nous soupâmes joyeusement.

    A l'aube, elle s'enfuit emportant mon coeur et les bouteilles vides.

    Depuis, j'ai cherché à me rappeler ce curieux incident de Trafalgar Square.

    Je n'ai jamais pu.

    Il est vrai que je ne me rappelle pas davantage la prison du Yorkshire, le geôlier à jambe de bois, sa fille blanche et rose, le plum-pudding et les bouteilles d'ale.

    C'est drôle, dans l'existence, comme on oublie tout.

     

    fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,illustration,alphonse allais,rimbaud,alphie,noël,plum-pudding,horse guard,conte,randolph caldecott,kate greenaway,christmas


    by Alphonse Allais & Zombi

  • La semaine de Zombi

    Samedi : Faudrait peut-être prévenir les gays que, s'ils se marient, ils vont devenir aussi tristes que Christine Boutin.

    fanzine,zébra,bd,caricature,zombi,humour,gay,mariage,alphonse allais

  • Au Chat noir

    Je m'en voudrais de ne pas signaler, au musée de Montmartre actuellement, une expo. dédiée au "Chat noir", célèbre cabaret parisien (doublé d'un journal satirique), fondé par le peintre Rodolphe Salis (1881). Le cabaret draina jusqu'à la Butte tout ce que le Quartier latin comptait alors d'artistes ou d'anarchistes, anciens membres du club des "Hydropathes" ou des "Hirsutes".

    Je m'en voudrais, à cause de l'admiration sans bornes que j'ai pour Alphonse Allais (que je situe au-dessus de ce que tout le XXe siècle a donné ensuite comme poètes ou philosophes, même L.-F. Céline ; je dispose de quelques arguments solides, mais pas assez de place pour les étaler ici...)

    D'ailleurs l'influence du "Chat noir" sur l'art français est, aussi, largement sous-estimée. Pourtant, la rupture de Céline avec le style académique a été préparée par les auteurs de ce cabaret ; la rupture de Picasso lui doit plus encore. Ce qui a nui à la réputation publique de la clique de Salis et Allais n'est autre que leur modeste fantaisie ; le surréalisme d'Alphonse Allais ne se prend pas au sérieux : il est donc inutilisable par les instituteurs ou les conservateurs (de musée), qui réclament l'onction.

    fanzine,zébra,bande-dessinée,illustration,kritik,chat noir,cabaret,rodolphe salis,montmartre,butte,alphonse allais,adolphe willette,picasso,apollinaire,céline,académisme,henry somm,caran d'ache,daumier,humour,politique

    - Adolphe Willette (1857-1926), présenté aujourd'hui, avant d'aborder Henry Somm et Caran d'Ache une autre fois, est un peintre converti à la caricature de moeurs/politique. Willette ne révolutionne pas le dessin, comme on peut le constater, contrairement à Daumier auparavant. Willette se contente d'en perpétuer l'humour. Celui-ci va de la plus légère gaudriole aux sujets les plus graves, voire tragiques ; et il n'épargne aucun milieu, même si le bourgeois constitue une cible de choix. Cette palette, la plus large, est une des marques de fabrique du "Chat Noir".

    fanzine,zébra,bande-dessinée,illustration,kritik,chat noir,cabaret,rodolphe salis,montmartre,butte,alphonse allais,adolphe willette,picasso,apollinaire,céline,académisme,henry somm,caran d'ache,daumier,humour,politique

    fanzine,zébra,bande-dessinée,illustration,kritik,chat noir,cabaret,rodolphe salis,montmartre,butte,alphonse allais,adolphe willette,picasso,apollinaire,céline,académisme,henry somm,caran d'ache,daumier,humour,politique

  • Lecture Zébra n°2

    Vous pouvez lire gratuitement le fanzine Zébra n°2 qui vient de paraître via le site de partage de fichiers issuu.com

    (Possibilité de commander un exemplaire du tirage limité à 200 ex. à prix coûtant en nous écrivant à zebralefanzine@gmail.com)

     
    Au sommaire de ce numéro (80 p.)
    - 10 p. d'humour noir ;
    - Walter, détective privé ;
    - Une journée dans la vie de Nahem Moon ;
    - Comment réussir sa cuisine ?
    - Un conte d'Alphonse Allais illustré ;
    - Des aventures de cartons à dessin égarés dans le métro.
    - L'abécédaire de Lola - "c" comme "cigarette" et "d" comme "déconnexion".
    - Stéphanie, from Hell.
    - Comment fabriquer une table lumineuse.
    - Dédale ou Frankenstein au royaume de Minos.
    - Un chat sur un billard.
    - En attendant le train.
    - Georges Colomb, alias "Christophe", pionnier de la bd et père du Savant Cosinus, Plick et Plock, le Sapeur Camember, la Famille Fenouillard.
    - Comment Dante et le Chaperon rouge se rencontrèrent (suite de Zébra n°1)
    - Des critiques BD : le Tampographe Sardon, Alexandre Pompidou, Pablo Picasso, La Famille de B. Vivès
     


  • Alphie

    "Zébra" publie un deuxième conte d'Alphonse Allais illustré : "L'Ami des Nounous" (après "Le Bon Amant" paru dans le n°1). La prose d'Alphonse Allais souffre d'être mal éditée, le tri mal fait parmi les 17.000 contes, au bas mot, publiés par Allais, parmi lesquels se cachent quelques perles. En prime voici  :

    La Question des Ours Blancs

    (ill. par Aurélie D.)

    Il faudrait le crayon de Callot, doublé de la plume de Pierre Maël, pour donner une faible idée de l’émotion qui nous étreignit tous deux, le Captain Cap et moi, en nous retrouvant, après ces trois longs mois de séparation.zébra,fanzine,illustration,aurélie dekeyser,alphonse allais,bd

    Nos mains s’abattirent l’une dans l’autre, mutuel étau, et demeurèrent enserrées longtemps. Nous avions peine à contenir nos larmes.

    Cap rompit le silence, et sa première phrase fut pour me plaindre de revenir en cette bureaucrateuse et méphitique Europe, surtout dans cette burlesque France où, selon la forte parole du Captain, il est interdit d’être soi-même.

    Cap parlait, parlait autant pour cacher sa très réelle émotion que pour exprimer, en verbes définitifs, ses légitimes revendications.

    C’est ainsi que nous arrivâmes tout doucement devant l’"Australian Wine Store", de l’avenue d’Eylau ; là, où il y a une petite patronne qui ressemble à un gros et frais baby anglais.

    Notre émotion devait avoir laissé des traces visibles sur notre physionomie, car le garçon du bar nous prépara, sans qu’il fût besoin de lui en intimer l’ordre, deux "Corpse revivers", breuvage qui s’indiqua de lui-même en ces circonstances.

    Un gentleman se trouvait déjà installé au bar devant une copieuse rasade d’irish wiskey, arrosé d’un tout petit peu d’eau. (L’irish wiskey avec trop d’eau n’a presque plus de goût.)

    Cap connaissait ce gentleman : il me le présenta :

    – Monsieur le baron Labitte de Montripier.

    J’adore les différentes relations de Cap. Presque toujours, avec elles, j’éprouve une sensation de pittoresque, rarement trouvée ailleurs.

    Je dois à Cap la connaissance du chef de musique du Goubet, de l’aumônier de la Tour Eiffel, d’un fabricant de trombones à coulisse en osier, etc.

    Le baron Labitte de Montripier est digne à tous points de vue de figurer dans une collection aussi flatteuse.

    Le baron vient, paraît-il, de prendre un brevet sur lequel il compte édifier une fortune princière.

    Grâce à des procédés tenus secrets jusqu’à présent, le baron a réussi à enlever au caoutchouc cette élasticité qui le fait impropre à tant d’usages. Au besoin, il le rend fragile comme du verre. Où l’industrie moderne s’arrêtera-t-elle, mon Dieu ? Où s’arrêtera-t-elle ?

    Quand nous eûmes épuisé la question du caoutchouc cassant, la conversation roula sur le tapis de l’hygiène.

    Le baron contempla notre corpse reviver et fit cette réflexion, qui projeta Cap dans une soudaine et sombre ire :

    – Vous savez, Captain, c’est très mauvais pour l’estomac, de boire tant de glace que ça.

    – Mauvais pour l’estomac, la glace ? Mais vous êtes ivre-mort, baron, ou dénué de tout sens moral, pour avancer une telle absurdité, aussi blasphématoire qu’irrationnelle !

    – Mais...

    – Mais... rien du tout ! Connaissez-vous dans la nature un animal aussi vigoureux et aussi bien portant que l’ours blanc des régions polaires ?

    – ? ? ?

    – Non, n’est-ce pas, vous n’en connaissez pas ? Eh bien, croyez-vous que l’ours blanc s’abreuve trois fois par jour de thé bouillant ?... Du thé bouillant sur les banquises ? Mais vous êtes fou, mon cher baron !

    – Pardon, Captain, je n’ai jamais dit...

    – Et vous avez bien fait, car vous seriez la risée de tous les gens de bon sens. Les ours blancs des régions polaires ne boivent que de l’eau frappée et il s’en trouvent admirablement, puisque leur robustesse est passée à l’état de légende. Ne dit-on point : Fort comme un ours blanc ?

    Évidemment.

    – Et, puisque nous en sommes sur cette question des ours blancs, voulez-vous me permettre, mon cher Allais, et vous aussi, mon cher Labitte de Montripier, de vous révéler un fait d’autant moins connu des naturalistes que je n’en ai encore fait part à personne ?

    – C’est une bonne fortune pour nous, Captain, et un honneur.

    – Savez-vous pourquoi les ours blancs sont blancs ?

    – Dam !

    – Les ours blancs sont blancs parce que ce sont de vieux ours.

    – Mais, pourtant, les jeunes ?

    – Il n’y a pas de jeunes ours blancs ! Tous les ours blancs sont de vieux ours, comme les hommes qui ont les cheveux blancs sont de vieux hommes.

    – Êtes-vous bien sûr, Captain ?

    – Je l’ai expérimenté moi-même. L’ours, en général, est un plantigrade extrêmement avisé et fort entendu pour tout ce qui concerne l’hygiène et la santé. Dès qu’un ours quelconque, brun, noir, gris, se sent veillir, dès qu’il aperçoit dans sa fourrure les premiers poils blancs, oh ! alors, il ne fait ni une, ni deux : il file dans la direction du Nord, sachant parfaitement qu’il n’y a qu’un procédé pour allonger ses jours, c’est l’eau frappée. Vous entendez bien, Montripier, l’eau frappée !

    – C’est très curieux ce que vous nous contez là, Captain !

    – Et cela est si vrai, qu’on ne rencontre jamais de vieux ours, ou des squelettes d’ours dans aucun pays du monde. Vous êtes-vous parfois promené dans les Pyrénées ?

    – Assez souvent.

    – Eh bien ! la main sur la conscience, avez-vous jamais rencontré un vieux ours ou un cadavre d’ours sur votre chemin ?

    – Jamais.

    – Ah ! vous voyez bien. Tous les ours viennent vieillir et mourir doucement dans les régions arctiques.

    – De sorte qu’on aurait droit d’appeler ce pays l’arctique de la mort.

    – Montripier, vous êtes très bête !... On pourrait élever une objection à ma théorie de l’ours blanc : c’est la forme de ces animaux, différente de celle des autres ours.

    – Ah ! oui.

    – Cette objection n’en est pas une. L’ours blanc ne prend cette forme allongée que grâce à son régime exclusivement ichtyophagique.

    À ce moment, Cap affecta une attitude si triomphale, que nous tînmes pour parole d’Évangile cette dernière assertion, d’une logique pourtant peu aveuglante.

    Et nous reprîmes un autre corpse reviver, avec énormément de glace dedans, pour nous assurer une vieillesse vigoureuse.

     

  • Edito n°2

    fanzine,zébra,alphonse allais,ami des nounous,illustrations,zombi

    Voici une petite bande-annonce pour le conte choisi d'Alphonse Allais que j'illustre dans le n°2.