Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

préfet

  • La Science au service de la Police

    Il y aurait un volume à écrire, et non des moins intéressants, sur ce thème et avec ce titre : La Manifestation à travers les âges et ses divers modes de répression.

    Si nous en croyons les livres sacrés, la première occasion en laquelle un gouvernement régulier crut devoir faire intervenir la force armée pour rétablir l'ordre, fut cette fois en où Dieu expulsa de son Paradis, grâce à l'archange de service, armé d'une épée flamboyante (?), le nommé Adam et sa concubine Eve, tous deux en état d'insurrection contre les règlements horticoles de l'époque.

    Depuis ces temps éloignés, le système n'a d'ailleurs que peu changé : des gendarmes au lieu d'archanges, le sabre de cavalerie remplaçant l'épée flamboyante (?).

    Parfois, quand les manifestants y mettent de l'obstination, le sabre de cavalerie cède galamment la place à quelques feux de peloton bien sentis : une fois de plus l'ordre règne à Varsovie.

    Du canon aussi quelquefois, mais plus rarement.

    ...Chassons vite ces noirs pensers, en nous remémorant quelques joyeux fantaisistes de la répression.

    Ce général, par exemple, de Castellane, noyant les manifestants marseillais sous des flots d'harmonie et les dispersant par le moyen de musiques militaires que les émeutiers dillettanti s'empressaient de suivre.

    Le maréchal Lobau n'hésitait pas non plus à inonder les turbulents : mais, lui, c'était sous des flots d'eau que d'énergiques pompiers parisiens leur prodiguaient sans compter.

    Le souvenir du maréchal Lobau me hantait, l'autre jour, pendant que, tout fier de son idée, notre excellent préfet de police nous développait le nouveau système de rétablissement de l'ordre dans la rue.

    Oh ! il n'y va pas de main morte, M. Lépine !

    Reste à savoir comment la population parisienne prendra le procédé.

    ........................................................................................................................................................

    Vous avez tous entendu parler de l'air liquide.

    Vous n'ignorez pas que, grâce à l'ingénieux procédé de notre ami Georges Claude, la liquéfaction de l'air est devenue un simple jeu d'enfant, à la portée des plus petites bourses.

    Je vous sais trop au courant des choses de la science pour insister sur le résultat obtenu dès qu'on met à air libre un gaz liquéfié.

    Par sa brusque détente, ce gaz détermine un violent abaissement de la température, abaissement qui va jusqu'à la congélation des liquides ambiants.

    Une goutte d'air liquide sur la main, et, crac ! vous voilà la main gelée !

    C'est plutôt, n'est-il pas vrai, brutal ?

    Eh bien ! Tel est pourtant le procédé que M. Lépine n'hésite point, mesdames et messieurs, à adopter en grand pour la dispersion des manifestants.

    Il les dispersera -comme c'est malin !- en les gelant sur place, dans des flots d'air liquide.

    Et voilà comment, une fois de plus, mon pauvre ami Claude, la science se verra retournée de force contre la civilisation !

    ............................................................................................................................

    J'ai visité tout le nouveau matériel de notre ingénieux préfet, pompes et réservoirs.

    C'est joli, c'est coquet, c'est scientifique et simple.

    C'est bien astiqué ; mais comme cela vous fait regretter ce pauvre Phoebus de Châteaupers et son peloton d'archers !

    Alphonse Allais dans "Le Journal" (15 août 1902)

  • Revue de presse BD (88)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,hebdomadaire,88,hommage,cavanna,philgreff,blog,choron,père lachaise,évangile,instits,profs,siné-hebdo,cambriolage,angoulême,fibd,joe sacco,soda-stream,jacques tardi,palestinien,israël,territoires occupés,préfet,charente,japonais,next-door,éditeur,bordel,militaire

    + "Je n'ai pas lu beaucoup de "grands" philosophes, mais j'ai lu Cavanna (...) et ce qu'il a écrit a fortement marqué mon esprit et ma pensée.", ainsi Philgreff a-t-il tenu à rendre hommage sur son blog à François Cavanna, incinéré aujourd'hui au Père Lachaise (+ portrait).

    On n'est pas obligé de partager le préjugé de Cavanna en faveur des instits et des profs, qui ne font jamais que perpétuer le bourrage de crâne clérical -beaucoup prennent pour paroles d'évangile ce qu'ils apprennent à l'école-, cela dit il faut tirer un coup de chapeau à Cavanna pour avoir tenu cette gageure, avec le Pr Choron et Cabu, de fonder un journal indépendant.

    + "Siné-Hebdo", après avoir été sauvé de la faillite par une souscription de ses lecteurs est de nouveau menacé à la suite d'un cambriolage suspect intervenu quelques jours avant le bouclage.

    + Le financement du festival d'Angoulême par une firme implantée dans les territoires palestiniens occupés par Israël (Soda-Stream) a déclenché un tollé a posteriori chez certains auteurs, dont Jacques Tardi et le Malto-Américain Joe Sacco, pour qui ce genre de financement est compromettant. Mais le FIBD n'est-il pas une entreprise commerciale avant tout ?

    + Le préfet de la Charente est intervenu pour ordonner l'expulsion de l'éditeur japonais Next-Door, venu manifester au FIBD le mécontentement de certains Japonais vis-à-vis de l'exposition sur les bordels militaires nippons qui faisaient travailler des femmes coréennes ou philippines pendant la seconde guerre mondiale. A tout prendre, cette deuxième affaire est plus inquiétante : outre que les Français feraient mieux de s'en prendre à leur propre armée et à leurs propres bordels militaires, l'intervention de représentants de l'Etat pour dire ce qu'il est permis de dire ou ne pas dire, d'exposer ou ne pas exposer, laisse penser que la circulation des idées est désormais au niveau de la circulation automobile, domaine où l'arbitraire est moins gênant.

    Le directeur du festival, Frédéric Bondoux, s'est défendu en affirmant que le FIBD donne exclusivement la parole aux auteurs. En réalité, il la donne aussi à des politiciens, des publicitaires et des éditeurs. Si le président Poutine déclare que les Jeux olympiques sont une manifestation sportive avant tout, qui le prendra au sérieux ?

    + Dans une interview donnée au "Nouvel Obs", Isabelle Franquin, fille de qui on sait, estime que l'on rend peut-être trop hommage à son père, et pas assez à Raymond Macherot ou Jijé. Elle trouve en outre que l'on exagère le tempérament dépressif de son père (il est vrai que l'humour noir est rarement le fait des personnes dépressives, qui préfèrent de loin l'art masturbatoire). Isabelle Franquin tient aussi de son père que "L'admiration des autres peut paralyser la liberté de création."

    + Le dessin du jour est une parodie de manga par Tarmasz, dont le blog-bd a remporté le concours de blog-bd du 41e festival d'Angoulême. La jeune femme pratique aussi l'art du tatouage, qui est comme la BD un art cellulaire.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,hebdomadaire,88,hommage,cavanna,philgreff,blog,choron,père lachaise,évangile,instits,profs,siné-hebdo,cambriolage,angoulême,fibd,joe sacco,soda-stream,jacques tardi,palestinien,israël,territoires occupés,préfet,charente,japonais,next-door,éditeur,bordel,militaire,frédéric bondoux,isabelle franquin,nouvel obs,humour noir,tarmasz,blog-bd,manga,parodie