Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islam

  • L'Arabe du Futur - tome 3***

    Succès de librairie inattendu en 2014, "L'Arabe du Futur" compte depuis deux tomes supplémentaires, et unwebzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,kritik,critique,riad sattouf,arabe,futur,syrie,satirique,laïcité,islam,bachar el assad quatrième devrait paraître en 2018. Pour mémoire cet auteur franco-syrien y raconte son enfance, dont le plus clair se déroula au Moyen-Orient, notamment en Syrie où le père de Riad Sattouf exerçait un emploi de fonctionnaire (prof de fac).

    Le tome III retrace les souvenirs des années 1985 à 1987, quand l'auteur avait de sept à neuf ans.

    Le principal reproche que l'on peut faire à l'auteur est de ne pas se renouveler : les tomes se suivent et se ressemblent. Cependant les lecteurs agacés par les récits d'autofiction un peu vains trouveront ici leur compte car l'auteur parvient à donner à son récit une portée générale.

    Alors que Riad Sattouf s'est fait remarquer au cours des dernières années par des prises de position publiques assez démagogiques (typiques de la gauche libérale), "L'Arabe du Futur" aborde au contraire sans hypocrisie, de manière satirique, le problème du rapport de la culture laïque moderne avec la religion; c'est d'autant plus utile que cette question donne lieu en France à des débats aussi stériles que passionnés, orchestrés par les partis politiques.

    "L'Arabe du Futur" nous montre que la religion mahométane est, en Syrie, la religion des familles paysannes pauvres et frustes. Dans ce milieu, dont le père de R. Sattouf est issu, sévit en outre un antisémitisme à la fois viscéral et superficiel, conséquence du nationalisme arabe et de la haine de l'Occident, à commencer par les Etats-Unis. "Juif" est à peu près synonyme de "traître" dans le vocabulaire des gosses syriens, ce qui n'est pas sans rappeler le "Boche" de la France de la fin du XIXe siècle, et l'assimilation dans la littérature antisémite de ce temps-là des Juifs aux Allemands.

    Le père de R. Sattouf est un personnage charnière: son ambition sociale le place en porte-à-faux vis-à-vis de sa famille et de son éducation traditionnelle. Il penche du côté du modèle laïc républicain à la française, incarné à la fin des années 80 par le père de l'actuel président-dictateur, Hafez el Assad. De façon significative, l'esprit de revanche des élites arabes ne les empêche pas d'imiter la formule laïque occidentale qui, à leurs yeux, a fait ses preuves sur le plan politique. La réussite scolaire est une des principales valeurs inculquées à Riad par son père.

    La position de monsieur Sattouf père est comparable à celle des catholiques en France, militant à la fois pour la laïcité et pour la religion, c'est-à-dire le maintien de certaines coutumes religieuses. On le voit ainsi se plier au ramadan, non par conviction religieuse mais par piété filiale, tout en vantant le mérite du jeûne... sur le plan médical.

    Cet homme relativement émancipé des prescriptions religieuses, qui a osé épouser une "infidèle" française, se montre d'ailleurs lucide à propos de la culture laïque occidentale: celle-ci accorde à l'argent une place au moins aussi importante que la place accordée par la culture traditionnelle à dieu. Or le noeud du problème est bien là: le culte du veau d'or entraîne-t-il moins de superstition et de fanatisme que le culte d'Allah ou Mahomet ? Certains aspects de la culture occidentale indiquent qu'il n'en est rien.

    Le tableau que R. Sattouf brosse parallèlement de sa famille maternelle française, installée dans la région de Saint-Brieuc (Bretagne), indique bien que la principale différence culturelle est en termes d'aisance matérielle et de confort. R. Sattouf ne se montre par moins critique avec sa mère, pour qui l'exil en Syrie est de plus en plus pesant, et dont les revendications féministes ont une connotation assez matérielle.

    R. Sattouf ne tombe pas dans le piège d'une opposition manichéenne entre les différentes cultures de ses parents. 

    L'Arabe du Futur- tome 3, par Riad Sattouf, Allary éditions, 2016.

  • Caricature Elisabeth Badinter

    La Semaine de Zombi. Samedi : Entre "être à l'aise" et "être libre", il y a une différence qu'Elisabeth Badinter n'a pas l'air de voir.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,élisabeth badinter,voile,tchador,féminisme,islam,mary shelley,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Revue de presse BD (168)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,décembre,168,2015,charlie-hebdo,wolinski,abstentionniste,reiser,hara-kiri

    + Il ne s'agit pas de militer ici pour l'abstentionnisme en cette période de scrutin régional, mais plutôt de mesurer l'évolution de "Charlie-Hebdo", moins militant et moins proche du pouvoir dans sa version "canal historique", comme témoigne la "Une" ci-dessus, signée Wolinski (on en trouvera d'autres signées Reiser). On a tort d'imputer au seul Philippe Val le changement de cap opéré par l'hebdomadaire lors de sa refondation en 1992. Il s'agit d'un mouvement plus profond, qui a d'ailleurs permis à l'islam et au FN, dans des milieux différents, d'incarner une forme de contre-culture, comme "Hara-Kiri" autrefois.

    + Le site "La Quadrature du Net" reproche au gouvernement d'avoir prorogé l'état d'urgence sans raison valable, et d'avoir profité ainsi de l'aubaine des attentats ; de fait, on n'interdit pas la circulation automobile sous prétexte qu'elle fait des milliers de morts par an. "La Quadrature du Net" fait aussi le bilan du renforcement des prérogatives accordées à la police sans contrôle judiciaire, à l'occasion de la nouvelle loi sur l'état d'urgence... votée en état d'urgence (le 19 novembre). Les principaux membres du gouvernement et des partis d'opposition ratent rarement une occasion, à la suite d'un attentat, de mettre en cause l'internet.

    + L'ancien ministre du gouvernement Sarkozy et député Laurent Wauquiez a récemment avoué publiquement sa... bédéphilie. Les aventures de Blueberry et les BD de Bilal seraient ses préférées. Faut-il faire un rapprochement, certain psychanalyste a fait la comparaison entre la lecture de bandes-dessinées et la masturbation chez l'adolescent de sexe masculin ?

    Certains prétendent que la BD a acquis le statut d'art, avançant comme preuve les records atteints dans les ventes aux enchères par des planches originales. Mais cela revient à réduire l'art au côté "bling-bling" des salles de vente. Bien que la BD soit le sujet de thèses universitaires de plus en plus souvent, voire enseignée en fac, on s'interroge rarement sur ce qui, dans la BD, appartient au domaine de la culture de masse, et ce qui au contraire y échappe. Le plus souvent c'est l'étude stylistique qui est préférée, c'est-à-dire un angle technique assez creux.

    + Certains voudraient opposer à l'islam la laïcité ; c'est sans doute voué à l'échec. Non seulement parce que, en matière de laïcité, chacun voit midi à sa porte, mais aussi parce que la culture laïque républicaine a joué un rôle important afin de légitimer les guerres coloniales.

    Au demeurant l'art et la culture ont une dimension religieuse éminente ; on peut même dire qu'à travers la culture dominante et la contre-culture, ce sont deux conceptions religieuses de l'art qui s'affrontent. Prenons, par exemple, le fameux tableau de Delacroix représentant la "Liberté guidant le peuple" : son symbolisme est on ne peut plus mystique ou religieux, et son interprétation relève le plus souvent de la catéchèse naïve, occultant des pans entiers de l'évolution politique de la France depuis l'Ancien Régime. La révolte parisienne des "Trois Glorieuses", dont Delacroix part pour peindre son allégorie, contribua à renverser une monarchie, certes, mais cela au profit d'une autre monarchie. La République n'est pas moins vierge que la monarchie d'actions répressives contre le peuple et les ouvriers. On voudrait faire croire que la République moderne descend directement de la philosophie des Lumières, mais elle découle beaucoup plus probablement de l'Empire napoléonien, le plus restrictif en matière de libertés publiques. Pour finir, l'incarnation de la liberté par une femme à demi-nue est une mythologie pour le moins rocambolesque. Cette femme est la même que l'on retrouve sur les pièces de monnaie française, "semeuse" représentant la fécondité. On voudrait poser l'équation de la liberté et de l'argent, on ne s'y prendrait pas autrement. D'ailleurs Delacroix n'était pas dupe de ces symboles, qui vitupérait son époque en parlant de "régime d'agioteurs" et de "panhypocrisiade universelle".

    + Le webzine Zébra se décline cette année en un petit mensuel de 4 p., auquel il est possible de s'abonner en écrivant à zebralefanzine@gmail.com, ou bien de lire gratuitement sur le site de partage de fichiers issuu.com. Le n° de décembre vient de paraître.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue de presse,décembre,168,2015,charlie-hebdo,wolinski,abstentionniste,reiser,hara-kiri,quadrature du net,état d'urgence,islam,laïcité,liberté guidant le peuple,delacroix,trois glorieuses,panhypocrisiade,issuu.com,mensuel

  • New World Music

    dessin de Jon X

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,eagles of death metal,bataclan,islam,musique,dessin,presse,satirique,editorial cartoon

  • Revue de presse BD (164)

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,novembre,2015,revue de presse,jacques tardi,dessin-animé,avril,monde truqué,uchronie,albert robida,caricaturiste,bibliothèque,paris,seine saint-denis

    Croquis de J. Tardi pour "Avril et le Monde truqué"

    + Jacques Tardi ("Adèle Blanc-Sec", "Nestor Burma") a supervisé un dessin-animé actuellement à l'écran, "Avril et le Monde Truqué". Il s'agit d'une uchronie, c'est-à-dire d'un genre politique qui consiste à refaire le monde du passé. Le dessin-animé est un art techniquement fascinant, et Tardi et son équipe ont choisi un scénario qui implique de nombreuses machines fantastiques qui rappellent les créations de l'auteur de BD et caricaturiste Albert Robida (1848-1926) ; celui-ci anticipa dans ses dessins les méthodes de guerre ultra-violentes du XXe siècle, ainsi que le téléphone, la pollution, le féminisme et le tourisme de masse.

    + Dans "C'était Charlie", Philippe Val, ex-rédacteur en chef de l'hebdomadaire satirique règle ses comptes avec son camp politique, accusant en particulier la "gauche radicale" de collaboration avec l'islam. "On n'a pas été chercher l'islam, c'est l'islam qui est venu nous chercher !", a déclaré P. Val dans une interview à "Europe 1" aujourd'hui. Le fait est que les pamphlets contre le Coran étaient surtout le dada de Charb, héritier d'un anticléricalisme républicain indissociable de la propagande colonialiste du siècle dernier, et ignorant du fait religieux contemporain (la culture de masse n'est pas moins religieuse que l'islam).

    Chacun se fera son opinion sur les schismes à l'intérieur de la gauche, consécutifs à l'exercice du pouvoir par ce parti pendant plusieurs décennies (l'idéalisme a fait place à un machiavélisme de plus en plus évident) ; mais on peut se demander ce qui a pu pousser une personnalité aussi étrangère à l'humour et à la satire, tel qu'est toujours apparu P. Val dans ses éditoriaux et ses chansons, à s'en mêler. "Charlie-Hebdo" était principalement redevable à P. Val de sa gestion de bon père de famille, et c'est d'ailleurs l'argument que Cabu utilisa toujours pour défendre son ami.

    + La bibliothèque numérique de la ville de Paris vient d'ouvrir et propose donc l'emprunt de livres sous la forme de fichiers numériques aux Parisiens. Certains en contestent déjà le principe, sous prétexte qu'il ne serait pas égalitaire. Mais qu'y a-t-il de moins égalitaire que la lecture ? Certains lisent pour se divertir, tandis que d'autres, au contraire, cherchent par la lecture à échapper au divertissement.

    Plus intéressante la question des méthodes d'achat de nouveaux livres par les bibliothèques, à Paris ou ailleurs. Ces méthodes sont en effet particulièrement opaques. Elles pèsent beaucoup sur la survie de certains auteurs ou éditeurs, tant les volumes sont importants. Certains choix peuvent surprendre comme l'achat de "best-sellers" par les bibliothèques, ou encore l'importante proportion d'ouvrages du XXe et XXIe siècle, en comparaison d'ouvrages plus anciens plus rares. Il semble que la conception la plus vague de la culture préside au choix des nouvelles acquisitions.

    Une association de lecteurs en Seine-Saint-Denis dénonçait récemment le contrôle exercé par les autorités politiques de ce département sur l'approvisionnement des bibliothèques. Mais le contrôle des bibliothèques représente probablement un enjeu politique moindre, en comparaison du contrôle de la presse et de la télévision.

    + Dans la mesure où elle est liée à la fiction, notamment celle destinée aux enfants, la BD est proche parente de l'architecture ; l'intérêt de certains auteurs pour cet art abstrait n'est donc pas surprenant ; en particulier lorsque cet auteur vit comme François Avril à Bruxelles, ville très variée sur le plan de l'architecture, à l'opposé de Paris qui évoque plutôt une gigantesque caserne.

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,novembre,2015,revue de presse,jacques tardi,dessin-animé,avril,monde truqué,uchronie,albert robida,caricaturiste,philippe val,c'était charlie,charb,islam,coran,bibliothèque,paris,seine saint-denis,expo,architecture,françois avril,bruxelles

    Gratte-ciel par François Avril, exposé jusqu'au 21 novembre à Bruxelles (galerie Huberty-Breyne).

     

  • Caricature Dalil Boubakeur

    La Semaine de Zombi. Samedi : Rien de tel qu'un petit thé vert glacé pour vous aider à supporter la sempiternelle violence du monde.

    webzine,gratuit,zébra,bd,fanzine,bande-dessinée,caricature,dalil boubakeur,islam,thé vert,mosquée,zombi,dessin,presse,satirique,editorial cartoon

  • Caricature Tariq Ramadan

    La Semaine de Zombi. Dimanche : Après tout, l'application de la charia en France, dans certaines régions, avec parcimonie et discernement bien entendu, ne ferait pas de mal. Je pense en particulier à la Bretagne, où l'alcoolisme fait des ravages et les femmes ont un pouvoir excessif.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,tariq ramadan,islam,modéré,charia,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi