Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

féminisme - Page 3

  • Femme plurielle

    La Semaine de Zombi. Mardi : Il est vrai que l'on doit à l'islam d'avoir inventé le seul vêtement qui oblige les hommes à regarder les femmes dans les yeux.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,journée,femme,voile,tchador,féminisme,2016,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Paix du ménage ?

    par l'Enigmatique LB

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,femen,ménage,féminisme,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,lb

  • Revue de presse BD (172)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier 2016,revue de presse,charlie-hebdo,fabrice nicolino,jean-michel apathie,europe 1,riss,allah,mahomet,laïcité,catherine meurisse,charb,portrait,ironique,cène,cabu,antimilitariste,festival,angoulême,riad sattouf

    Charb, entouré par la rédaction de "Charlie-Hebdo" en p.2-3 du "Charlie-Hebdo" "spécial attentat", par Catherine Meurisse, parodiant ainsi la "cène" (dernier repas de Jésus avant son assassinat).

    + Hier (6 janvier), la rédaction de "Charlie-Hebdo" a publié un numéro spécial souvenir de l'attentat qui coûta la vie à une bonne partie des dessinateurs. On peut y lire notamment un récit détaillé plutôt macabre de la tuerie (un plan des lieux est même fourni) par Fabrice Nicolino ; celui-ci fut touché lors de la fusillade par trois balles de fusil-mitrailleur. Le même jour, ce journaliste a fustigé avec véhémence au micro de Jean-Michel Apathie (11') ("Europe 1") la récupération de cet événement sinistre par le chef de l'Etat afin de "relancer sa carrière".

    La Une signée Riss représente cette fois, non pas Allah ou le prophète Mahomet, mais un dieu plus difficile à identifier - le dieu des juifs et des chrétiens ? Ce pourrait aussi bien être le "grand architecte de l'univers" de Voltaire, ou bien "l'être suprême" des pères fondateurs de la République française. La rédaction de "Charlie-Hebdo" a sans doute voulu éviter l'accusation d'acharnement contre la communauté musulmane, tout en maintenant une ligne anticléricale.

    Un an après, ce qui a changé, c'est surtout que "Charlie-Hebdo" n'est plus un petit hebdo satirique acculé à la faillite, mais un titre de presse à fort tirage, connu dans le monde entier, et devenu "à l'insu de son plein gré" un "symbole national". Quelques dessinateurs s'efforcent d'ailleurs de plaisanter sur ce nouveau statut encombrant pour un journal satirique. D'autres mettent en avant leur combat pour la laïcité ; mais de quelle laïcité parle-t-on ? De celle qui a servi à justifier idéologiquement la conquête de territoires africains peuplés de mahométans ? Etre antimilitariste et républicain à la fois, comme l'étaient Cabu et Charb, revient plus ou moins à être schizophrène.

    + Un petit scandale ne peut pas nuire à la publicité, et chaque année le festival de BD d'Angoulême connaît son esclandre, quelques semaines avant l'ouverture (fin janvier). Riad Sattouf ("L'Arabe du Futur") a mis le feu aux poudres cette semaine en demandant que son nom soit retiré d'une liste de nominés au grand prix décerné par le festival, au motif que cette liste est exclusivement composée d'hommes. Rappelons que l'année dernière Riad Sattouf s'était vu décerner le fauve du meilleur album.

    Accusé de sexisme, le festival s'est défendu par la voix de son directeur Franck Bondoux ; celui-ci a fait remarquer que le métier d'auteur de BD est très majoritairement un métier d'homme, et que de même ne sont exposés au Louvre que très peu de tableaux peints par des femmes. Cela dit la direction du festival a cédé à la pression médiatique et décidé d'inclure quelques femmes dans la sélection ; on peut se demander si cette sélection ne sera pas encore plus humiliante pour les auteures choisies ?

    N'y a-t-il que Claire Bretécher pour avoir les couilles de dire que le féminisme est souvent chiant et dogmatique ? Par ailleurs il faudrait se demander si la morale américaine des quotas en faveur des noirs a véritablement été efficace pour diminuer la ségrégation raciale ? Rien n'est moins sûr.

    + Le concours "Jeunes talents" du même festival propose quant à lui une liste de candidats nominés majoritairement de sexe féminin. Les candidats sont départagés à partir d'une planche. Elles seront exposées au festival et l'on peut se procurer le catalogue de l'expo en écrivant à info@bdangouleme.com. Outre une Emilie Charia très oecuménique, Zébra a remarqué les illustrations de Clémence Hanssler (25 ans, LISAA Strasbourg) et les paysages inquiétants de Claire Le Gal (Ecole Estienne-Arts déco. Paris), ci-dessous :

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier 2016,revue de presse,charlie-hebdo,fabrice nicolino,jean-michel apathie,europe 1,riss,allah,mahomet,laïcité,catherine meurisse,charb,portrait,ironique,cène,cabu,antimilitariste,festival,angoulême,riad sattouf,sexisme,franck bondoux,claire bretécher,féminisme,expo,concours,jeunes talents,2016,émilie charia,claire le gal,école estienne,clémence hanssler,lisaa strasbourg

    "Tonnerre", par C. Hanssler

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,janvier 2016,revue de presse,charlie-hebdo,fabrice nicolino,jean-michel apathie,europe 1,riss,allah,mahomet,laïcité,catherine meurisse,charb,portrait,ironique,cène,cabu,antimilitariste,festival,angoulême,riad sattouf,sexisme,franck bondoux,claire bretécher,féminisme,expo,concours,jeunes talents,2016,émilie charia,claire le gal,école estienne,clémence hanssler,lisaa strasbourg

    Paysage, par C. Le Gal

     

     

  • Revue de presse BD (171)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue de presse,170,actualité,décembre,2015,walter elias disney,documentaire,arte,hergé,dessin-animé,culture de masse,jacques rampal,jean-claude morchoisne,ces animaux qui nous gouvernent,presse-océan,maison fumetti,gwen de bonneval,cyril pedrosa,tangui jossic,morris,goscinny,lucky-luke,mark twain,cacouac

    Un des plus vieux croquis répertoriés de Walt Disney (1918), vendu récemment aux enchères à New York

    + Visible jusqu'à dimanche prochain sur "Arte-replay", un long documentaire (plus de 3 heures) en deux volets consacré à Walter Elias Disney qui, nous dit le reportage, "transforma le dessin-animé en art". La formule est un peu pompeuse et ne veut pas dire grand-chose. Le documentaire n'est pas assez critique, mais comporte de nombreuses images d'archives et brosse un portrait assez fouillé de ce personnage hors du commun, "self made man" américain sorti apparemment de nulle part. On sait les points communs entre le cinéma d'animation et la BD franco-belge, cette dernière étant un cinéma d'animation "bon marché", du moins à ses débuts. Walt Disney et le Belge Hergé ont d'ailleurs quelques points de ressemblance, dont la soif de reconnaissance et une enfance un peu triste. On aurait aimé un propos plus critique, non pas tant à propos de Walt Disney que de son art emblématique de l'Amérique de la première moitié du XXe siècle ou de la culture de masse. L'usage politique du rêve et du divertissement demeure en effet un sujet d'actualité.

    + Signalons le décès de Jacques Rampal (19 décembre), qui collabora pendant de longues années au journal "Pilote" et publia avec le dessinateur Jean-Claude Morchoisne et Jean Mulatier une série de portraits-charges d'hommes politiques, transformés en animaux, qui fut un succès de librairie ("Ces Animaux qui nous gouvernent", 1984).

    + "Presse-Océan" annonce que la ville de Nantes va se doter d'une maison de la bande-dessinée en 2016, la "maison Fumetti", vaste de 600 m2 et qui sera dirigée par Gwen de Bonneval, Cyril Pedrosa et Tangui Jossic, auteurs de BD. "Fumetti" est le mot pour dire "bandes-dessinées" en... italien ; c'est sans doute pour faire "style".

    + La querelle qui divise la gauche à propos de l'islam et de "Charlie-Hebdo" n'aura connu qu'une courte trêve après l'attentat contre l'hebdomadaire. Cela prouve que l'idéologie, comme la religion, crée un sentiment d'unité superficiel. La militante féministe Caroline Fourest a pris part récemment aux hostilités, rédigeant une tribune dans le magazine "Transfuge" (11 Novembre). Sa prise de position en faveur de Philippe Val a le mérite d'être claire. "(...) Ma bande à moi, celle que j'admirais, venait de la "Grosse Bertha". Les éditos fracassants de Val ; Cabu, notre maître à tous. Et cette ribambelle de dessinateurs, furieusement doués, qu'ils ont mis sur orbite : Charb, Luz, Riss, Tignous, Honoré..."

    Et C. Fourest de qualifier au passage "l'autre "Charlie", l'ancienne version lancée par Cavanna et Choron, de "journal potache, vaguement anar". C. Fourest est libre de préférer Luz, Charb et Riss à Reiser ; d'autres ont témoigné dans le sens contraire, comme Willem. Cabu, dont on peut croire l'avis sérieux, s'est toujours prudemment gardé d'un jugement artistique.

    La militante dit ailleurs : "(...) On se moquait des garçons et de leurs dessins sexistes. Ils le prenaient bien, surtout Tignous, avec des airs d'ourson dépité. (...) Des années plus tard, les voilà convertis aux FEMEN. Quel trajet."

    A juste titre, Caroline Fourest explique dans sa tribune que l'humour permet souvent de surmonter les divisions idéologiques ; en revanche, elle n'a jamais parue plus disposée à plaisanter sur le sujet du féminisme, qui semble lui tenir à coeur au moins autant qu'à raison, que certains musulmans ne semblent disposés à entendre les plaisanteries des Occidentaux concernant Allah. L'humour des sectateurs des valeurs républicaines (parmi lesquelles "l'égalité" paraît aussi improbable que certains principes religieux), est une notion aussi incertaine que l'humour du pape ou de la Reine d'Angleterre. Si C. Fourest prenait la peine de se renseigner sur la presse satirique française, elle pourrait constater que très rares sont les humoristes ou les titres de presse qui ont mis en avant de telles "valeurs républicaines".

    + Le festival d'Angoulême qui se tiendra fin janvier a décidé d'accorder cette année en l'exposant une place d'honneur à Morris et son célèbre "Lucky-Luke", produit largement de conserve avec Goscinny. Les deux auteurs avaient réussi dans quelques albums de la série à faire passer un peu de l'esprit de la conquête de l'Ouest et des pionniers, en y ajoutant une note d'humour.

    Paradoxalement, "Lucky-Luke" est plus réaliste que de nombreux westerns, Goscinny ayant eu la bonne idée de s'inspirer du témoignage d'un authentique pionnier, Mark Twain. On attribue à Morris l'invention de l'expression "Neuvième art", mais Morris a toujours tenu, comme Goscinny du reste, à se démarquer d'un certain intellectualisme : "Non, nous qui les créons, les BD, nous ne prenons pas très au sérieux toute cette très pompeuse littérature." ("Giff Wiff", 1965) - sage méfiance des cacouacs, d'ailleurs, car l'académisme n'est jamais très loin de l'intellectualisme.

     

  • Le Strip de Lola

    Le strip hebdo de Lola (par Aurélie Dekeyser)

     

    webzine,bd,gratuit,zébra,bande-dessinée,fanzine,strip,lola,aurélie dekeyser,mode,féminisme,humour,gag

  • Caricature Nabilla

    La Semaine de Suzette Zombi. Jeudi : le moins qu'on puisse dire, c'est que Nabilla rompt avec une tradition de féministes issues de la grande bourgeoisie, comme Simone de Beauvoir ou Elisabeth Badinter, lisant Hegel et n'ayant pas tout à fait réglé leur "complexe d'Ophélie". Avec Nabilla, la guerre des sexes sera sanglante ou ne sera pas.

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,nabilla,hollande,sarkozy,féminisme,simone de beauvoir,elisabeth badinter,dessin,presse,editorial cartoon,zombi

     

     

  • Revue de presse (103)

    webzine,gratuit,bande-dessinée,zébra,fanzine,bd,revue de presse,hebdomadaire,103,fresque,football,sao paulo,paulo ito,street-art,banksy,webby award,culture,numérique,cinéma,malraux,dessin

    + Avec cette fresque peinte sur le mur d'une école de Sao Paulo, à moins d'un mois de la coupe du monde, l'artiste brésilien Paulo Ito a fait mouche et déclenché un buzz d'une ampleur qu'il n'imaginait même pas, mettant même le gouvernement progressiste de son pays, dont l'artiste se dit proche, en difficulté.

    + Le street-artiste Banksy, lui, dont on ne sait s'il s'agit d'un individu ou d'un collectif, a reçu le "Webby award 2014" de la personnalité préférée des internautes. Banksy sait en effet parfaitement conjuguer les moyens modernes d'exposition, dont l'internet fait partie, pour faire passer des messages subversifs, notamment contre la propriété intellectuelle ou les moyens de protection renforcée des biens. On remarque que le dessin s'impose, en raison de son impact, dès qu'il s'agit de faire passer des messages subversifs, contre la photographie et le cinéma, dont l'impact est lié à la quantité et à la répétition. Aucune expression n'est plus fausse que celle de "culture de l'image" pour désigner la culture moderne, puisque la culture numérique peut être qualifiée de culture "aveugle". On a tort de parler du cinéma comme d'un art visuel ; Malraux dans sa tentative de justifier ce procédé mécanique comme un art ("Ecrits sur l'art"), passe par un raisonnement adapté à la musique et non au dessin.

    + "Les Vieux Fourneaux" (P. Cauuet & W. Lupano) a reçu le prix de la meilleure BD 2014 des libraires. Cet album (incomplet) est assez nettement gérontophile, comme son titre l'indique. "Les Vieux Fourneaux" faisant l'apologie des ex-rebelles de Mai 68, contre les ex-CRS, secrétaires de direction ou notables, j'ai pensé en le feuilletant à la théorie de Charles Fourier de l'harmonie sexuelle entre les vieillards et les jeunes femmes ; de fait le féminisme passe beaucoup moins bien dans les quartiers ou les pays plus jeunes. Manifestation contre la nostalgie, Mai 68 est devenu désormais un sujet de nostalgie. De la part des libraires, ce choix est assez habile vu leur clientèle.

    + Le Petit Robert 2015, suivant une astuce là encore commerciale, a ajouté dans sa nouvelle édition deux nouveaux mots en rapport avec la BD, "comics" et "super-héros". En définitive le principal super-pouvoir de l'homme moderne est d'ajouter de nouveaux mots aux anciens.

    + Le dessin de la semaine est extrait de "Les Coquins" de Marion Fayolle, qui joue avec le burlesque des métaphores sexuelles.

     

    webzine,gratuit,bande-dessinée,zébra,fanzine,bd,revue de presse,hebdomadaire,103,fresque,football,sao paulo,paulo ito,street-art,banksy,webby award,culture,numérique,cinéma,malraux,dessin,vieux fourneaux,buzz,libraires,cauuet,lupano,gérontophile,mai 68,charles fourier,féminisme,petit robert,comics,vocabulaire,super-héros,coquins,marion fayolle,burlesque