Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mark twain - Page 2

  • Réduction de tête

    ...littéraire (pour faire de la place dans ma bibliothèque).

     

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,antistyle,littéraire,critique,littérature,portrait,écrivain,caricature,citation,mark twain,amérique,ignorance,confiance,réussite

  • Réduction de tête

    ...littéraire (pour faire de la place dans ma bibliothèque).

    Cette semaine, deux Georges (Orwell et Bernanos) - faut-il rappeler que Georges est un super-héros qui combat le dragon ? Faut-il rappeler que le dragon est le symbole du socialisme ?

     

    webzine,zébra,gratuit,bd,fanzine,bande-dessinée,antistyle,littéraire,critique,littérature,portrait,écrivain,caricature,citation,super-héros,intellectuel,dragon,george orwell,george bernanos

    La semaine prochaine : Mark Twain et Maurice de Bevère

  • La Vie sur le Mississippi****

    Samuel Clemens, alias Mark Twain, emprunte son pseudonyme au vocabulaire du pilotin, métier qu’il webzine,gratuit,bd,bande-dessinée,zébra,critique,chronique,mark twain,samuel clemens,goscinny,lucky-luke,giraud,jijé,shakespeare,henry david thoreau,alphonse allais,grand will,stratford-sur-avon,mississipi,payotexerça d’abord avant celui de journaliste, guidant de grandes barges dotées d’une roue et leur fret sur le fleuve Mississippi ; ou se frayant un passage, plutôt, faudrait-il dire, au gré des crues et des décrues d’un fleuve, alors encore capable d’engloutir une ville entière, et de redessiner le pays. La profondeur de deux brasses («mark twain !») est une cote que gueule le guetteur, utile pour ne pas s’échouer sur un banc.

    Le chemin de fer relégua rapidement ces embarcations, si importantes au commencement. Mark Twain, bien que pionnier, en éprouve déjà la nostalgie quelques années plus tard. Il sait très bien faire saisir la différence entre une vie « sur les rails », et une vie déterminée par les turbulences, ou contre elles.

    D’aucuns voient en lui le père fondateur de la littérature américaine, à l’instar de Shakespeare pour les Anglais. De fait, le vif intérêt de Twain pour Shakespeare, au point de faire le voyage jusqu’à Stratford-sur-Avon, et de se ranger résolument du côté de ceux qui suspectent quelque mystère dans la biographie du grand Will, cet intérêt n’est pas le fait du hasard.

    Si Mark Twain n’est pas aussi radical que Shakespeare, pour qui la civilisation, définitivement, sent le gaz, du moins nous la peint-il, au stade embryonnaire, comme un gigantesque tohu-bohu, le tambour d’une machine à essorer l’homme. La succession d’anecdotes qui forment la trame de son récit valide assez le point de vue d'Alphonse Allais, pour qui les hommes les mieux adaptés en société sont les escrocs. Twain fait le portrait de quelques-uns, auxquels il n’hésite pas à se mêler, pour le besoin de ses investigations. Puisque l’escroquerie indique le sens de la vie, examinons-là de plus près pour ne pas mourir bête. Son compatriote Henry David Thoreau n’est pas si loin, que le constat de cette corruption conduisit à se réfugier au sein de la nature, suivant un mouvement dont plusieurs sectes encore aujourd’hui dans cette nation perpétuent, paraît-il, la tradition ascétique.

    Mark Twain est plus subtil que Thoreau, me semble-t-il, c’est-à-dire moins philosophe ou moins poète. Son propos illustre mieux que la principale nécessité pour l’homme de s’adapter vient de la nature elle-même, qui contraint l’homme à transiger. La culture est un tissu de conneries protecteur, une police d’assurance.

    René Goscinny fut bien inspiré de lire Mark Twain pour fournir à Morris quelques-uns des meilleurs scénarios de Lucky-Luke. C’est un cas d’adaptation d’une œuvre littéraire presque parfait, qui en traduit l’esprit sous une autre forme, non pas seulement un truc intertextuel ou référencé. Morris a placé les gosses qui le lisent dans la position de se méfier de la société des adultes, le plus souvent sans loisirs véritables, et absorbés par la compétition, dont le terme le plus violent est sans doute le choc des cultures, police d’assurance contre police d’assurance.

    D’aspect caricatural, le Far-West de Morris est plus réaliste que le western-spaghetti à la sauce Charlier ou Jijé ; même si Lucky-Luke reste une sorte de super-flic, comme il n’en existe pas dans la vraie vie.

    M. Twain fournit aussi la méthode aux dessinateurs qui veulent s’y essayer, d’un journalisme affranchi du devoir d’information. Twain s’affranchit des détails. Il invente, même, s’il le faut, pour captiver le lecteur ; mais toujours dans le sens du modèle. Ce sont les touristes qui ont besoin d’informations précises. Sous celles-ci, le lecteur d’un journal se noie. Pire, en termes d’information, la publicité peut s’avérer plus utile que le menu détail exotique. D’ailleurs la chronique de Twain ne se présente pas sous l’habillage respectable du devoir. Il chronique d’abord lui-même, non parce que c’est sa fonction, mais parce qu’il a soif de comprendre. D’ailleurs l’habit du devoir est celui qui sied le mieux à l’escroc ; à commencer par le pasteur, parfois.

    Marc Twain, La Vie sur le Mississippi, éd. Payot (2 tomes).

  • Revue de presse BD (34)

    fanzine,bd,zébra,caricature,bande-dessinée,illustration,sharon stone,achdé,maëster,wanted,lucky luke,western,mark twain,the believer,simpson,intello de gauche,george meyer,religion,vertron,rennes,breton,poésie,pamphlet,mahomet,charb,serge eisenstein,propagandiste,dessin,jacques tardi,légion d'honneur,saucisse,morteau,stalag iib,léo malet,louis-ferdinand céline,jean-patrick manchette,militaire

    + Les amateurs de femmes viriles (ou de cow-boys efféminés) apprécieront ce portrait de l'actrice Sharon Stone par Achdé, repreneur de "Lucky-Luke" pour le dessin. L'illustration est extraite d'un album produit par le dessinateur Maëster et sa femme, intitulé "Wanted". Pour moi, le seul, le vrai western, c'est "Lucky-Luke", et pas ces histoires de garçons vachers qui roulent des mécaniques, mais qui redoutent plus leur mère ou leur femme que les apaches ("Lucky-Luke", ou bien Mark Twain).

    + Jacques Tardi, dessinateur célèbre pour ses adaptations de Léo Malet, Louis-Ferdinand Céline et Jean-Patrick Manchette, vient de refuser la Légion d'Honneur qui lui avait été attribuée d'office. Curieusement Tardi n'invoque pas l'antimilitarisme parmi les raisons de son refus, bien que cet ordre a d'abord été inventé par un chef de guerre, pour récompenser la valeur militaire. A vrai dire, il semble aussi difficile de signer des ouvrages nettement antimilitaristes (c'est le cas de son dernier, "Stalag IIB") en étant titulaire de la légion d'honneur, que d'accepter d'entrer dans la confrérie de la saucisse de Morteau lorsqu'on est végétarien. Celui qui a pris l'initiative d'attribuer cette décoration n'avait donc pas pris la peine de lire Tardi. La gloire, comme les balles, est aveugle.

    + "The Believer" est une revue d'intellos de gauche yankees qui cause parfois de BD. Traduite en français, on peut se la procurer en librairie, mais au prix d'un bouquin plutôt que d'une revue (15 €). Dans la livraison datée de l'automne 2012, figure une interview plutôt intéressante de George Meyer, scénariste des "Simpson".

    "Les Simpson sont la seule vraie critique de la religion moderne acceptée par la culture populaire." : cette affirmation m'a un peu fait tiquer, cependant ; en effet la famille, le couple ou la religion catholique, ridiculisés dans la fameuse série, ne sont pas directement la première religion moderne ; ils le sont DERRIERE le pognon, divinité principale, sans laquelle les autres ne seraient pas. Or les milieux populaires ne sont pas les plus réticents à admettre cette évidence. Les anglophones pourront lire ici l'interview en anglais.

    + Le caricaturiste Charb confond "athéisme" et "mauvaise foi". Témoin, la manière dont il justifie un énième pamphlet contre Mahomet... Si Charb continue comme ça, même les plus fervents partisans de "Charlie-Hebdo" vont finir par devenir sceptiques.

    + Spéciale dédicace à qui Rennes, comme moi, rappelle les "400 coups" qu'il tira -ou qu'il prit-, avant que sa vie ne prenne une tournure plus académique - ce nouvel épisode de "la vie de Vertron". Les autres risquent d'en sentir moins la poésie ; la poésie, comme le plaisir, est largement conditionnée par la géographie ; de là vient que le Breton -cet être violent- donne parfois à sa dulcinée des noms de plage, ou quand c'est un marin tout simplement le nom du port.

    + Le dessin de la semaine est de Serge Einsenstein (le propagandiste soviétique), représentant la peur; d'autres dessins ici.

    (rdp par Zombi - leloublan@gmx.fr)

    fanzine,bd,zébra,caricature,bande-dessinée,illustration,sharon stone,achdé,maëster,wanted,lucky luke,western,mark twain,the believer,simpson,intello de gauche,george meyer,religion,vertron,rennes,breton,poésie,pamphlet,mahomet,charb,serge eisenstein,propagandiste,dessin,jacques tardi,légion d'honneur,saucisse,morteau,stalag iib,léo malet,louis-ferdinand céline,jean-patrick manchette,militaire

  • Revue de presse BD (21)

    fanzine,bd,zébra,revue de presse,bande-dessinée,illustration,propagande,pif,soviétique,petit patriote,vaillant,hergé,camp de concentration,guerre froide,mark siegel,sailor twain,mark twain,grand-papier,24 h de la bd,gratuite

    + La BD est un moyen de propagande idéologique privilégié en direction des enfants, comme nous le rappelle cet article sur "Pif", magazine instrumentalisé par la Russie soviétique pour faire pièce à des journaux pro-US (d'abord "Le Petit Patriote", puis "Vaillant", puis "Pif").

    La BD trouve depuis longtemps dans cette activité de propagande la principale source de financement. Hergé est souvent la seule cible des critiques, bien qu'il fut à la fois anti-américain et antisoviétique (pendant que Hergé dénonçait les camps de concentration russes, "Pif" les cachait), et bien que la guerre froide à laquelle ce matériel de propagande servait, fut une guerre dont l'enjeu était d'abord colonial.

    + "Selon l'Association des critiques de bande-dessinée, il y aurait environ 2000 auteurs, et près de 1500 tenteraient vraiment de vivre de leurs crayons et autres pinceaux. Le plus souvent ils s'en sortent "difficilement" et sont obligés d'avoir une autre activité, même si quelques centaines ont aussi de confortables revenus." "France-Cul" a recueilli les témoignages de jeunes auteurs de BD parisiens sur les difficultés du métier.

    + L'auteur-éditeur franco-américain Mark Siegel publie en feuilleton sur le web (7 planches/semaine au long de l'année 2012) une BD, "Sailor Twain", inspirée par le style mi-épique, mi-journalistique, du célèbre littérateur yankee Mark Twain. C'est un feuilleton didactique, puisque Siegel y explique pourquoi les Américains aiment tant sucer de la glace (pas que).

    + Les Belges de "Grand-Papier", qui diffusent de la BD gratuite sur leur site, organisent une édition des 24 heures de la BD les 13-14 octobre. Les inscriptions sont closes, et les boulimiques de BD devront trouver une autre crèmerie. Mais "Grand-Papier" a aussi créé une collection qui permet de lire une sélection des BD fabriquées dans ce cadre.

    + J'entame aujourd'hui une nouvelle rubrique, le dessin de la semaine :

    Halloween chez le corbeau et le renard, par Antoine.

    corbeau-renard.gif

     

  • De Caran d'Ache à Morris

    -E. Pollaud-Dulian, sur le blog "Illustrissimo", compare les dessins de Caran d'Ache, Gus Bofa et Maurice de Bévère (autrement dit "Morris") ; c'est notamment le cas en ce qui concerne les premiers albums de "Lucky Luke", avant que le dessin de Morris ne devienne plus nerveux et moins rond. Le caricaturiste Caran d'Ache (antidreyfysard comme Degas et Forain) a inspiré de nombreux illustrateurs.

    -D'ailleurs on peut relever que les premiers épisodes de "Lucky Luke" empruntent aux récits de voyage de Mark Twain autour du Mississipi (l'intrigue des "Rivaux de Painful Gulch" semble ainsi tirée d'une anecdote racontée par M. Twain sur la guerre aussi farouche qu'inepte que se livrent deux familles de fermiers, et présentée par l'écrivain comme authentique).

    fanzine,bd,zébra,emmanuel pollaud-dulian,morris,lucky luke,mark twain,maurice de bevere,illustrissimo,caran d'ache,antidreyfusard,gus bofa

    Caricature par Caran d'Ache.

    fanzine,bd,zébra,emmanuel pollaud-dulian,morris,lucky luke,mark twain,maurice de bevere,illustrissimo,caran d'ache,antidreyfusard,gus bofa

    Dessin de Gus Bofa

    fanzine,bd,zébra,emmanuel pollaud-dulian,morris,lucky luke,mark twain,maurice de bevere,illustrissimo,caran d'ache,antidreyfusard,gus bofa

    Couverture de "Lucky Luke" par Morris.