Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arles

  • Loving Vincent***

    Ce dessin-animé à partir des toiles de Van Gogh, racontant la fin dramatique de l'artiste, est le projetwebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,van gogh,loving,dessin-animé,hugh welchman,dorota kobiela,théo,arles,shakespeare,villiers de l'isle-adam,artaud d'un couple anglo-polonais (Hugh Welchman & Dorota Kobiela), assistés par des centaines de peintre recrutés par petites annonces.

    Prouesse technique, sans doute, que d'assembler des milliers d'images peintes sur toile pour former un film, néanmoins l'art de Van Gogh est tout sauf une prouesse technique ; Van Gogh signe des toiles qui émeuvent par leur simplicité. Shakespeare fait cette remarque que la rose, poussée et épanouie au centre du jardin, une fois fanée ne soutient même pas la comparaison avec l'herbe folle du bord des routes ; Van Gogh est cette mauvaise herbe qui éclipse un art devenu académique - pure perspective de voyeur.

    Ce n'est d'ailleurs pas une performance d'animer les toiles de Van Gogh, car comme le confesse H. Welchman, "la peinture de Van Gogh remue".

    Pour le moins discutable sur le plan esthétique -parfois la lourdeur technique inhérente au cinéma se fait sentir-, "Loving Vincent" permet de s'approcher sans voyeurisme excessif du "suicidé de la société", tel que A. Artaud résume Van Gogh justement, contre la tentative de faire entrer le peintre dans un tableau clinique.

    Sautant de tableau en tableau, on suit les pérégrinations d'un jeune modèle de Van Gogh rencontré en Arles, que son père charge d'acheminer une lettre de Vincent à Théo, peu après la mort du peintre des suites d'une blessure par balle. Cela commence minable, comme une enquête de police ; qui plus est, les circonstances de la mort du peintre, présumé suicidé, sont troubles, et les histoires crapuleuses la société aime ça, pour ne pas dire qu'elle l'adore.

    On comprend mieux grâce à cet enchaînement de petites mailles biographiques que l'art de Van Gogh forme un tout, dont on ne peut isoler telle ou telle toile. Vincent est pratiquement indissociable de son frère. Sa peinture est aussi étroitement liée à une quête d'infini, dévoilée par l'abondante correspondance ; Van Gogh est plus "chercheur" qu'artiste. Elle est aussi indissociable de l'insensé pari d'un pur autodidacte, venu à la peinture à l'âge de... 28 ans, et dont le temps est compté.

    Difficile de ne pas croire au destin, après la cruelle ironie de la "gloire posthume" infligée à Van Gogh, ce faisceau de lumière sale, qui contraste de façon saisissante avec la quête de pureté de Vincent.

    On pense ici à la fable conçue par Villiers de l'Isle-Adam, du cygne étranglé par un bourgeois à la nuit tombée, afin d'en recueillir le dernier chant mélodieux.

    La Passion Van Gogh ("Loving Vincent"), par Dorota Kobiela & Hugh Welchman (Good Deed Entertainment) 2017 (à partir du 18 oct. en salles).

     

     

     

  • Revue de presse BD (212)

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,walter foolz,atd quart-monde,pauvrophobie,richophobie,van gogh,gauguin,arte,arles,documentaire,andrea gräfenstein,charlie-hebdo,marcel wagner,minka schneider,allemagne,subversif

    (Volkswagen derrière Merkel : - un nouveau pot et c'est reparti pour 4 ans - dessin de Walter Foolz)

    + On doit se pincer pour y croire : pourtant ça y est, le premier numéro de "Charlie-Hebdo" traduit en allemand vient de paraître.

    Le journaliste allemand Marcel Wagner, qualifiant au passage "Charlie-Hebdo" "d'institution", se demande si les Allemands connaissent assez la politique française pour s'intéresser à ses caricatures et, à l'inverse, si les caricaturistes de "Charlie-Hebdo" ont une connaissance suffisante de la politique allemande ?

    "Charlie-Hebdo" fera-t-il rire les Allemands, s'interroge aussi Marcel Wagner ? A quoi Minka Schneider, responsable de l'édition allemande, répond que "Charlie-Hebdo" se situe plutôt au niveau de l'humour noir que de l'humour gras à se taper sur les cuisses.

    + Van Gogh est à la Une, par suite de la découverte et publication d'un carnet de dessins inédits fournissant des indications précieuses sur la technique de l'artiste.

    La chaîne "Arte" diffuse justement en ce moment un documentaire d'une heure (par Andreas Gräfenstein, 2016, visible en replay juqu'au jeudi 9/12), qui se focalise sur la confrontation entre Van Gogh et Gauguin à Arles, où se dernier se rendit à l'invitation de son confrère néerlandais ; la confrontation des deux artistes, aux personnalités très différentes, s'acheva par la blessure grave de Van Gogh à l'oreille. En faisant valoir la thèse du coup d'épée porté par Gauguin à Van Gogh, tout en faisant planer le doute sur le suicide de Van Gogh, le documentaire laisse entrevoir à quel point l'histoire de l'art est une discipline peu scientifique, c'est-à-dire peu historique, où la légende occupe une large place (VVG est parfois surnommé "le Christ de l'art moderne"). Plus religieuses qu'artistiques d'ailleurs apparaissent les vocations de Van Gogh et de Paul Gauguin, cela bien que les thèmes religieux à proprement parler soient pratiquement absents d'oeuvres très personnelles et largement méprisées du vivant de ces artistes, dont les carrières posthumes constituent une sorte de résurrection.  

    + L'association philanthropique ATD Quart-monde produit actuellement une bande-dessinée contre ce qu'elle appelle la "pauvrophobie", c'est-à-dire la peur des pauvres et les réactions violentes qu'elle entraîne parfois.

    De nos jours, la pauvreté est une notion très mal définie : par des statistiques, qui ne donnent qu'une idée relative de la pauvreté ; la différence s'est estompée entre la notion de pauvreté et celle de misère (la misère est une contrainte, tandis que la pauvreté ne l'est pas nécessairement) ; cela s'explique par le fait que la peur de la pauvreté est devenue dans les pays occidentaux/capitalistes facteur de solidarité sociale. C'est donc tout une culture que ATD Quart-monde devra renverser, non seulement quelques préjugés.

    A noter qu'il existe déjà quelques albums de BD pour lutter contre la "richophobie", notamment la série "Largo Winch".

    + Les tribunaux ont lourdement condamné la société qui a publié dans le courant de l'année 2016 plusieurs numéros d'un journal intitulé "Hara-Kiri", "empruntant" son titre à la publication créée par F. Cavanna et le Pr Choron. On peut rire de tout dans ce pays, mais de là à se moquer ouvertement de la propriété intellectuelle et du droit moral des auteurs !...

    + Exposition prochainement (15-31 déc.) à la galerie Claire Corcia (Paris, 3e arr.) des oeuvres de Burlingue, dessinateur et peintre satirique, en compagnie d'autres artistes.

    webzine,bd,gratuit,fanzine,zébra,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,décembre,2016,atd quart-monde,pauvrophobie,richophobie,van gogh,gauguin,arte,arles,documentaire,andrea gräfenstein,charlie-hebdo,marcel wagner,minka schneider,allemagne,subversif,walter foolz,hara-kiri,choron,cavanna,burlingue,expo,galerie,claire corcia,paris

    dessin de Burlingue

  • Strip Lola

    Le nouveau strip hebdomadaire de Lola (par Aurélie Dekeyser) :

     

    SOUVENIR D'ARLES

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,strip,lola,hebdomadaire,aurélie dekeyser,arles,van gogh,amsterdam,tournesols