Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire

  • Revue de presse BD (261)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,alix,shinzo keigo,macroniste,töpffer,québec,christian blais,histoire,fake news

    + Le festival d'Angoulême expose "Alix", créé par Jacques Martin; à cette occasion "Libération" publie un portrait revisité du jeune héros gallo-romain, dont les aventures furent publiées dans "Tintin" afin de fournir à ce magazine un alibi culturel. Alix est transformé en jeune député macroniste, bobo et militant gay, marié à son faire-valoir (dessin de Shinzo Keigo).

    Le temps semble loin où les intellectuels de gauche accusaient cette série d'entretenir la nostalgie typiquement réac (cf. Nietzsche) de l'empire romain. Le propre de l'idéologie est, comme le vent, de tourner.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,alix,shinzo keigo,macroniste,töpffer,québec,christian blais,histoire,fake news,propagande,kamil plejwaltzsky,zoo,voile noir,bashar el assad,dodo,cha,casterman

    + Les spécialistes de la BD s'accordent à voir en Rodolphe Töpffer (1799-1846) un pionnier du genre. Manquent à Töpffer les bulles, employées presque systématiquement dans la BD aujourd'hui. La revue "L'Histoire" a déniché un placard publicitaire québécois, datant de la fin du XVIIIe siècle ; cette affiche en bande-dessinée était destinée à promouvoir la candidature à la députation de deux marchands d'origine écossaise.

    Cet usage précoce de phylactères dans lesquels s'inscrivent dialogues ou descriptions est à rapprocher de l'usage similaire par les caricaturistes britanniques de l'époque, explique l'historien Christian Blais.

    + Beaucoup de bruit pour rien autour des "fake news" : le président E. Macron en webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,alix,shinzo keigo,macroniste,töpffer,québec,christian blais,histoire,fake news,donald trump,macron,orwell,1984,kamil plejwaltzsky,zoo,voile noir,bashar el assad,dodo,cha,castermanpersonne, suivi de sa ministre de la Culture, ont annoncé qu'ils mettront en place des mesures légales pour lutter contre ces "fake-news". Mais la propagande n'a rien d'une nouveauté: la démagogie explique le recours systématique des partis politiques à la propagande, diffusée par la presse. Tous les titres, y compris ceux réputés les plus sérieux ("Le Monde"), ont publié des "fake news" au cours des dernières décennies. Rarement ces journaux ont fait ne serait-ce qu'amende honorable.

    Georges Orwell ne fait pas pour rien du "Ministère de l'Information" l'un des centres névralgiques du pouvoir totalitaire dans "1984".

    Le coup de génie politique de Donald Trump est d'avoir récupéré la méfiance de l'opinion publique américaine vis-à-vis des médias, dans un pays où le complotisme est devenu une contre-culture vivace, en réaction à la désinformation des médias.

    + Comme la bande-dessinée est une composante de la culture de masse, vecteur important de propagande, elle est directement concernée. Kamil Plejwaltzsky épingle dans le magazine publicitaire gratuit "Zoo" (n°64 - janvier 2018) "Le Voile noir" (Casterman), BD de Dodo et Cha ; il est reproché à cette BD de contribuer à la désinformation sur le récent conflit syrien :

    "Dans la bande-dessinée de Dodo et Cha, la Russie et le gouvernement de Bashar-el-Assad en prennent aussi pour leur grade et sont accusés de bombarder aveuglément les populations civiles, perpétuant ainsi l'idée saugrenue d'une guerre propre. Même si on sait maintenant que les bombes lâchées sur les manifestants syriens au début du conflit provenaient de positions rebelles, la question de s'être fait une opinion trop vite à coup d'idéalisme et de reportages bâclés ne semble pas avoir traversé l'esprit de la scénariste."

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,québec,christian blais,histoire,fake news,alix,shinzo keigo,macroniste,töpffer,kamil plejwaltzsky,zoo,voile noir,bashar el assad,dodo,cha,casterman,donald trump,macron,orwell,1984,pamphlets,louis-ferdinand céline,le point,haïm korsia,buck danny,nippophobe

    + "Je me fais un pieux devoir de n'avoir jamais lu Céline." Décidément ubuesque, la censure des "Pamphlets" de Louis-Ferdinand Céline ; en effet l'hebdomadaire "Le Point" a décidé de publier dans le cadre d'un "rendez-vous littéraire" (sic) les goûts du grand rabbin de France Haïm Korsia. Que penserait-on d'un athée qui se vanterait de n'avoir jamais lu la Bible ? Que c'est un imbécile pétri de préjugés.

    Le grand rabbin avoue son dégoût également de la littérature de Proust (phrases trop longues). Il cite la bande-dessinée, en particulier "Buck Danny", série belge pompée sur la propagande américaine. Cette BD ouvertement raciste (nippophobe) permet de comprendre le mécanisme du racisme ; il n'est dans ce cas qu'un des aspects de la culture nationaliste.

    Mais il y a longtemps que l'on ne fait plus seulement la guerre (d'où découlent les génocides) au nom de la xénophobie, mais aussi au nom de valeurs prétendument humanistes (liberté, fraternité, égalité) ou... de la paix (prétexte inventé par... saint Thomas d'Aquin au moyen-âge).

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2018,québec,christian blais,histoire,fake news,alix,shinzo keigo,macroniste,töpffer,kamil plejwaltzsky,zoo,voile noir,bashar el assad,dodo,cha,casterman,donald trump,macron,orwell,1984,pamphlets,louis-ferdinand céline,le point,haïm korsia,buck danny,nippophobe

    La série "Buck Danny" mettant en scène la guerre entre les Etats-Unis et le Japon dans l'océan Pacifique sont émaillés d'insultes racistes vis-à-vis des soldats japonais ("face de citron", "face de coing", de "lune", etc.)

    + "France 3" diffuse un long documentaire sur "Charlie-Hebdo", les caricatures de Mahomet et le massacre des dessinateurs : "Charlie-Hebdo, le rire en éclats" (Y. Riou & Ph. Pouchain).

    Haché, mélangeant des témoignages récents et des images d'archives, invitant à s'exprimer des intellectuels sans lien direct avec "Charlie-Hebdo" ni la satire (Marcel Gauchet, Raphaël Enthoven, Jean-Noël Jeanneney...), plutôt qu'un documentaire, il s'agit de faire la démonstration que la France est la patrie de la liberté d'expression.

    Loin de l'esprit critique défendu par les fondateurs de "Charlie-Hebdo", on est ici proche de la mythomanie républicaine. Parmi les rares voix discordantes invitées à témoigner, celle de l'avocat de la mosquée de Paris, Me Szpiner ; il n'a pas de mal à montrer le caractère démagogique du soutien à "Charlie-Hebdo" des principaux chefs de partis politiques, lors du procès intentée par la mosquée; ce soutien constitue l'une des étapes de la récupération de "Charlie-Hebdo".

    Plusieurs intellectuels tentent dans ce documentaire d'établir une filiation entre "Charlie-Hebdo" et la philosophie des Lumières. En réalité le modèle politique de Voltaire était la monarchie constitutionnelle anglaise et les philosophes des Lumières contestaient le monopole du clergé catholique, alors encore puissant, non la religion d'une petite minorité dépourvue d'influence. L'islamophobie de Voltaire est anecdotique.

    Les caricatures violentes dirigées contre la monarchie de Louis XVI, citées dans le documentaire comme les ancêtres des caricatures de "Charlie-Hebdo", n'ont pas grand-chose à voir avec les philosophes des Lumières, satiriques mais réformistes; ces caricatures furent un outil de propagande entre les mains d'un gouvernement républicain... terroriste.

  • Revue de presse BD (246)

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2017,delestre,est-républicain,caricaturiste,jacques ferrandez,albert camus,premier homme,pied-noir,marianne,histoire

    + Accusé par certains de nuire au métier de caricaturiste, l'Internet permet quoi qu'il en soit de découvrir certains dessinateurs talentueux, amateurs ou professionnels, lorsque ces derniers publient dans des titres dont la diffusion est restreinte - ainsi du dessinateur Michel Cambon ("Lettre du Cadre") ou de Delestre ("Est républicain" - ci-dessus).

    + "Arrêtez de manipuler l'Histoire !" titre cette semaine l'hebdomadairewebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2017,delestre,est-républicain,caricaturiste,jacques ferrandez,elsa charretier,comic con,albert camus,mathieu van overstraeten,premier homme,pied-noir,marianne,histoire,derain,giacometti,france 5,reportage,avant-garde,tanxx,expo,lyon "Marianne" en "Une", accusant la classe politique d'instrumentaliser cette science. C'est un comble de la part d'un magazine placé sous le patronage de "Marianne", emblème d'un culte républicain largement négationniste. La République s'enorgueillit ainsi d'être le résultat d'un processus révolutionnaire émancipateur, alors qu'elle est tout autant, si ce n'est davantage, le terme d'un processus répressif et coercitif.

    L'instrumentalisation de l'Histoire commence à l'école, où la "mémoire" est substituée à l'Histoire, afin de conférer une signification morale (donc religieuse) à l'Histoire. Il est un exemple récent assez probant, c'est la fabrication de la statue du commandeur de Gaulle, en quelques décennies à peine ; le consensus politique sur ce sujet, qui va pratiquement de l'extrême-gauche à l'extrême-droite, s'oppose à l'exigence d'un bilan critique.

    Ce n'est pas tant à la classe politique que l'on peut reprocher d'instrumentaliser l'Histoire, d'ailleurs. En cela elle ne fait que se comporter comme les générations de politiciens qui l'ont précédée depuis que la France est "laïque", et même avant. Plus inquiétante et plus récente l'instrumentalisation par la presse et les élites intellectuelles. Celle-ci constitue un des symptômes du totalitarisme, repéré à la fois par H. Arendt et G. Orwell ; chacun à sa manière a signalé la confusion du registre scientifique et du registre politique dans la culture totalitaire, alors même que la politique et la science ne répondent pas au même besoin ou attente.

    + Les "comics" échappent rarement au domaine de la culture de masse, cet opium du peuple américain. Elsa Charretier, jeune Française dessinatrice de "comics" invitée à la récente "Comic Con" parle de la dimension "stakhanoviste" de son métier :

    - Le comics US est synonyme de publication hyper-rapide, parfois infernale. Faire vingt-deux pages par mois, c’est difficile. L’endurance, c’est la clé, pour savoir durer dans le métier.

    Caractéristique des ouvrages de pur divertissement, le labeur intense qu'ils réclament. Le divertissement et l'idée moderne du travail ne s'opposent pas, ils sont complémentaires. La religion aurait le grave inconvénient, aux yeux de certains, d'exciter le sentiment de culpabilité: en réalité celui-ci persiste de façon non moins contraignante dans les sociétés sécularisées autour de la notion de travail. Le chômeur est le pécheur des temps modernes.

    + Jacques Ferrandez, après avoir adapté "L'Etranger" de Camus en BD, s'est lancée dans une entreprise plus risquée : la transposition du "Premier Homme", roman inachevé du même Albert Camus, sous la houlette de la fille de Camus, avec qui Ferrandez partage ses origines "Pied-Noir". Ferrandez a été interrogé sur les conditions d'une telle reprise par Mathieu Van Overstraeten.

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2017,delestre,est-républicain,caricaturiste,jacques ferrandez,elsa charretier,comic con,albert camus,mathieu van overstraeten,premier homme,pied-noir,marianne,histoire,derain,giacometti,france 5,reportage,avant-garde,tanxx,expo,lyon

    Autoportrait de Derain.

    + On peut encore, à condition de se dépêcher, regarder le reportage que la télévision (France 5) consacre à l'amitié entre le peintre Derain et son cadet le sculpteur Giacometti, deux artistes en proie au doute que leur individualisme entraîna à l'écart de "l'avant-garde", expression de la foi dans l'Avenir.

    Les "cas" de Derain, "fauviste malgré lui" et Giacometti, permettent aussi de comprendre que l'opposition entre l'art abstrait et l'art figuratif n'est qu'une question de degré ou de tendance.

    Ce reportage fait écho à une expo Derain, Balthus & Giacometti au Musée d'Art moderne de Paris (-29 oct.).

    + La bédéaste-linograveuse anticonformiste & cabalistique Tanx expose son travail à Lyon, dans le quartier de la Guillotière (vernissage ce jour). Tanx tranche avec le style feutré des auteurs de BD, explosant en coups de gueule réguliers contre tout ce qui porte des couilles (au sens propre) ou au contraire n'en porte pas (au sens figuré).

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,actualité,revue,presse,hebdomadaire,octobre,2017,delestre,est-républicain,caricaturiste,jacques ferrandez,elsa charretier,comic con,albert camus,premier homme,pied-noir,marianne,histoire,derain,giacometti,france 5,reportage,avant-garde,tanxx,expo,lyon

  • Revue de presse BD (243)

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,septembre,2017,protestant,théologie,paris,caricature,journées,patrimoines,pape,lucas cranach,gorgone,tobias stimmer,degas,centenaire

    "Tête de Gorgone", par Tobias Stimmer (XVIe s.)

    + A l'occasion des journées du patrimoine, ce week-end, l'institut protestantwebzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,septembre,2017,protestant,théologie,paris,caricature,journées,patrimoines,pape,lucas cranach,gorgone,tobias stimmer,degas,centenaire de théologie (Paris 14e) propose une expo. sur le thème de la caricature et de la propagande au temps de la Réforme (visite libre le samedi de 10h à 18h).

    Profitant de l'essor de l'imprimerie, les protestants luthériens diffusèrent de très nombreuses caricatures et dessins brocardant l'Eglise romaine et ses dignitaires, s'inspirant parfois de l'imagerie de l'apocalypse, peuplée de dragons et de monstres polycéphales inquiétants.

    (Ci-contre : pape caricaturé en âne jouant de la cornemuse, d'après un dessin de Lucas Cranac'h.)

    + On commémore ce mois-ci le centenaire de la mort du peintre Edgar Degas (spécialiste des petites danseuses) ; mais Degas est connu et apprécié aussi pour ses mots d'esprit ; citons par exemple : "Quand quelqu'un paye un tableau 3.000 francs, c'est qu'il lui plaît ; quand quelqu'un paye un tableau 300.000 francs, c'est qu'il plaît aux autres."

    + Après un détour par deux albums plus ou moins réussis, qui l'ont éloigné des cours de récréation, Zep publie un nouvel album de "Titeuf", qui caracole en tête des ventes de BD. Achat compulsif de mères de famille en cette période de rentrée scolaire ? Certain magazine de BD vante "l'humour régressif" de Zep. La régression occupe décidément beaucoup de place dans une culture en principe tournée vers le progrès...

     

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,actualité,septembre,2017,protestant,théologie,paris,caricature,journées,patrimoines,pape,lucas cranach,gorgone,tobias stimmer,degas,centenaire,histoire,image,bretagne,finistère,richard hall,daum,zep,titeuf

    + Le site "L'histoire par l'image" (émanant du ministère de la Culture) propose des milliers d'images - tableaux, dessins, caricatures, etc. - commentés et classés par rubriques. Cela peut-il remédier à l'enseignement du "roman national" à l'école (voire à l'université) qui, dans la France laïcisée, a remplacé l'enseignement religieux traditionnel ?

    La conversion forcée des Bretons à la culture républicaine laïque au XIXe siècle évoque le combat actuel menés par certains partis politiques contre les coutumes, présentées le plus souvent comme archaïques, de la communauté musulmane vivant dans les banlieues des grandes villes. Commentant un tableau (de Richard Hall) représentant une écoles de petites filles dans le Finistère, idéalisée par le traitement pictural, P. Daum fait valoir les avantages de la conversion aux valeurs de la République, en dépit de quelques inconvénients qu'il mentionne (brimades).

    "En dépit de ses insuffisances, le régime républicain a contribué malgré tout à l’homogénéisation des enseignements entre les sexes.", commente "L'histoire par l'image". la réalité est que l'homogénéisation des enseignements entre les sexes est avant tout une conséquence du capitalisme. Ici le "régime républicain" sert de vernis aux bouleversements sociaux dont l'économie capitaliste est la principale cause.

    D'ailleurs, au-delà du choc des cultures paysanne et industrielle, le commentateur oublie de mentionner l'aspect le plus dramatique de la colonisation de la Bretagne ; non pas l'abandon forcé de ses coutumes et moeurs ancestrales, mais l'esclavage des nombreuses femmes bretonnes montées à Paris dans l'espoir d'y trouver un travail, réduites ainsi à servir comme domestiques, dans le meilleur des cas, ou encore à se prostituer.

    Le débat sur la laïcisation de la communauté musulmane aujourd'hui dissimule aussi la violence du "processus d'intégration".

  • Le Mythe du Sauveur américain***

    Dominique Lormier bat en brèche dans son petit essai la légende du "sauveur américain". Alors quewebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,critique,mythe,sauveur,américain,dominique lormier,imposture,historique,14-18,bataille,marne,wikipédia,histoire,pierre de taillac l'intervention des forces armées américaines lors des récents conflits mondiaux est présentée comme décisive, l'auteur du "Mythe du Sauveur américain" affirme que le rôle des Etats-Unis est largement surestimé, et va jusqu'à parler "d'imposture historique" ; en ce qui concerne la 2nde guerre mondiale, l'auteur se borne à quelques indications ; sa démonstration rigoureuse porte sur la "Grande guerre" de 1914-18.

    Alors même qu'il est passé sous silence ou presque, le rôle de l'armée italienne fut plus important qui, en triomphant de l'Autriche-Hongrie, alliée de l'Allemagne, fit franchir au conflit une étape décisive vers la capitulation des troupes du Kaiser.

    "Le site Wikipédia, écrit D. Lormier, qui est aujourd'hui le site le plus consulté par les lycéens et les étudiants en histoire, verse dans la propagande américaine la plus délirante. On peut notamment y lire : "L'arrivée de l'American Expeditionnary Force sur le terrain fut l'une des clés de la victoire de la Triple-Entente." On y apprend notamment que l'Amérique a mobilisé environ 4 millions d'hommes, mais il convient de relativiser ce chiffre lorsque l'on sait que le nombre de soldats américains réellement présents en France ne dépasse pas 1.800.000 hommes, dont seulement 400.000 seront réellement engagés en première ligne. Sur ces 400.000 soldats, seulement 200.000 ont l'expérience du combat en 1918 !"

    Chapitre 1 : L'armée britannique est sauvée à deux reprises sans l'aide américaine ; chapitre 2 : L'armée française remporte quasiment seule la seconde bataille de la Marne ; chapitre 3 : Les combats limités de l'armée américaine ; chapitre 4 : l'apport capital et méconnu de l'armée italienne... une fois la démonstration faite en quatre brefs chapitres étayés sur des chiffres (le bilan des pertes américaines, comparé à celui des autres alliés de la France, par exemple), D. Lormier se penche en guise de conclusion sur la fabrication de cette légende. Il mentionne notamment le rôle joué par la presse illustrée et les dessinateurs de presse au service de la propagande du "sauveur américain". 

    La légende se nourrit de divers éléments, dont une propagande franco-américaine où le dessin a sa part, webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,critique,mythe,sauveur,américain,dominique lormier,imposture,historique,14-18,bataille,marne,wikipédia,histoire,pierre de taillacprécédant ou relayant la propagande cinématographique. Moins nombreuses que les britanniques et peu aguerries en comparaison des armées européennes, les troupes américaines étaient soutenues par une logistique importante et impressionnante. L'entrée en guerre des Etats-Unis a donc eu un fort impact psychologique et a marqué une partie de la population civile française, de façon disproportionnée au regard de l'action concrète de ces troupes, dont l'auteur ne conteste pas la bravoure mais l'efficacité. L'arrivée en France du général américain Pershing fit ainsi l'objet d'une véritable mise en scène par les autorités françaises, désireuses de galvaniser les Français à la veille de batailles probablement décisives.

    Au long de son essai, D. Lormier souligne l'intelligence stratégique du général P. Pétain, plus économe en vies humaines que ses confrères. Cet élément permet de comprendre l'aura de Pétain en 1940, et le soutien assez large dont bénéficia l'ancien chef de guerre dans la population française.

    La sobriété de l'argumentaire de D. Lormier est une qualité, qui rend sa démonstration plus percutante ; mais c'est aussi une limite. En effet, avec tous ces bilans chiffrés et ces dates, cités par l'auteur à l'appui de sa thèse, on se situe plus près de la démonstration mathématique que de l'essai historique ; ce rapport circonstancié fait presque oublier l'horreur du carnage perpétré par les deux nations rivales. Certes, ce n'est pas le but de cette étude, cependant peut-on étudier les guerres modernes sans s'interroger sur leur férocité et les moyens humains extraordinaires mis au service de cette férocité ?

    D'autre part, il aurait été souhaitable que l'auteur, plutôt que d'employer le terme assez vague de "mythe", emploie celui de "propagande" ou de "roman national" ; ces deux expressions disent mieux la nature politique du mensonge ou de l'imposture historique. Quel meilleur thème que la guerre pour parler du roman national, dont le principal but est de mobiliser, en temps de guerre comme en temps de paix ?

    (Une signée Becan représentant en août 1918 un cow-boy frappant le Kaiser d'un "coup de poing américain".)

    Le Mythe du Sauveur américain (1917-1918) - Essai sur une imposture historique, par Dominique Lormier, éds Pierre de Taillac, février 2017.

  • Revue de presse BD (220)

    + Le Festival d'Angoulême qui commence tout juste est une foire aux livres qui draine une foule dewebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2017,actualité,golo,minage,festival,angoulême,argot,marsam graphics,shoah,musée,juif,éthique,histoire,hergé,gestapo,tintin,soviets,communiste,idiot international,hara-kiri,charlie-hebdo,jean-edern hallier,zarka,cruse,parti communiste,bertrand delais,nils andersen chalands grâce aux séances de dédicaces dessinées que les collectionneurs s'arrachent. Les auteurs de BD, en général habitués à une vie d'ermite, peuvent se relaxer le poignet dans l'un des nombreux troquets qui parsèment la ville ; l'un d'entre eux, "Le Café du Minage", propose une expo de planches et illustrations de Golo (pouquoi pas Goulot ?), qui dessine depuis les années 80 les bistrots et leur clientèle et décrit leurs moeurs spécifiques (expo. recommandée par l'atelier international de BD "Marsam Graphics").

    + Le Musée (mémorial) de la Shoah à Paris organise une série de colloques sur le thème de l'extermination des Juifs d'Europe au cours de la 2nde guerre mondiale, et du traitement de cet événement en BD ("Art mineur et questions majeures", le 5 février, "Varsovie en guerre ou en bande-dessinée", le 5 mars).

    Le thème de la Shoah a rarement été abordé directement en BD ; il est difficile de divertir le public à partir d'un sujet aussi dur ; Hergé parvint à amuser le jeune public tout en délivrant un message anticommuniste, ou encore antiaméricain, voire même avec la propagande coloniale belge : mais son style naïf est sans doute démodé aujourd'hui.

    De plus, la Shoah occupe une place centrale dans l'éthique contemporaine, et donc dans le "roman national" français enseigné aux collégiens et lycéens depuis les années 60-70, relayé par un certain nombre d'oeuvres cinématographiques - or c'est un cadre contraignant que celui de la morale publique pour qui veut faire oeuvre d'historien, que ce soit par le truchement de la BD ou non. On se souvient que les films de S. Spielberg et R. Benigni ont déclenché de vives polémiques en France, ceux-ci étant accusés d'irrespect.

    Comme on juge l'arbre à ses fruits, la question de l'efficacité de l'éthique de la Shoah mériterait d'être posée : - suscite-t-elle un plus grand respect des opprimés ? Ne risque-t-elle pas, comme la morale catholique autrefois, d'être rejetée par les milieux populaires ?

    + Un lecteur de Zébra m'écrit pour me signaler que le choix de la couverture du "Tintin chez les Soviets" colorisé, en vente partout actuellement, et plutôt étonnant puisqu'il montre Tintin & Milou fuyant la... Gestapo allemande (dans une automobile volée à celle-ci). C'est peut-être un clin d'oeil à Hergé, qui n'aimait pas qu'on lui rappelle son anticommunisme primitif (non pas primaire), au plus fort de la domination idéologique du parti communiste.

    + "L'Idiot international" fait partie des très rares titres de presse anticonformistes à côté de "Hara-Kiri"/"Charlie-Hebdo" au cours de la seconde moitié du XXe siècle (à l'exclusion de titres plus confidentiels).

    Un documentaire de "France 5" (par Bertrand Delais et Nils Andersen - en replay jusqu'à lundi 30) racontewebzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2017,actualité,shoah,juif,musée,éthique,histoire,hergé,gestapo,tintin,soviets,communiste,idiot international,jean-edern hallier,parti communiste,bertrand delais,nils andersen,hara-kiri,charlie-hebdo,zarka,cruse,golo,minage,festival,angoulême,argot,marsam graphics,le parisien,paris,carte,google maps,jacques tardi,boboland,dupuy,berbérian,ile-de-france comment et pour quelles raisons scabreuses quelques cadres haut placés du parti communiste français à son crépuscule (P. Zarka & J.-P. Cruse) décidèrent de financer un journal satirique dirigé par Jean-Edern Hallier (1936-1997), personnalité pratiquement incontrôlable et sans opinion politique fixe. Le PCF et le dandy breton n'avaient en commun que la détestation de François Mitterrand, qui contribua à l'agonie du PCF et l'émergence du lepénisme pour le plus grand profit du parti socialiste.

    La rencontre de Jean-Edern et de Fidel Castro, destinée à légitimer le trublion Hallier auprès des électeurs communistes, reste un grand moment de cinéma, que BHL n'est pas tout à fait parvenu à égaler.

    On mesure à travers ce documentaire l'emprise délétère des partis politiques sur la vie culturelle et intellectuelle française, même si la tentative des cadres du PCF pour redorer le blason du parti était sans doute vouée à l'échec. Grâce à Jean-Edern Hallier, plus romantique que stratège, "L'Idiot international" évita de tomber dans le militantisme et le sectarisme qui va avec.

    On peut reprocher au documentaire d'atténuer la violence de la censure du régime en place et des menaces d'élimination physique à l'encontre de Jean-Edern Hallier ; la bravoure insensée du personnage ne fait qu'accentuer sa ressemblance avec Don Quichotte.

    + Initiative touristique, "Le Parisien" publie avec "Google Maps" une carte interactive de l'Ile-de-France en BD, qui permet de situer sur une carte les lieux qui ont servi de décors à tel ou tel dessinateur. Jacques Tardi est très représenté ; en revanche on note l'absence de Dupuy et Berbérian à travers leur BD satirique "Boboland".

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,revue,presse,hebdomadaire,janvier,2017,actualité,shoah,juif,musée,éthique,histoire,hergé,gestapo,tintin,soviets,communiste,idiot international,jean-edern hallier,parti communiste,bertrand delais,nils andersen,hara-kiri,charlie-hebdo,zarka,cruse,golo,minage,festival,angoulême,argot,marsam graphics,le parisien,paris,carte,google maps,jacques tardi,boboland,dupuy,berbérian,ile-de-france

  • Histoire de la bande-dessinée suédoise

    Frédéric Strömberg propose un aperçu de la bande-dessinée suédoise des origines jusqu'à nos jours (éd.fanzine,bande-dessinée,zébra,gratuit,bd,critique,kritik,strömberg,philippe morin,,histoire,suédoise,suède,franco-belge,plg PLG, 2015). L'auteur et l'éditeur, Philippe Morin, ont fait le choix d'un découpage en petits chapitres clairs et concis, abondamment illustrés.

    La Suède ne fait pas partie des grands producteurs de bande-dessinée, comme la francophonie ou les Etats-Unis ; les auteurs de bande-dessinée suédois sont donc inconnus à l'étranger, pour la plupart d'entre eux. L'ouvrage de F. Strömberg est destiné à remédier à cette lacune. La richesse de l'iconographie permet de découvrir de très nombreux auteurs dans un petit bouquin.

    La bédé forme un vaste ensemble hétéroclite, regroupant des productions très diverses, voire antagonistes. Le choix de petits chapitres, traitant différents aspects, est judicieux car pragmatique.

    Dans l'ensemble la BD suédoise ne diffère pas radicalement de ses grandes rivales franco-belge ou étatsunienne. La presse joue un rôle-clef dans le développement de la BD suédoise, comme partout ailleurs ; Strömberg précise néanmoins que la presse suédoise fut plus longtemps réticente à admettre la présence de strips de BD dans les colonnes des journaux (dans les années 1930). Le succès commercial des premiers strips insérés dans "Le Journal du Soir" (quotidien national) ne tarda pas à convaincre tous les titres de presse de proposer à leur tour des bandes-dessinées. Sinistrée dans la plupart des pays européens aujourd'hui, la presse suédoise résiste mieux et demeure un support privilégié de la bande-dessinée.

    Petit pays par le nombre d'habitants, la culture moderne suédoise est moins "autarcique", ce qui explique l'importation et l'influence des comics américains, ou encore des séries franco-belges à succès par la suite. Le béotien que j'étais en matière de BD suédoise pouvait craindre qu'elle ne soit qu'un pâle décalque de la culture nord-américaine -contrairement à la BD franco-belge, plus originale et plus populaire (au sens véritable du terme qui exclut les grosses productions industrielles "populistes"). La monographie de F. Strömberg montre que, si l'influence américaine sur la culture suédoise est nette, un petit nombre d'auteurs s'est approprié le langage de la bédé et l'a détourné de sa fonction principale de propagande.

    En ce qui concerne la production contemporaine, évoquée dans plusieurs chapitres, elle est marquée par le rôle prééminent de femmes féministes, "remettant en question la domination masculine", nous dit F. Strömberg. Un tel vocabulaire indique ici une réflexion plus idéologique qu'historique (= correspondant plus au voeu ou au goût de l'auteur qu'à la réalité) ; la notion d'avant-garde est, quoi qu'il en soit, périlleuse, car cette avant-garde risque d'être l'arrière-garde de demain, suivant le mouvement de balancier propre à la mode et à l'idéologie.

    Histoire de la bande-dessinée suédoise, par Fredrik Strömberg, éd. PLG, 2015 (18 euros).

  • L'Histoire revisitée par le luxe

    par Naumasq

    webzine,bd,zébra,fanzine,bande-dessinée,gratuit,dessin,presse,gag,naumasq,histoire,luxe,sac,constantinople,humour