Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

inde

  • Magicien indien (ou charmeur de lapin)

    Dans la famille des exilés (fiscaux ?), je demande le magicien étant allé exercer ses super pouvoirs en Inde (avec quelques adaptations)...

    Petite question : quand un tour de magie foire et que rien ne sort du chapeau, est-ce qu'on peut dire que le magicien s'est fait poser un lapin ? Naumasq

    webzine,bd,gratuit,fanzine,bd,zébra,bande-dessinée,gag,naumasq,magicien,inde,magie,lapin,dessin,presse

  • L'Âge de Kali****

    «Kali Yuga», autrement dit «L’âge de Kali», est synonyme dans la mythologie hindoue d’une ère dewebzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,critique,kritik,l'âge de kali,william dalrymple,kali yuga,inde,pakistan,rajahstan,bihar,occident,bangladesh,charia,bangalore,libretto,monique lebailly décadence sinistre. Mais cet ouvrage traduit de l’anglais ne traite pas directement de cosmologie. Le journaliste écossais William Dalrymple n’est pas tombé amoureux de l’Inde au point d’en épouser les mythes ancestraux. Il confronte ses impressions sur le sous-continent indien, où il a séjourné environ dix ans, et dont il a visité les différentes parties, à la croyance répandue en Inde dans la traduction de l’âge de Kali par le chaos politique et moral actuel.

    Pour W. Darlymple, la situation du sous-continent indien (Inde & Pakistan) est très contrastée. Au Nord et à l’Est, l’extrême violence et la corruption politiques ont tendance à accréditer le mythe, quand la prospérité croissante du Sud et de l’Ouest le démentirait plutôt. Reste à savoir quelle tendance l’emportera ?

    Le bouquin est méthodiquement divisé en six chapitres, consacrés aux observations de W. Dalrymple sur le Nord, le Rajasthan, la Nouvelle Inde, le Sud, la côte bordée par l’Océan indien, et enfin le Pakistan. Un index des noms propres et des noms communs (indiens) complète ce long reportage.

    Les observations du journaliste, qui remontent à une quinzaine d’années, sont étayées sur la fréquentation et les interviews de personnalités locales de premier plan du monde politique, du business ou du monde culturel.

    Comme on pouvait s’y attendre, W. Dalrymple témoigne d’une nation indienne peu conforme aux fantasmes que l’Occident nourrit à son sujet. S’il ne prend pas toujours la forme inquiétante qu’il a dans le Bihar, région voisine du Bangladesh, au bord du chaos, on peut parler de véritable choc des cultures interne vécu par l’Inde. Les valeurs démocratiques et libérales dont l’Occident moderne s’enorgueillit ont dynamité l’organisation politique et la culture ancestrale, ultra-conservatrices, de l’Inde. Hormis les barons de la drogue, les politiciens corrompus et quelques stars du show-biz, la société indienne est dans un état plus piteux qu’elle fut sous l’occupation coloniale britannique. Les promesses de lendemains qui chantent ont fait long feu.

    Du fait des pratiques invasives du commerce international, nombre d’Indiens ont le sentiment de subir une présence étrangère plus envahissante que jamais. Les symboles de la culture occidentale dernier cri (fast-food) et les mœurs libérales cristallisent un sentiment de haine grandissant vis-à-vis de l’Occident, dont les politiciens locaux ne peuvent pas ne pas tenir compte, y compris lorsqu’ils ont étudié à Oxford et pris le pli occidental.

    W. Dalrymple note que la charia peut être vantée par un candidat populiste pakistanais, sur la foi de statistiques établissant une fréquence des viols bien plus importante aux Etats-Unis que dans des régions du Nord de l’Inde encore administrées d’une manière médiévale.

    Au Nord, appauvri au point que la famine persiste, l’ancienne caste des brahmanes a perdu son statut privilégié au profit d’une catégorie d’intouchables, qui ont désormais le pouvoir institutionnel en main, mais se comportent en parvenus inaptes dans les domaines économiques et administratifs, ce qui a pour effet de restaurer la violence primaire des armes et le gangstérisme dans ses droits.

    Dans les régions ou les villes plus prospères du centre et du Sud de l’Inde, le phénomène de captation de la majorité des richesses par une oligarchie restreinte a le don d’excéder toutes les couches de la population dont le bonheur se trouve altéré par les métamorphoses rapides de leur cadre de vie (Bangalore est passée rapidement d’1,6 million d’habitants à 6), et la culture traditionnelle est effacée peu à peu au profit d’enseignes et de slogans modernes.

    Même si on le devine plutôt libéral, les opinions politiques de W. Dalrymple ne déteignent guère sur ses observations. Force lui est de constater que les espoirs placés par les milieux d’affaires occidentaux au début des années 90 dans une croissance rapide de l’Inde, à l’instar de la dictature chinoise, sont devenus plus qu’hypothétiques quelques années plus tard.

    D’ailleurs, s’il n’envisage pas d’autre issue que l’application du modèle libéral, suivant un mécanisme qui semble s’imposer au monde entier, Dalrymple manifeste de la sympathie vis-à-vis de la volonté des Indiens, aussi réactionnaire soit-elle, de ne pas se soumettre à l’égalisation de toutes les cultures du monde sur le modèle occidental.

    Rédigé dans un style simple et vivant, faisant bonne mesure entre la part des descriptions, celle des dialogues et des anecdotes significatives, le gros bouquin de Dalrymple est d’une lecture agréable et instructive.

    Le mérite de l’auteur est de faire apparaître le droit international des nations et les motifs idéalistes servis avec comme une rhétorique en décalage avec la réalité politique intérieure d’un des principaux pays émergents, où les valeurs occidentales sont très loin d’être perçues comme exemplaires, et ne font tout au plus que servir de paravent à des méthodes cyniques très éloignées de l’accomplissement démocratique – si éloignées, même, qu’elles suscitent dans une partie de la population la nostalgie de l’ordre le plus archaïque, auprès duquel le fachisme peut presque passer comme une aimable concession à l’air du temps.

    Son défaut est la rançon de sa qualité, à savoir une présentation des faits la plus objective possible, d’où découle l’absence de conclusion synthétique à ces larges états généraux du sous-continent indien. L’auteur paraît lui-même écartelé entre sa culture occidentale moderne d’origine, d’une part, et l’expression quasiment artistique ou nietzschéenne du refus de se soumettre à ce mercantilisme, qui émane d’autre part de la société indienne.

    Le constat plutôt inquiétant de W. Dalrymple, d’une situation pré-révolutionnaire engageant la responsabilité de l’Occident, fait planer le doute sur la science politique, économique, technique, voire philosophique de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir à l’échelle mondiale, et paraissent dépassés par les événements. Sans doute c’est ce qui explique la référence à une logique plus ancienne, mythologique : l’âge de Kali.

     

    L’Âge de Kali, William Dalrymple, trad. Monique Lebailly, Libretto, 2013, 13 euros.