Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • La semaine de Zombi

    Jeudi : Bien sûr la compétition sportive est un truc de nazis (autant dire les choses franchement au point où on en est), et il faut être indulgent avec les sportifs de haut niveau qui violent et qui tuent, car ils ne sont pas les principaux responsables.

    fanzine,webzine,gratuit,zébra,bd,bande-dessinée,humour,caricature,oscar pistorius,illustration,zombi

  • Humbug

    - Retrouvez les gags ("humbug") de Wschinski traduits de l'allemand dans Zébra.

    fanzine,webzine,gratuit,bd,zébra,bande-dessinée,comics,wschinski,humbug,humour,allemand,gag

     

     

    fanzine,bd,zébra,allemand,humour,comics,humbug,kritzelcomplex,wischinski

     

  • Signé Naumasq

    fanzine,webzine,bd,bande-dessinée,zébra,gratuit,humour,gag,naumasq,italien

  • La semaine de Zombi

    Mardi : le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a renoncé à une partie de son salaire (3%) pour faciliter les négociations avec les syndicats. En faisant ça, il a pris le risque de faire connaître le montant total de sa rémunération. Il aurait mieux valu qu'il chante avec les "Enfoirés".

    fanzine,bd,webzine,bande-dessinée,zébra,gratuit,caricature,humour,carlos ghosn,zombi,cgt,renault,dessin,presse

  • Le Puzzle

    Illustration tirée du carnet de croquis de Louise Asherson :

    fanzine,webzine,zébra,bd,bande-dessinée,gratuit,louise asherson,illustration,puzzle,dessin,croquis,carnet


  • Le Massacre***

    Surprenant, ce nouvel album de Simon Hureau l’est, tant par le sujet que par le dessin, assez fanzine,webzine,gratuit,bd,bande-dessinée,critique,kritik,zombi,simon hureau,massacre,lomal goma,couprey,bénabar,bastien vivès,cambodge,effet papillon,pol potexubérant, limite rococo, se perdant un peu dans les détails, à l’instar du monde moderne.

    Rien que l’effet de surprise mérite l’éloge, car parmi la pléthore d’albums parus ou à paraître, beaucoup de titres sont en double, voire triple, si ce n’est quintuple ; ils se répètent, extrêmement prévisibles, au détriment du lecteur, du libraire et, en définitive, c’est ce qui fera que les gros éditeurs se casseront la gueule bientôt.

    Bien sûr le ministère du Culte ne pourra rien contre ça; quand il y a du changement dans l’air, le ministère du Culte en est toujours le dernier averti. Il est probable que, si les dirigeants de la Ligue de football devaient s’occuper de bande-dessinée, ils le feraient mieux que les PDG qui s’en chargent actuellement, qui ont dû passer par l’ENA ou Sciences-po. Prenez Bastien Vivès, par exemple, un jeune type qui a un peu plus de personnalité que la moyenne : qu’est-ce que les éditeurs en font ? Ils le paient grassement à faire des mangas, le genre le plus ringard qui existe, pour des gosses qui ne font que rêver de gros nibards, dans un pays où les gonzesses n’ont pas de poitrine. C’est dément !

    Le scénario de Simon Hureau combine effet papillon et massacre de couprey (désolé de vous remettre dans la tête la chanson de Bénabar, si elle en était sortie), déclencheur d’un des plus importants génocides des guerres coloniales, au Cambodge, patrie de Pol Pot.

    Si  vous n’avez rien compris à ma dernière phrase, rien de plus normal, c’était fait exprès. Seuls les Cambodgiens savent ce qu’est un «couprey». Le «massacre» est un trophée de chasse. L’énigme est voulue, tout le sel de cette intrigue.

    La théorie de «l’effet papillon», émises par certains météorologues, c’est-à-dire des répercussions éventuellement cataclysmiques d’un événement aussi insignifiant que le battement d’ailes d’un papillon : cette théorie est-elle applicable à l’espèce humaine et aux massacres réguliers entre ethnies, idéologies ou cultures antagonistes ? Une chasse au couprey peut-elle être l’étincelle qui met le feu à la mèche du tonneau de poudre d’une révolte sanglante ? Les masses humaines seraient ainsi soumises comme la mer à une alchimie, ou une phénoménologie, sur laquelle l’homme serait sans prise ?

    Le personnage principal de « Massacre », ancien combattant de 14-18, comme Hélène de Sparte, porte donc à lui tout seul sur ses épaules le poids de la guerre. Il est envahi d’une culpabilité extraordinaire. Pratiquement cette culpabilité, à elle seule, suffit à infirmer la thèse du déterminisme biologique absolu et du choc des cultures, animant des hommes seulement doués de la volonté de puissance.

    On aimerait que les philosophes modernes se penchent plus souvent sur de tels sujets, et laissent les questions de grammaire pure ou la psychologie de couple aux mangakas (esclaves qui fabriquent des mangas à la chaîne au Japon).

    Il manque seulement à cet album d’être un peu plus simple, tant sur le plan du dessin que du scénario, afin de mieux faire ressortir la dimension tragique des mouvements de masse modernes, où la liberté individuelle n’a peut-être jamais parue aussi hypothétique. Aux yeux d’Homère, la guerre et le choc des guerriers sont certainement les effets du destin ; non seulement ils font partie du mouvement social, qu’on ne peut arrêter à la paix, mais les hommes à la guerre tombent le masque habituel . Cependant la société est loin pour Homère d’être tout. D’où « l’Odyssée ».   

    Le Massacre-Le Musée Insolite de Lomal Goma, Simon Hureau, éd. La Boîte à Bulles, janvier 2013

    (par Zombi - leloublan@gmx.fr)

  • Chat continue

    Le dessinateur bruxellois Philippe Geluck a annoncé qu'il cessait de dessiner Le Chat. Mais les chats sont des animaux imprévisibles, alors cha continue...

     

    fanzine,webzine,zébra,bd,bande-dessinée,parodie,pastiche,humour,strip,philippe geluck,chat,topor,téléchat

    (Une parodie de Zombi - pas de produits dérivés pour l'instant)