Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

travail

  • Le Travail m'a tué**

    Travail et "condition humaine" sont synonymes du point de vue antique (biblique ou grec) ; l'oisiveté est enwebzine,gratuit,fanzine,bande-dessinée,bd,zébra,critique,travail,futuropolis,hubert prolongeau,grégory mardon,arnaud delalande,nazisme,communisme,libéralisme,carlos,shakespeare,aristote effet pour les Grecs (Aristote) le moyen d'échapper à la condition humaine, au contraire des loisirs modernes qui contribuent au travail.

    Le terme de "société des loisirs" dissimule en effet une nouvelle division du travail en Occident, non plus basée sur le sexe mais sur la richesse, qui procure plus ou moins de loisirs.

    L'attribution au labeur d'un valeur positive dans la culture moderne est un des nombreux points d'antagonisme entre la culture antique et la culture moderne. Il n'est pas inintéressant d'observer que cette mise en valeur du travail est, à l'instar du féminisme, un produit du christianisme ; pour être plus précis, elle résulte d'une interprétation erronée du livre de la Genèse.

    Par conséquent les idéologies modernes en apparence "laïques" telles que le nazisme, le communisme athée ou le libéralisme, prennent leurs racines dans la doctrine chrétienne.

    Il n'est pas abusif de dire que "Le Travail m'a tué" décrit la descente aux enfers d'un cadre employé par l'industrie automobile. L'idée que la victime de ce processus se fait de son devoir est en effet analogue à celle véhiculée par la "Divine comédie", poème chrétien délirant.

    On peut qualifier ce sens du devoir de "masochisme mystique" ; dès le début la BD montre que Carlos est une victime de choix en raison de ses origines sociales, qui font de lui une sorte de dévot. Son "recruteur" est parfaitement conscient de cette faiblesse. Celle-ci n'est pas "innée" chez Carlos, mais bien culturelle. Son épouse, aussi aveugle que lui, ne fait que l'entraîner plus vite encore vers l'issue fatale et une dépendance toujours plus grande vis-à-vis de la firme qui l'exploite.

    On observe que même les augmentations de salaire, tantôt accordées, tantôt refusées à ce cadre supérieur, sont dépourvues de valeur concrète et sont elles aussi mystiques.

    Détail amusant, les modèles des voitures conçues par la firme portent des noms de peintres ou de toiles célèbres, rappelant ainsi au lecteur comment les idéologies modernes s'appuient sur l'argument culturel, qui devrait par conséquent être la première cible de la satire.

    La revalorisation du travail et de la condition humaine a pour corollaire la mise en valeur de la mort. L'héroïsme macabre est ainsi au coeur des cultures totalitaires (mentionnées plus haut) et le suicide fait partie de la compétition économique. Un peu d'esprit d'observation permet de discerner cet arrière-plan macabre dans les loisirs modernes, c'est-à-dire dans le tourisme.

    Si cette BD est habile à décrire la chute inexorable de Carlos, sa conclusion naïve et assez typiquement française est à prendre avec des pincettes. L'épouse de Carlos et son avocate font en effet confiance à la justice française pour combattre les abus constatés au sein de la firme. Une telle naïveté repose sur la même erreur que celle qui entraîne Carlos à se haïr.

    L'Etat et les grandes firmes françaises sont bien entendu solidaires et la justice française ne peut rien contre le darwinisme social et ses ravages à l'échelle mondiale, tout comme la psychothérapie et les psychothérapeutes sont impuissants face au "burn-out", pour ne pas dire complices dans bien des cas.

    "Le Travail m'a tué", par Hubert Prolongeau, Arnaud Delalande (scénario) & Grégory Mardon, ed. Futuropolis, 2019.

  • Caricature Emmanuel Macron

    Caricature par WANER

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,emmanuel macron,36-15,travail,minitel,dessin,presse,satirique,waner

  • Caricature Emmanuel Macron

    La Semaine de Zombi. Mercredi : On parle parfois de "société des loisirs" ou de "société du spectacle", mais "société du travail" résume mieux, plus radicalement la culture moderne.

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,emmanuel macron,shoah,arbeit macht frei,travail,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,crs,psy,docteur,médecin,gardien,paix,haine,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

    L'Annus Horribilis 2018 en 75 caricatures par Zombi ici (fichier PDF léger).

  • Arbeit macht frei

    webzine,bd,gratuit,zébra,fanzine,bande-dessinée,caricature,migrants,méditerranée,europe,travail,dessin,presse,satirique,waner,siné-mensuel

    Caricature de WANER (à lire aussi dans Siné-Mensuel)

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,pédophilie,enquête,église,dessin,presse,satirique,waner,siné-mensuel

  • Vacance du travail

    webzine,bd,zébra,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,emmanuel macron,colonies,vacances,philippe,travail,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,bobika,siné-mensuel

    par Bobika (à lire aussi dans "Siné-Mensuel")

  • Caricature auto-entrepreneur

    webzine,bd,zébra,gratuit,fanzine,bande-dessinée,caricature,auto-entrepreneur,1er-mai,2018,patron,exploitation,travail,dessin,presse,satirique,editorial cartoon,zombi

  • Caricature 1er Mai

    La Semaine de Zombi. Mardi : Le libéralisme va plus loin que le nazisme puisqu'il transforme les loisirs en corvée.

    webzine,zébra,bd,fanzine,gratuit,bande-dessinée,caricature,hitler,travail,1er mai,dessin,presse,satirique,zombi,libéralisme,editorial cartoon