Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans la presse populaire (3)

webzine,bd,fanzine,zébra,gratuit,bande-dessinée,caricature,dessin,presse,hebdomadaire,rire,simplicissimus,wilhelm schulz,marianne,gallica,satirique

- Ce dessin accompagné d'un poème de Wilhelm Schulz (1865-1952) est paru en 1902 dans un supplément de l'hebdomadaire allemand "Simplicissimus" dont le titre "PAIX A LA FRANCE" annonce le thème pacifiste... mais néanmoins ironique.

Ces douze pages illustrées par l'équipe du "Simplicissimus" munichois sont traduites en français et mises en vente en France par "Le Rire".

L'idéal de paix franco-allemande, qui ne cessera d'agiter le XXe siècle et continue d'agiter encore le suivant, divisant l'opinion publique, est déjà un thème d'actualité dans les premières années du siècle, quelque temps après la lourde défaite de la France face au IIe Reich allemand.

La perspective d'une nouvelle guerre et d'une nouvelle défaite de la France inquiète sans doute les caricaturistes de "Simplicissimus", publication anticléricale et antimilitariste, qui cédera cependant pendant la guerre au nationalisme ambiant.

- Tel caricaturiste du supplément illustre ainsi que l'unité franco-allemande est autant un projet militaire qu'un rêve pacifiste, mettant en parallèle le très martial régime militaire de Bismarck et celui de son cousin Napoléon.

"Viens, Marianne, écoute-moi,

Et donne-moi la main, ma chère,

Ton petit coeur méchant naguère,

Bat vers le mien de bonne foi."

Le poème de Wilhelm Schulz souligne l'ironie du dessin, où la paix entre l'Allemagne et la France est représentée par le couple débonnaire formé par Michel et Marianne, penchés sur leur rejeton.

Écrire un commentaire

Optionnel