Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Univers à peu près***

 Les lecteurs de "Fluide-Glacial" connaissent Didier Tronchet, père de Jean-Claude Tergal. Celui-ci vient dewebzine,bd,fanzine,zébra,gratuit,bande-dessinée,critique,didier tronchet,jean-claude tergal,l'univers à peu près,alphonse allais publier aux éds. "Les Echappés" un recueil de cent chroniques portant sur tout et n'importe quoi.

Rares sont les auteurs de BD qui ont la double casquette d'auteurs de BD et d'écrivains ; on peut citer René Goscinny, mais celui-ci était scénariste, non un dessinateur astreint à la production d'un quota annuel de planches. Tronchet préfère se dire, par modestie ou par pudeur, "journaliste" plutôt qu'écrivain à part entière. Pourtant les meilleures chroniques de Tronchet font penser à celles de l'anarchiste Alphonse Allais (qui souffrent d'être très mal éditées, car éditées "en vrac").

Les chroniques, celles d'Allais ou de Tronchet, sont, un peu comme des perles, de qualité inégale. On devrait les collectionner. La production d'Allais était quotidienne, et l'inspiration plus ou moins au rendez-vous. C'est aussi une affaire de goût du lecteur (tous ne goûteront pas forcément celle que j'ai choisi de recopier ci-dessous pour donner un exemple -et que j'ai retenue surtout pour sa brièveté, à vrai dire).

En comparaison d'Allais, il manque à Tronchet un peu plus de variété et une tonalité plus subversive. Allais n'épargna quasiment aucun des préjugés de son temps en matière de moeurs, de religion, de législation, d'art ou même de science.

Le préjugé contemporain que Tronchet brocarde le mieux, à travers ce recueil, c'est le préjugé en faveur de la culture générale. Preuve que notre époque en fait grand cas, de nombreux concours de recrutement pour des écoles prestigieuses, menant aux plus hauts postes dans le secteur privé ou public, comportent une épreuve de "culture générale", c'est-à-dire de savoir vague ou reposant sur des détails (un nom, une date). Cette mode de la culture générale traduit peut-être la nostalgie d'un savoir étendu, dont le passé fournit l'exemple ?

La culture générale ne sert pratiquement qu'à briller en société, c'est-à-dire à rien. Tronchet lui assigne une fonction, celle de faire rire, qui vaut tout de même un peu mieux.

Selfie

Si par chance je croise une star de la chanson ou du cinéma, je profite toujours de l'occasion pour lui confier mon appareil photo ou portable, afin qu'elle prenne une photo de moi.

Dans mon album je colle ensuite le cliché de moi en pied ou en gros plan, et je note vite au-dessous (avant de l'oublier) le nom de la star qui en est l'auteur.

Mon album de stars essuie bien sûr des quolibets de ceux qui mettent en doute ma parole et préfèrent la preuve d'un vulgaire selfie avec la tête d'une célébrité prise en otage, accolée à la leur. Peu importe. Ce que je conserve est plus précieux que le visage bouffi et écrasé par le flash d'une vedette souriant faussement à mes côtés, les yeux rouges.

C'est un instantané bien plus intime du regard de l'autre, sa vision à lui de notre rencontre, un accès privilégié à son espace mental le temps d'un clic.

Et pour l'ego du badaud anonyme que je suis, plutôt que de partager sur internet "Catherine Deneuve avec moi !", il y a plus de panache à montrer le regard de Catherine Deneuve sur moi.

 L'Univers à peu près, par D. Tronchet, eds. les Echappés, 2016.

Écrire un commentaire

Optionnel